Rencontre avec :

Boxe : « le sporting c’est surtout une histoire de cœur »

Fondé par Marcel Ostenga il y a près de 50 ans, le Saint-Raphaël Sporting Club est la plus ancienne des associations de boxe pied-poing de la Ville. Présidé par Hervé Chazel depuis 2012, le club a su rester fidèle à la philosophie impulsée par son créateur, à savoir le loisir et le plaisir avant tout.

Publié le

Une politique sportive réaffirmée par l’actuel président, pourtant 5 fois champion de France amateur (1999, 2006, 2007, 2008, 2009) et 6 fois vainqueur de la Coupe de France. Visite guidée des lieux avec le patron du SRSC, policier de la BAC la nuit et entraineur de boxe le jour.

Hervé, qu’est ce qui fait la force de votre club ?

« C’est avant tout un club familial. Personnellement, j’y suis licencié depuis 22 ans mais je ne suis pas le seul dans ce cas. Ici, les gens viennent pour se détendre après une journée de travail. Se dépenser. Se vider l’esprit. On n’est pas dans la quête de la performance. On se donne à fond certes, mais on n’est pas dans la recherche du résultat pur. C’est pour cela que nous n’avons aucun boxeur Pro. On a de très bons amateurs, comme actuellement Rémy Merlino qui boxe régulièrement en catégorie Elite, mais on ne forme pas des combattants pour aller disputer la finale d’un championnat Pro. Ce n’est pas notre philosophie. En revanche, on envoie régulièrement une dizaine de nos meilleurs jeunes disputer les compétitions régionales organisées par la Fédération ».

Quels sont les atouts de votre sport ?

« Contrairement aux idées reçues, la boxe n’est pas un sport violent. C’est intense, physique, explosif, mais pas violent. C’est pourquoi nous avons de plus en plus de filles qui viennent s’inscrire chez nous. Chacun va à sa vitesse et quel que soit son niveau, le coup c’est de se donner à fond. C’est bon pour le cardio. C’est bon pour la souplesse, notamment au niveau des jambes. C’est un sport quasi complet. Je peux vous dire qu’après 1h30 à 2h00 d’efforts intensifs, vous sortez épuisé de la salle, pour certains sur les rotules, mais paradoxalement complètement détendu. En fait, vous êtes bien ».

Et pour s’inscrire ?

« On a la chance au club d’avoir trois diplômés d’état. Clément Baruchello (3e dan de full-contact), Sébastien Lainé (3e dan de karaté et de full-contact) et Jimmy Gauthier (1re dan de full contact). Plus Rémy qui peut encadrer et moi-même, on peut largement accueillir une centaine de boxeurs sur nos trois créneaux horaires (lundi, mercredi et vendredi soir de 19 à 21h00). Pour l’heure, on est à 70 licenciés, âgés de 15 à 63 ans pour notre doyen. On a encore de la marge, surtout avec une licence à l’année à 110€. Ce que l’on souhaite, c’est que la boxe soit accessible à tous. Alors même si financièrement, avec ce que nous reversons à la Fédération, ce n’est pas toujours facile, on maintient ce prix bas pour que, ceux qui le souhaitent, puissent pratiquer ce sport ».

Votre meilleur souvenir sur le ring ?

« Ce n’est pas sur mais en dehors du ring. Il y en a deux. Quand on m’a remis la médaille d’or de la jeunesse et des sports puis la médaille d’or du CROS (Comité Régional Olympique et Sportif). Pour moi, cela vaut tous les titres que vous pouvez remporter car ces deux médailles récompensent votre investissement dans ce sport et notamment votre implication auprès des jeunes ».