700 personnes ont assisté à la première conférence de la saison donnée au Palais des congrès.
700 personnes ont assisté à la première conférence de la saison, donnée au Palais des congrès.

Culture, Infos générales

Conférences de 18h59 : Vladimir Fédorovski ouvre la deuxième saison !

Des coulisses du Kremlin aux secrets de la chute du mur de Berlin, des grands bouleversements à l’est à la politique internationale actuelle, l’histoire du peuple russe dépasse la fiction ! L’écrivain et ancien diplomate, Vladimir Fédorovski, a passionné le public Raphaëlois, ce 26 septembre, lors de ce premier rendez-vous de la saison.

Publié le

C’est un orateur et un conteur hors norme qui s’est exprimé, hier soir, au Palais des congrès. Un homme touché par le décès de Jacques Chirac qu’il a bien connu et auquel Le maire a rendu hommage en ouverture de la conférence. Tout d’abord, par la lecture d’un extrait du discours qu’il prononça à l'Institut d'Etat des relations internationales de Moscou, dont Vladimir Fédorovski fut l’un des plus illustres élèves, puis par une minute de silence. « C’est une journée triste pour les Russes » a déclaré l’ancien conseiller de Mikhaïl Gorbatchev et promoteur de la perestroïka, « Jacques Chirac s’inscrivait dans la filiation des gens visionnaires et optimistes ».

Témoin d’un pan de l’histoire du monde

Vladimir Fédorovski a été plongé au cœur du pouvoir durant de longues années. Auteur à succès, le plus francophiles des auteurs russes a délivré, devant une salle comble de 700 personnes, sa vision de la Russie, « depuis sa sortie du communisme avec la chute du mur de Berlin, à la situation d’aujourd’hui avec Poutine » non sans rappeler avant, « le sacrifice Russe, avec la perte de 27 millions d’hommes lors de la seconde guerre mondiale ».

La petite histoire dans la grande

Délivrant tour à tour son expertise des relations politiques franco-russes, il a partagé ses inquiétudes concernant « la rupture historique entre la Russie et l’occident qui s’oriente vers la Chine, dans une alliance économique et militaire anti-occidentale », dénonçant aussi la diplomatie du tweet « un danger pour la préservation de la paix », relatant l’arrivée au pouvoir de Poutine « dans le cadre d’un pays criminalisé »,  les failles de sa gouvernance et sa « guerre de succession » qu’augurent les élections de 2024, « la nécessité de renouer le dialogue avec l’Europe » … Le tout, émaillé d’anecdotes aussi instructives que divertissantes, entourant les coulisses du Kremlin qui ont enchanté le public ! Et de conclure sur une note optimiste : « soutenons ce désir de dialogue commencé à Brégançon, c’est cela mon message », avant de citer le philosophe Gramsci : « Il faut allier le pessimisme de l'intelligence à l'optimisme de la volonté ».