Alain de la boucherie du Peyron : 04 94 95 07 22.

Commerce, COVID-19

[Coronavirus - commerces] ça se passe comment au XVe Corps ?

On continue notre tour des commerces (ouverts) de la Ville avec, aujourd'hui, ceux du XVe Corps et du Peyron. Parole à Alain, Claude, Marie et Pascal, Laurence et Eric, Laurent ; des commerçants qui gardent le moral malgré la crise et des fortunes diverses. Revue de détails :

Publié le

Pour Alain de la boucherie du Peyron : " C'est paradoxal mais j'ai un peu plus de monde que d'habitude. Avec cette crise, on dirait que les gens redécouvrent leurs commerçants de proximité. La boucherie est ouverte depuis 1964 et je l'ai reprise il y a 15 ans. En ce moment, je vois beaucoup de nouvelles personnes, toutes du quartier, et ça fait plaisir. Dans l'ensemble, les clients acceptent plutôt bien les consignes de sécurité, même si c'est un peu plus contraignant. Sous les masques, on devine parfois les sourires de certains qui nous sont reconnaissants d'être ouverts pour eux".

 

Idem pour Claude, le primeur-épicier de la Halle du Peyron :" Il y a quelques nouvelles têtes mais ce sont tous des gens du quartier. Je ne dirais pas que je travaille plus qu'avant, ce serait faux, mais tant bien que mal, j'arrive à maintenir un chiffre d'affaire quasi-similaire à celui de l'année dernière. Sans les touristes, bien sûr. Je ne vais donc pas me plaindre, surtout par rapport à certains de mes confrères qui souffrent réellement de cette situation. Les consignes de sécurité nous freinent peut-être mais dans l'ensemble, les gens s'y plient et c'est le plus important".

 

Cela coince en revanche pour Marie et Pascal de la presse du XVe Corps :" Pour nous, cela devient catastrophique à tel point que nous n'ouvrons plus que le matin. Hormis le journal, on ne vend quasiment plus rien. Plus de jeux, pas de colis et peu de magazine. On est à peine à 30% de notre chiffre d'affaire habituel, ce qui ne couvre même pas les frais d'ouverture. On en profite pour remercier tous ceux qui font l'effort de venir acheter leur quotidien. Grâce à eux, on a au moins l'impression d'être là pour quelque chose".

 

Ce que confirme Laurence et Eric du pressing le Carré Bleu : "On ouvre quatre matinées par semaine (sauf le mercredi) pour les personnes du quartier mais ce qu'il nous manque le plus, ce sont tous les professionnels qui sont fermés. Les hôteliers, les restaurateurs, les bars, etc., c'est plus de 50% de notre chiffre d'affaire en moins. Si ces derniers n'ont pas l'autorisation de rouvrir rapidement, beaucoup de commerce comme le nôtre vont se retrouver en grande difficulté financière. Pour tenter de combler ces pertes, on offre de nouveaux services comme la livraison ou l'enlèvement gratuit à domicile, mais cela ne suffira pas".

 

Quant à Laurent d'Azur Audition & Optic, il est logé à la même enseigne que ses confrères opticiens : "On est là pour les urgences et le service après-vente de nos appareils. Autant dire que depuis le début de la crise, ça ne fait pas grand-chose. Mais, c'est comme ça, il faut faire avec. On ouvre donc le magasin le matin (9h30-12h30) et si il y a une réelle urgence l'après-midi, on a mis en place une numéro spécial. Comme ça les gens ne se déplacent pas pour rien".

 

  • Boucherie du Peyron : 04 94 95 07 22.
  • Les halles du Peyron : 04 94 95 24 35.
  • Presse du XVe Corps : 04 94 95 55 01.
  • Pressing Carré Bleu : 04 94 83 21 56.
  • Azur Audition Optic : 04 94 83 72 22. ou 07 62 23 65 16.