Questions à :

Frédéric Heudiard

Publié le

8e adjoint de la Ville de Saint-Raphaël, délégué aux relations avec les usagers du service public.

Pour son 3e mandat consécutif, Frédéric Heudiard vient de se voir confier la délégation aux relations avec les usagers du service public. Un poste tout neuf, créé par Frédéric Masquelier, qui colle comme une deuxième peau à monsieur le 8e adjoint. Et pour cause, homme d'écoute et de dialogue, impliqué dans la vie associative locale depuis plus de 20 ans, Frédéric Heudiard est surtout connu pour sa franchise, sa jovialité et son éternel optimisme. Ceux qui le côtoient au quotidien vous le diront, avec lui, il y a toujours plus de solutions que de problèmes. Que ce soit à son cabinet d'ostéopathe ou sur les terrains de football qu'il arpente depuis 1998, c'est celui à qui l'on se confie, qui analyse la situation et le plus souvent, trouve le bon remède. Une délégation faite pour lui...

Frédéric Heudiard, quel est le rôle d'un adjoint délégué aux relations avec les usagers du service public ?

"Avant toute chose, j'aimerais vous parler de ce poste qui vient d'être créé par Frédéric Masquelier. Il vient d'une phrase toute simple martelée par le maire durant toute sa campagne et qui explique beaucoup de chose. "Le oui doit être une généralité, le non l'exception et il doit être justifié". Mon rôle est donc de trouver des solutions, tant que faire se peut, à chaque fois qu'un administré rencontre un problème qui est du ressort de la Mairie. Je précise bien de la Ville et pas de l'Etat, du département, de la CAVEM ou entre particuliers. Et s'il n'y a pas de solution, expliquer à la personne le motif du refus. Cela implique une grande transversalité dans le travail avec mes collègues adjoints et les différents services de la commune. Je suis là pour fluidifier les choses, pour simplifier les démarches, aiguiller les gens et apporter des réponses. Si je devais résumer cette fonction en trois mots, je dirais "écouter, diagnostiquer, traiter", qui sont les trois piliers de mon métier d'ostéopathe".

Quels sont les mesures ou les projets que le maire vous a demandé de mettre en œuvre ?

" Il y a quatre gros chantiers que le maire a souhaité voir se réaliser le plus vite possible. Tout d'abord la mise en place d'une plate-forme citoyenne, en collaboration avec Françoise Meyer, conseillère déléguée au numérique, qui va permettre d'améliorer encore la démocratie participative sur notre commune. Toute pétition signée par 3000 personnes (contre 6000 actuellement) sur cette plate-forme, concernant les choix politiques, architecturaux, sportifs ou culturels, permettra d'inscrire celle-ci à la question du jour du prochain conseil municipal. Le deuxième, concerne l'amélioration de la qualité d'accueil du public présentant des difficultés spécifiques. Cela concerne l'accueil physique, téléphonique et numérique. Ce n'est pas à l'usager de s'adapter à l'administration mais le contraire.

Troisième chantier, l'élaboration d'une charte qualitative pour tous les services de la Ville. Chaque service devra s'y conformer et sera régulièrement évalué. Pas dans le but de punir des agents, mais dans celui d'améliorer les choses du quotidien. Ce nouveau processus devra être un gage de qualité et de réactivité. Il est axé sur une triple logique : simplicité pour les usagers ; compatibilité avec les logiciels existants des agents ; gains financiers pour l'usager lors de ces démarches. Quatrième et dernier chantier, la mise en place d'une entité spécialement dédiée aux dossiers liés aux inondations, tout en espérant, bien sûr, que celle-ci soit la moins sollicitée possible. Cela voudra dire que les travaux effectués et lancés par le maire sur ce sujet auront porté leurs fruits ".

Selon vous, quelles doivent être les principales qualités d'un élu local ?

"En ce qui me concerne, et c'est vrai dans beaucoup de cas, c'est l'écoute. Puis vient le temps de l'analyse, de préférence à froid. Et enfin celui de l'action. Je pense aussi qu'il faut avoir le sens du service public. Bien qu'étant un pur produit du secteur privé, c'est une notion à ne jamais oublier. Chacune de vos décisions peut avoir un impact important sur la vie des gens, c'est pourquoi il faut toujours rester dans le cadre légal et administratif de chaque chose. C'est un garde-fou tant pour l'administré (que je suis également) que pour l'élu. Et surtout, de ne jamais perdre à l'esprit le côté humain. On est au service de la population et pas l'inverse".