Questions à :

Bernard Saby

Publié le

10e adjoint de la Ville de Saint-Raphaël, délégué au contrôle de gestion et à la commande publique.

C'est l'un des rôles clé de la nouvelle ligne politique impulsée par Frédéric Masquelier pour la Ville, le poste d'adjoint délégué au contrôle de gestion et à la commande publique a été confié à Bernard Saby. Un costume taillé sur mesure pour cet ancien haut cadre de banque, et désormais chef d'entreprise, qui sait très bien ce qu'une dépense utile veut dire. Avec lui, tout est passé à la loupe et pas de passe droit. Installé à Saint-Raphaël depuis 1987, il a en plus pour lui de connaitre parfaitement le terrain et les entreprises locales avec lesquelles la Ville travaille depuis des années. Sa fonction, elle est simple : vérifier que la commune achète uniquement ce dont elle a besoin, au meilleur prix et dans un cadre légal.

Bernard Saby, quel est le rôle d'un adjoint délégué au contrôle de gestion et à la commande publique ?

"Concernant la première partie de ma mission, monsieur le maire m’a confié la responsabilité de présider toutes les commissions liées aux marchés publics. C’est-à-dire qu’en tant que pouvoir adjudicateur, je suis le garant de trois grands principes régis par le code des marchés publics : la liberté d’accès à la commande publique, l’égalité de traitement des candidats et la transparence des procédures. Je suis également là pour avertir le maire de tout défaut de procédure qui pourrait mettre la mairie en difficulté vis-à-vis des instances supérieures de l’état. Concernant ma deuxième mission liée au contrôle de gestion, celle-ci repose sur une vérification poussée de l'opportunité de chaque demande de besoin supérieure à 5000 €. C’est-à-dire de mesurer la pertinence de l’investissement envisagé et d’en vérifier l’optimisation des coûts afin de ne pas surpayer certains achats. En créant ce poste de contrôle de gestion, Frédéric Masquelier a voulu garantir à ses administrés une bonne utilisation des deniers publics dans les dépenses faites par la mairie".

Quels sont les mesures ou les projets que le maire vous a demandé de mettre en œuvre ?

" Je suis en amont de tous les projets importants de la Ville, qu’ils soient d’ordre culturel, sportif, environnemental ou social et ceci afin d’analyser la solution la mieux appropriée et la moins couteuse pour Saint-Raphaël. Actuellement, les deux gros chantiers prioritaires que je mène sont plutôt d’ordre financier. Le premier concerne la restructuration de la dette de la régie des ports afin de proposer aux usagers des prix de location en adéquation avec le marché du nautisme. Le deuxième concerne  la renégociation des crédits portés par la mairie. Soit dans le but de faire baisser le taux d’intérêt. Soit de le sécuriser par rapport à une variabilité qui pourrait s’avérer dangereuse pour la commune. En créant ce poste qui n’existait pas auparavant monsieur le maire a voulu mettre en place un certain garde-fou afin d’être sûr que nous achetions au bon prix et uniquement ce dont nous avons besoin. Cela se traduit dans son programme par "Un euro dépensé doit être un euro utile ".  Il a également souhaité, pour des raisons déontologiques, séparer les pouvoirs de ses adjoints entre celui qui crée la demande d’achat et celui qui la valide au travers des procédures en vigueur".

Selon vous, quelles doivent être les principales qualités d'un élu local ?

"Sur un plan général, c’est bien connaître sa ville et ses administrés, son tissu économique et social afin de répondre aux attentes des ses différents acteurs qu’ils soient privés, professionnels ou associatifs. Pour ce qui concerne plus particulièrement mon domaine lié aux commandes publiques et au contrôle de gestion, ces qualités reposent essentiellement sur l’intégrité, l’équité et le respect de l’argent public. J'ajouterai pour finir, qu'il faut savoir travailler en équipe. Ce poste d'adjoint délégué au contrôle de gestion et à la commande publique exige une grande transversalité dans le travail avec tous mes collègues adjoints et les différents services de la commune ".