Rugby : Christian Carillo passe la main

Dimanche, 11 juin, 2017 - 22:15

Pour l'actuel président du CARF, après quatre ans de bons et loyaux services, l'heure est venue d'adresser la dernière passe et de transmettre le ballon à son successeur. S'il faudra attendre officiellement l'assemblée générale du club, qui ne devrait pas tarder d'ailleurs, pour savoir qui va prendre le relais, le nom de son vice-président, Thomas Zucco, vient naturellement sur toutes les lèvres. En attendant cette passation de pouvoir programmée, petit retour sur ces quatre années de présidence et sur la motivation du capitaine Christian Carillo à quitter les commandes d'un navire désormais remis à flot.

 

Christian, pourquoi quittez-vous aujourd'hui la tête du club alors que tous les voyants son au vert ?

 

"C'est justement parce que les voyants sont au vert que j'ai décidé de passer le relais. Dans ma vie professionnelle, je suis promoteur. Mon travail, c'est de créer, pas de gérer. Je pense modestement que ma mission est remplie. Il est temps de passer le flambeau. Quand j'ai moi-même repris les commandes du club, il fallait redonner une ossature au CARF, une ligne directrice et surtout, redresser les finances. Aujourd'hui je pars l'esprit tranquille. On a résorbé près de 200.000 euros de déficit. Les comptes sont à l'équilibre ou presque (-10.000 euros), grâce à l'aide des élus de la CAVEM, qu'il ne faut surtout pas oublier de remercier pour leur soutien financier. Le club compte plus ou moins 400 licenciés et l'école de rugby se porte on ne peut mieux".

 

Alors pourquoi partir ? Vous êtes pourtant viscéralement attaché à ce club ?

 

"C'est vrai. Un peu trop même. C'est d'ailleurs ce que me reproche ma famille. Vous savez, c'est un travail très prenant d'être président, surtout quand il faut redresser la barre d'un navire qui est près de s'échouer. Mais rassurez-vous. La devise du club, c'est "Carfiste un jour, Carfiste toujours".  J'ai été joueur. J'ai été président. La prochaine étape, ce sera spectateur. Là au moins je pourrai apprécier le spectacle sans me mettre la rate au court bouillon en fonction des résultats".

 

En parlant de résultats, ceux de l'équipe Une n'ont pas été brillants cette saison. Un mot là-dessus ?

 

"On a vécu une saison compliquée. On savait que ce serait dur car il ne faut pas l'oublier, nous disposions de l'un des plus petits budgets de toutes les poules de Fédérale 2 confondues. Il y a bien eu un sursaut de l'équipe après le remplacement des coaches mais cela n'a pas été suffisant et c'était surtout trop tard. Néanmoins je pense que nous ne sommes pas à notre place. On termine dernier, certes, mais avec une, voire deux victoires de plus, on aurait aussi pu faire les phases finales. Mais bon avec des si... Ceci dit, on sera toujours en F2 la saison prochaine grâce à la refonte des poules. Ce n'est pas la saison que l'on espérait mais c'est comme ça".

 

Phases finales que l'équipe réserve a disputé, elle !

 

"Et avec brio je dirais. Bien qu'amoindris, les gars de la B se sont fait sortir en quart de finale lors d'un match très serré. Je suis surtout fier d'eux pour la qualité du jeu proposé tout au long de la saison. On s'est tous régalé à les voir évoluer et ça, c'est le gros point positif. Après les résultats, c'est le bonus. D'autant que dans cette "B", il y a beaucoup de jeunes, pour la plupart formés au club".

 

Quand on parle de jeune, comment ne pas revenir sur l'accident de Geoffrey Amado ?

 

"C'est terrible. Cet accident a profondément marqué les esprits. Au club, bien sûr. Pour ses amis et sa famille. Mais aussi dans le monde du sport en général. On a reçu, ou plutôt il a reçu, des milliers d'encouragements venus de toute la planète d'ailleurs. Des photos, des messages, des dons. C'est un énorme élan de solidarité qui a encore plus ressoudé notre famille dans ces moments difficiles pour tout le monde. Et puis, cela nous a permis de relativiser. C'est pourquoi, une nouvelle fois, je tire encore un grand coup de chapeau à la B. C'est elle qui a été le plus affectée par ce drame car Geoffrey évoluait dans cette formation. Et même si "Geof" est loin d'être tiré d'affaire, tous ici se réjouissent qu'il soit encore parmi nous".

 

Christian, le mot de la fin ?

 

" Je vous l'ai déjà dit. Carfiste un jour, Carfiste toujours. Je prend mes distances, peut-être aussi parce que j'ai besoin de souffler, de passer un peu plus de temps avec ma femme et mes enfants. Mais ce club reste et restera dans mon cœur pour toujours. C'est une deuxième famille".

MICRO-FOLIE SAINT-RAPHAEL

 

SAINT-RAPH.INFO

 

WEBCAMS

RECHERCHE

MAGAZINE

CONNEXION

Le site internet "ville-saintraphael.fr" est géré par la Direction de la Communication de la Ville de Saint-Raphaël.

L'animation éditoriale et les mises à jour du site sont assurées par le Webmaster du service Communication en liaison avec l'ensemble des directions de la Ville.

Ce site web est la troisième version du site de la ville réalisée par Net Invaders avec la collaboration de Grapho.

Cliquez ici pour lire les mentions légales