Culture, Infos générales

Centre Culturel : l’hommage de Frédéric Masquelier à Georges Ginesta

Lieu de vie, passerelle entre les gens, entre la mémoire et le temps présent, entre l’art et l’espace, le Centre Culturel a fêté hier soir son 20e anniversaire, 20 ans de passion, au cours d’une cérémonie somptueuse, présidée par Frédéric Masquelier. Une grande célébration en présence du sénateur Georges Ginesta, dont le nom est pour toujours attaché à l’édifice.

Publié le

« Il n’y a pas une maison comme celle-ci au monde, ni au Brésil, ni en Russie, ni aux États-Unis. Souvenez-vous que l’on dira que c’est ici que tout a commencé. »

 

« Ces mots devenus célèbres sont ceux d’André Malraux, ministre des Affaires culturelles du général de Gaulle, prononcés lors de l’inauguration de la Maison de la Culture du Havre, le 24 juin 1961 » évoquait le premier magistrat en introduction de son discours. « A Saint-Raphaël, c’est ici aussi qu’en 1995, tout a commencé. A peine élu, un maire a posé les fondations d’un centre culturel que l’on ne retrouve ni au Brésil, ni en Russie, ni aux Etats-Unis. Un maire a posé les fondations d’une fonction qu’il aimera plus que toute autre, et qui sera marquée par la volonté de faire, de réaliser, de construire et cela au cours des 22 années qui suivront. »

La culture source de développement de la Ville

 

Alors que dans les années 90’ Saint-Raphaël est encore considérée comme une station balnéaire dédiée aux loisirs et aux vacances des classes moyennes, Georges Ginesta comprend que l’évolution de la Cité de l’Archange doit passer par une politique culturelle exigeante, dont un centre culturel ambitieux serait le navire amiral. Et Frédéric Masquelier d’expliquer : « Au lieu que la Ville se recroqueville sur ses bases, ce maire a compris que la culture était une condition de son développement, et pas seulement à travers une culture de masse répondant à un tourisme de masse, mais une culture répondant à ce que des habitants ayant soif d’éducation, de savoir, de culture, souhaitaient pour eux, pour leurs enfants et leurs petits-enfants. »

Le témoignage de gratitude de Georges Ginesta

 

C’est ainsi que le Centre Culturel, conçu par l’architecte Jean-Pascal Clément, est né il y a 20 ans, et qu’il s’est imposé comme un élément essentiel d’une politique d’accueil et d’attractivité pour vivre à l’année. « C’est un ensemble bien né », rappelait Georges Ginesta, maire de Saint-Raphaël de 1995 à 2017. « Le 20 mars 2000 était un jour marquant pour la Ville. La symbolique était forte : en ce premier jour de premier printemps du nouveau millénaire était inauguré le projet majeur de notre première mandature ». Et non sans émotion de raconter : « Je suis descendant d’une famille émigrée catalane qui a dû fuir l’Espagne franquiste pour venir s’installer dans la France libre, à Saint-Raphaël. Monsieur le maire, je veux vous témoigner toute ma gratitude car c’est grâce à votre décision qu’aujourd’hui leur mémoire est aussi attachée à cette Terre de France qui fut pour eux une Terre d’exil mais aussi une Terre d’espoir. »

L’esprit de liberté en héritage

 

« Ce lieu est le cœur du combat que l’on peut mener chaque jour contre l’uniformisation constante de nos vies, avec des mêmes modèles, de mêmes normes et de mêmes idées » soulignait le maire, avant que ne soit dévoilée la plaque au nom de Georges Ginesta : « Cet esprit de liberté est l’héritage d’une noblesse, la tienne. Voilà pourquoi Saint-Raphaël a voulu associer pour toujours cet esprit d’indépendance et cette liberté d’esprit qui la caractérise si bienavec ton nom. C’est ton héritage, c’est cet héritage que nous honorons aujourd’hui. »

 

Suite au dévoilement de la plaque, une visite du Centre Culturel était organisée pour les nombreux invités qui ont pu apprécier les différentes animations proposées pour cet anniversaire hors norme, avant de partager un moment de convivialité sur la terrasse de l’édifice.

 

 

le Centre Culturel a 20 ans !