Questions à :

Hafida Rami

Publié le

7e adjointe de la Ville de Saint-Raphaël, déléguée au sport.

Depuis le mois de mai, Hafida Rami est la nouvelle adjointe déléguée au sport de la Ville et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle n'a pas mis longtemps pour se mettre au travail. Sa délégation, elle la vit pleinement, et grâce à son énergie débordante, c'est tout le service des sports de la commune qui a pris un coup de booster. La suivre au quotidien, c'est comme tenter de battre un Kenyan sur un marathon ou Usain Bolt sur 100 mètres. Mieux vaut être en condition. Et pourtant derrière cette volonté farouche de faire avancer la machine très vite, se cache une adjointe au sport qui sait être à l'écoute, qui prend le temps de la réflexion et qui n'oublie jamais le côté humain des choses. Revue de détails.

Hafida Rami, quel est le rôle d'une adjointe déléguée au sport ?

" D'être l'adjointe, voire l'ambassadrice, de tous les sports de la Ville et pas que de quelques disciplines majeures ou médiatisées. C'est d'ailleurs une des volontés de Frédéric Masquelier qui souhaite que tous les sports à Saint-Raphaël soient traités d'une manière équitable. On ne le répètera jamais assez mais un Raphaëlois sur trois est licencié dans un club sportif de la commune. Et je ne compte pas tous ceux qui font du sport en mode loisir le dimanche sans être affilié à un club. Mon rôle c'est, d'un côté, de m'assurer que nous disposons d'un service des sports efficace pour la jeunesse raphaëloise en proposant des activités sportives municipales accessibles à toutes les bourses. Cela implique également de veiller à la qualité de nos installations qui sont nombreuses et de tous types sur la commune. L'une des mieux dotée de la PACA pour une ville de notre importance, rappelons-le. De l'autre, resserrer les liens existants entre le service des sports et les différentes associations sportives afin de leur faciliter la tâche au quotidien. On peut dire beaucoup de chose sur le sport mais pour moi, il reste l'un des meilleurs facteurs de formation et d'intégration pour notre jeunesse. On y apprend la discipline, le goût de l'effort, la récompense, le respect, le partage. Ce sont des valeurs indispensables à la vie en communauté. Et ça, pour une adjointe déléguée au sport, ce n'est possible qu'avec l'aide des associations qui font un travail remarquable sur le terrain".

Quels sont les mesures ou les projets que le maire vous a demandé de mettre en œuvre ?

" Vous le savez, notre maire a souhaité que Saint-Raphaël se dote d'une base nature au quartier de l'Aspé. Une grande aire de jeu, accessible à tous, où l'on pourra, même si l'on n'est pas licencié, pratiquer du sport seul, entre amis ou en famille. Mais il a aussi souhaité que nous modernisions nos installations, que nous les regroupions le plus possible autour de ce futur site. D'ailleurs le dojo Henri Courtine qui est l'un des premiers éléments de ce grand ensemble sportif devrait être inauguré à la rentrée scolaire. Le centre Roland Garros, qui en a bien besoin d'ailleurs, va également profiter d'ici peu d'un lifting complet. Le tennis et le squash seront rejoints par deux petits nouveaux, le padel et le Badminton. Et puis il y a toujours le projet du grand stade de football qui avance et quand celui-ci sera opérationnel, impliquera d'autres aménagements importants comme au Stade Louis Hon qui accueillera le rugby. Mais Saint-Raphaël, ce sont aussi les sports nautiques et que ce soit sur Agay ou sur Santa-Lucia, qui sont des sites exceptionnels, nous avons également des projets importants. Sans oublier le sport événementiel que l'on essaye de pérenniser. La F1 par exemple mais aussi, grâce au stade Nautique Alain Chateigner, la possibilité d'organiser de nouveaux championnats de France de natation, la Spartan Race, le Triathlon d'automne et bien d'autres manifestations encore".

Selon vous, quelles doivent être les principales qualités d'une élue locale ?

"Etre à l'écoute des gens, c'est la première des qualités. Et pour cela, il faut aller à leur contact. Ne pas attendre qu'ils viennent vous voir mais plutôt anticiper leur demande, voir leur problématique sur place. Pour ma part, travailler à mon bureau ce n'est que pour mieux finaliser le travail effectué en amont sur le terrain et pas l'inverse. Parmi les nombreuses tâches que m'a confiées Frédéric Masquelier, il y en a une qui me tient particulièrement à cœur. Comment aider les "petites" associations à se développer, à organiser des évènements qui les fassent connaitre et reconnaître du grand public. Ce qui est fou dans tout ça, c'est que nous avons déjà tout cela à Saint-Raphaël. Des champions, des présidents, des entraineurs, des bénévoles qui font un travail énorme mais dont malheureusement, seule une petite frange de la population locale connait les noms. Ce sont le plus souvent des gens discrets, qui vivent leur passion intensément et qui ne demandent jamais rien si ce n'est par instant juste un brin de reconnaissance. Non pas pour eux, mais pour leur sport tout simplement. Pour moi c'est ça le job d'une élue locale, et plus particulièrement dans le sport. Etre tous les jours à leurs côtés. Parfois même sans qu'ils ne le sachent".