L'ex-champion de taekwondo et toujours licencié au Dojo JPS, Pascal Gentil, a été reçu par Frédéric Masquelier en compagnie de Jean-Pierre et Diana Sicot.

Sports & Loisirs

Entre Paris et Pékin, il y aura toujours Saint-Raphaël pour Pascal Gentil !

Entre un repas prévu ce lundi soir à L'Elysée avec les présidents Macron et Xi Jinping et une visite éclair à Monaco pour voir le prince Albert, Pascal Gentil, également ambassadeur du Dojo JPS pour l'occasion, est venu s'entretenir quelques minutes avec Frédéric Masquelier sur des thèmes chers à son cœur que partage le premier magistrat

Publié le

Pour les moins de 20 ans, le nom de Pascal Gentil n’évoque peut-être pas grand-chose. En revanche, pour les fans de taekwondo et ceux qui ont suivi les exploits des meilleurs sportifs tricolores dans les années 90 puis 2000, là ça parle. 3 fois champion du Monde, 2 fois médaillé au JO (Sydney et Athènes), 3 fois champion d’Europe, 18 fois champion de France : Pascal Gentil est un athlète de très haut niveau qui a pris sa retraite sportive en 2009.

Mais Pascal Gentil, c’est bien plus que ça. C’est un homme de convictions, au caractère bien trempé et aux valeurs morales irréprochables. Ce sont ces valeurs qui lui ont permis d’être pendant 6 ans l’ambassadeur de Véolia en Chine (2009 à 2015), d’être actuellement membre du comité olympique français pour l’organisation des JO de Paris 2024 ou encore membre du comité chinois pour les JO et para-olympique d’hiver de Pékin en 2022.

Mais l’une de ses plus grandes qualités, c’est certainement d’être fidèle en amitié. Malgré l’éloignement, il est toujours resté licencié au Dojo JPS, le club local de taekwondo, toujours prêt à lui rendre service si besoin. En dépit d’un emploi du temps extrêmement chargé (il dîne ce lundi soir à l’Elysée avec le président Macron et le président chinois Xi Jinping et il était dimanche l’invité du prince Albert de Monaco), il n’hésite pas un seul instant à faire un crochet par Saint-Raphaël, sa ville de cœur, pour y saluer son entraineur de toujours Jean-Pierre Sicot. Coach avec qui il a gagné le premier d’une longue série de titres (1995), sous les couleurs du club raphaëlois.

Fervent défenseur de la culture française à travers le monde et de la francophonie plus particulièrement, il prêche également pour une égalité homme / femme dans le sport, comme dans la vie en général, et milite pour la jeunesse. Des thèmes chers à Frédéric Masquelier qui l’a reçu en mairie ce lundi matin lors d’une visite éclair, et avec qui il a pu échanger quelques dizaines de minutes sur l’actualité nationale et internationale du moment.