Le président Patrick Nicot met toute son énergie au service de la Boule du XVe corps pour que son association demeure un club familial et convivial.

Rencontre sportive avec :

Patrick Nicot : les boules, c’est surtout une histoire d‘amitié

Pour le président de la Boule du XVe corps, nul doute possible : la pétanque ou le jeu provençal ça se pratique avant tout en famille ou entre amis. Pour Patrick Nicot, un club bouliste sans convivialité, c’est un club sans âme qui, sur le temps, n’aura pas de durée.

Publié le

Au XVe corps donc, pas question de déroger à cette règle. Tout le monde est logé à la même enseigne et c’est aussi valable pour les compétiteurs qui défendent les couleurs du club lors des compétitions officielles. Détails avec le Président...

Président, présentez-nous votre association ?

« Elle a été créée en 1995. En septembre nous fêterons donc notre premier quart de siècle d’existence. On compte à ce jour 80 sociétaires, dont 47 licenciés au club. Un chiffre relativement important qui nous permet d’animer la place quasiment tous les jours. Surtout le mercredi où nous organisons régulièrement des concours entre sociétaires. C’est très important car cela tisse des liens entre les différents adhérents de l'association ».

Qu’est-ce qui fait la force de la Boule du XVe corps ? 

« Avant tout l’aspect familial du club. Comme dans toutes les sociétés de boules, on se chambre régulièrement pendant les parties, mais il n’y a aucun mauvais esprit. Personne ne cherche à savoir s’il est meilleur que son adversaire. On a juste envie de passer des bons moments ensemble... et de gagner si possible (Rires...). Que ce soit à la pétanque, à la longue, ou même à la belote. De toute manière, gagnant ou perdant, on se retrouve toujours après coup à la buvette, histoire de refaire le monde comme d’habitude ».

La compétition dans tout ça ?

« Pour moi, cela passe au second plan mais cela ne nous empêche pas d’organiser 6 concours fédéraux entre début juillet et mi-septembre et d’envoyer, cette année, trois équipes aux championnats du Var. On organise également la semaine bouliste du 5 au 12 juillet, avec 3 concours, ce qui fait vivre la place, et plus encore le quartier. On a la chance de disposer de terrains de jeu à l’ombre grâce à nos nombreux platanes, ainsi que de places de stationnement devant les jeux de boules. Ce sont de sérieux atouts pour nous, surtout avec les fortes vagues de chaleur que nous avons connues ces derniers temps. Et puis, on n’est pas gourmands non plus sur les tarifs. La carte de sociétaires coûte 10€ à l’année ».

Plus la licence ?

« Oui qui est de 35€ pour les -70 ans et de 30€ pour les +70 ans. Mais ça c’est si vous voulez faire les concours fédéraux, ce qui n’est pas une obligation. D’ailleurs à ce sujet, nous offrons également le maillot du club à tous nos licenciés, sans distinction de niveau. On n’a pas envie, ou plutôt, on ne cherche pas, à monter des équipes de « joueurs extérieurs » comme dans certains clubs du département juste pour briller aux championnats du Var, voire de France. Ce n’est pas dans notre philosophie. Tout le monde est sur le même pied d’égalité à la Boule du XVe corps et nous ça nous va bien comme ça. On s’efforce d’être en bon terme avec tout le monde. C’est pour cela que nous n’organisons plus de concours le soir, par exemple pour ne pas gêner le voisinage, ou nous envoyons nos équipes disputer les concours fédéraux organisés par les autres clubs de la Ville. Tout cela en essayant d’amener un peu de vie dans ce quartier. C’est le seul but recherché ».

Photos : Patrice Texier.