Saint-Raphaël, territoire de jumelages

Si le jumelage contribue au rapprochement des peuples, il est également un formidable outil de rayonnement du territoire raphaëlois à l’étranger. Saint-Raphaël est jumelée à Sankt Georgen en Allemagne depuis 1972, Djermuk en Arménie depuis 1997, Tibériade en Israël depuis 2007.

La France compte plus de 7000 communes jumelées à d’autres villes à travers le monde. Né au sortir de la Seconde Guerre mondiale dans le but de rapprocher les populations européennes, le jumelage représente un outil de premier ordre au service de la paix. Il est fondé sur des valeurs humanistes et sur l’idée que le maintien de la paix se construit par une connaissance réciproque entre les peuples. Saint-Raphaël est investie dans une démarche de jumelage féconde et créative,  active et dynamique : échanges socio-culturels, apprentissage des langues sur le plan scolaire, relations fraternelles.... Un partage de connaissances et une ouverture sur le monde auquel le comité de jumelage Raphaëlois apporte tout son soutien logistique et financier. A l’heure de la mondialisation, le comité de jumelage va plus loin en se positionnant sur l’activité touristique et le développement économique. Des partenariats sont, en autre, mis en place pour permettre aux habitants des villes jumelles de découvrir les charmes de leur commune respective par le biais d’offres touristiques promotionnelles. Des échanges administratifs sont par ailleurs mis en place en matière de gestion de l’eau. Un dispositif d’actions concrètes assorti d’un réel intérêt économique, fondé sur des engagements qui portent haut et fort les couleurs de Saint-Raphaël. Mais aussi l’occasion pour notre commune d’approfondir et de pérenniser les relations d’amitié nouées avec ces villes. Une manière  de tisser avec elles des liens qui profitent à la dynamique territoriale et offrent de faire connaître notre culture, nos traditions et les subtilités de la langue française à l’étranger.

Sankt Georgen est une charmante petite ville d'Allemagne, située à près de 1000 mètres d'altitude dans le Sud-Ouest du Land de Bade-Wurtemberg, dans le massif de la Forêt-Noire. La Ville est jumelée à celle de Saint-Raphaël depuis 1972.

Troisième plus grande municipalité du district (après Villingen-Schwenningen et Donaueschingen), la commune de Sankt Georgen s’étend sur 59,85 km² et compte 13 025 habitants. Haut lieu de l’industrie horlogère, elle a réussi à maintenir l'équilibre parfait entre la préservation de la nature et le développement des technologies de pointe (mécanique fine, horlogerie, matières plastiques, centre de software...). Sa proximité avec la nature, la pureté de son air et les magnifiques points de vue qu’offrent ses paysages la rende particulièrement attrayante. De nombreux échanges, tant scolaires que culturels, ont régulièrement lieu entre les deux villes. Eté comme hiver, les amateurs de sport trouvent un large éventail d’activités à réaliser à Sankt Georgen et dans ses environs. Son vaste réseau de sentiers et son domaine skiable d’Oberkirnach sont de véritables paradis pour la pratique de la randonnée, du VTT, de l’équitation, du ski ou encore de la promenade à traîneau. L'offre culturelle y est par ailleurs diversifiée. Réalisé par la municipalité de Sankt Georgen à l’attention des Raphaëlois, un livret intitulé « Carnet de coupons du Ferienland », propose à ceux qui souhaitent séjourner en Forêt-Noire de nombreuses attractions et activités à prix réduits (sport, culture, gastronomie). En outre, un « Museumpass » les invite à accéder gratuitement aux 8 musées de la commune, dont celui du phonographe, l’un des plus importants d'Allemagne. Art moderne, artisanat local, coutumes paysannes du passé, ou encore industrie traditionnelle du phonographe qui fut jadis le fleuron de Sankt Georgen, attendent les visiteurs. La ville possède par ailleurs une attraction unique avec le plus grand coucou du monde ! Cette offre municipale vient harmonieusement compléter celle initiée par Saint-Raphaël en direction de ses homologues allemands : des séjours à moins 30% dans notre station (hors saison haute), élaborés par l’Agence Estérel Côte d’Azur, en collaboration avec l’Office de tourisme et les professionnels du secteur. Des conditions de villégiatures idéales, réunies dans deux formules garantissant un dépaysement total !

Site Web : www.st-georgen.de

Au carrefour des empires perse, grec et romain, l’Arménie est une terre de mémoire, de patrimoine et de traditions, riche de trois mille ans d’histoire. Les villes de Saint-Raphaël et Djermuk sont jumelées depuis 1997.

