Jeannette Bougrab invitée des Conférences de 18h59.
Jeannette Bougrab invitée des Conférences de 18h59.

Culture, Infos générales

Jeannette Bougrab : mettre fin aux discriminations et aux violences faites aux femmes

Invitée par la Ville à s’exprimer sur les inégalités et violences faites aux femmes, Jeannette Bougrab a livré un vibrant plaidoyer en faveur de toutes celles en état de souffrances ou de survie à travers le monde. L’ancienne présidente de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité s’est présentée devant le public Raphaëlois en femme libre, déterminée et engagée.

Publié le

Il y a des mots qui résonnent plus forts que d’autres en Jeannette Bougrab : laïcité, éducation, République… La laïcité et l’éducation qui émancipent des carcans religieux ou familiaux et participent à l’épanouissement des hommes et des femmes. La République qui donne des droits mais aussi des devoirs. L’obligation pour tous citoyens de respecter les lois étant la meilleure assurance pour que la liberté et la sécurité de chacun soient garanties. « On doit-être ferme avec les lois de la République » lance l’avocate. « Par exemple, celle sur l’interdiction du port de signes religieux dans les écoles publiques ne peut être négociée. Le voile a une signification politique. Dans certains pays des femmes sont enfermées et torturées parce qu’elles refusent de le porter. S’il y en a qui ailleurs dénoncent l’obscurantisme, nous avons ici l’obligation de nous tenir debout ».

Violences : « Je veux un Big Bang »

D’après une étude commandée par l’OMS et la Banque Mondiale, les violences sont la cause principale de la mort ou de l’atteinte à la santé des femmes (entre 16 et 44 ans),  plus importantes que le cancer, la malaria ou les accidents de la route. Dans le monde, une femme sur trois a été violée, battue ou forcée à l’acte sexuel une fois dans sa vie. Et la violence contre les femmes basée sur des pratiques soi-disant culturelles ou religieuses reste une violation des droits humains très répandue : actuellement, 130 millions de femmes dans le monde ont subi une mutilation génitale. Chaque année, environ 4 millions de femmes et de fillettes sont vendues pour le mariage, la prostitution ou l’esclavage. Quelque 2 millions de filles (entre 5 et 15 ans) sont contraintes à la prostitution. « Derrière les grands mots et les grands discours, il y a besoin de solutions » s’insurge Jeannette Bougrab. « On lance de grandes idées, mais il n’y a jamais eu autant de femmes qui sont mortes sous les coups de leurs conjoints. Ce que je veux, ce n’est pas un « grenelle de la femme » mais un véritable « Big Bang » pour mettre fin aux violences et aux discriminations ».

 

En préambule à son intervention, en présence du maire, Jeannette Bougrab s’est dite impressionnée hier soir par l’affluence au Palais des congrès : « Lorsque je vois un public aussi nombreux, je me dis que la démocratie est bien vivante ». La conférence s’est poursuivie par un échange passionnant avec l’assistance.