le maire, frédéric Beigbeder et le directeur de cabinet du maire sur la scène
La Ville accueillait au Palais des congrès, ce 23 avril, le romancier Frédéric Beigbeder dans le cadre des Conférences de 18h59.

De gauche à droite: le maire Frédéric Masquelier, le romancier Frédéric Beigbeder, le directeur de cabinet du maire, Grégory Bozonnet.

Culture

Fréderic Beigbeder : « Je me suis aperçu que j’étais humaniste »

« L’homme doit-il être amélioré ? » tel était le thème qu’a développé, hier soir, Fréderic Beigbeder, romancier auréolé de prestigieux prix littéraires, dans le cadre des Conférences de 18h59. Un sujet qui a réuni près de 900 personnes au Palais des congrès !

Publié le

Ce 23 avril, le public Raphaëlois est tombé sous le charme du style et de l’humour Beigbeder. Venu parler du phénomène de transhumanisme, l’homme a captivé son auditoire avec ce sujet qui touche à l’humanité et ses dérives. « C’est toujours un plaisir de voir la salle comble pour ces conférences de 18h59 » a déclaré le maire, Frédéric Masquelier. « Cher Frédéric Beigbeder, sachez que vous entrez dans le club fermé des conférenciers qui ont réussi à remplir, simultanément, les deux salles de notre Palais des Congrès. Vous rejoignez Luc Ferry, Erik Orsenna et Boris Cyrulnik qui avaient réussi cette performance avant vous ! ».

Le premier magistrat a salué le « travail de fourmi » réalisé par le romancier  dans son dernier ouvrage, « Une vie sans fin »,  et sur « ceux qui ont déclaré la guerre à la mort, ceux qui aspirent à la mort de la mort ». C’est le fruit de ce travail d’enquête que l’auteur aux multiples facettes, à la fois scénariste, réalisateur, acteur, mais aussi critique littéraire, chroniqueur pour la télévision et la radio, a présenté au public.

« Un exercice un peu fou d’enquête »

Retraçant tour à tour le rôle visionnaire des écrivains et des cinéastes vis-à-vis du sujet, sa conférence s’est articulée autour de huit pistes qu’il a explorées pour les besoins de son dernier roman. Une enquête menée aux quatre coins de la planète sur ce qui existe aujourd’hui en matière de prolongation de la vie et d’amélioration des performances du corps humain, auprès des plus grands spécialistes.

« Que veut-on protéger, garder de notre existence ? » 

Un appel aussi à rester vigilant sur de nombreuses dérives qui tendraient à réduire le corps à un objet technique et façonnable, « pour garder sa part d’humanité, de mystère, préserver son intimité et son intégrité ». Un mythe de jeunesse éternelle que Fréderic Beigbeder a brillamment développé, qui laisse toutefois deviner un gigantesque business d'intérêts économiques, mais aussi une forme d’inégalité à craindre « entre riches immortels et pauvres mortels ! ».

A noter, la venue le 2 mai d’Arnaud Teyssier pour une conférence « De Gaulle, Seguin et les institutions », puis de Philippe Val, le 13 juin, qui évoquera le thème de la tolérance. Conférences gratuites, réservation billetterie du Centre culturel.