optique Fred Colin tel : 04 94 82 26 70

Commerce, COVID-19

Coronavirus : "On le fait pour nos clients"

Pour les commerçants raphaëlois, rester au service de la population en cette période de confinement fait aussi partie de leur éthique.

Publié le

Parmi la centaine d'entre-eux déjà référencée surl'annuaire des commerces de la Ville, trois nous ont expliqué pourquoi ils ont décidé de rester ouvert malgré des recettes journalières dérisoires.

 

Pour Fred de l'optique Colin c'est simple : " On se doit d'assurer une permanence pour les urgences. Un appareil auditif qui ne fonctionne plus, une branche de lunette qui casse, une vis à remplacer ou un verre qui ne tient plus, on ne peut pas laisser les gens comme ça. Le confinement est déjà assez dur à supporter, si on peut apporter un soulagement à ces personnes à notre niveau, il faut faire l'effort. Rester ouvert nous coûte plus d'argent que de fermer le magasin, mais on le doit à nos clients ". D'autant que de mettre en place les mesures barrières, désinfecter après chaque passage de client, pour des actes parfois gratuits, cela demande bien plus qu'une simple notion de service.

 

Même son de cloche pour Jean du kiosque à journaux du port Santa-Lucia : "  On le fait pour nos clients habituels. Pour tous ceux qui n'ont pas forcement internet à la maison. Je pense notamment à nos seniors, réfractaires aux nouvelles technologies, pour qui le journal est souvent leur seul moyen pour garder un contact avec le monde extérieur local. Mais je vous avoue que c'est très dur financièrement. Si l'Etat ne nous vient pas en aide rapidement, en l'absence de touristes et de clientèle locale, on ne va pas pouvoir tenir bien longtemps".

 

Discours repris par Laurent, gérant de l'animalerie Kokoon, boulevard Jean Moulin : " On reste ouvert pour les produits de premières nécessités. Quand on parle de nourriture pour animaux, on pense le plus souvent aux chats et aux chiens. Mais il n'y a pas qu'eux. Il y a aussi les oiseaux, les tortues, les poissons, etc., sans parler des animaux exotiques... Si nous fermons, où iront les gens pour nourrir leurs animaux de compagnie. Alors on n'a pas le choix. Tant pis si ouvrir n'est pas rentable, on continuera tant qu'on le pourra".