Actualités du Maire

C’est l'un des plateaux lasers les plus complets de la région PACA qu’a visité le maire, Frédéric Masquelier, à l’occasion des 10 ans du Centre Laser Dermatologique Raphaëlois (CLDR). Un centre spécialisé dans les traitements de médecine esthétique et dermatologie laser de la peau équipé, notamment, de technologies... made in Saint-Raphaël !

 

Doté de praticiens aguerris aux techniques de l’esthétique et à la pratique des lasers, le CLDR dispose des équipements les plus actuels en matière de dermatologie laser et dermatologie esthétique. Le centre a, par exemple, fait l’acquisition d’un appareil de cryolipolyse (réduction par le froid de masses graisseuses localisées) et d’une lampe de thérapie Photo-modulation LED (utilisée pour réhydrater, tonifier et réparer la peau en profondeur) conçus et fabriqués à Saint-Raphaël par la Sté DELEO, qui exporte ses produits au niveau mondial.

 

Dermatologie laser et dermatologie esthétique de pointe

 

L’occasion pour le premier magistrat de découvrir un plateau technique unique en son genre et d’aller à la rencontre d’acteurs Raphaëlois qui contribuent à l’attractivité et au rayonnement de notre ville ! Une offre de service source de dynamisme et de renouveau pour le tissu économique local dont s’est félicité Frédéric Masquelier en présence d’une quarantaine d’invités, médecins, usagers du CLDR, amis, commerçants et partenaires venus s’associer à cet anniversaire, ce 12 octobre.

 

Centre Laser Dermatologique Raphaëlois 

84, rue Waldeck Rousseau (face à la gare SNCF)

Tél : 04 94 40 08 17

 

Photographie : Michel Johner

Afficher cette actualité

La bonne santé de l’association boulourissienne a été diagnostiquée dernièrement par son président, lors de l’assemblée générale. Jean-Baptiste Miquel s’est également félicité de l’attribution d’une subvention par la Ville qui permettra au Cercle de mener à bien ses activités, notamment celles consistant à l’entraide entre Raphaëlois et l’accueil des nouveaux arrivants. Des remerciements adressés directement à Frédéric Masquelier qui a encouragé chacun à poursuivre son engagement.

 

Hormis sa grande convivialité, le plus du Cercle de Boulouris est assurément la diversité des activités proposées dans les domaines des loisirs, sports, culture, voyages et sorties. L’association compte à ce jour 873 membres.

 

 

Photographie : Marlène Kuhn-Osius.

Afficher cette actualité

Succès public ce samedi lors de la Journée du Commerce de Proximité pour laquelle 235 commerçants et artisans s’étaient mobilisés pour faire de ce superbe événement un instant de partage et de convivialité sur 11 secteurs du centre-ville et des quartiers. Animations sportives et de loisirs pour toute la famille, dégustations, petit train, organisés par plus de 13 associations, ont ponctué la manifestation qui a reçu le soutien actif de Frédéric Masquelier venu toute la journée à la rencontre des professionnels, en compagnie de Miss Saint-Raphaël et de ses dauphines. Une journée pour découvrir ou redécouvrir nos commerçants, leurs beaux et bons produits. Un enjeu d’importance car le commerce de proximité est avant tout générateur d’emplois, de solidarité, de lien social, de sécurité et de vitalité.

 

 

 

Pour la 5e année consécutive, la Ville, au côté de la Chambre du Commerce et de l’Industrie et de l’Association Renouveau du Commerce Raphaëlois organisait ce 13 octobre la Journée Nationale du Commerce de Proximité. En début d’année, Saint-Raphaël décrochait le label 4 sourires pour son dynamisme, rejoignant ainsi le cercle très fermé des 13 communes en France certifiées.

 

 

Un premier rendez-vous : l'Apéri'fit

 

En continuité de la JNCP, les commerçants du marché République proposait ce dimanche 14 octobre un premier rendez-vous : l’Apéri’fit ! Un concept générateur de lien social organisé avec l’association New Training. L’idée est simple : un dimanche par mois, un rendez-vous en centre-ville est organisé avec un commerçant partenaire avant que ne soit réalisé un parcours en centre-ville avec les runners. Un réel moment de partage qui a été apprécié de tous et sera reconduit.

 

 

 

Photographies : Marlène Kuhn-Osius.

 

Afficher cette actualité

Conçu pour permettre à un porteur de projet de tester son idée de commerce pendant six mois, le dispositif de « Boutique à l’essai » voit le jour à Saint-Raphaël. Développé pour soutenir le dynamisme du commerce local et donner sa chance à ceux qui aspirent à se lancer dans l’entrepreneuriat, mais n'osent pas franchir le pas en raison des risques financiers, il associe acteurs publics et privés. Son but : aider un commerçant à s’installer dans notre commune et pérenniser son activité dans des conditions privilégiées.

 

Saint-Raphaël, 1er ville du Var à lancer ce concept innovant

 

« C’est un beau projet pour lutter, efficacement et concrètement, contre la vacance des locaux commerciaux. Du sur mesure permettant de lancer une activité avec des risques limités » s’est félicité Frédéric Masquelier.  Même si à Saint-Raphaël le taux de vacance est inférieur à celui de la moyenne du Var, et a significativement baissé en 2 ans grâce au travail réalisé par la Ville (44 en 2018 contre 63), le premier magistrat souhaite l’abaisser davantage. C’est dans cet esprit qu’un partenariat a été noué avec la fédération « Boutique à l’essai », la Région, la Caisse des dépôts et Consignations et Initiative Var donnant lieu, ce 12 octobre, à la signature d’une convention.

 

Deux boutiques à l’essai à Saint-Raphaël courant 2019

 

Avec un taux de réussite de 93%, le concept de « boutique à l’essai » a de quoi séduire. 35 boutiques ont déjà été lancées sur ce concept en France, 2 nouvelles implantations verront le jour à Saint-Raphaël en 2019. Cette signature marque le lancement officiel de la sélection des locaux commerciaux et des dossiers de candidature des postulants. La fédération « Boutique à l’essai » et Initiative Var offriront un financement  de 5 000 € à 0 % aux futurs commerçants et prendront notamment en charge leur accompagnement (étude de faisabilité et suivi après ouverture).

 

La convention a été signée en présence du maire, Frédéric Masquelier, de Thomas Riboud, président d’Initiative Var est ; de Laurent Nuns président de la fédération Boutique à l’essai ; de Stéphane Iseppi, adjoint au commerce à l’artisanat et au tourisme.

 

Photographie : Michel Johner

Afficher cette actualité

Visite de courtoisie de notre Miss, Caroline Gonzalez, et de ses dauphines, Loryne et Anaïs Zenarre, à Frédéric Masquelier, suite à leur élection de samedi dernier, au Palais des congrès. Une rencontre particulièrement conviviale qui a permis au premier magistrat d’adresser ses félicitations et ses encouragements à ces trois jeunes femmes qui représenteront la Ville lors des cérémonies et des grands événements se déroulant sur la commune. Parées de leurs écharpes, elles étaient joliment vêtues pour l’occasion par les boutiques raphaëloises partenaires Gérard Darel, Nikita et La Bottega.

 

 

Photographie : Michel Johner.

Afficher cette actualité

Le nouveau bureau du Lions Club Féminin Fréjus/Saint-Raphaël Vallée d’Argens est venu à la rencontre de Frédéric Masquelier, ce 8 octobre. L’occasion pour les Lionnes de présenter l’ensemble de leurs activités au premier magistrat qui a salué l’engagement sans faille de ces femmes de convictions et de valeurs qui fêteront, le 19 novembre, les 40 ans de leur association !

 

« Vous promouvez des valeurs positives » s’est félicité le maire en s’adressant aux membres du bureau qui lui ont exposé le programme de leurs manifestations à venir. Mobilisées dans de nombreuses opérations de levée de fonds au service de causes, tant sur le plan humanitaire que sur celui de la santé, l’action des Lionnes a chaleureusement été saluée par Frédéric Masquelier.

 

 

Des actions d'intérêt général

 

C’est toujours dans un esprit d'unité et de solidarité que les Lionnes travaillent à la préparation de leurs divers évènements : dîner de Noël, vente de vêtements en février qui rencontre toujours un vif succès, Journée de la femme en mars précédant un défilé de mode au mois d’avril pour ne citer que quelques-unes de leurs actions phares ! Une association très active que le maire souhaite voir figurer au Trophée de la générosité.  « Un nouvel évènement de la Ville pour mettre en avant les clubs services et les associations qui sont au service des autres et donner à connaître leurs actions » at-il précisé. Actuellement à l’étude, la manifestation sera programmée au cours du premier semestre  2019 !

 

Renouvelé en juillet le bureau est composé de : Marcelle Combe : présidente; Françoise  Caramagnol : trésorière ;  Rita Brignone : secrétaire (toutes trois fondatrices de l’association) ; Hélène Desvignes : past-présidente ; Nicole Beltrame : vice-présidente ;  Marie-Anne Muller : protocole ; Christiane Bacchi :  social ; Aline Gillès de Pélichy : animation.

 

 

Photographie : Service communication

 

Afficher cette actualité

La 11e journée annuelle de l’Interclan (comité de liaison alimentation nutrition) se tient ce jour au Palais des congrès. Un rendez-vous destiné à l’ensemble des personnels de soins de santé et administratifs des secteurs publics et privés de la Région Sud, auquel Frédéric Masquelier a souhaité apporter son soutien.

                    

« Ces échanges de savoirs, de pratiques et d’expériences sont indispensables pour que l’on prenne toujours mieux en considération la question de la nutrition du point de vue thérapeutique comme préventif » soulignait le maire dans son intervention. « A la lecture de votre programme, on comprend l’enjeu d’une telle journée de conférences, d’ateliers, de rencontres et d’échanges. Une journée qui est à la fois, un échange entre professionnels et avec le grand public ce soir autour de la question du cancer et de l’alimentation ».

 

 

Une mortalité décroissante

 

Un enjeu considérable lorsque l’on connait les chiffres du cancer en France : 350 000 personnes vont être diagnostiquées pour un cancer cette année et près de 150 000 en mourront dans la même période. En l’espace de moins de deux générations, nous avons à la fois vu le nombre de cancer augmenter considérablement - et notamment les cancers de la prostate chez l’homme qui ont été multipliés par cinq et les cancers du sein chez la femme qui ont doublé sur cette même période – et la mortalité considérablement baisser. Toutefois, le cancer demeure la première cause de décès prématurés avant 65 ans chez l’homme comme chez la femme.

 

S’adressant aux docteurs Diebold, Zeanandin, Herbet, ainsi qu’à Madame Agullo, Frédéric Masquelier précisait : « Je tenais à vous remercier pour vos actions. Vous remercier d’améliorer les soins en facilitant le dépistage, la prise en charge et le codage des troubles de l’état nutritionnel. Je voulais vous dire que j’étais heureux et fier que Saint-Raphaël ait été choisi pour la troisième année consécutive. Je connais la mobilisation du CLAN de notre centre hospitalier intercommunal, votre mobilisation Docteur Diebold, et je tenais à ce que vous en soyez remerciés ».

 

Photographies : Marlène Kuhn-Osius.

 

Afficher cette actualité

Frédéric Masquelier a reçu ce mardi matin en mairie, Eric de Wispelaere, nouveau sous-préfet de l’arrondissement de Draguignan, lors d’une visite de courtoisie. Ce haut fonctionnaire de la République, qui occupait auparavant le poste de secrétaire général de la préfecture de Mayotte, a pu s’entretenir quelques minutes avec le premier magistrat de la Ville, ainsi qu’avec son directeur général des services, Laurent Régné. Une prise de contact qui s’est voulue informelle et conviviale.

 

Photographie : Service communication.

 

Afficher cette actualité

Un beau cérémonial était organisé lundi par les élèves de l’Institut de Formation Public Varois des Professions de Santé pour célébrer leur rentrée et la présence amicale de Frédéric Masquelier, accompagné notamment de Josy Chambon, directrice de l’institution, Roland Bertora, président de la Cavem, Amélie Boudeaudhui, responsable du site, et de nombreux élus. Un accueil dont le maire s’est félicité lors de son intervention, lançant aux étudiants : « Vous incarnez la jeunesse et l’avenir ! »

 

 

 

 

Avec pour mission principale de former des professionnels de santé paramédicaux, l’IFPVPS a voulu faire une fête de sa rentrée 2018/2019, en réservant une réception particulièrement soignée aux officiels. « Cet institut est aujourd’hui reconnu dans toute la France pour sa réussite et la qualité de sa formation » reconnaissait avec satisfaction le maire. « Avoir de la jeunesse c’est important pour une ville comme Saint-Raphaël qui se donne pour mission d’investir dans des formations supérieures. Vous avez fait un bon choix professionnel qui vous donnera toujours du travail. Merci de votre engagement, notamment dans l’humanitaire et le caritatif ». Le 1er novembre, les élèves se proposent d’accompagner bénévolement les personnes âgées se rendant au cimetière dans le cadre de l’opération « La Toussaint pour Tous ».

 

À l’IFPVPS, ce sont près de 1 300 élèves et étudiants à être préparés annuellement aux diplômes d’Etat d’infirmier, de psychomotricien, d’ergothérapeute, d’aides-soignants et d’auxiliaire de puériculture.

 

 

IFPVPS Saint-Raphaël
200 avenue Victor Sergent
Tél. : 04 94 14 72 14

 

 

Photographies : Patrice Texier.

