Vœux à la population : « Amour, ordre et progrès » devant 2000 personnes

Vendredi, 12 janvier, 2018 - 09:30

Ce jeudi 11 janvier, dans un Palais des congrès bien trop étroit pour accueillir une assemblée nombreuse – 2000 personnes étaient présentes - Frédéric Masquelier a présenté ses vœux pour 2018 à la population raphaëloise. Des vœux qui se résument en trois points, contenus dans la phrase d’Auguste Comte : « L’amour pour principe, l’ordre pour base et le progrès pour but ». Trois thèmes chers au premier magistrat, développés tout au long de son discours.

 

 

 

L’ordre

 

Premier de ces trois sujets évoqués : « L’ordre c’est en premier lieu la sécurité. C’est la première des libertés et le premier des droits. La Ville peut vous offrir beaucoup de services. Culture, sport, éducation,… mais rien de cela n’aura de valeur si nous n’offrons pas la sécurité. A Saint-Raphaël, nous savons que nous pouvons compter sur une police municipale mobilisée, qualifiée, formée et en nombre suffisant pour assurer la sécurité des Raphaëlois. Après Cannes, Saint-Raphaël est la ville de France la plus équipée en police municipale par rapport à sa population ». Un hommage appuyé aux femmes et hommes de la police municipale qui œuvrent au quotidien pour le bien-être de tous.

 

Pour Frédéric Masquelier, la notion d’ordre c’est aussi le civisme : « On doit le retrouver dans la discipline de chacun. Dans le domaine de la sécurité routière pour qu’il y ait moins de victimes sur les routes. Dans le domaine de l’environnement pour qu’il n’y ait plus de mégots, de papiers ou de déchets par terre. Pour qu’il n’y ait plus d’encombrants déposés n’importe où n’importe quand. Nous avons décidé de déployer dès ce début d’année une police de l’environnement. Il faut être ferme avec ceux qui ne respectent délibérément pas les règles de vie commune car il n’y a pas de vie commune sans respect ».

 

« Je refuse d’augmenter les impôts »

 

 

Et de poursuivre sur le sujet : « L’ordre c’est faire en sorte que l’administration soit organisée de manière la plus efficiente, la plus cohérente et la plus à même de rendre le meilleur service possible aux Raphaëlois. Les deniers publics sont de plus en plus rares. Les baisses de dotation de l’Etat, la non-compensation des missions transférées ou encore la suppression de la taxe d’habitation ou le transfert de la gestion du stationnement sont autant de recettes en moins pour les collectivités. Des recettes que le comptable de l’Etat nous propose de compenser en augmentant les impôts. Je m’y refuse. J’envisagerai toutes les sources d’économies avant de songer à une augmentation d’impôts, notamment en mettant en place dès ce début d’année un plan d’administration qui vise à toujours plus d’évaluation de nos actions, de rationalisation de nos dépenses ».

 

 

Le progrès

 

Si l’ordre est le socle indispensable à la vie en société, il faut un but pour avancer. Pour Frédéric Masquelier, c’est le progrès : « Concrètement, le progrès vise à faire grandir la ville, à la rendre toujours plus attractive, toujours plus animée. Le progrès à Saint-Raphaël c’est toujours offrir plus de culture pour plus de vie, plus de dynamisme. 2018 sera encore l’occasion d’une très belle saison culturelle ponctuée par les grands rendez-vous que sont le festival des jazz et le festival du rire. Nous voulons également créer un événement structurant qui marque un territoire et qui fait parler de nous au-delà de notre région. Nous l’avons baptisé «  les rendez-vous de l’avenir ». 

 

« Les rendez-vous de l’avenir »

 

Pendant trois jours, de nombreux intellectuels : des philosophes, des économistes, des sociologues, des romanciers viendront à Saint-Raphaël autour du président de l’événement, l’économiste Nicolas Bouzou. Cette année, nous allons accueillir Erik Orsenna, Luc Ferry, Dominique Reynié, Alain Bauer et beaucoup d’autres. Nous allons également dès cette année proposer un grand événement autour du livre, un événement présidé par Roger-Pol Droit et Monique Atlan ».