Djermuk est une ville située au sud de l’Arménie, dans la province de Vayots Dzor, à 173 km de la capitale d'Erevan. Culminant à près de 2100 mètres d'altitude, elle est une station thermale de montagne reconnue pour la qualité de son air pur et de ses sources d'eau chaude. En provenance de la rivière Arpa, les eaux bouillonnantes se déversent sur 70 mètres entre les parois rougeâtres de la chaîne du Zanguezour, sous la forme d'une chute impressionnante. L’authenticité de cette commune de quelque 4600 habitants ne manque pas d’atouts. D’une superficie de 55,14 km², elle se déploie dans un décor de montagnes au cœur du Caucase. Destination populaire du tourisme médical dans le traitement d'infections diverses par les eaux, ses multiples beautés attirent également un tourisme centré sur la découverte de la nature. Ses piscines d’eau minérale, ses chutes d’eau, ses lacs et ses nombreux sentiers de promenade, tout comme ses forêts environnantes représentent autant de sites naturels d’intérêts majeurs. Niché dans la vallée de l'Arpa, la beauté austère du monastère de Gndevank, construit au Xe siècle, contraste merveilleusement avec ces paysages grandioses. Au fil du temps, Djermuk s’est muée en un centre moderne de tourisme et de services de santé, ainsi qu’en un centre d’échecs important avec l’organisation de nombreux tournois internationaux. La communauté arménienne est intimement liée à Saint-Raphaël. En 1959, l’ancien palace « Grand Hôtel » est requalifié en « Home arménien », maison de retraite accueillant les victimes du génocide de 1915. En 1978, est édifiée sur le site la petite chapelle Saint-Jean, unique lieu de confession apostolique du Var. La création du jardin d’Arménie sur la Garonne en l’an 2000, puis l’édification en 2001 d’un Khatchkar (croix de pierre symbole de la vie sur la mort), montrent tout l’attachement de Saint-Raphaël à la communauté arménienne. Elle regroupe aujourd’hui une cinquantaine de familles sur la commune.

Station balnéaire de près de 40.000 habitants et capitale de la Galilée, Tibériade est située au nord d’Israël, à 157 kilomètres de Jérusalem et 132 kilomètres de Tel-Aviv. Elle est jumelée avec Saint-Raphaël depuis 2007.

Ville blanche, Tibériade se déploie par palier du haut de ses collines jusqu’au bord de l’eau, offrant une très belle vue sur tout le pourtour du Kineret. Elle est bordée par le lac Tibériade, ou mer de Galilée, principale réserve d'eau douce d'Israël qui s'étend sur 160 kilomètres carrés. Situé à 200 mètres au-dessous du niveau de la mer, le lac est principalement alimenté par le Jourdain qui s'y déverse au nord et en ressort au sud. Son emplacement géographique lui offre de nombreux avantages : abondance d'eau et de verdure, stations thermales et bains minéraux naturels. Aérée par ses jardins, elle contraste avec l’aridité superbe des monts environnants.
Tibériade est avec Jérusalem, Hébron et Safed, l'une des quatre villes saintes du judaïsme. Lieu de culte et de pèlerinage très important, elle est connue pour les nombreuses sépultures de grands rabbins et de chefs juifs qu’elle abrite, tel que le sépulcre du célèbre Maimonide qui soigna Salah ad-din et Richard Cœur de Lion. Le site archéologique de Hammat, au sud de la ville, abrite les vestiges de synagogues des IIIème, VIème et VIIIème siècles. Autour de Tibériade, plusieurs sites historiques et spirituels de grande renommée sont également très réputés tel que Bet Shéan, le site archéologique le plus important d’Israël, véritable ”Pompeï du Proche Orient”.
Réputée pour la douceur de son climat et sa végétation subtropicale, Tibériade est un haut lieu de villégiature. Ses sources thermales millénaires, exploitées depuis la Rome antique, sont très prisées des israéliens ainsi que les nombreuses attractions proposées autour du lac d’eau douce : activités nautiques, promenade, plages… Dans le cadre du jumelage, des échanges administratifs sont mis en place avec des techniciens des deux villes en matière de gestion de l’eau. Un site d’hébergement en ligne avec les professionnels du tourisme donne droit à 30% de remise aux Raphaëlois désireux de s’y rendre. En outre, le réseau d’accès aux médiathèques de Saint-Raphaël et du Pays de Fayence est connecté à l’antenne française de Tibériade.
 
Site web : http://www.tiberias.muni.il