Les enfants des classes raphaëloises ont participé activement à cet hommage à Jean Moulin

Infos générales

Jean Moulin ou l’incarnation de la résistance française

Personnage marquant de la résistance française, Jean Moulin fait partie de cette petite poignée de Français qui au soir de la capitulation de juin 1940 refuse de voir leur pays collaborer avec l’occupant nazi.

Publié le

Après avoir tenté en 1939 de s’engager comme simple soldat alors qu’il était Préfet d’Eure-et-Loir, incorporation refusée par le ministère de l’Intérieur qui voulait le maintenir à son poste, puis tenu tête à trois officiers allemands qui voulaient lui faire signer un faux document accusant des tirailleurs sénégalais d’avoir commis des atrocités envers des civils, ce qui lui vaudra d’être arrêté et battu, Jean Moulin décide d’entrer dans la clandestinité dès le mois de novembre 1940.

La force de dire NON

Celui qui, tour à tour, aura pour pseudonyme « Régis, Max, Rex, J. J. Mercier, Richelieu ou encore Alix », va devenir le 27 mai 1943 le premier président du Conseil National de la Résistance dont la première réunion va se tenir à Paris. Mouvement créé à la demande du général De Gaulle afin d’unifier et de coordonner l’ensemble des groupes de la résistance sur le territoire national. Jean Moulin, qui se sait désormais recherché par la Gestapo et le gouvernement de Vichy, est finalement arrêté le 21 juin 43 à Caluire en compagnie de six autres dirigeants du mouvement. Interné à la prison Montluc à Lyon, il est interrogé, puis torturé par le chef de la Gestapo lyonnaise, Klaus Barbie. Il décèdera à Paris le 8 juillet, officiellement des suites de ses blessures lors de son transfert pour l’Allemagne.

Hommage raphaëlois

Compagnon de la Libération en 1942 (sous son pseudo de Mercier), il est élevé au grade de général de brigade à titre posthume à la libération, puis de division en novembre 1946. Il est promu officier de la Légion d’honneur en octobre 1945 et reçoit la Médaille militaire et la Croix de guerre 1939-1945. C’est pour honorer la mémoire de cet homme hors du commun que ce lundi 27 mai 2019, soit 76 ans jour pour jour, il a été procédé à plusieurs dépôts de gerbes devant la stèle raphaëloise de ce grand résistant. Une cérémonie présidée par Guillaume Decard, représentant le maire Frédéric Masquelier à laquelle ont participé de nombreuses personnalités, civiles, militaires et associations patriotiques, ainsi que des élèves des classes de CM2 de la Ville.