 

Afficher cette actualité

Profitant de l’assemblée financière du Saint-Raphaël Var Volley-ball (SRVVB), qui s’est tenue à la salle Pierre-Clère, Frédéric Masquelier a dévoilé le grand projet des nouveaux équipements sportifs dont devrait se doter très prochainement la CAVEM, et par ricochet la Ville. Les volleyeuses étant au cœur de ce projet, le maire de Saint-Raphaël, après concertation avec son homologue de Fréjus, a décidé de créer un pool de volley-ball de haut niveau à Sainte-Croix où les 2 formations phares (Ligue A féminine et Ligue B masculine) évolueraient en alternance, et ce à partir de la saison 2019-2020.

 

La nouvelle salle de volley-ball, prévue à l’Aspé, deviendrait une salle d’entrainement et pourrait accueillir les matchs amateurs. Elle permettrait également de recevoir, dans la journée, les élèves des écoles proches. Bien évidemment, tant que cette nouvelle salle ne sera pas sortie de terre, Pierre-Clère continuera son office actuel.

 

Cette AG financière s’est clôturée par la présentation officielle au premier magistrat du groupe fanion du club. L’équipe première sera engagée sur plusieurs fronts cette saison, à commencer par le championnat de LAF, mais surtout la coupe d’Europe.

 

 

Photographie : Marlène Kuhn-Osius.

 

Afficher cette actualité

Mobilisée pour aider moralement et financièrement les enfants malades et leurs familles, ainsi que la recherche contre le cancer et les leucémies pédiatriques, l’association Léo organisait une initiation avec le club Optimum krav-maga de Dominique Luhern, afin de collecter des fonds. Un rendez-vous soutenu par Frédéric Masquelier qui a renouvelé son soutien et son amitié à Delphine Chanoyan, présidente de l’association caritative.

 

750 euros collectés

Une cinquantaine de participantes, mamans et ados, ont fait le succès de cette première édition d’initiation au krav-maga, méthode d’autodéfense de l’armée Israélienne, alliant les techniques de la boxe, du judo, du jiu-jitsu ou encore de la lutte. L’initiative a permis de collecter une somme de 750 euros qui viendra soutenir les parents d’enfants malades.

 

 

Pour aider l’association Léo « Ne jamais rien lâcher »

nejamaisrienlacher.leo@gmail.com

 

Photographies : Michel Johner.

Afficher cette actualité

29 jeunes étaient présents ce samedi à la réunion de rentrée du Conseil Municipal des Jeunes CMJ). Les commissions ont poursuivi leurs travaux de réflexion  sur les différents thèmes: identité visuelle, commémorations du 11 novembre et  préparation de la journée de promotion du CMJ prévue le 20 octobre prochain. L’occasion pour Frédéric Masquelier de « rebooster » le conseil en cette rentrée mais surtout, de féliciter les jeunes pour leur implication dans les actions à mener.

 

 

Deux nouveaux conseillers

 

Deux nouveaux conseillers ont intégré cette assemblée consultative: Sarah Maugee et Matéo Leca, en remplacement de quatre jeunes partis poursuivre leurs études. Ils ont reçu du maire  l’écharpe tricolore, en présence de Catherine Roubeuf, adjointe déléguée à l’Education et Elu référent du CMJ.

 

 

 

 

Photographies : Marlène Kuhn-Osius.

Afficher cette actualité

Tels les grands orateurs de l’Antiquité qui maniaient les ressources du langage avec éloquence, le philosophe a littéralement captivé le public Raphaëlois sur un sujet « faussement simple » : la confiance. Une première aussi pour le conférencier dans la cité de l’Archange dont il partage avec bonheur le nom.

 

 

 

Dixième intervenant de la sixième date des Conférences de 18h59, Raphaël Enthoven a fait le plein au Palais des congrès hier soir, où 750 personnes s’étaient massées pour écouter l’un des plus brillants philosophes de notre temps et l’un des plus passionnants : « Nous recevons ce professeur de philosophie que vous avez peut-être déjà découvert sur France Culture ou sur Europe 1 » détaillait Frédéric Masquelier dans son discours. « Vous l’avez peut-être également découvert en le lisant dans le Magazine Littéraire, Lire, Philosophie Magazine ou L’Express. Ou tout simplement dans l’un de ses passionnants ouvrages, je pense notamment à ses Morales Provisoires ou à Little Brother. Merci d’être venus aussi nombreux et de votre intérêt pour ce cycle de grandes conférences ».

 

 

La confiance est une cause, pas une conséquence

 

Citant tour à tour Socrate, Kant, Nietzsche, Spinoza, Diderot, Montaigne et bien d’autres, Raphaël Enthoven a développé avec brio son propos : « La confiance, c’est un risque, la confiance saute au trapèze sans filet, la confiance tend la main, à quelqu’un, dans le doute. La confiance est une cause, pas une conséquence. Etre en confiance, agir en confiance, c’est se rendre en un sens imperméable à tout ce qui dans le monde serait de nature à nous détourner d’elle. La confiance est une difficulté car elle est un fait premier : elle ne dépend que de soi, elle n’est en définitive qu’une question de caractère. In fine, l’enjeu de la confiance, c’est la liberté. Non pas dans le sens d’une liberté frivole ou de libre arbitre. Non ! La liberté dans le sens où dans la vie, et c’est tout l’enjeu de la question, on décide et après on délibère. Le choix des arguments que l’on se donne obéit à la décision que l’on a déjà prise. C’est à cela que la confiance doit nous rappeler. La confiance est un fait premier : elle est ou elle n’est pas ! On est confiant ou on ne l’est pas. La confiance est en soi-même et ne dépend que de soi. ». Et de conclure : « Avoir confiance est la seule façon de vivre. La confiance est de porter « l’invincible été », cher à Albert Camus, qui lui permet de traverser l’hiver du monde et de l’existence ».

 

 

C’est sous une salve nourrie d’applaudissements que le philosophe a conclu sa conférence avant de répondre très amicalement aux questions de l’assistance et de dédicacer ses ouvrages.

 

 

 

Prochaines conférences :

 

Photographies : Michel Johner.

Afficher cette actualité

C’était l’une des promesses phares de Frédéric Masquelier auprès des jeunes et elle vient d’être officiellement mise en place ce mardi. Votée lors du Conseil municipal du mois de mai, la mesure va permettre à 16 raphaëlois âgés de 18 à 25 ans de se voir offrir, moyennant 90 heures de leur temps donné à des associations caritatives de la Ville, une bourse au permis de conduire d’une valeur de 900 €.

 

« De nos jours, le permis de conduire est un outil quasi-indispensable pour trouver du travail. Même si vous n’avez pas encore de véhicule, c’est souvent l’une des conditions principales pour une embauche », a déclaré le maire en salle du conseil lors de la signature de la convention tripartite pour ces premiers bénéficiaires.

 

 

Une pierre, trois coups !

 

Tripartite car outre la Ville et ces 16 jeunes qui ont été sélectionnés par une commission (BIJ + PAJF), étaient également présents les représentants des 6 associations caritatives qui participent à cette opération et qui ont aussi signé ce document. Des associations (Les restos du cœur, Corail, Wallace 83, Entraide 83, Saint-Vincent de Paul, Un Noël pour chaque enfant) très actives sur la commune qui vont pouvoir profiter pleinement de ce renfort de bénévoles.

 

« Votre aide, pour ces associations que vous avez vous-mêmes choisies, ne sera pas de trop. Cela va vous permettre de voir également l’envers du décor. De vous rendre compte combien, quelques minutes de votre temps, peuvent apporter de bonheur à des personnes seules ou en souffrance. Un envers du décor auquel vous n’avez peut-être jamais été confronté, mais qui est le quotidien de ces associations » a conclu Frédéric Masquelier.

 

Des jeunes qui n’auront que deux obligations. Etre présents et assidus avec leur association de tutelle et bien évidemment, obtenir leur permis. Une opération que le maire souhaite pérenniser.

 

Photos : Michel Johner.

Afficher cette actualité

Grâce à la belle entente des comités de jumelage de part et d’autre du Rhin, Saint-Raphaël s’est vu offrir à nouveau un magnifique sapin de Forêt Noire, qui viendra embellir l’esplanade Victor-Hugo, lors des fêtes de fin d’année. Le choix du conifère est revenu à Frédéric Masquelier, invité pour l’occasion par le président du comité de Sankt Georgen, Markus Esterle et son secrétaire Zoran Josipovic, en présence de Sébastien Michel, président du comité de Saint-Raphaël, Guillaume Decard, conseiller départemental et municipal. Merci à notre ville jumelle de ce présent qui illuminera, une fois encore, notre prochain Noël.

 

 

De plus, pour célébrer les bons échanges touristiques menés par les deux villes, l’hôtel Federwerk, vient d’attribuer le nom de « Saint-Raphaël », à l’une de ses salles de réception.

 

 

Photographies : Comité de jumelage de Saint-Raphaël.

Afficher cette actualité

En ce mardi 25 septembre, journée nationale d’hommage aux Harkis, le maire de Saint-Raphaël, lors de son discours devant le monument aux morts de Mascara, a rendu un vibrant hommage à ces hommes, femmes et familles qui ont longtemps été des oubliés de la République. Dans une allocution chargée d’émotions, n’hésitant pas à employer des termes aussi forts que « abandon, massacre, déracinement, camps ou encore discrimination », le premier magistrat a rappelé combien la France s’était montrée injuste envers ceux qui l’avait pourtant si courageusement servie. Extraits :

 

« C’est seulement la quinzième fois que cette journée nationale se tient en France, et, cela en dit long d’un pays qui connaît et assume si mal son histoire. Cela en dit long d’un pays qui a si longtemps ignoré ce que vous avez fait pour lui, ce que vous avez été pour lui ».

 

 

Des mots imprononçables

 

Mais aussi : « En ce 25 septembre, comme depuis 15 ans, nous avons pris un rendez-vous avec notre histoire, celle ponctuée de mots imprononçables comme abandon, massacre, déracinement, camps, discriminations sociales. Ces mots imprononçables, il faut pourtant les dire. Il faut les assumer. C’est notre devoir, un devoir de mémoire ».

 

Et de reprendre : « la France avait promis à ces hommes et à leur famille une protection. Une promesse qui n’a pas été inscrite dans les accords d’Evian. Une promesse rompue qui a laissé ces hommes et leur famille désarmés et abandonnés. Privés de la protection de la France, plusieurs dizaines de milliers d’entre eux furent exécutés sommairement, des femmes et des enfants furent massacrés. Pour survivre, ils furent condamnés à un exil précipité ».

 

 

Briser le silence

 

Avant de poursuivre : « Celui d’un peuple qui en guise de reconnaissance n’a eu comme accueil que des camps indignes de votre sacrifice. A la violence du déracinement, nous avons ajouté celle de l’oubli. La justice ne trouvera son commencement que dans le rétablissement de la vérité historique. Nous la devons notamment à des enfants de Harkis qui se sont battus pour briser le silence et je tiens à leur rendre hommage pour ce combat ».

 

Puis de conclure : « Pourtant, beaucoup se sont élevés grâce à l’école de la République et ont su faire connaître leur histoire. Ils sont devenus chercheurs comme Fatima Bensnaci ou Jeannette Bougrab. Romanciers ou journalistes pour mieux mette en mot l’horreur de l’exil et de l’accueil des harkis en France comme Dalila Kerchouche ».

 

 

 

Fatma Badji en exemple

 

« Vous me permettrez de prendre un exemple qui m’est cher. En pensant aux enfants d’Harkis qui se sont illustrés, je pense forcément à ma chef de cabinet, Fatma Badji, qui a franchi tous les échelons de l’administration jusqu’à devenir aujourd’hui le pivot qui assure le bon fonctionnement entre tous les services de la ville et le maire. Une de ces femmes remarquables, l’un de ces enfants dont la République peut être fière ».

 

De nombreuses autorités civiles et militaires assistaient à cette cérémonie ponctuée par différents dépôts de gerbes (Ville de Saint-Raphaël, Conseil régional, Conseil départemental, Association des Harkis) et le traditionnel « Chants des Africains ».

 

Photos : Michel Johner

Afficher cette actualité

Association humanitaire, Entraide 83 apporte depuis 23 ans une assistance aux personnes démunies dans le domaine alimentaire. 7200 bénéficiaires, domiciliés sur les communes de Saint-Raphaël et Fréjus, ont fait l’objet de son action en 2017. Des citoyens suivis par les services sociaux, composés en grande majorité de personnes âgées et de familles nombreuses. La présidente, Claudia Jollivel, qui œuvre à l'année pour ces populations fragiles a rencontré le Maire, Fréderic Masquelier, accompagnée de sa vice-présidente, Dalila Derras, ce 20 septembre.

 

« Une satisfaction de pouvoir aider concrètement »

 

C’est grâce au dévouement de ses 22 bénévoles que l’association a confectionné cette année encore quelque 3900 colis alimentaires, à raison de trois jours par semaines. « Nous avons besoin de soutien financier et de bénévoles supplémentaires » a confié la présidente. Un appel auquel le maire a immédiatement répondu en s’engageant à augmenter la subvention de la Ville et en associant Entraide 83 au dispositif de « Bourse au permis de conduire » qui incite les jeunes Raphaëlois à s’investir dans une association caritative, en échange d’un soutien au financement de leur permis !

