Environnement

Lutte contre l'érosion : les posidonies retrouvent leurs plages

Publié le

Sur les plages d’Anthéor, Baumette, Péguière et Veillat, les Raphaëlois ont assisté ce lundi à un incessant ballet d’engins mécaniques, camions et tractopelles, venus redéposer les posidonies stockées précautionneusement par la Commune depuis le printemps. Poumon de la Méditerranée quand elles sont vertes et enracinées, les algues sèches jouent un rôle particulièrement important dans la lutte naturelle contre l’érosion côtière. Une opération qui se déroule depuis plusieurs années déjà.

La posidonie : une espèce protégée

Endémique de Méditerranée, l’herbier de posidonie, qui assure de multiples fonctions écologiques, se dépose naturellement sur les plages, formant des « banquettes ». L’espèce est protégée depuis 30 ans : vivante, au sein de l’herbier, mais également morte, lorsqu’elle est déposée sur les plages, représentant alors un support de biodiversité et jouant un rôle majeur pour limiter l’érosion côtière. Un phénomène qu’est venue constater Sylvie Blanc, conseillère municipale, déléguée à l’alimentation et au tri des déchets.

Une étude demandée par la Ville

Dans le cadre de la thématique concernant l’érosion côtière et la submersion marine, la Ville vient de finaliser une étude de 3 ans portant sur le secteur Veillat/Beau Rivage, en partenariat avec les services de l’Etat. Un historique de l’évolution du trait de côte a été réalisé sur cette zone. Pour la phase de diagnostic du site, des relevés actuels des biocénoses ont été établis ainsi qu’une bathymétrie récente des fonds. Enfin, une modélisation numérique de propagation de la houle a été construite ainsi qu’une modélisation sédimentaire. Un avant-projet de protection de la plage contre le risque érosion/submersion a été défini avec plusieurs aménagements éco-conçus et l’implantation de modules favorisant le développement de la vie sous-marine. L’efficacité de ces aménagements contre la houle a été testée en essais physiques 2D (canal à houle).