COVID-19, Infos générales

Le Maire communique

Publié le

Madame, Monsieur

Comme je vous l’avais annoncé, je vous communique la décision portant sur la réouverture des écoles, prise après une très large concertation résultant de l’organisation cette semaine de 3 réunions avec les directrices et directeurs d’écoles et l’Inspecteur d’Académie.
Cette décision était difficile à prendre tant il existait différents facteurs éducatifs, sanitaires ou économiques.
Parmi les éléments ayant présidé à la décision de rouvrir les écoles, il faut noter :

-30% des parents ont émis le souhait de la réouverture des écoles.
-70% ont, en revanche, souhaité maintenir les cours à distance jusqu’à la fin de l’année scolaire.
Même si une grande majorité des parents s’opposent à la réouverture des écoles, et leur volonté sera respectée, il fallait trouver une solution pour les 30% voulant rescolariser leurs enfants.
La question pour ces parents est donc de savoir comment on peut rescolariser leurs enfants, et pour les autres comment on peut maintenir des cours à distance.
C’est dans ce contexte que les enseignants étaient, également, unanimes pour considérer qu’il était nécessaire de remettre dans le circuit scolaire certains enfants qui décrochaient, et qui avaient impérativement besoin de rejoindre un cadre normal de pédagogie avec la présence d’un enseignant.
On ne peut pas attendre le mois de septembre pour ces enfants.

Enfin, j’ai noté après une très large consultation du personnel médical et de l’ARS que notre région était en vert, et qu’il n’y a pas eu de cas d’hospitalisation COVID 19 depuis près de 10 jours de sorte que la réouverture des écoles dans le contexte de déconfinement est, sur le plan des principes, envisageables avec des mesures sanitaires renforcées.
Voilà les paramètres de l’équation qui était posée.
Il faut ajouter que le respect du protocole sanitaire de 63 pages établi par le Ministère de l’Education Nationale limite la possibilité de rescolariser 10 enfants par classe, à l’exclusion des élèves de petites et moyennes sections pour lesquels ces conditions sont tout simplement impossibles à respecter.
*C’est donc en prenant en compte tous ces éléments qu’il a été décidé une réouverture des classes sous les conditions suivantes :
- réouverture le 18 mai afin de rendre la décision opérationnelle, notamment, en permettant la présence exceptionnelle de personnel municipal pour aider le personnel enseignant,
- strict respect du protocole sanitaire.
J’ai souhaité renforcer ces directives par la mise en place de tests hebdomadaires pour les adultes présents ainsi qu’une prise de température quotidienne pour tous enfants à l’entrée de l’école.
Un médecin référent sera, également, présent tous les jours afin d’aider à la détection des cas suspects et pour établir une liaison avec les parents.
- une scolarisation sur la base de 4 jours d’écoles.
- toujours sur la base du volontariat, les enfants scolarisés seront en priorité ceux qui ont besoin d’un accompagnement pédagogique renforcé. Une liste a été établie en collaboration avec l’Inspection d’Académie.
La seconde catégorie, afin de respecter la limitation de 10 enfants par classe, seront les enfants de soignants et des professions prioritaires ainsi que ceux dont les deux parents travaillent sans possibilité de télé-travail avec une attestation des employeurs le justifiant.
*Pour les enfants dont la scolarisation n’est pas souhaitée ou impossible, un enseignement à distance sera garanti dans la continuité de celui mis en place depuis le mois de mars.
Un dispositif de soutien aux élèves sera, également, proposé avec une vingtaine de bénévoles pour aider les parents et les enfants qui en auraient besoin.
Enfin, pour les enfants des petites et moyennes sections des écoles maternelles qui ne peuvent pas être accueillis du fait des exigences sanitaires rendant impossible l’absence de tout contact physique, la ville mettra en place, dès le 18, un système de garderie avec un encadrement d’animateurs pour 40 enfants répartis sur plusieurs lieux qui seront communiqués aux parents intéressés.

Pour conclure, et en espérant que cette solution permette aux enfants de poursuivre un processus d’apprentissage minimum, je continue de regretter la confusion dans laquelle ces annonces se sont imposées à nous, et les injonctions contradictoires du gouvernement en la matière.
Face à ce problème sur lequel l’Etat s’est déchargé sur les municipalités, il a été retenu une solution équitable, équilibrée, protectrice et raisonnable.
Je souhaite, à ce propos, rendre hommage à l’implication remarquable des enseignants qui nous ont accompagné, et qui ont montré, une nouvelle fois, à quel point ils aimaient leur métier, vos enfants et petits-enfants.

Merci, et bon courage à tous.