 

Entraide 83 
22, rue du gendarme Veilex
83600 Fréjus
Tél. : 04.94.53.46.33

Afficher cette actualité

Actuellement en stage à Saint-Raphaël et récemment auréolée d’une médaille de bronze par équipe (féminine) à la dernière coupe du Monde de Taekwondo, la sélection nationale du Maroc a été reçue par le maire Frédéric Masquelier. A la tête de cette délégation, le Raphaëlois David Sicot, professeur du Dojo JPS, qui a pris les commandes de cette sélection nationale en 2017. Une formation qui ne cesse de progresser depuis.

 

En moins de 2 ans, le Maroc s’est offert 2 fois le bronze par équipe à la coupe du Monde (2017 et 2018), a décroché le titre de champion d’Afrique cette année et a qualifié 2 de ses athlètes pour les JO de la Jeunesse qui se dérouleront dans un mois en Argentine. Sacrée performance quand on sait que la France, qui fait partie des meilleures nations mondiales de la discipline, n’y a pas qualifié de représentant.

 

Photo : service communication

Afficher cette actualité
18/09/2018 - 09:07

Organisation de tombola, sorties, dîner-spectacle, voyages… L’amicale du personnel du Centre Hospitalier de Fréjus Saint-Raphaël est des plus dynamiques ! Président du Conseil de Surveillance du CHI, le maire, Frédéric Masquelier, s’est rendu à l’invitation d’Emmanuel Perret, président de l’amicale, organisateur d’un sympathique tournoi de boules à la Base Nature de Fréjus. L’occasion pour le premier magistrat d’aller à la rencontre des adhérents et d’assister à la remise des lots et trophées décernés aux meilleurs joueurs. Un concours qui a fait honneur à la discipline, ce 15 septembre, alors que la France est sacrée championne du monde de pétanque en finale des championnats organisés cette année au Québec !

 

 

Photographies : Michel Johner

Afficher cette actualité

Comme annoncé, c’est une superbe réunion de boxe pied-poing qui a eu lieu ce samedi soir à la salle omnisports. Malgré trois désistements de dernière minute qui ont obligé les organisateurs à trouver en milieu de semaine des remplaçants dans l’urgence, spectacle, ambiance et frissons ont bien été au rendez-vous de cette Battle of Saint-Raphaël 6. Plus d’un millier de personnes réunies pour suivre les combattantes et combattants raphaëlois de l’AJSR, évidement les chouchous du public lors de cette soirée.

 

Au premier rang des spectateurs VIP, le maire Frédéric Masquelier, ainsi que de nombreux élus de la commune, du département et de la région, qui ont tous vécu ce gala avec passion. Tout comme le public de la salle omnisports, fin connaisseur et toujours friand de ce genre de spectacle. D’autant que sur les 10 combats de la soirée, il y a eu 7 victoires raphaëloises. Pas mal quand on sait que l’AJSR alignait 8 pensionnaires. Seule la championne du Monde Mallaury Kalachnikoff s’est inclinée aux points et prive le club local d’un sans-faute.

 

Retrour en images sur la Page Facebook de la Ville 

 

Photos : Marlène Kuhn-Osius.

Afficher cette actualité

Près de 200 personnes ayant fait le choix de Saint-Raphaël pour écrire une page de leur histoire ont été accueillies avec les honneurs par Frédéric Masquelier ce samedi, au jardin Bonaparte. Un évènement qui revêt pour le maire une importance prépondérante et qui se renouvellera chaque année. La cérémonie s’est déroulée sur la matinée, durant laquelle nos « jeunes » Raphaëlois ont pu, de manière très amicale, partager un café avant d’effectuer une balade en bateaux bleus, puis découvrir les services et les animations de la ville, notamment avec la remise d’un Tote-bags contenants de nombreuses informations pratiques, ainsi que quelques cadeaux souvenirs.

 

« Je crois que pour un maire, il n’y a pas plus beaux discours que celui que l’on peut prononcer devant de nouveaux arrivants » devait confier Frédéric Masquelier aux participants. « C’est un véritable honneur et une véritable fierté que de savoir que vous êtes plusieurs centaines cette année encore à avoir fait le choix de Saint-Raphaël. Cela prouve que notre ville est attirante et attractive. Nous sommes heureux que vous ayez choisi Saint-Raphaël, car c’est une ville à partager ». C’est dans une ambiance jazz que le verre de l’amitié a été partagé par l’assistance, ravie de cet accueil privilégié.

 

Retrour en images sur la Page Facebook de la Ville 

 

Photographies : Marlène Kuhn-Osius.

Afficher cette actualité

Investissement municipal prioritaire, l’éducation et la jeunesse profitent de budgets conséquents, à l’exemple de l’école de l’Aspé dans laquelle la Ville et ses partenaires ont investi près de 2 000 000 d’euros. Les 470 élèves de l’établissement bénéficient depuis la rentrée d’un nouveau self et de quatre salles de classe.

 

 

« L’école est plus qu’un lieu d’instruction » expliquait le maire lors de son intervention. « C’est le fondement de notre société méritocratique, le lieu de l’équité, du vivre-ensemble. Je suis particulièrement fier d’inaugurer cette extension du groupe scolaire de l’école élémentaire. Cette extension a considérablement amélioré le cadre de travail des élèves du quartier, des enseignants, des Atsem, de l’ensemble de ceux qui contribuent à l’épanouissement des élèves ».

 

 

Devenu trop petit du fait du développement de l’Aspé, des travaux d’agrandissement s’imposaient afin d’améliorer les conditions d’enseignement. «Je suis heureux de pouvoir investir dans ce domaine primordial qu’est l’éducation car c’est dans ce domaine que se prépare l’avenir de nos enfants, leur place dans le monde » soulignait par ailleurs le premier magistrat, avant d’adresser sa reconnaissance au président du département du Var, Marc Giraud : « C’est la deuxième fois que j’ai le plaisir de vous remercier pour les investissements que vous réalisez ici, à Saint-Raphaël. Après le collège de l’Estérel, nous inaugurons cette extension scolaire que vous nous avez aidé à financer ».

 

 

Le président Giraud s’est félicité à son tour de voir combien « les budgets du département ont été entre de bonnes mains ». L’inauguration s’est déroulée en présence de Catherine Roubeuf, adjointe déléguée à l’Education et conseillère régionale, Françoise Dumont, vice-présidente du Conseil départemental, Guillaume Decard, conseiller départemental, du cabinet d’architecture Raynal-Caranoni, des entreprises, des enseignants et des enfants qui ont réservé un bel accueil à tous.

 

 

 

Photographies : Michel Johner

Afficher cette actualité

650 personnes ont assisté à la conférence du politologue Pascal Perrineau. Le Palais des Congrès accueillera le philosophe Raphaël Enthoven le 27 septembre pour la prochaine conférence de 18h59.

 

 « Vous êtes 650 personnes ce soir pour ce nouveau rendez-vous des conférences de 18h59, et par là, vous confirmez l’engouement pour ces grands rendez-vous nés en janvier » s’est félicité le maire, Frédéric Masquelier, avant d’accueillir Pascal Perrineau, grand spécialiste de la sociologie électorale. Ce 12 septembre, le huitième invité de l’évènement, n’a pas dérogé au talent des personnalités qui l’ont précédé au Palais des congrès : Jean-Noël Jeanneney, Dominique Schnapper, Roger-Pol Droit, Monique Atlan, Franck Thilliez et Bernard Werber et Gilles Lipovetsky.

 

 

 

« Aujourd’hui, la vie politique est plus que jamais bouleversée par un nouveau parti qui est majoritaire à l’assemblée alors qu’il n’existait pas lors des précédentes échéances. Ce sont ces bouleversements que vous allez nous évoquer et je vous en remercie par avance » expliquait le premier magistrat avant de céder la tribune à ce fin connaisseur de la vie politique française qui, régulièrement, éclaire pour les Français l’actualité à travers ses ouvrages et sur les plateaux de télévision.

 

 

Le paysage politique français disséqué

 

A moins d’1 an des élections européennes de mai 2019, Pascal Perrineau a livré une analyse poussée de l’élection présidentielle 2017 et du mouvement politique en place depuis 15 mois. Retour sur les divers scores enregistrés et la victoire du 2e tour, recomposition du paysage politique, train des réformes, malaise social, observation de dérèglements au plan politique, image de la France à l’étranger et phénomène de Macrophilie, contrastes et paradoxes des divers indicateurs d’opinion, impact des médias… Autant de questions qui ont contribué à nourrir la réflexion du public.

 

 

« La société française est en train de changer »

 

« Un vieux monde, politique, social, économique est en train de mourir. Un nouveau monde est en train de naître. Les maires sont les seuls hommes politiques qui rencontrent encore la confiance des Français » a fait observer Pascal Perrineau qui, en conclusion, s’est félicité de « la sérénité de la réflexion collective de cette soirée » au Palais des congrès. « La paix de l’esprit et de l’analyse conduira à avancer collectivement et je vous en remercie ».

 

 

A noter qu’en raison d’un problème d’agenda, Brice Teinturier ne pourra pas animer sa conférence du 27 septembre, son intervention est reportée ultérieurement. A cette date et en remplacement, le philosophe Raphaël Enthoven donnera une conférence sur la thématique de la confiance. Pensez à réserver vos places au centre culturel !

 

Photographies : Michel Johner

Afficher cette actualité

L’heure de la rentrée scolaire a sonné depuis une semaine pour tous les petits Raphaëlois. Ce lundi matin, à l’école maternelle des Plaines, puis à l’école primaire des Tasses, le premier magistrat a rendu une visite amicale. Un moment d’échanges privilégié entre l’édile, le corps enseignant et surtout les enfants de ces deux écoles, tous avides de questions. Le maire s’est largement prêté à ce petit jeu, notamment avec les élèves de CM2, qui l’ont questionné sur des sujets aussi divers que variés. Il a rappelé l’importance de l’apprentissage de la lecture et de l’écriture et insisté sur la notion de respect de la différence.

 

 

Bilan de cette petite tournée de rentrée : on aura à Saint-Raphaël, dans un futur proche, un géologue, deux médecins, un dentiste, une institutrice et peut-être un président de la république (rien que ça).

 

 

 

 

 

Photos : service communication

Afficher cette actualité

Trois week-ends de festivités vont marquer la célébration des 50 ans du Port Santa Lucia, inauguré en 1968, baptisé par Sheila et Eric Tabarly, marraine et parrain du site. Ce 8 septembre, le maire a officiellement lancé l’évènement en inaugurant, devant un public nombreux, le quai Michel Lambot, en présence du champion du Monde de voile et créateur du premier chantier naval de la structure, troisième plus grand port de la Côte d’Azur.

 

Un bel hommage vient d’être rendu par Frédéric Masquelier à l’une des personnalités les plus emblématiques de Santa Lucia : Michel Lambot, qui remporta en 1967 le premier titre mondial français, lors des « Moth Europe » en Belgique. « Vos deux histoires sont en effet inextricablement liées » s’est réjoui le maire. « Le bassin Sud du Port Santa Lucia a été inauguré le 27 juillet 1968 soit un an, presque jour pour jour après votre titre mondial de champion du Monde. Vous êtes devenu celui qui initiait les stars à la voile, de Sheila à Antoine, et avez été l’un des premiers entrepreneurs de la structure. Ce port, vous l’avez vu grandir tout en contribuant à sa grandeur et à son développement ».

 

 

 

 

Relever les défis de demain

 

Santa Lucia se retrouve aujourd’hui dans un jeu de concurrence avec d’autres ports de la Méditerranée, mais aussi des Caraïbes, pour accueillir une clientèle fortunée et attirer les touristes. « Ce port est le défi de demain, celui qu’il faut savoir continuer à relever en matière de grande plaisance » a souligné le premier magistrat. « Pour cela, il faut souvent réaliser de grands investissements pour avoir les capacités techniques d’accueil, tant en matière d’espaces de manœuvre que de tirant d’eau, mais également pour qu’à terre les services soient à la hauteur des exigences de ces plaisanciers. En la matière, le Port Santa Lucia a été exemplaire. En quarante commerces, tout y est. Ici, on peut faire ses courses, manger, boire un verre et passer une excellente soirée. La mise en place progressive d’une charte de la vie nocturne va aussi permettre de faire de ce port un des meilleurs endroits pour les noctambules ».

 

 

Un lieu incontournable

 

En 50 ans, Santa Lucia a aussi su devenir un lieu incontournable pour les congrès, les salons et le tourisme d’affaire, comme s’en est félicité Frédéric Masquelier : « Nous devons nous efforcer de continuer à développer ce pan de notre attractivité touristique car il permet de désaisonnaliser l’activité et contribue du rayonnement de la ville. De beaux bateaux, de beaux commerces, des personnes mobilisées pour son développement, un Palais des Congrès à la hauteur, tous les ingrédients sont là pour faire du Port Santa Lucia l’un des ports les plus agréables de la Côte d’Azur ».

 

Les festivités se sont poursuivies avec la « Grande Régate du Cinquantenaire » organisée par le Yacht Club, avant le concert gratuit de Boney M. « The Original Tribute » ce soir, à 21h00, à l’Agora du Palais des Congrès - Voir l'événement sur Facebook.

 

 

Voir le programme des 50 ans du port Santa Lucia

 

 

Photographies : Michel Johner.