 

Le sport également : « Le progrès, c’est poursuivre notre politique sportive dont nous pouvons être fiers. 101 associations, 59 sports représentés et près de 30% des Raphaëlois licenciés dans un sport. Aujourd’hui, la ville est celle qui présente le deuxième plus grand nombre d’infrastructures sportives par habitant de toute la région PACA. Nous aurons le plaisir d’accueillir au mois de mai les championnats de France de natation, ce qui représente plusieurs milliers de nuitées et une exposition médiatique qui complétera celle dont bénéficie le handball tout au long de l’année. Nous allons, aussi, poursuivre le projet du réaménagement de l’espace Roland Garros en y transférant les tennis Baudino où nous y ferons un projet d’aménagement maitrisé en y conservant, notamment, les parkings existants. Nous construirons une salle dédiée au judo».

 

Sans omettre le volet économique, le véritable poumon d’une commune : « Le progrès passe par le développement économique. Dans une période où la mondialisation est incontrôlée, où les commerces de proximité sont concurrencés par ceux en ligne qui ne contribuent jamais à l’effort national en plaçant leur argent dans des paradis fiscaux, mon rôle est de garantir le dynamisme et l’attractivité de la ville et de son commerce. Il n’y a pas de commerce en forme quand la ville est malade et il n’y a pas de ville en forme quand le commerce est malade ».

 

 

« Un conseil municipal des enfants et un conseil municipal des jeunes »



 

Ou encore la démocratie : « La démocratie ne consiste plus à donner son avis une fois tous les six ans et à ne plus être consulté. Elle a besoin de citoyens actifs. Nous allons donc poursuivre le développement des conseils de quartiers. Parallèlement, nous allons mettre en œuvre un conseil municipal des enfants et un conseil municipal des jeunes. Des instances représentatives où ces derniers évoqueront les sujets qui les concernent ainsi que leur vision de l’espace public ».

 

Et l’environnement : « Le progrès à Saint-Raphaël, comme ailleurs, cela doit se faire avec raison. Il ne faut pas bouleverser l’équilibre de la ville. Il ne faut pas densifier les espaces résidentiels. Il ne faut pas construire tous azimuts des logements sociaux qui ne seraient pas convenablement intégrés. Continuer à construire des logements, bien sûr, c’est un besoin, mais à un rythme plus soutenable, sans densifier les quartiers qui n’en ont pas la possibilité, sans vendre les terrains de sport pour faire des logements».

 

 

L’amour

 

Avant de conclure ses vœux par le troisième et dernier thème, l’amour : « L’amour et ses déclinaisons, l’amitié, la recherche du bonheur, la fraternité sont partout. Ces périodes de fin d’année sont souvent des périodes où l’on prend les bonnes résolutions. Où l’on se tourne vers l’avenir. Mais je n’apprendrai à personne qu’elles sont aussi la période où l’on se rend le plus compte « qu’un seul être vous manque et tout est dépeuplé ». Cette année la France a perdu plusieurs de ses héros, de ses grands hommes. Toutes ces disparitions nous rappellent combien l’amour est partout, combien il existe un besoin de vivre la vie.

Il passe, notamment, par le besoin de reconnaissance que j’ai souhaité exprimer aux sapeurs-pompiers, aux personnes décorées au péril de leur vie et aux membres du comité communal des feux de forêts ainsi qu'aux sauveteurs en mer. Ce besoin d’espérance et de vie passe par le rappel de grands événements qui ont fait notre histoire, et pour lequel les commémorations sont à chaque fois l’occasion de nouveaux moments de communion.

 

 

« Un besoin d’espérance et de vie »

 

 

 

Simone Veil a déclaré un jour une phrase pleine d’optimisme qui doit nous servir de guide : « Vous savez – disait-elle – malgré un destin difficile, je suis, je reste toujours optimiste. La vie m’a appris qu’avec le temps, le progrès l’emporte toujours. C’est long, c’est lent, mais en définitive. Je fais confiance ». Cela doit nous donner de l’allant pour affronter l’avenir. C’est de cela dont je voulais vous parler. De ma foi dans le progrès, de ma confiance dans l’avenir et dans cette nouvelle année 2018 ».

 

Retour en images sur la Page Facebook de la Ville

 

 

Photographies : Michel Eisenlohr, Michel Johner

WEBCAMS

SAINT-RAPH TV

RECHERCHE

MAGAZINE

CONNEXION

Le site internet "ville-saintraphael.fr" est géré par la Direction de la Communication de la Ville de Saint-Raphaël.

L'animation éditoriale et les mises à jour du site sont assurées par le Webmaster du service Communication en liaison avec l'ensemble des directions de la Ville.

Ce site web est la troisième version du site de la ville réalisée par Net Invaders avec la collaboration de Grapho.

Cliquez ici pour lire les mentions légales