Le président Francesco Santoro, également entraineur et compétiteur au club.

Rencontre avec :

Tir à l’arc : l’envie et l’écoute avant tout !

Pour le président des Archers de Saint-Raphaël, Francesco Santoro, le tir à l’arc c’est simple, à condition de disposer de deux atouts majeurs : savoir écouter et aimer ce sport. Ce sont les bases du tir à l'arc que pratiquent désormais 75.000 français chaque année, dont plus de la moitié ont moins de 18 ans. Revue de détails avec ce mordu de la précision et perfectionniste dans l’âme.

Publié le

Président, à qui s’adresse le tir à l’arc ?

« A tout le monde. Notre plus jeune licencié à 8 ans, le plus âgé en a 86, le panel est donc très large. De plus, comme c’est un sport où la technique prime sur la force, la gente féminine est fortement représentée chez nous. 30% à l’échelon national, plus de 40% à Saint-Raphaël, nous ne sommes pas loin de la parité. Les seuls critères que je demande à un futur archer c’est de savoir écouter et d’avoir envie de pratiquer. C’est surtout le cas chez les jeunes où les parents poussent leurs enfants chez nous alors que le tir à l’arc ne leur plait pas vraiment ».

Peut-on progresser rapidement ?  

« Pour faire un bon archer, voire un champion, non. Pour prendre du plaisir, oui. Comme dans tous les sports, c’est l’entrainement qui prime. Pour faire court, un archer assidu qui débute (2 entrainements par semaine), peut éventuellement s’inscrire à une compétition au bout d’un au deux mois. Certains au bout de trois ans n’auront pas forcement le niveau. Dans notre sport, la gestuelle est très importante. D’abord parce que c’est le gage de la sécurité sur le pas de tir. Ensuite parce qu’elle est la base qui va permettre à un archer de progresser. Les grands champions s’entrainent tous les jours. A Saint-Raphaël, on peut faire de la compétition ou du loisir. C’est suivant son niveau ».

Quelles disciplines peut-on pratiquer chez vous ?

« On en propose six au total grâce à nos deux sites. De septembre à juin, on peut tirer en salle (homologuée) à 18 mètres (salle Paci sur des plastrons de 20 cm sur 40 cm). Sur l’ensemble de l’année, on propose le tir en extérieur national (50m) ou international (70m) ; le filastron (où on cumule les points sur des tirs à 30m, 50m, 70m et 90m) ; le tir 3D (sur animaux en caoutchouc, parcours en forêt par groupe de 4 ou 5 archers) ; le tir campagne (60m) ; et le tir nature (en forêt, sur des images à taille réelle d’animaux). Chacun peut ainsi trouver la discipline qui lui convient le mieux ».

Quel budget faut-il compter ?

« L’inscription, licence comprise, est de 160€ à l’année. Cela comprend également les cours que nous donnons. On peut aussi prêter le matériel (50€ par an). Après, pour ceux qui veulent acheter leur propre équipement, il y en a à tous les prix. Une flèche débutant coûte 4 à 5€. Une flèche de Pro, c’est 70€ l’unité. Idem pour les arcs. Mais avant d’investir dans du matériel, il vaut mieux être sûr d’aimer ce sport qui peut très vite être prenant. Chez nous, les archers restent en moyenne trois à quatre ans maximum. On a une rotation assez importante due à plusieurs facteurs, c’est pourquoi nous ne comptons qu’une cinquantaine de licenciés chaque année, chiffre stable ou en légère progression, alors que nous pouvons en accueillir plus du double ».

 

Les Archers de Saint-Raphaël : 06 73 44 69 62. Mail : archerssaintraphael@gmail.com