 

Afficher cette actualité

Thomas Zucco, le président du CARF, accueillait ce jeudi soir au bistrot Loudet à Boulouris, élus et partenaires du club afin de leur présenter la nouvelle tenue arborée cette saison par les joueurs. Exit le maillot tout jaune orné du symbole 80 ans marquant les 8 décennies d’existence du CARF, retour à une tenue plus sobre où le bleu foncé prédomine.

 

Présent à cette soirée, Frédéric Masquelier a profité de l’occasion pour rappeler tous les grands chantiers que la CAVEM et la Ville de Saint-Raphaël vont prochainement lancer en matière d’infrastructures sportives dont le CARF, parmi d’autres, sera bénéficiaire :

 

« Vous allez être les précurseurs d’un nouveau dynamisme de l’intercommunalité, vous allez récupérer le Stade Louis Hon qui va vous offrir des tribunes couvertes et des vestiaires qui jusque-là vous faisaient défaut au stade Rossi.  Je crois d’ailleurs que c’était un vieux projet. Vous aurez donc la gestion de ce stade et de ses abords. Vous aurez ainsi un lieu à vous, où vous sentirez chez vous ».  Et le premier magistrat de conclure :

 

« Profitez encore un peu du stade Rossi. Je sais que certains d’entre vous y sont très attachés. Le déménagement ne se fera pas l’année prochaine mais en 2020 ou 2021, car l’opération est complexe, mais ce projet doit aller au bout car il va dans le bon sens. Un projet général de refonte où l’aspect sportif prend le pas sur toutes les autres considérations ».

 

Un discours fortement applaudi par l’assistance.

 

Photo : service communication.

Afficher cette actualité

Le maire Frédéric Masquelier et son adjointe au quartier du Dramont, Danielle Blanc, inauguraient ce samedi, à la salle polyvalente éponyme, une très belle exposition consacrée à la vie de ce quartier raphaëlois, à l’époque où celui-ci vivait au rythme des coups de pioche de ses carriers. 50 ans après la fermeture de la carrière de porphyre à ciel ouvert, le souvenir de ces ouvriers, pour la plupart venus d’Italie, de leur famille et de leur mode de vie, restent bien vivace dans la mémoire collective du quartier du Dramont.

 

 

Organisée par le cercle dramontois et son président René Zucco, cette exposition est à découvrir, que l’on soit passionné d’histoire ou non. Elle retrace avec sincérité le quotidien de ces hommes et femmes qui ont fait la richesse et la renommée de Saint-Raphaël entre 1875 et 1968. Photos d’époque, peintures, documents mais aussi outils, registre, plan cadastral… sont ainsi visibles jusqu’au 8 septembre, date de clôture de cette manifestation.

 

 

 

Photos : Marlène Kuhn-Osius.

Afficher cette actualité

Représentante de la France à l'Eurovision 2015, et après 35 ans de pratique du chant, Lisa Angell vient d’ouvrir à Saint-Raphaël une école de coaching vocal, mais pas que. L’inauguration s’est déroulée dernièrement en présence de Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël, et du parrain de l’entreprise, Jean-Claude Camus, ancien producteur de Johnny Hallyday.

 

 

C’est dans la cité de l’Archange que Lisa a choisi de voler de ses propres ailes après une brillante carrière et un talent qui l’a propulsée sur les scènes internationales. Son école ? Du coaching vocal mais aussi un concept inédit en France : la mise à disposition d’une cabine insonorisée en libre-service, équipée comme un studio d’enregistrement, avec un casque et une table de mixage. Les talents n’ont plus qu’à s’exprimer ! Un plus pour les personnes désireuses de chanter mais n’osant pas se lancer en public. Les cours, particuliers ou collectifs, sont bien sûr assurés par la chanteuse, et sont ouverts aussi bien aux adultes qu’aux enfants.

 

 

 

Rev’S - Renseignements : 09 81 28 58 18

 

Photographies : Michel Johner.

Afficher cette actualité

Au cœur de la politique familiale soutenue par Frédéric Masquelier : la jeunesse raphaëloise, dont une grande partie passe par les centres de loisirs de la cité chaque année. Des parents satisfaits de l’offre proposée, des enfants bien accueillis, le premier magistrat a tenu à féliciter les 56 animatrices et animateurs qui s’investissent avec passion dans les structures communales.

 

« Il est important de montrer à la population le travail que vous réalisez dans les centres de loisirs et les écoles de la ville » a souligné le maire lors du petit-déjeuner organisé à l’attention des agents d’animation. « Nous montrons une attention particulière envers les enfants car la jeunesse est essentielle à la bonne dynamique de Saint-Raphaël. Dernièrement, nous avons mis en place le Conseil Municipal des Jeunes, la bourse aux permis de conduire, dont 16 ont déjà été attribuées, la gratuité sur les évènements pour les moins de 18 ans. Merci de participer à cette dynamique et à l’encadrement de nos enfants ».

 

 

Photographie : Marlène Kuhn-Osius.

Afficher cette actualité

« Si Saint-Raphaël est connue dans toute l’Europe, c’est aussi grâce à son équipe de handball. C’est une réussite collective dont tous les Raphaëlois peuvent-être fiers. La Ville a toujours été derrière vous et elle continuera à le faire car vous véhiculez des valeurs morales et humaines que nous défendons ». C’est en ces termes que Frédéric Masquelier s’exprimait dernièrement lors de la soirée des partenaires du club, organisée fin juillet à Valescure.

 

Un discours que le maire a réaffirmé lors de cette présentation officielle de l’équipe première, ce jeudi 30 août à la salle Félix-Martin devant près de 300 personnes, en y ajoutant un remerciement appuyé aux partenaires, aux bénévoles et responsables du centre de formation. Elus, partenaires et supporters du club ont ainsi pu découvrir à leur tour le nouveau visage de ce Saint-Raphaël Var Handball version 2018-2019.

 

 

2 arrivées pour 4 départs

 

Au registre des arrivées, 2 recrues seulement ont fait leur apparition dans le groupe fanion (l’arrière gauche Biélorusse Vadim Gayduchenko et le pivot/défenseur, Jérémy Toto). On grimpe à 3, si l’on y ajoute le passage chez les Pros d’Aleksa Kolaković. Un groupe un peu plus restreint que la saison précédente (14 joueurs pros au lieu de 15) mais qui ne devrait pas empêcher le SRVHB de jouer une nouvelle fois les premiers rôles en championnat comme en Coupe d’Europe (EHF). Quant au budget du club pour la saison 2018-2019, il est d’environ 4,3M d’€ dont près d’un tiers venant des partenaires privés (1,6 M d’€).

 

 

Paris comme entrée en matière

 

Pour le reste, on devrait d’ailleurs être très vite fixé. Dès ce samedi 1er septembre, le SRVHB affronte le champion Paris pour tenter de se qualifier pour la finale (le lendemain) de ce trophée des champions 2019. Et pour le championnat, ce sera le mercredi 5 septembre avec la venue de Nîmes au Palais des sports JFK.

 

Le groupe : Demaille (G), Popescu (G), Caucheteux (ALG), Krakowski (ARG), Gayduchenko (ARG), Simicu (ARG), Sarmiento (DC), Kolaković (DC), Barachet (ARD), Dipanda (ARD), Vigneron (ALD), Jurka (ALD), Toto (Piv), Lynggaard (Piv). Entraineur : Joël Da Silva. Entraineur adjoint : Dan Rares Fortuneanu.

 

 

 

Photographie : Michel Johner.

 

Afficher cette actualité

Après avoir mis à l’honneur 35 bacheliers méritants, le maire a reçu Théo Courrèges, brillant élève intégrant ces prochains jours CentraleSupélec. La réussite d’un jeune homme dont le parcours passe par les lycées Saint-Exupéry et Louis Le Grand, à l’instar de quelques-uns de ses camarades raphaëlois.

 

« Je suis fier de notre ville qui sait former des élèves de haut niveau qui feront rayonner Saint-Raphaël dans des écoles internationalement reconnues » a souligné le maire lors de l’entretien avec Théo Courrèges, en présence de Monsieur Yvon Gattaz, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, ancien de l’Ecole centrale de Paris, ainsi que de la famille. Trois autres élèves de Saint-Exupéry intègrent les écoles suivantes : Arthur Vire (Centrale Nantes), Julien Pelegri (Mines Saint-Etienne), Isaline Pallud (Centrale Lyon).

 

À quelques jours de sa rentrée à CentraleSupélec, Théo Courrèges ne cache pas son excitation de se lancer dans le grand bain : « Après trois années de prépa, une nouvelle aventure et de nouvelles choses commencent. Je me destine bien sûr à être ingénieur, mais ce que j’aime c’est l’entreprenariat ». Une ambition dans laquelle le premier magistrat s’est inscrit : « Il faut toujours avoir beaucoup de courage dans tout ce que l’on fait et savoir prendre des risques. Félicitations ! »

 

 

Photographie : Michel Eisenlohr.

Afficher cette actualité

Quand on annonce : « concours fédéral à la longue, Grand Prix du Maire » à la boule du XVe corps, on ne ment pas. Pour preuve, c’est Frédéric Masquelier qui a donné le coup d’envoi de ce grand tournoi annuel de jeu provençal qui porte son nom, en lançant symboliquement le bouchon de la première partie de ce concours.

 

De quoi ravir le président Nicot et toute son équipe de bénévoles qui ont concocté cette manifestation aux petits oignons et qui n’ont pas lésiné sur les efforts pour que tout se passe au mieux durant ces deux jours de compétition. Avec 40 doublettes inscrites, il y a de quoi faire pour les dirigeants de ce club dynamique qui compte une grosse centaine de sociétaires dont 43 licenciés.

 

Un tournoi où règne surtout la bonne humeur, marque de fabrique de la « Boule du XVe corps », et qui connaitra son dénouement ce vendredi 31 aout en début de soirée. Le début de la finale étant prévue vers 17h30.

 

 

Photographie : Service communication

Afficher cette actualité

65 agents d’entretien de la Ville œuvrant à la bonne tenue des bureaux, des écoles et des cantines scolaires, ont été conviés par Frédéric Masquelier à un petit déjeuner particulièrement convivial. L’occasion pour ces personnels de recevoir la reconnaissance du premier magistrat qui entend bien que chaque agent, quel que soit son grade en mairie, bénéficie du même traitement, de la même justice.

 

 

 

 

« Je suis ravi de vous accueillir au centre de loisirs pour un instant qui va nous permettre d’échanger » a déclaré Frédéric Masquelier, en préambule à son intervention. « Nous faisons partie d’une même communauté et il est important pour moi de mettre un nom sur chaque visage. Egalement, je souhaite que la population raphaëloise sache ce que vous faites au sein de la collectivité, au service des enfants. Sur le plan familial, ce n’est pas toujours facile pour vous de jongler avec des horaires décalés. Je vous remercie de votre implication, de votre excellent travail, et vous souhaite une bonne rentrée en tant qu’agents, mais aussi en tant que parents ».

 

Une reconnaissance qui a touché l’ensemble des agents d’entretien, lesquels, pour la première fois, étaient mis à l’honneur par la Ville.

 

 

Photographies : Marlène Kuhn-Osius.

Afficher cette actualité

« Merci pour tout ce que vous faites pour nous. Pour la sécurité de nos concitoyens et des estivants qui ont choisi Saint-Raphaël comme lieu de villégiature cet été. On ne le dira jamais assez, mais cette mission de « Sentinelle », complément ponctuel du dispositif Vigipirate, vous impose des sacrifices autres que ceux pour lesquels vous vous êtes initialement engagés dans l’Armée » a déclaré le premier magistrat lors de la réception organisée en l’honneur des militaires qui, en juillet comme en août, ont renforcé le dispositif de sécurité sur l’ensemble du territoire de la CAVEM.

 

Et le premier magistrat de rajouter :« Je suis très fier de vous remettre aujourd’hui cette médaille de la Ville. Elle marque la reconnaissance et l’attachement de la population raphaëloise à son Armée, à vos missions, à vos personnes. En espérant vous revoir très prochainement et dans de meilleures circonstances si possible ».

 

 

 

 

Discrétion, réactivité et efficacité

 

La présence sur le sol raphaëlois cet été des militaires de la force sentinelle aura été fort appréciée. Que ce soient lors des manifestations de masse comme les feux d’artifice, pour la retransmission sur écran géant de la finale de Coupe du monde au Palais des sports, ou au quotidien lors de patrouilles en centre-ville, ces derniers ont su parfaitement s’intégrer au dispositif déjà mis en place par les forces de l’ordre locale.

Placés sous le commandement du Colonel Erick Landes (Délégué Militaire Départemental) et de l’un de ses adjoints, le Lieutenant de Vaisseau François Villette, cette force d’appoint a su se montrer à la fois dissuasive et rassurante. Elle a su apporter un précieux soutien logistique et humain aux Polices nationale et municipale durant ces 2 mois. Une première pour la cité balnéaire qui, pour rappel, voit tripler sa population chaque saison estivale.

 

 

7000 « sentinelles » sur l’ensemble du territoire national

 

Comme l’a précisé Frédéric Masquelier, ils étaient 7000 cet été à être déployés sur l’ensemble du territoire national. Plus d’une trentaine d’interventions majeures sont à mettre à leur actif.

