L’hommage de la Ville aux compagnons de la Libération

Lundi, 29 mai, 2017 - 16:00

Le soixante-quatorzième anniversaire du premier Conseil National de la Résistance (CNR) a donné lieu, ce 27 mai, à une cérémonie commémorative, organisée en présence des autorités civiles et associations patriotiques devant la stèle Jean Moulin, symbole de la République reconquise.

 

D'abord préfet, puis résistant et finalement déporté, Jean Moulin demeure une figure majeure de la résistance française. Un emblème de courage unanimement démontré par l’ensemble des hommes et des femmes qui, au péril de leur vie, rejoignirent à son exemple l’armée des ombres. Cette émouvante cérémonie a rappelé tous le rôle et l’importance que ces combattants clandestins jouèrent dans l’ensemble de cet engagement sans faille pour la République et sa place dans l’histoire de notre pays.

 

Des résistants élevés en exemple

 

Avant que ne retentisse le chant des partisans, Frédéric Masquelier, premier adjoint, représentant le Député-Maire Georges Ginesta, a lu le message national : « Les hommes qui se réunirent ce 27 mai 1943 dans l’appartement de René Corbin au 48 de la rue du Four, à Paris, portaient chevillées au corps deux vertus essentielles dont la force aujourd’hui encore résonne en nous : le courage et l’espérance. (…)Toute leur espérance était là : la France à la fin vaincrait. Et ils ne se seraient pas battus seulement pour chasser l’occupant, mais pour construire une nation plus belle et plus grande. L’union conclue dans le secret d’une rencontre clandestine devait survivre aux périls de la guerre. De l’épreuve devait naître une France où les clivages d’avant n’auraient plus cours. Où l’intérêt national supplanterait les querelles de chapelles. Aussi le 27 mai 1943 ne fut-il pas seulement un moment-charnière de la résistance à l’ennemi, mais l’acte de naissance de ce pacte qui, pendant des décennies, devait fonder la réconciliation française, la prospérité retrouvée, la République reconquise. » 

 

S’en est suivi un dépôt de gerbes au pied de la stèle dédiée à ce héros national par Frédéric Masquelier, Catherine Roubeuf conseillère régionale, adjointe au maire de Saint-Raphaël, ainsi que les associations patriotiques. La traditionnelle minute de silence, suivie de la Marseillaise, interprétée par l’assistance et le salut aux porte-drapeaux ont conclu cette cérémonie.

 

Jean Moulin, martyre de la résistance

 

Œuvrant sans relâche durant l’occupation allemande à unifier au plan local toutes les forces, Jean Moulin reste dans les mémoires un modèle d’engagement et un exemple pour les jeunes générations. Nommé le 2 mars 1937 préfet de l’Aveyron et par là même, plus jeune préfet de France, Jean Moulin rejoint Londres en octobre 1941, où Charles de Gaulle le charge d’unifier les mouvements de résistance sur le sol français  puis de créer, en mars 1943, le Conseil National de la Résistance (CNR). Désigné en mai chef du CNR, il est arrêté à Caluire en juin. Identifié et torturé par Klaus Barbie, il ne livrera aucun secret. Transféré à Paris à la demande des dignitaires nazis, il subit cette fois les sévices de la Gestapo avant d’être déporté en Allemagne. Il décède dans le train entre Metz et Francfort, le 8 juillet 1943, à l’âge de quarante-quatre ans.

 

Photographie : Michel Eisenlohr

MICRO-FOLIE SAINT-RAPHAEL

 

SAINT-RAPH.INFO

 

WEBCAMS

RECHERCHE

MAGAZINE

CONNEXION

Le site internet "ville-saintraphael.fr" est géré par la Direction de la Communication de la Ville de Saint-Raphaël.

L'animation éditoriale et les mises à jour du site sont assurées par le Webmaster du service Communication en liaison avec l'ensemble des directions de la Ville.

Ce site web est la troisième version du site de la ville réalisée par Net Invaders avec la collaboration de Grapho.

Cliquez ici pour lire les mentions légales