Questions à :

Françoise Delaunay- Kaidomar

Publié le

3e adjointe de la Ville de Saint-Raphaël, déléguée à la Santé et au Grand Âge.

Françoise Delaunay-Kaidomar fait partie intégrante de ce renouveau de la classe politique locale annoncé par Frédéric Masquelier lors des dernières élections. Fille de Jean Delaunay et d'Annick Ciret, tous deux anciens professeurs au Lycée Saint-Exupéry, elle n'a jamais quitté sa ville de naissance si ce n'est pour un court passage à la faculté de médecine de Nice. Entrée à l'Hôpital Bonnet en 1991 comme interne, elle y a fait toute sa carrière pour désormais occuper le poste de cheffe du service gériatrie. Un engagement professionnel entièrement dédiée au service public qu'elle partage avec son mari, Michel Kaidomar, conseiller municipal de la nouvelle majorité, mais aussi chef du service réanimation du CHU  intercommunal.

Françoise Delaunay-Kaidomar, quel est le rôle d'une adjointe déléguée à la Santé et au Grand Age ?

"Déjà, je tiens à souligner que c'est une nouvelle délégation, voulue par notre maire. Ce n'est pas une généralité dans toutes les communes de France. Le rôle d'une adjointe dédiée à ce poste est de dresser un état des lieux de tout ce qui touche de près ou de loin à la santé sur notre territoire. C'est une réflexion qui doit être globale. Bien sûr il y a le secteur public, comme l'hôpital - comment améliorer encore la qualité de soins et des services par exemple -  mais aussi le privé où nous sommes en carence de médecins généralistes. Que faire pour que chaque raphaëlois ait les mêmes droits pour se faire soigner ? Vous avez ce que je qualifierai de patrimoine santé individuel et de patrimoine santé collectif. Pour le premier, c'est comment je peux prendre soin de moi, comment améliorer ma santé au quotidien ? Cela passe souvent par des campagnes de prévention touchant l'hygiène, le sport, l'alimentation, etc. Et puis il y a le collectif, là c'est plus complexe car il faut tenir compte de l'ensemble de votre population, son âge, le type de métier exercé, etc. Mais comme je vous l'ai dit, c'est une réflexion qui doit être globale avec comme interlocuteurs, tous les acteurs concernés ".

Quels sont les mesures ou les projets que le maire vous a demandé de mettre en œuvre ?

"Ils sont nombreux et variés. Certains sont à l'état de réflexion comme celui de la réhabilitation de l'ancien Hôpital de Saint-Raphaël, boulevard Georges Clémenceau. Projet initié conjointement par la Ville et le Centre hospitalier afin de doubler, voire tripler, la capacité d'accueil du seul EPHAD public sur Saint-Raphaël/Fréjus. On pense également à l'utilité d'une maison médicale. D'autres sont plus avancés comme la création d'un service d'aide aux aidants proches (les conjoints, les enfants), dans un premier temps, des plus de 65 ans. Certains vont se finaliser très rapidement comme la gratuité cette année, de juillet à décembre, des parkings couverts gérés par la Ville pour les professionnels de la santé. Pour faire court et plus général, il y a des projets pour toutes les catégories d'âge de la population, qui impliqueront plusieurs services de la Ville, sur lesquels nous reviendrons plus en détail dès que ces derniers seront en phase de finalisation ".

Selon vous, quelles doivent être les principales qualités d'une élue  locale ?

"C'est une fonction que je découvre. Il serait donc prétentieux de ma part de vous affirmer quelles qualités il faut avoir pour faire un bon élu local. En revanche, je peux vous dire, après mûre réflexion, pourquoi j'ai accepté ce poste. J'aime le partage. J'aime travailler en équipe. Le fait d'être à la fois adjointe déléguée à la santé et au grand-âge et d'être cheffe de pôle à l'hôpital, va me permettre de monter plus rapidement des projets qui me tiennent à cœur. Travailler en collaboration avec  des services comme la culture, les sports, l'éducation, l'urbanisme, le CCAS peuvent m'ouvrir plus rapidement des portes que si j'étais restée à l'extérieur de ce système. A l'hôpital, j'ai toujours prôné la transversalité dans le travail, dans les services. C'est pour cela que j'ai accepté ce poste que Frédéric Masquelier a souhaité me confier. Ensemble pour faire avancer les choses est une devise qui me convient bien".