 

 

Photographies : Michel Johner

 

Afficher cette actualité

Une belle rencontre s’est tenue dernièrement sous les palmiers centenaires de la villa Estérel-Rives, à Boulouris, en présence de Frédéric Masquelier et des membres de « l’Association des Villas Belle Epoque » (AVBE) qui souhaitaient échanger, avec le premier magistrat, sur le cadre de vie de « la ville jardin » qu’est Saint-Raphaël, notamment sur le prochain Plan Local d’Urbanisme auquel sera joint une charte de l’arbre.

 

 

 

 

Un échange très constructif s’est déroulé avec une cinquantaine de propriétaires de demeures Belle Epoque autour de questions relatives à la construction et à l’environnement. Questions auxquelles  Frédéric Masquelier a volontiers répondu, assurant que la ville n’irait pas vers une bétonisation à outrance, rappelant la règle applicable au nouveau PLU : « Chaque parcelle, en dehors du centre-ville, doit disposer d’au moins 50% d’espaces verts et de 70% d’espaces libres. Avec cette mesure, la Ville entend limiter les possibilités de construire des résidences sur de toutes petites parcelles de terrain ». Une initiative qui a immédiatement reçu l’approbation de l’assistance.

 

 

 

 

La réunion a également fait part du projet de publication d’un ouvrage sur les demeures et les jardins de la Belle Epoque, mené par la Ville et l’AVBE, son président, Hervé Couffin, ainsi que Jacques Chevillard, auteur de la première édition, dont la sortie est prévue en juin 2019. La soirée s’est poursuivie par une conférence de Frédéric d’Agay sur « Saint-Raphaël à la Belle Epoque » et le verre de l’amitié.

 

 

Photographies : Marlène Kuhn-Osius.

 

Afficher cette actualité

Haut lieu de l’opération « Anvil Dragoon », la plage de galets du Dramont reste associée à la réussite d’un débarquement qui allait contribuer à libérer la Provence, puis la France, et enfin l’Europe du joug nazi. Autorités civiles et militaires, associations patriotiques et représentants des Etats-Unis se sont rassemblés pour commémorer la mémoire des 20 000 hommes de la 36e Division d’Infanterie du Texas, lors de cérémonies présidées par Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël.

 

« C’est ici, sur cette plage que plusieurs milliers de jeunes soldats américains, de jeunes GI’s, ont débarqué dans le but de mettre fin à la Seconde Guerre mondiale. Les 20 000 hommes de la 36e Division d’Infanterie Américaine du Général John Dahlquist et leurs alliés Français du « combat command 1 » du général Sudre, unis sous la bannière de la « Camel Force », ont lancé en quelques heures une opération qui allait marquer l’Histoire par sa rapidité et son efficacité » rappelait le premier magistrat, lors de son discours au monument de l’esplanade du Dramont. L’histoire confirme d’ailleurs l’importance de ce débarquement et son rôle stratégique dans l’avènement du conflit.

 

 

À la mémoire des soldats tombés lors des combats

 

Deux autres cérémonies ont ponctué cette journée d’hommages. La première a honoré la mémoire des combattants, plus de 400, de toutes origines et de toutes confessions appartenant à la 1ère Armée Française du Général de Lattre de Tassigny, tombés sur les côtes varoises et reposant à la Nécropole de Boulouris. La seconde s’est déroulée au viaduc d’Anthéor dont la destruction était l’un des objectifs du débarquement, à l’aube du 15 août. Une mission confiée au 1er Bataillon du 141e Régiment d’Infanterie de la 36e Division du Texas. 

 

 

 

Dépôts de gerbes

 

Ces trois cérémonies ont été accompagnées de dépôts de gerbes par : Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël, Pierre Cordina, premier adjoint au maire, Christopher Lepore, capitaine de Frégate de la Marine des Etats-Unis, attaché naval adjoint en France à l’ambassade des Etats-Unis, Charles Marchand, adjoint au maire de Fréjus, le lieutenant-colonel Baure, représentant le lieutenant-colonel Edel, commandant d’Armes de la place de Fréjus-Saint-Raphaël, chef de Corps du 21e Régiment d’Infanterie de Marine. Georges Ginesta, sénateur du Var, Catherine Roubeuf, conseillère régionale, Guillaume Decard, conseiller départemental. Jean Morelli, président du Celap, Charles Maguin, président du Comité du Souvenir Français de Saint-Raphaël, accompagné de Daniel Rassier, Alain Dubreuil, président de l’association Anthéor Hier et Aujourd’hui, accompagné de Max Miller, capitaine de Frégate de la Marine des Etats-Unis, le vice commander Charly Esline pour l’association The Friends of the American Legion.

 

 

 

 

Photographie : Théo Tapiero - Adeline Lebel

 

Afficher cette actualité

Ateliers sportifs, installations gonflables, trampolines, chasse au trésor, tournois et olympiades… Le club des Loustics réserve bien des surprises aux enfants âgés de 3 à 12 ans. Situé sur le boulevard de la plage d’Agay, il était officiellement inauguré ce 4 août, en présence du maire, Frédéric Masquelier, venu soutenir cette initiative privée à destination de la jeunesse. Un lieu de divertissement et de socialisation pour s’amuser, se faire de nouveaux amis et… partager de bons souvenirs  à Saint-Raphaël !

 

 

Un espace de plein air, encadré et sécurisé

 

Pour profiter des plaisirs de la plage au travers d’activités ludiques, récréatives et pédagogiques, deux choix s’offrent aux familles : une « formule club » comprenant garde d’enfant, animations, concours et cadeaux, encadrée par des animateurs sportifs diplômés, ou une « formule jeux » donnant accès aux structures gonflables et trampolines sous la surveillance des parents. Ouvert tous les jours de 9h à 19h et jusqu’au 31 août, le club propose ses activités à la journée, demi-journée, semaine ou mois. Une flexibilité d’inscription et des tarifs dégressifs pour passer un bon moment sur son lieu des vacances.

 

Les Loustics
Boulevard de la Plage
83530 Agay
07 60 18 56 87 - 06 60 13 35 57

Tarif : à partir de 5€

 

Photographies : Michel Johner

Afficher cette actualité
07/08/2018 - 11:10

Double championne du Monde K-1, Amel Dehby a été reçue par Frédéric Masquelier à quelques semaines de la 6e « Battle of Saint-Raphaël » organisée par l’Association des Jeunes Sportifs Raphaëlois et la Ville. L’occasion pour le premier magistrat de féliciter le palmarès d’exception de cette jeune professionnelle de 28 ans, managée par Badri Rouabhia, notamment pour son dernier titre de finaliste du Glory, qui est l’équivalent de la Ligue des Champions.

 

 

Sur les antennes de Canal Plus

 

Amel Dehby, mais aussi Mathias Branchu,  Hakim Kataïeb,  ainsi que la toute nouvelle championne du Monde Mallaury Kalachnikoff, ou encore quelques jeunes prodiges de l’AJSR seront à l’affiche de la soirée de boxe pied-poing du 15 septembre (à partir de 19h30), retransmise en différée sur les antennes de Canal Plus. Un public nombreux est encore attendu à la salle Omnisports de Saint-Raphaël pour ce grand Gala dont la renommée nationale et internationale, n’est plus à faire.

 

Photographie : Service Communication.

Afficher cette actualité

Procession sur terre et en mer, messe, anchoïade, joutes provençales, feu d’artifice et bal, la grande fête de la Saint-Pierre a rassemblé raphaëlois et estivants au cours d’un moment de partage convivial. 


Des festivités qui se sont déroulées dans le profond respect des traditions provençales et des pêcheurs, en présence de Frédéric Masquelier, maire de la cité de l’Archange.

 

Retour en images de la Saint-Pierre sur la Page Facebook de la Ville

 

 

 Photographies : Michel Eisenlohr

Afficher cette actualité

Actuellement au Stade Nautique, Camille Lacourt, quintuple champion du monde de natation, anime son premier stage de perfectionnement pour 21 jeunes âgés de 11 à 16 ans, issus de toute la France. Depuis le 30 juillet et jusqu’au 4 août, ils vont bénéficier de toute l’expérience de ce sportif de haut niveau. Un athlète accessible et charismatique qui transmet sa passion en toute simplicité.

 

« Si j’ai créé ce stage, c’est pour être présent auprès des enfants. Je suis ravi de faire cela et de partager cette semaine avec eux. Ils progressent bien et sont heureux de ce que nous leur proposons. C’est une bonne première ! » confiait Camille Lacourt, ce 2 août au côté du maire, Frédéric Masquelier, venu le saluer et rencontrer ces champions en herbe. Logé au CREPS avec ses jeunes recrues et en collaboration avec deux entraineurs, l’athlète, qui a raccroché le maillot sur un dernier titre de champion du monde à Budapest, leur a concocté une semaine de rêve…

 

 

L’expérience Camille Lacourt

 

Le matin, 2h d’entrainement attend les enfants pour progresser dans la technique, optimiser les temps d’échauffement et de récupération, suivis de rencontre avec Camille Lacourt pour s’enrichir de son savoir-faire et de ses conseils. L’après-midi est consacré à des activités sportives et culturelles pour que ce stage soit aussi une parenthèse de vacances, pour tous ces jeunes qui s’entraînent durement le reste de l’année dans leur club.

 

 

Un stage reconduit en 2019

 

Un stage qui a trouvé son public et que Camille Lacourt souhaite reconduire en 2019. A noter que les jeunes des centres de loisirs de la Ville ont également pu rencontrer la star des bassins dans le cadre de leurs activités sportives au Stade Nautique. L’occasion pour l’ensemble de ces enfants de vivre une expérience unique à Saint-Raphaël, et pour notre commune, de voir son nom rayonner à travers toute la France !

 

Photographies : Michel Johner

Afficher cette actualité

67, c’est le nombre de saisonniers employés par la commune au mois d’août, alors que Saint-Raphaël triple sa population en période estivale. Un renforcement des effectifs pour mieux répondre aux besoins accrus de la population et que soit préservé la qualité de vie de la cité de l’Archange. Ces jeunes collaborateurs ont été reçus en toute convivialité par Frédéric Masquelier à la mairie d’honneur.

               

« Vous comptez parmi les 150 saisonniers que nous accueillons en saison et nous vous souhaitons la bienvenue. Votre recrutement répond à un réel besoin de la ville qui voit un accroissement de ses habitants l’été, passant de 35 000 à 100 000. Vos missions relèvent du service public et sont donc utiles à la collectivité. Vous devez êtes fiers de que vous allez faire pour Saint-Raphaël » devait développer le maire lors de la cérémonie d’accueil.

 

Rappelant que la jeunesse est sa priorité et qu’il n’y pas d’avenir pour Saint-Raphaël sans elle, Frédéric Masquelier a détaillé ce que la Municipalité mettait en place à son attention, notamment la bourse au permis de conduire, le conseil municipal des jeunes, l’ouverture prochaine d’une maison de la jeunesse, l’ouverture de la médiathèque le dimanche matin… Autant d’initiatives appréciées de tous. La cérémonie s’est conclue par le verre de l’amitié où chacun a pu échanger avec le premier magistrat mais aussi avec les chefs de service présents.

 

Photographie : Michel Johner

Afficher cette actualité

Directeur du Golf de Valescure et organisateur du Défilé d’élégance automobile, Jean-Philippe Fernez a eu l’immense honneur de remettre à Frédéric Masquelier 15 affiches originales réalisées par le peintre et ancien pilote François Chevalier. Un don fait à la Ville, partenaire de la manifestation,  auquel le maire a été particulièrement sensible. L’occasion de rappeler la tenue du prochain Défilé d’élégance automobile, sur le Old Course et en centre-ville, ce samedi après-midi 4 août. Les affiches sont visibles jusqu’au 5 août à l’espace José Giron du Centre culturel.

 

Photographie : Marlène Kuhn-Osius.

Afficher cette actualité

Champion de France junior de la discipline en 1945, champion de France senior en 1948, médaillé olympique la même année, champion du Monde deux ans plus tard, Robert Boutigny est de la trempe de ces sportifs français qui ont porté haut les couleurs de la France au lendemain de la guerre. Un palmarès et une vie agathonienne que Frédéric Masquelier a souhaité récompenser en faisant apposer une plaque au petit port.

 

Or, argent, bronze, Robert Boutigny aura collectionné les breloques internationales avant de tomber sous le charme de la baie d’Agay, il y a 63 ans, son canoë fixé sur le toit de sa voiture. L’escale devient définitive. Propriétaire d’une plage et d’un hôtel, le céiste s’emploie à animer la baie avec passion, faisant de lui une figure incontournable de la station.

 

 

« Vous êtes connu de tous les agathoniens et tous sont unanimes sur vos qualités humaines, sur les qualités que le sport a su vous transmettre : la passion, l’altruisme, le partage » déclarait Frédéric Masquelier lors du dévoilement de la plaque. « C’est à vous, à l’homme, que la Ville souhaite faire honneur mais aussi aux valeurs que vous avez su véhiculer : ces valeurs d’abnégation et de courage, de sens du travail mais aussi du partage ».

 

Empreint d’émotion, l’événement s’est déroulé en présence de nombreux agathoniens et de la famille de Monsieur Boutigny.

 

Photographies : Marlène Kuhn-Osius.

Afficher cette actualité

Près de 200 personnes, dont plus de 150 partenaires du Saint-Raphaël Var Handball, s’étaient donnés rendez-vous ce jeudi soir sur le trou n°1 du golf de Valescure. But de l’opération :  mobiliser les troupes avant le début de la saison qui démarrera le 1er septembre pour les handballeurs raphaëlois.

