La santé, c'est une priorité pour Frédéric Masquelier

La vie du conseil municipal

Santé, forêt et Palais des congrès pour débuter

Pas de dossier lourd mais un ordre du jour très chargé pour ce conseil municipal du 23 juillet où, une fois encore, le maire et son équipe, auront reçu le soutien des élus sur une large majorité des sujets abordés (pas moins de 76 au total). Seules quelques délibérations auront fait débat, pour au final, être votées à l’unanimité ou à de rares abstentions.

Publié le

A l’image des deux premières délibérations de ce conseil portant, dans l’ordre, sur l’évolution du système de santé et sur un soutien de la commune à l’ONF (Office Nationale des Forêts) qui auront nécessité à elles-seules 34 minutes de discussion.

La même qualité de soins pour tous a demandé le maire

S’appuyant sur un rapport de la Fédération Hospitalière de France qui rassemble les 1000 hôpitaux et les 3800 établissements sociaux et médicaux sociaux du public, il a été demandé au conseil municipal d’autoriser Frédéric Masquelier à intervenir auprès du président de la République et du gouvernement afin que la prochaine réforme du système de santé prenne en compte plusieurs points visant à garantir une qualité de soins égale pour chacun. L’Hôpital Bonnet, et par là-même, l’ensemble des Raphaëlois étant impactés par cette réforme, le maire – par ailleurs président du conseil de surveillance - a souhaité que la voix du personnel de l’établissement intercommunal soit entendue en plus haut lieu.

« Il y a actuellement un profond malaise au sein des métiers de la santé. Des inquiétudes, des tensions et de la colère qui se traduisent par des mouvements de grève à répétition. Tous les Français le constatent au quotidien dès qu’ils doivent se rendre à l’hôpital, et plus particulièrement au service des urgences qui est l’un des services les plus impactés par ce mécontentement général. Je précise que pour notre territoire, notre hôpital connait, pour différentes raisons, des difficultés. J’ai évoqué une tension sur les urgences mais aussi sur le service psychiatrique et dans le cadre du territoire élargi, l’hôpital de Draguignan est également en grande difficulté avec son service de réanimation et le service maternité sur Gassin. Je pense que la motion qui vous est soumise au vote est une motion de solidarité qui pourrait recueillir l’unanimité. La santé est une priorité et la qualité des soins doit être la même sur l’ensemble du territoire national » a déclaré le premier magistrat.

Les pompiers également impactés

Propos qui ont immédiatement trouvé écho auprès de Françoise Dumont, en sa qualité de présidente du SDIS 83 : « Cette situation affecte également les pompiers du Var qui n’en peuvent plus des carences ambulancières. Actuellement ils pallient à la déficience du système de santé. Ils sont parfois obligés de patienter 3 heures aux urgences parce qu’il y a un manque flagrant de personnels dans les hôpitaux. Il y a urgence à réagir ».

Une motion qui n’a pas recueilli l’unanimité : Mme Hacquart a voté contre, MM Ginesta, Boule, Cordina et Geisler (par procuration) se sont abstenus.

Halte aux suppressions de poste à l’ONF

Plus consensuelle, la délibération n°2 portant sur une demande de soutien au service public de l’Office Nationale des Forêts aura recueilli l’unanimité au sein du conseil. Il est vrai que l’Estérel qui borde la commune est un véritable atout touristique pour Saint-Raphaël. La Ville ne peut que s’inquiéter d’une éventuelle baisse des effectifs de l’ONF annoncée par l’Etat (1500 suppressions de poste dont 460 en 2019). Comme pour la précédente motion,  il était demandé au conseil de solliciter le gouvernement pour l’arrêt de ces suppressions de poste, le maintien du statut de fonctionnaire assermenté pour les agents de l’ONF, le maintien du régime forestier et la réaffirmation de la gestion des forêts publiques par l’ONF, au service de l’intérêt général et des générations futures.

Un Palais des congrès René Georges Laurin

En attendant une réponse de positive de Mme Danielle Laurin, veuve de l’ancien maire de Saint-Raphaël, René-Georges Laurin, il a été proposé au conseil municipal de se prononcer en faveur d’une nouvelle dénomination pour le Palais des congrès afin que ce dernier porte désormais le nom de celui qui l’a fait construire et qui a été surnommé en son temps le « bâtisseur ». Personnage emblématique de la résistance, ancien sénateur, il a été l’une des figures marquantes de la cité de l’archange pour laquelle il s’est toujours totalement investi.