Une élite de musiciens aux commandes des Soirées de Gala du Festival des Jazz !

Mercredi, 12 juillet, 2017 - 16:30

Pour ses deux soirées de Gala, le Festival des Jazz accueillait sur la scène de l’agora, deux stars au sommet de leur art. Le saxophoniste Maceo Parker, légende vivante du funk des années 70, le 10 juillet et la lady du jazz Dee Dee Bridgewater, le 11 juillet. Epaulés par des musiciens plus talentueux les uns que les autres, les deux artistes ont, chacun dans leur style, partagé leur univers avec passion.

 

Maceo Parker : Le Funk Power !

 

Dernier représentant encore actif de l’authentique courant funk, Maceo Parker donne en moyenne deux cent cinquante concerts par an, aux Etats-Unis, en Europe, au Japon. La France l'adore les festivals de jazz se l'arrachent. Il a joué aux côtés des plus grandes stars : Prince, Georges Clinton, Red Hot Chili Peppers, Keith Richards. De sa longue collaboration de saxophoniste avec le pape de la soul, James Brown, pour lequel il a chauffé les cuivres, il a conservé le goût du spectacle.

 

Un véritable show man, haranguant la foule avec panache, chantant sur la plupart des titres et soufflant toute la virtuosité dans son alto. Maceo Parker c’est avant tout un son magique. Ça groove, ça claque, c'est 100% funky ! Un jeu patiné, déchiré d’éclats de cuivres qui en imposent, où chaque instrument du groupe se fond dans l’autre.

 

 

Des musiciens à la virtuosité hypnotique

 

Parmi ses musiciens, avec lesquels on ressentait sa grande complicité, on a surtout remarqué le groove de la paire rythmique : l'imposant bassiste, Rodney Skeet Curtis et Bruno Speight à la guitare, dont les riffs funky et le jeu ultra-technique ont hypnotisé le public. A l’exemple de ce moment magique où, « jouant » dans tous les sens du terme avec son potard de volume, il a donné le sentiment d’avoir transformé sa guitare en instrument à vent. Epique !

 

Une totale communion du public jusqu’au final où il est venu se masser au pied de la scène pour profiter, au maximum, de cette happy music. Des adieux de 20 minutes et des « check » avec le public ont conclu cette soirée mémorable, après une dernière reprise de « Stand by me » de Ben E. King, version rock endiablée, interprétée par son extraordinaire choriste et cousine, Darliene Parker. Deux heures trente d'une puissance inouïe pour clore la soirée la plus hot du festival !

 

Dee Dee Bridgewater : Technique vocale exceptionnelle et scats pleins de swing !

 

 

Dee Dee Bridgewater fait partie de ces interprétres incontournables de la planète jazz. Française d'adoption, la chanteuse américaine se pose en digne héritière d'Ella Fitzgerald et Billie Holiday chez qui elle a puisé son inspiration. On lui connaît des collaborations célèbres comme avec le legendaire Thad Jones/Mel Louis Big Band, dans les années 70 ou encore de grands noms du Jazz tels que Max Roach, Sonny Rollins, Dexter Gordon, Dizzy Gillespie, Ray Charles…

 

A la tête d'une discographie impressionnante, la chanteuse américaine s'est spécialisée dans les hommages. Laureate de trois Grammy Awards, ses titres sont très largement salués par la critique. Ce sont ceux de son dernier album, Dee Dee's Feathers, qu’elle est venue présenter au public raphaëlois. Un hommage à la musique blues, soul et rhythm and blues en forme de reprise de standards célèbres des années 60 et de clin d’œil à ses interprètes préférés : Otis Redding, Gladys Knight, Tina Turner…. Sur « I Can't Get Next To You », une chanson d’amour de Al Green, elle a fait vivre un beau moment d’émotion au public, vivant chaque parole avec une intensité rare.

 

Assister à un concert de Dee Dee Bridgewater c’est vivre un véritable show, mais aussi rentrer dans une intimité qu’elle partage tantôt avec émotion, tantôt avec force de détails cocasses pour entraîner le public au rire. Un vrai talent d’actrice, incarnant chacune de ses chansons, accompagnée d’un orchestre de cador au groove impressionnant. Une lady à la voix pleine et puissante qui dégage dans son expression vocale une tonicité et une énergie unique. Mais aussi une personnalité drôle, provocante et chaleureuse, qui partage des pans de sa vie avec autant d’humour que de philosophie !

 

Deux artistes solaires, terriblement attachants, dont l’énergie et l’humour irrésistible ont conquis le public de cette 37° édition du Festival des Jazz, refermant ainsi, à Saint-Raphaël, une page de l’histoire du jazz, sur deux performances musicales en tous points exceptionnelles !

 

Retour en images du Festival des Jazz 2017 sur la Page Facebook de la Ville : 

  http://bit.ly/2u8ZSWb

 

 

Photographies : Michel Eisenlohr

WEBCAMS

RECHERCHE

MAGAZINE

CONNEXION

Mentions Légales

Le site internet "ville-saintraphael.fr" est géré par le service Communication de la Ville de Saint-Raphaël.

L'animation éditoriale et les mises à jour du site sont assurées par le Webmaster du service Communication en liaison avec l'ensemble des directions de la Ville.

Ce site web est la troisième version du site de la ville réalisée par Net Invaders avec la collaboration de Grapho.

Cliquez ici pour lire les mentions légales