 

En maître des lieux, Pascal Bacchi, président du club des partenaires, a rappelé à quel point le soutien des entreprises locales, pour la plupart des entités de moins de 50 salariés, est vital pour la bonne marche des résultats de leur club de cœur. Propos repris par le président de la section Pro du SRVHB, Jean-François Krakowski, qui a tenu à associer à la bonne santé actuelle de son club (finaliste de la coupe EHF 2018 et 4e de la LNH) tous ces généreux donateurs sans qui le hand raphaëlois ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui.

 

 

Quant à Frédéric Masquelier, invité à cette Garden-party, il a mis l’accent sur le travail accompli par Pascal Bacchi depuis des années pour faire vivre et développer ce club des partenaires. « Saint-Raphaël est connu dans toute l’Europe et cela grâce aussi à son équipe de handball. C’est une réussite collective dont vous faites bien évidement partie mon cher Pascal ».

 

Une soirée conviviale qui aura permis de présenter en comité « restreint » les nouvelles recrues du club.

 

Photo : service communication.

Afficher cette actualité

Voulue par Frédéric Masquelier, la Charte de la Vie Nocturne se concrétise aujourd’hui avec le paraphe des premiers signataires, messieurs Christophe Herlemont et Thierry Berberian, exploitants de l’établissement El Camino de Cuba, à Santa Lucia. Une grande satisfaction pour le maire qui souhaite faire du bien-vivre ensemble une priorité pour la Ville.

La vie nocturne raphaëloise tient une place importante dans la ville, dans la construction et le maintien du lien social, participant ainsi à l’attractivité du territoire grâce au dynamisme de ses acteurs économiques. La municipalité de Saint-Raphaël et la préfecture du Var, respectivement en charge de la tranquillité publique et de la protection de la population, et en partenariat avec les forces de police nationale et municipale, les acteurs de la nuit, se sont mobilisés pour concilier le développement de l’animation nocturne et la qualité de vie raphaëloise, dans le respect de la sécurité et de la tranquillité de tous.

« Saint-Raphaël est une ville à vivre, une ville pour tous. Le jour, comme la nuit, le vivre ensemble nécessite des règles », a rappelé le premier magistrat lors de la première signature du document. « Cette charte de la vie nocturne compile ces règles pour que les noctambules profitent pleinement de leur nuit sans nuisances pour ceux qui aspirent à un repos bien mérité. Fixer des règles, c’est définir une vie nocturne gagnants-gagnants. Avec plus d’animations, plus de libertés, cette charte va renforcer l’attractivité de la ville, notamment pour les plus jeunes ».



Accompagner les établissements

Dans une volonté commune de concertation permanente, la charte établit un cadre d’engagements, d’échanges, de dialogue et de collaboration. C’est pour aller dans ce sens que El Camino de Cuba est le premier établissement de nuit, n’exploitant pas une piste de danse, à être accompagné par la Ville et la préfecture pour obtenir une ouverture jusqu’à quatre du matin (actuellement ouvert à l’année jusqu’à trois heures du matin). Un plus pour l’entreprise et tous les clients qui assurent le succès de l’établissement depuis de longues années.

 



Photographies : Service Communication

Afficher cette actualité

En période estivale, la population raphaëloise avoisine les 100 000 personnes contre 35 000 habitants le reste de l’année. Pour permettre à chacun de profiter sereinement des atouts de notre belle cité, un dispositif de 70 CRS vient renforcer le front de la sécurité sur le secteur raphaëlo-fréjusien. Présents depuis le 16 juillet et jusqu’au 27 août, ils étaient reçus ce 25 juillet par le maire, Frédéric Masquelier, en salle du conseil municipal.


L’été 2018 marque le grand retour des CRS, absents de notre territoire depuis fin 2014 en raison des évènements nationaux. Une présence dont Frédéric Masquelier se félicite, rappelant que « la sécurité est un élément d’attractivité pour une ville balnéaire. Le tourisme représentant 14% de notre activité économique ».


Bienvenue à la Compagnie Républicaine de Sécurité 26

Un dispositif dissuasif et préventif et une présence visible pour qu’autochtones, estivants et commerçants se sentent en totale sécurité en cette saison estivale, telle est la volonté de la municipalité pour maintenir l’ordre et la tranquillité à Saint-Raphaël.  Basés en temps normal à Toulouse, les hommes du capitaine David Fauré interviendront 7j/7 sur notre territoire, de 14h à 6h du matin, en soutien des forces de l’ordre déjà en place dans leurs missions quotidiennes. « Un partenariat constructif », a fait observer David Fauré, « une alchimie et une coordination de méthodes de travail » qui portent ses fruits, a ajouté le Commissaire divisionnaire Béatrice Fontaine, entre les équipes de la police municipale, police nationale, gendarmerie, douanes, soit un effectif total de plus de 250 personnes.


Un impact décisif sur la sécurité, de jour comme de nuit

Présents sur tous les lieux de grands rassemblements, les CRS sont actifs aux abords des plages en journée, autour des marchés nocturnes, lors des concerts, feux d’artifice et autres manifestations populaires. « L’année prochaine, le dispositif sera étoffé de caméras de vidéo protection au niveau des plages » a annoncé le maire avant de conclure : « je voulais vous témoigner toute l’estime et la considération que l’on peut avoir pour votre action qui nous permet de vivre en toute tranquillité et résume ce qu’un maire attend dans le cadre du maintien de l’ordre et de la sécurité ».


Photographie : Service Communication

Afficher cette actualité

Un voyage au cœur des paysages du tango argentin est proposé par Solange Segovia, Lisa Mazzoni, Laurence Eli et Christian Saillard, lesquels, sous le trait empreint d’émotion et de force décrivent la chorégraphie sensuelle mais ô combien exigeante de la discipline. Des scènes croquées sur les parquets luisants des bals, où s’entremêlent les corps dans le soupir nostalgique du bandonéon, Toute une ambiance sensorielle et visuelle à découvrir et à savourer actuellement dans le hall du Centre culturel.

 

 

L’inauguration de l’exposition s’est déroulée en présence de Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël, de Pierre Boule, adjoint délégué à la Culture, Fernando Blasco, co-organisateur du Festival de Tango Argentin, ainsi que des nombreux danseurs de l’association Danse Passion d’Azur qui ont exécuté quelques pas de danse pour l’occasion.

 

 

 

Photographies : Marlène Kuhn-Osius.

Afficher cette actualité

Les élus de la CAVEM étaient réunis ce 25 juillet au Centre d'Incendie et de Secours (CIS) de Saint-Raphaël, pour une présentation des dispositifs de lutte contre les feux de forêt et de surveillance des zones de baignade aménagées, suivie d’une visite au Centre de Gestion des Interventions du Groupement EST situé à Fréjus et du CIS de Roquebrune-sur-Argens. L’occasion pour le maire Frédéric Masquelier de rencontrer l’ensemble des acteurs de ces dispositifs de sécurité et d’échanger avec eux sur leurs missions quotidiennes dont le colonel hors classe Eric Grohin, directeur départemental du SDIS, et le Lieutenant-Colonel Richard Iskandar.

 

 

 

 

« Les services de secours et d’intervention sont reconnus » a déclaré le maire, Frédéric Masquelier, au cours de cette rencontre : « votre métier nécessite beaucoup d’humanité et de professionnalisme » a-t-il ajouté en soulignant combien ces dispositifs sont par ailleurs indispensables au bien vivre de notre territoire.  Des hommes que soutient Françoise Dumont, en sa qualité de présidente du SDIS 83, et des actions qu’elle a cœur de défendre : « Je ne suis pas une présidente de l’incantation, je demande que l’Etat vous vienne en aide,  soyez assurés que le maire et les élus sont également à vos côtés ». Une précieuse proximité offrant de faire connaître, en direct, les besoins recensés sur le territoire pour une efficacité optimum de ces équipes mobilisées toute l’année, 7J/7 et 24h/24, au service de la population.

 

 

 

 

Un été en toute sécurité sur les plages

 

A noter que pour s’adapter au besoin de la fréquentation estivale, La CAVEM, le SDIS et les communes côtières de Saint-Raphaël, Fréjus et Roquebrune-sur-Argens ont reconduit leur dispositif de surveillance de 16 plages du littoral, sur la base d’une convention tripartite. Depuis le mois de juin et jusqu’à à fin septembre, les sapeurs-pompiers assurent à la fois la surveillance des baignades mais aussi les premiers secours. L’été dernier, 3160 évènements ont été enregistrés dont 2729 soins délivrés aux postes de secours ! Un programme de surveillance s’élevant à 450 000 € permettant d’offrir aux usagers un été en toute sécurité. À Saint-Raphaël il concerne les plages les plus densément fréquentées : Veillat, Agay, Beau Rivage, Dramont, Lido et la Péguière.

 

 

 

 

Le centre de secours de Saint-Raphaël en chiffres (2017)

  • 5572 sorties
  • 107 sapeurs-pompiers volontaires
  • 29 sapeurs-pompiers professionnels
  • 24 engins d’intervention

 

 

Photographies : Marlene Kuhn-Osius

Afficher cette actualité

Comédien, humoriste, dramaturge et animateur de télévision, Olivier Lejeune est actuellement en tournée avec une pièce de Sacha Guitry « Mémoires d’un Tricheur ». En représentation dans une commune voisine, il est venu à la rencontre du maire, Frédéric Masquelier, afin d’étudier les modalités de création d’un festival de théâtre pour l’été prochain. Parrainé par l’artiste, l’évènement proposerait des pièces de boulevard, portées par des têtes d’affiche, programmées sur la scène de l’agora du Palais des congrès. C’est en compagnie de Guy Langomazino, Raphaëlois d’adoption et professionnel du monde du spectacle, que les deux hommes se sont entretenus de ce projet, ce 24 juillet. L’occasion d’enrichir la programmation culturelle estivale d’un nouveau festival !

 

Photographie : Service Communication

Afficher cette actualité

 

Le 21e stage international de judo organisé cette semaine à la salle omnisports par l’ARAM (Association Raphaëloise des Arts Martiaux) avait cette année une saveur toute particulière. Franck Lefebvre et Benjamin Darbelet, les deux professeurs du club raphaëlois, avaient décidé de rendre un hommage particulièrement appuyé à l’un des grands espoirs de la boxe française, Alexis Vastine, disparu il y a 4 ans dans un tragique accident d’hélicoptère (hélicoptère où se trouvait également Camille Muffat et Florence Artaud).

 

 

Licencié à l’ARAM

 

Mais quel est le rapport entre la boxe, Alexis Vastine et l’ARAM ? Au moins deux, que peu de gens connaissent. Le premier est qu’Alexis était un ami intime de Franck et Benjamin. Le second qu’Alexis, bien que novice dans ce sport, avait signé une licence à l’ARAM judo, pour faire plaisir à ses 2 copains à qui il rendait régulièrement visite dans le Var. Il avait effectué la 17e édition de ce stage, quelques mois seulement avant de disparaitre dans les circonstances tragiques que l’on connait. D’où cet hommage raphaëlois à la salle Omnisports, en présence du papa d’Alexis, Alain, et de Frédéric Masquelier. Celui-ci a rappelé l’arrivée prochaine d’un grand complexe dédié au judo sur Saint-Raphaël.

 

Egalement présents à cette 3e journée de stage, l’équipe de France de lutte, actuellement en phase de préparation au CREPS de Boulouris pour les prochains mondiaux. Christophe Guenot, désormais DTN et médaillé de bronze aux JO de Pékin, a présenté au 1er magistrat l’ensemble du groupe France, dont le récent champion du Monde, Melona Noumounvi.

 

 

Des médaillés à la pelle !

 

Un plateau exceptionnel coté judo également, puisque ce stage international (France, Maroc, Algérie, Allemagne) de haut niveau est avant tout destiné aux compétiteurs. S’y retrouvent pêle-mêle une bonne vingtaine de médaillés olympiques, mondiaux et européens, comme Anne-Sophie Mondière, Ghislain Lemaire, Frédéric Lecanu, Anthony Rodriguez, et bien d’autres encore. Sans oublier Arnaud Romera, ceinture noire de judo et grand spécialiste des sports de combat sur France Télévision, qui a proposé un petit film à la mémoire d’Alexis diffusé en fin d’entraînement. Projection qui a recueilli de très longues minutes d’applaudissements de la part de tous ces champions qui sont allés droit au cœur d’Alain Vastine, visiblement très touché par cette marque de solidarité.

 

 

 

Photographie : Service communication.

 

Afficher cette actualité

Lors d’une conférence de presse conjointe des maires de Saint-Raphaël, de Fréjus et du  président de la CAVEM, le maire de Saint-Raphaël Frédéric Masquelier, a annoncé la mise en œuvre d’un vaste schéma de réaménagement des équipements sportifs de la ville. Ce réaménagement global va permettre la réalisation « d’une base nature raphaëloise » sur le site de l’Aspé et  d’une nouvelle entrée de ville, à l’emplacement de l’actuel stade Eugène Rossi.

 

Partant du constat de l’inadaptation des équipements sportifs de la commune, le premier magistrat a annoncé un schéma d’investissements pour l’ensemble des clubs raphaëlois et de l’agglomération : le club de football l’Etoile quittera Louis Hon pour rejoindre prochainement un grand stade modulable au Capitou, visant à accompagner la montée en puissance du club.

