Dépôt de gerbe à la Stèle de l'Oratoire de Agay

Infos générales

75 ans après, les Raphaëlois n’ont pas oublié

Durant l'année 1944, le Var aura été le théâtre d'importantes opérations militaires Alliées, et plus particulièrement aériennes, et ce quelques mois avant le débarquement de Provence. Plusieurs aviateurs l'auront payé de leur vie comme à Agay ou au col de Belle Barbe

Publié le

Le 25 mai 1944, alors qu’il s’apprête à effectuer une mission de bombardement sur le nœud ferroviaire de Givors, le B24 « Liberator » commandé par le Sous-Lieutenant Trotter se retrouve pris sous le feu croisé de la Flak et des chasseurs allemands. Malmené par ces derniers, le lourd quadrimoteur, réservoir en feu, s’écrase finalement dans le massif de l’Estérel. Sur les dix membres d’équipage, seuls quatre parviennent à s’extraire de l’avion en flamme. Bien que grièvement brulé, le Sous-Lieutenant Trotter sera l’unique survivant de cette tragédie. Il décèdera trois mois plus tard des suites de ses blessures.

Deux jours plus tard, un autre bombardier B24 frappé de l’étoile blanche de l’US Air Force et commandé par le Sous-Lieutenant Batz connait le même sort. Après avoir décollé du sud de l’Italie pour effectuer une mission sur la ville de Montpellier, il est accueilli par la DCA allemande, très présente sur le secteur du Cap Roux. Criblé de projectiles, le lourd bombardier pique alors du nez, décrit plusieurs cercles et finit par s’abimer dans la rade d’Agay. Sur les dix aviateurs qui composent l’équipage, seuls cinq réussissent à s’extraire de l’appareil avant l’impact. Quatre réussiront à se poser au sol, immédiatement fait prisonniers par les troupes allemandes, le cinquième, dont le parachute s’est mis en torche, n’aura pas cette chance.

C’est pour honorer la mémoire de ces hommes tombés sur le sol français que deux dépôts de gerbes ont été organisés ce week-end, l’un à la stèle de l’oratoire à Agay, l’autre à la stèle du col de Belle Barbe. Elus, autorités militaires et civiles, représentants des associations patriotiques et membres du souvenir français se sont recueillis avant que ne retentissent « The Star-Spangled Banner » (l’Hymne américain), puis la Marseillaise marquant la fin de ces cérémonies franco-américaines.