Culture

Saint-Raphaël à l’heure de la belle époque des villas

A l’occasion du premier anniversaire de la sortie du livre publié par la Ville « Saint-Raphaël, demeures et jardins de la Belle Epoque » le musée archéologique présente une exposition sur notre patrimoine architectural, au cœur même de la vieille église. Une mise en valeur d’une « richesse qui est notre bien commun » comme l’a souligné Frédéric Masquelier lors de l’inauguration, ce mardi.

Publié le

L’exposition apporte un formidable éclairage sur ce temps de la Belle Epoque où Saint-Raphaël était courue par les plus grandes personnalités françaises, mais aussi étrangères, notamment anglaises et russes. Une période au cours de laquelle 200 villas de différents styles architecturaux ont été édifiées, dont « une centaine ont disparu sous la pression de l’urbanisation et de la spéculation immobilière » comme le précisait Herve Couffin, président de l’Association des Villas Belle Epoque (AVBE), dans son intervention, hier soir.

 

L’AVBE contribue à cette préservation en dialogue avec Frédéric Masquelier, notamment sur le projet mené par la Ville concernant le classement de sites patrimoniaux remarquables, afin de mieux protéger ses demeures mais aussi leur environnement. « Notre objectif est de contribuer à conserver ce patrimoine, à le faire connaitre. Le livre dont nous fêtons l’anniversaire aujourd’hui ainsi que cette exposition contribuent à l’image de marque de Saint-Raphaël ».

Une identité commune qui nous relie

Lors de son discours inaugural, le premier magistrat rappelait que, si l’on choisit de résider à Saint-Raphaël pour sa qualité de vie, sa sécurité, on y vient également pour son patrimoine architectural : « Toutes les villes ne détiennent pas un tel patrimoine. C’est une identité propre à Saint-Raphaël que chacun d’entre nous s’approprie. Et lorsque que celui-ci est touché, on s’en émeut. C’est un bien commun. Ce patrimoine remarquable, ces demeures Belle Epoque, participent à la construction d’une identité commune qui nous relie tous.Nous devons sans cesse rappeler notre histoire et c’est en cela que le livre et cette exposition sont importants ».

Une politique d’urbanisme intelligente

Défendre notre patrimoine, le mettre en avant, avoir une exigence avec les architectes et les promoteurs, sont des actions portées par Frédéric Masquelier : « Pour ces questions, c’est une discussion qu’il nous faut avoir, pas simplement en terme de nombre de logements ou de surface habitable, mais aussi en terme de qualité esthétique et architecturale. Cela relève d’une politique d’urbanisme intelligente, d’une politique qui correspond à Saint-Raphaël ». Abordant le Plan Local d’Urbanisme, le maire a fait savoir qu’il en souhaitait une révision qui sera accompagnée d’une consultation la plus large auprès de la population.

 

Exposition « Saint-Raphaël, demeures et jardins de la Belle Epoque »

Musée archéologique. Tout public. Entrée libre

Retrouvez le programme complet sur https://bit.ly/2GKx660