 

Une base nature Raphaëloise

Le premier acte d’un réaménagement plus global qui verra les rugbymen quitter Eugène Rossi pour rejoindre le stade Louis Hon, qui bénéficiera d’aménagements. Avec une salle Pierre Clère vieillissante, les volleyeuses profiteront également de cette opération d’ampleur dans le cadre du réaménagement des équipements sportifs de l’Aspé. D’autre part, plus de 2 millions d’euros seront mobilisés pour transférer les tennis de Baudino à Roland Garros, mais aussi créer un terrain de badminton, de padel, une salle de judo… Un grand espace ouvert aux familles : la « base nature Raphaëloise ».

 

De 50 à 100 millions injectés dans l’économie locale

Le site du stade Eugène Rossi ainsi libéré, laissera place à un éco-quartier de 3 hectares que Frédéric Masquelier souhaite exigeant, beau et de grande qualité. L’aboutissement d’un projet d’ampleur qui verra également la Cavem se doter de nouveaux locaux. Le maire de Saint-Raphaël a d’ores et déjà annoncé que ces réalisations, financées par la communauté d’agglomération, devrait faire circuler de 50 à 100 millions d’euros dans l’économie locale. «On dépasse les vieilles querelles et on répond à l’intérêt général. Si l’Est-Var veut exister en tant que territoire, il faut que l’on s’organise, les villes ne peuvent le faire seules », a souligné le premier magistrat.

 

 

Photographie : Marlène Kuhn-Osius.

 

Afficher cette actualité

 

L'histoire de notre pays a été marquée par la guerre de 14-18 et le sacrifice de nombreux jeunes hommes dans la fleur de l’âge, à l’image de Léon Hugues, sous-lieutenant, mort pour la France à 22 ans. De souche raphaëloise, il repose depuis au cimetière Alphonse Karr.

 

Dernièrement, sa nièce a remis officiellement au maire, Frédéric Masquelier, un livre ouvert en cuivre, retraçant l’action de ce parent héroïque. Ce don, qui honore la Ville et vient enrichir son patrimoine par sa rareté, sera présenté au public en novembre prochain, à l’occasion d’une exposition commémorant le centenaire de la Grande Guerre. Un conflit sans précédent dans l'histoire, par son échelle, le nombre de ses disparus et l'ampleur des destructions matérielles qu’elle entraina…

 

Ne pas oublier, transmettre, mais aussi apporter aux jeunes générations les moyens de comprendre ce qu’ont vécu leurs ancêtres, autant de missions essentielles et fédératrices auxquelles le premier magistrat souligne son attachement.

 

 

 

Photographies : Service Communication

 

Afficher cette actualité

On ne répètera jamais assez combien la Méditerranée, pourtant source de plaisirs immenses et intenses, peut également être dangereuse. Le 15 juin dernier, à bord de leur voilier, Pascal Krzeszowiak et Nathalie Reyniers ont failli en faire les frais sans la vigilance et la maitrise des professionnels de la mer qui veillent à la sécurité de tous.

 

Moteur en panne, en perdition près des récifs, sa compagne Nathalie happée par une vague et dérivant vers le large à cause d’une houle grossissante : Pascal, pourtant marin aguerri, a sans doute connu la peur de sa vie. Le drame, il l’a évité de justesse en lançant sur le canal 16, celui du CROSSMED pour les appels d’urgence, un signal de détresse salvateur.

 

En une poignée de minutes, la vedette de la brigade maritime de la Ville et les pompiers du poste de plage le plus proche se sont rendus sur place pour empêcher Nathalie Reyniers de se noyer et Pascal Krzeszowiak de connaître le même sort à bord d’un bateau devenu ingouvernable. Plus de peur que de mal au final. Ce n’est malheureusement pas toujours le cas. Pour rappel, le mois de juin a connu 552 noyades en France Métropolitaine et dans les DOM-TOM dont 121 mortelles sur l’ensemble du territoire national.

 

Le couple de plaisanciers, qui a souhaité remercier leurs sauveteurs d’un jour, a été reçu par le maire Frédéric Masquelier, tout comme les deux policiers municipaux, Emeric P. et Fabrice N. à qui ils doivent certainement la vie. Un remerciement qui s’adresse également à l’ensemble d’une chaine (pompiers, police municipale, SNSM, CROSSMED, gendarmerie maritime, Marine nationale) qui a depuis longtemps fait ses preuves. Le premier magistrat a profité de cette rencontre pour rappeler quelques règles de prudence en mer et souligné l’effort réalisé par la municipalité pour la sécurité des plages durant la saison estivale, avec près d’une cinquantaine de personnes mobilisées.

 

Quelques conseils de prudence avant de prendre la mer :

  • Vérifier la météo
  • Vérifier l’armement du bateau
  • Vérifier le nombre de gilets de sauvetage
  • Mettre sa VHF sur le canal 16 (à défaut tel au 196 CROSSMED)
  • Prévenir des proches avant de partir et donner sa destination
  • Respecter le code maritime en toutes circonstances
Afficher cette actualité

35, c’est le nombre de jeunes raphaëlois qui ont obtenu le baccalauréat avec, au minimum, la mention très bien. 35 bacheliers et bachelières, particulièrement doués dans leur domaine, qui ont fait honneur à leurs professeurs, leurs établissements, et plus encore à leurs parents. Une réussite exceptionnelle que Frédéric Masquelier a tenue, non seulement à saluer, mais à récompenser.

 

« Cette cérémonie, je l’ai appelée de mes vœux tout comme le chèque de 100 euros qui vous sera remis à la fin de celle-ci. Vous le savez, j’ai décidé de mettre la jeunesse et le mérite au cœur de mon mandat. Je suis convaincu que les meilleurs investissements que l’on puisse faire ce sont ceux-là. Croire en la jeunesse, c’est croire en l’avenir » a déclaré le premier magistrat.

 

100 € qui vont s’additionner aux 400 € offerts par la Région Sud à ses meilleurs bacheliers. Ce petit coup de pouce de la Ville à ses élèves les plus méritants entre dans une politique globale en direction de la jeunesse, à l’instar d’autres actions menées depuis septembre dernier : bourse au permis de conduire, gratuité pour les moins de 18 ans au festival des jazz, installation d’un terrain de beach-volley, création de la charte de la vie nocturne, création du Conseil Municipal des Jeunes, priorité en matière d’investissement pour l’aménagement des écoles, etc.

 

 


Yvon Gattaz comme modèle

Comme parrain de cette cérémonie, Frédéric Masquelier avait invité Yvon Gattaz, fondateur de la société Radiall, mondialement connu et au chiffre d’affaires annuel de plus de 300 millions d’€.

 

« Le secret de la réussite d’Yvon Gattaz, vous le connaissez, il tient en 3 mots : le travail, le travail et le travail. Avec du courage, de la volonté et de l’abnégation, il a fondé un empire. C’est un modèle d’excellence, comme vous tous ici qui avez réussi à obtenir la mention très bien au baccalauréat. Celle qui va vous ouvrir les portes des plus grandes écoles ».

 

Citant André Gide « Rien d’excellent ne se fait qu’à loisir », ou encore Virgile « Un travail constant vient à bout de tout », Frédéric Masquelier a félicité, un par un, les lauréats de cette soirée. Rappelant ainsi leur parcours, leurs notes exceptionnelles, mais aussi leur choix personnel.




Des 20/20 en cascade !

Solène, par exemple, qui a décroché un 20/20 en mathématiques et qui a décidé de rejoindre HEC à Montréal. Noémie qui prend la direction de la Sorbonne pour une licence anglais-espagnol. Léa pour l’IUT d’Aix-en-Provence. Théo qui a opté pour Hypokhâgne à Lyon, l’une des plus prestigieuses de France. Tara, qui a décroché la mention suprême en économie, qui parle déjà couramment 3 langues et qui intègre l’Ecole Normale Supérieure de Lyon ou encore Anaëlle qui rejoint la prépa PCSI (Physique, Chimie et Sciences de l’Ingénieur) du lycée Saint-Louis de Paris, l’une des plus réputées de l’hexagone.

 

Les ambassadeurs de la Ville

« Vous êtes nombreux, ici, à compter un ou plusieurs 20/20 et cela force mon respect et mon admiration. Nous avons dans cette salle de futurs, médecins, avocats, banquiers, ingénieurs, chercheurs, astrophysiciens, paléontologues, etc., puisque ce sont les filières que vous avez choisies. Une carrière brillante s’ouvre à vous. Voyagez, découvrez le monde, mais ne perdez jamais l’attache que vous avez avec ce territoire, celui qui vous a vu grandir, celui de votre première grande réussite. Devenez les ambassadeurs de votre ville » et de conclure :

 

« Je vous souhaite de très belles études et vous présente toutes mes félicitations. Je suis heureux de remettre à chacun d’entre vous ce diplôme et ces 100 euros mais plus encore, la promesse que vous serez prioritaires si vous souhaitez un emploi saisonnier pour un mois ou deux l’été prochain. Ce sera l’occasion de maintenir un lien avec ce territoire. Un lien indéfectible ».



Photographies : Michel Johner

Afficher cette actualité

Comme chaque été, les 4 centres de loisirs de la Commune, l’Estérel, Valescure, l’Aspé et Monge Roustant, accueillent les enfants de parents qui travaillent et n’ont pas la possibilité de les faire garder par un proche. Ce service de proximité proposé par la municipalité répond aux besoins des familles. Il présente un mode de fonctionnement très souple, adaptable et accessible pour les jeunes de 3 à 16 ans. Ouverts depuis le 9 juillet, ils accueillent plus de 800 enfants sur l’ensemble de l’été !

 

 

 

 

 

En vacances dans un climat de confiance et de sécurité

 

Equipées de salles d’activités et de matériels adaptés aux différentes tranches d’âge, ces structures offrent aux enfants des vacances épanouissantes. Grâce aux moyens alloués par la commune, les animateurs y proposent un panel d’animations varié et de qualité : activités manuelles, sportives, culturelles, pédagogiques ou encore sorties collectives à la journée, tout est fait pour ouvrir les jeunes à de nouveaux horizons, dans le respect des règles de la collectivité. L’occasion pour chacun d’entre eux de se faire de nouveaux amis, dans un climat de confiance et de sécurité. Ayant fait de la jeunesse une priorité de son action, le maire, Frédéric Masquelier, leur a rendu visite ce 13 juillet. L’occasion pour les enfants de le rencontrer et de mieux le connaître !

 

 

Photographies : Marlene Kuhn-Osius

Afficher cette actualité

Installée depuis 1 an au 126 rue Jean Aicard, la boutique de prêt à porter New Zealand Rugby Spirit propose l'intégralité de la collection Classic All Blacks. Déployée sur 85 m², la marque à la fougère a su trouver et fidéliser une clientèle homme (habillée jusqu’au 5XL), femme et junior, séduits par la diversité proposée et le rapport qualité-prix. C’est entouré d’un ambassadeur de choix, le n°8, Alex Tulou Fanpage, champion de France 2018 de rugby à XV, que s’est déroulée l’inauguration des locaux, ce 12 juillet. « Je veux faire de cette boutique un lieu de vie où les clients se sentent bien. Nous allons multiplier les évènements au cours des prochains mois pour faire vivre le magasin » a confié son propriétaire, Patrick Gaziello. Canapés confortables, fontaine à eau, café de bienvenue et retransmission des matchs de rugby sur grand écran attendent désormais la clientèle. Un commerce venant enrichir l’offre présente à Saint-Raphaël que le maire, Frédéric Masquelier, partisan d’un tissu commercial vivant et dynamique, est venu encourager. Un esprit d’entreprise qui va dans le sens d’un centre-ville toujours plus attractif !

 

 

 

Photographies : Marlene Kuhn-Osius 

Afficher cette actualité

Encore peu médiatisés en France, les sports de batte rassemblent quelque 12.000 licenciés à travers l’hexagone. A Saint-Raphaël, cette discipline cousine du baseball commence à faire des émules avec 40 licenciés. Elle se pratique au CREPS de Boulouris, lieu d’entrainement des « Comanches », une équipe féminine de 15 athlètes décuples championnes de France de softball en titre, invaincues depuis 2008 ! Rémy Bouillon, président du club, est allé à la rencontre du maire, Frédéric Masquelier, pour présenter et promouvoir ce sport collectif porté par des ambassadrices de choix !

 

Parent du baseball, le softball suit les mêmes règles de jeu mais avec quelques différences. Au softball on joue avec une balle plus grosse et on frappe avec une batte plus légère. Les dimensions du terrain sont également plus réduites ce qui entraîne plus de stratégie et de dynamique dans le jeu et donne des matches plus rythmés. Un sport atypique et unisexe, à découvrir au CREPS à la rentrée de septembre, dès l’âge de 7 ans, alliant précision, rapidité et force. Et comme tout sport collectif, il développe l’esprit d’équipe ! A l’image de celui qui anime les Comanches qui disputeront les 15 et 16 septembre prochains, à domicile, les demi-finales du championnat de France de 1re division !

