Durant près de trois heures, conseillers et habitants du quartier centre-ville nord ont pu débattre ce lundi soir avec le maire Frédéric Masquelier sur les sujets spécifiques à leur quartier.

Infos générales

Conseils de quartier : nuisances sonores et tennis Baudino au cœur des débats

Débats très constructifs ce lundi soir au centre culturel entre les habitants du quartier centre-ville nord, leurs conseillers et le premier magistrat.

Publié le

Habiter en centre-ville nord offre bon nombre d’avantages et quelques inconvénients. Parmi ceux-ci, les nuisances sonores dues en grande partie aux incivilités de certains. Coup de klaxon abusif et injustifié, pot d’échappement trafiqué ou détérioré, vitesse excessive de certains véhicules aux heures creuses, etc. Ce ne sont pas les exemples qui manquent.

Comme l’a répété Frédéric Masquelier lors de ce conseil de quartier, la Ville applique une tolérance zéro dans ce domaine. A chaque fois que ces faits lui sont signalés, la Police municipale diligente une patrouille et procède aux constatations qui vont lui permettre de donner suite ou non à ces infractions. Idem pour les autres incivilités comme les dépôts sauvages d’ordure.

Des nuisances à la baisse

« Ces derniers temps, nous avons multiplié les contrôles routiers, qu’ils soient sonores ou de vitesse, ce qui a eu pour effet une baisse significative de ce genre de nuisances. Malheureusement, comme vient de vous le confirmer madame la commissaire Béatrice Fontaine, on ne pourra jamais empêcher totalement les gens de mal se comporter au volant ou au guidon de leur véhicule. Rassurez-vous, on ne va pas baisser les bras non plus et cela vaut aussi pour les vélos ou les trottinettes sur les trottoirs, ainsi que pour ceux qui ne respectent pas le code de la route en général » a surenchéri le premier magistrat.

Après avoir évoqué les différents problèmes liés à la circulation des piétons et demandé aux services techniques de la Ville de se pencher plus particulièrement sur la possibilité d’instaurer une zone à 30 km/h autour du quartier des Iscles, de requalifier l’avenue du XVe corps, de couvrir la Garonne ou de réaliser des aménagements visant à faire baisser la vitesse sur certaines portions de l’avenue de Valescure, demandes émanant directement des conseillers du quartier, le premier magistrat a enchainé par le dossier du tennis Baudino.

L’argent des tennis Baudino réinvestit dans les infrastructures sportives

« Comme vous le savez déjà, nous avons lancé un vaste programme de refonte de nos équipements sportifs en collaboration avec la CAVEM et notre voisin fréjusien. Parmi nos différentes réflexions, il est apparu que la Ville de Saint-Raphaël n’avait plus besoin d’autant de courts de tennis pour satisfaire la demande locale ou estivale. L’argent que nous allons récupérer grâce à la vente de ces terrains, soit 4M€, va directement servir à la réfection des tennis de l’Esterel qui en ont grand besoin, ainsi qu’à la mise en service de divers équipements sportifs sur la zone de l’Aspé comme la grande base nature raphaëloise ».

Garder la main mise sur le patrimoine communal

Et Frédéric Masquelier de rappeler que la vente de ces terrains prévus par son prédécesseur va offrir un autre avantage de taille aux Raphaëlois.

 « La loi nous impose de construire 1000 logements sociaux dans notre commune, ce qui est, dans notre cas, une aberration des plus totales. Nous avons d’ailleurs créé un comité des maires du Var touchés par ces sanctions pour faire fléchir l’Etat sur ce domaine. Nous avons obtenu un délai supplémentaire à condition de construire 450 logements sociaux d’ici trois ans. Pour l’heure, il nous a été fixé une pénalité annuelle de 2,7M€, soit près de 5% du budget de fonctionnement de la commune. Mais si nous n’avançons par sur ce sujet, les risques peuvent être pire encore. L’Etat peut prendre la main sur la gestion de l’urbanisme de la commune, de décider arbitrairement d’une décote de certains terrains, puis de bâtir des logements sociaux sans nous demander notre avis ».

Des logements sociaux de grande qualité

Une double, voire une triple peine pour la Ville qui ne sera plus maîtresse de son développement, et pire encore, de la qualité ce dernier.

« On peut faire, à Saint-Raphaël, des logements sociaux de grande qualité. Grâce au PLU que nous avons dernièrement voté, qui est bien plus contraignant que sur l’ensemble du territoire national, on peut avoir des constructions qui se fondent totalement dans le paysage, qui soient agréables à vivre (70% d’espace libre, 50% d’espace vert, 2 places de parkings par logement, des matériaux de qualité identique à ceux employés dans des constructions classiques, des bâtiments type R+1). Ce sera le cas à Baudino où 90 logements sociaux verront le jour. Des appartements que nous destinerons en premier lieu aux Raphaëlois ou aux Fréjusiens qui seront éligibles pour l’attribution de ces logements ».