Culture pour tous

Le Rire : du Festival à De Funès

En ce mercredi, à 1 semaine de l’ouverture du 17ème Festival du Rire, nous vous proposons un Culture pour tous spécial Rire.
Et quel meilleur ambassadeur du Rire que Louis de Funès, dont le Musée de Saint-Raphaël a d’ores et déjà accueilli plus de 80 000 visiteurs !
Nous vous proposons d’en apprendre davantage sur le talent comique de Louis de Funès.

Publié le

La 17e édition du festival du rire s’annonce exceptionnelle avec du rire, de l’audace et des grands noms !

Alors comment ne pas évoquer Louis de Funès et son musée à Saint-Raphaël.

Faire rire est un véritable talent de comédien. Depuis ses débuts Louis de Funès a pris des notes, écrit des gags en observant autour de lui. Il les gardait dans des carnets secrets qui dorénavant sont au musée et qui font figures de formules magiques, alchimiques que l’on recherchera, pour des générations entières, comme le trésor des templiers ou les tables de la loi du rire. Et c’est Louis de Funès qui en avait la clé.

« J’ai encore en tête le visage de la plupart des personnages que je croisais à 25 ans, lorsque j’étais pianiste dans les bars louches de Pigalle. Un sacré conservatoire. Si au sortir de mes nuits blanches, je ne connaissais pas le premier acte de Ruy Blas par cœur, du moins je savais mimer de la façon la plus naturelle qui soit, l’histoire du musicien qui ramasse avec ses pieds les billets de 10 Fr. tout en continuant à jouer un tango. Cette histoire là c’est la mienne ».

Louis de Funès avait un véritable talent pour le rire et ce depuis le plus jeune âge: « J’ai toujours fait rire. À l’école, je me faisais régulièrement renvoyer parce que j’imitais mes professeurs, leurs attitudes, leurs défauts de prononciation. Tout le monde rigolait, sauf le professeur qui ne comprenait pas ou ne voulait pas comprendre. Il ne voyait qu’une chose : je dissipais la classe »

Alors comment faire rire sur scène ?

Il faut être un phénomène de rythme, d’activité, d’énergie, d’endurance qui atteint au grandiose dans la cocasserie et la drôlerie. Il faut avoir une puissance comique stupéfiante et être tout le temps sur scène.

Louis de Funès avait des ressources infinies...

Ses intonations, ses inventions, ses regards, ses attitudes et ses silences mêmes nous parlaient.

Et si Louis de Funès s’adressait aujourd’hui aux comédiens que conseillerait-il ?

« Le public ? Je n’ai que ce constant souci.C’est peut-être à cela que je dois mon succès. Je donne énormément au public, lequel doit tout de même s’en rendre compte puisqu’il me rend tout au centuple. Mais cela ne peut durer, tel quel , pendant cent ans...Le public a soif de nouveau. C’est un réconfort pour le comédien, ça le réchauffe que, tout en le reconnaissant, on ne lui demande pas toujours la même chose. C’est le rire du cœur qui doit être présenté aux spectateurs sur un plateau d’argent tout autant à l’écran que sur scène ».