 

Photographie : Service communication

 

CREPS de Boulouris

346 boulevard des Mimosas

83700 SAINT RAPHAËL

06.84.90.89.89

www.lescomanchessoftball.fr

contact@lescomanchessoftball.fr

Afficher cette actualité

Très active depuis sa création en 1975, l'Association de Boulouris pour la Qualité de la vie (ABQV) œuvre à la défense et la protection du charme et de l’identité du quartier de Boulouris. C’est à l’invitation de sa présidente, Françoise Tetaz, que le maire, Frédéric Masquelier, s’est rendu à l’assemblée générale se déroulant salle Blondelet, ce 7 juillet. L'occasion pour cette dynamique association de 230 membres de passer en revue les différents rapports, bilans et activités de l'année écoulée en présence de Pierre Cordina, premier-adjoint, de Jean-François Debaisieux, adjoint délégué au quartier de Boulouris et de Catherine Roubeuf, adjointe aux affaires scolaires. Une structure d'échanges, d'informations et de conseils qui veille depuis 43 ans à la préservation de ce quartier résidentiel de Saint-Raphaël !

 

 

Association de Boulouris pour la Qualité de la vie

B.P.04 83700 Saint-Raphaël

Courriel : a-b-q-v@orange.fr

Téléphone : 04. 94. 83. 23.72

 

 

Photographie : Marlene Kuhn-Osius

Afficher cette actualité

Souvent nécessaire au financement d’études, de vacances ou de projets, décrocher un job d’été est une préoccupation majeure pour de nombreux jeunes Raphaëlois et un premier pas vers l’autonomie financière ! Convaincu du rôle essentiel qu’il joue dans leur insertion sociale et professionnelle, le maire, Frédéric Masquelier, est allé à la rencontre des saisonniers des Centres de loisirs Raphaëlois.

 

 

Rencontrer le premier magistrat lorsque l’on est un jeune adulte peut-être intimidant, mais ces réserves ont vite été balayées par le chaleureux accueil qu’il leur a réservé samedi 7 juillet. Après avoir brossé les grandes lignes du fonctionnement d’une municipalité et les projets en cours et futurs de la Ville (requalification du Colisée en salle de spectacle, création de nouveaux logements…), le maire a informé son jeune auditoire des nombreuses actions mises en place à leur attention : conseil municipal des jeunes, aide au permis de conduire, priorisation d’un emploi saisonnier aux élèves ayant obtenu la mention Très Bien au Bac etc… Un accueil visant à les féliciter pour leur implication et leur mobilisation au sein de la Municipalité, les assurer de son soutien et les encourager à persévérer dans le futur sur leur belle lancée !

 

 

Photographies : Marlene Kuhn-Osius

Afficher cette actualité

120 Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales de la région PACA étaient réunis ce 5 juillet, au Palais des congrès, dans le cadre d’un congrès régional organisé par le Syndicat National des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales. Une journée à laquelle se sont joints 30 partenaires locaux et nationaux pour offrir aux participants informations et formations, tout en favorisant les échanges et le partage entre pairs sur les bonnes pratiques, pour un service public toujours plus performant !

 

« Responsable de l'administration de sa collectivité, le directeur général assume avec les services, la continuité du service public local et les missions confiées par l'autorité territoriale, y compris lors des changements de l'exécutif. A la fois préparateur et ajusteur de l'action publique territoriale, organisateur et administrateur des services locaux ». Le sens d’une action publique aux multiples visages que Laurent Régné, nouvellement nommé président de l'union régionale PACA, a brossé lors de son discours d’accueil.

 

 

Vers un service public toujours plus performant

 

Un engagement à la compétence et aux performances que Laurent Régné relève depuis 2014 dans ses fonctions de Directeur General des Services de la ville de St Raphaël et de l'Agglomération Var Esterel Méditerranée. « Votre implication doit être toujours plus forte, votre réactivité toujours plus grande, vos équipes toujours plus mobilisées et vos résultats toujours meilleurs » a souligné le maire, Frédéric Masquelier, venu inaugurer le congrès, avant d’ajouter « Plus d’objectivité, plus d’efficacité, plus d’engagement et plus de sérieux. C’est le service public d’aujourd’hui. Votre rôle de directeur général, c’est d’accompagner toutes les équipes dans ces flots tumultueux ».

 

 

Retour croisé d’expertises et d’expériences

 

Un congrès marqué de plusieurs temps forts : 8 ateliers répartis en thématiques telles que la sécurité des travailleurs, le sens de l’action publique ou encore le numérique. L’occasion de traiter de préoccupations locales et de bénéficier du retour croisé d’expertises et d’expériences. Puis dans la séance plénière qui a suivi, ce sont les thèmes du photovoltaïque et de la réforme de l’action publique qui ont été abordés au cours d’une table ronde animée par le journaliste Stéphane Menu. S’impliquer et s’engager toujours plus pour son territoire, une dynamique sur laquelle Saint-Raphaël construit la qualité de son service public !

 

Photos : Marlene Kuhn-Osius

Afficher cette actualité

Les Agents Territoriaux Spécialisés des Ecoles Maternelles (ATSEM) assistent au quotidien le personnel enseignant. Piliers de la communauté éducative, c’est à leur dévouement, leur patience et leur engagement quotidien auprès des tout-petits que le maire, Frédéric Masquelier, a rendu hommage ce 4 juillet, en mairie d’honneur des Asphodèles.

 

« En tant que maire, je suis fier de savoir que je peux compter sur des ATSEM qui s’engagent sur le long terme » s’est félicité le premier magistrat avant de saluer l’expertise de ces agents dans le domaine de la petite enfance et leur fonction essentielle dans le bien-être des bambins. « Merci d’accompagner nos jeunes vers l’autonomie, vers l’indépendance. Et merci surtout de leur donner envie de revenir chaque matin à l’école ».

 

 

L’école et la jeunesse, une priorité municipale

 

Soulignant le rôle moteur que joue l’école dans l’épanouissement et la réussite future des enfants, Frédéric Masquelier a rappelé sa volonté de faire de la jeunesse une priorité municipale. « Je me battrai pour que vos conditions de travail demeurent les meilleures, en luttant contre toutes les fermetures potentielles de classe et en continuant à garantir un ATSEM par classe à Saint-Raphaël ». Un engagement que beaucoup de communes ont abandonné pour des raisons budgétaires mais que Saint-Raphaël met tout en œuvre pour maintenir !

 

Photographie : Service Communication

Afficher cette actualité

La propreté à Saint-Raphaël, c’est l’un des chevaux de bataille de Frédéric Masquelier, et plus encore pour cet été où la ville s’apprête à tripler sa population sur les seuls mois de juillet et août. Pour faire face à cette tâche gigantesque, la Ville fait appel à un prestataire de service historique de la commune, le groupe Pizzorno, qui met à la disposition de celle-ci d’importants moyens humains et matériels.

 

 

Mais quel rapport entre la propreté de la Ville et Monsieur Z, artiste, illustrateur et graphiste de renommée internationale qui a, entre-autre, croqué toutes les villes de la Côte d’Azur ? Un seul, mais de taille vu les dimensions de l’œuvre. Depuis ce mercredi, les nouveaux camions-bennes du groupe opérant dans le centre-ville arborent un superbe dessin signé Monsieur Z représentant la cité du Lion de mer.

 

« L’Office de Tourisme avait déjà fait appel à lui pour décliner des cartes postales de Saint-Raphaël. Après en avoir discuté avec monsieur le maire et avec son aval, on a voulu, nous aussi, personnaliser notre matériel aux couleurs de la Ville. C’est tout de même plus sympa à regarder que la traditionnelle benne blanche », déclare le directeur d’exploitation du groupe, Éric Ruffini.

 

 

Une identité visuelle d’autant plus percutante que le maire a demandé au groupe Pizzorno d’être plus présent sur la commune durant cette période. Ce qui se traduit par une tournée supplémentaire, de 20h00 à 23h00, portant à 4 le nombre de rotations sur 24 heures. Une enveloppe de 50.000 € a été débloquée à cet effet, ainsi qu'une autre pour une future collecte de déchets verts et une de bio-déchets. Ce dispositif renforcé s’inscrit en droite ligne de la politique mise en œuvre par Frédéric Masquelier en matière de propreté, avec la création d’une brigade de l’environnement, la distribution de 2000 cendriers de plage, la mise en place de zones non-fumeur sur les plages, la réalisation d’une campagne de communication « mettons les choses au point ».

 

Photos : service communication

Afficher cette actualité

Frédéric Masquelier a reçu en mairie le Lieutenant-Colonel Frédéric Edel, nouveau chef de corps du 21e Régiment d’Infanterie de Marine et commandant de la place d’Armes de Fréjus / Saint-Raphaël. L’occasion pour le premier magistrat de prendre contact avec le nouveau patron des marsouins du Camp Lecoq, avant que celui-ci ne reparte très prochainement pour une mission de 4 mois au Liban dans la cadre de la FINUL.

 

Saint-Cyrien, marié et père de 5 enfants, Frédéric Edel n’est pas en terre inconnue à Saint-Raphaël puisqu’il y a acheté une maison en 2013, lors de son dernier passage au 21e RIMa. Lors de cet entretien de courtoisie, Frédéric Masquelier, Jean-François Debaisieux (adjoint aux affaires militaires et au quartier de Boulouris) et Françoise Dumont (vice-présidente du conseil départemental et conseillère municipale) ont pu évoquer certains sujets d’actualité, comme le programme « Scorpion » pour la modernisation des forces terrestres ou la rénovation du musée des troupes de Marine, la visite du camp Lecoq pour les jeunes du CMJ ou les commémorations militaires.

 

Une visite qui a permis de rappeler tout l’attachement que porte la population raphaëloise à ce régiment d’élite qu’est le 21e RIMa.

 

Photo : service communication

Afficher cette actualité

Difficile, et surtout très rare, de trouver meilleur interlocuteur que le maire d’une ville quand on s’apprête, le temps d’une saison estivale, à endosser l’uniforme d’un agent de la fonction publique territoriale. Dans le salon d’honneur des Asphodèles, Frédéric Masquelier a tenu à accueillir en personne celles et ceux qui vont, pendant ces 2 mois d’été, renforcer les effectifs communaux.

 

« Quel que soit le service auquel vous êtes attachés, vous allez représenter la Ville durant cette période de vacances où notre population va être multipliée par 3. Il est important que vous sachiez comment la commune fonctionne et ce que l’on attend de vous. Mais avant toute chose, je tiens à ce que vous vous sentiez bien dans ce job d’été qui, pour certains d’entre vous, est une première expérience professionnelle » et d’ajouter :

 

« Je crois en vous »

 

« Beaucoup d’entre vous, et je vous le souhaite, poursuivront leurs études ou entreront dans la vie active. Mais j’espère aussi que vous reviendrez plus tard enrichir, grâce à cette expérience acquise, le dynamisme de notre commune à laquelle, je suis sûr, vous êtes tous très attachés ».

 

Le maire a profité de l’occasion pour évoquer la mise en place depuis septembre dernier de nombreuses actions en faveur de la jeunesse (conseil municipal des enfants et conseil municipal des jeunes, aide au permis de conduire, etc.), en complément de ce qui existait déjà comme le BIJ (Bureau Information Jeunesse).

 

Photo : service communication

Afficher cette actualité

« Votre association a su fédérer plus d’une centaine d’anciens élèves et même d’anciens enseignants qui se souviennent de cette école nichée dans un lieu d’exception. C’est un lieu d’amitié et de vivre-ensemble, un lieu de partage dont la société a tant besoin aujourd’hui ». C’est en ces termes que le maire, Frédéric Masquelier, s’est adressé aux membres de cette association créée il y a 15 ans, « pour que continue de vivre la mémoire d’une école exceptionnelle ».

 

 

Un lieu emblématique du quartier Notre-Dame 

 

Ceux qui l’ont fréquenté entre 1948 et 1968 s’en souviennent avec tendresse. L’association éponyme, qui célèbre cette année les 70 ans de l’ouverture du cours complémentaires et les 50 ans de sa fermeture, s’est réunie comme de coutume autour de son président Alain Avellan, pour partager le verre de l’amitié. Elle compte aujourd’hui cent vingt membres qui se retrouvent quatre à cinq fois l’an pour des animations, repas et voyages… en souvenir du bon vieux temps !

 

Photographie : Michel Johner   

Afficher cette actualité

Après 18 ans au service de Saint-Raphaël Accueil Loisirs, Thessy Meynard cède son fauteuil de présidente à Anny Moulin qui prend la relève. C’est au cours de l’assemblée générale de l’association que la passation a officiellement été entérinée, en présence du maire, Frédéric Masquelier, venu remettre la médaille de la Ville à cette figure de la vie associative raphaëloise !

 

 

 

 

Animée par des bénévoles, Saint-Raphaël Accueil Loisirs compte aujourd’hui 1412 membres. L’association propose de nombreuses activités offrant de nouer des contacts et d’intégrer de nouveaux arrivants Raphaëlois. Ils étaient 430 membres à la rejoindre en 2017 dont 57 nouveaux habitants.

 

Célébration des 40 ans d’existence  de l’association

 

Outre la nomination d’une nouvelle présidente, deux événements d’importance ont fait date lors de cette journée du  29 juin : la célébration du 40e anniversaire de l’association ponctuée d’un verre de l’amitié et d’un dîner de gala, et la remise de la Médaille de la Ville à Thessy Meynard qui a présidé avec dévouement au bon fonctionnement de l’une des associations les plus importantes le Saint-Raphaël. Frédéric Masquelier a salué le travail, l’énergie, l’implication et l’exemplarité déployés par Thessy Meynard durant ses 14 ans de présidence et ses 4 ans à la trésorerie, avant de souhaiter la bienvenue à sa remplaçante qui en reprend le flambeau avec dynamisme.

 

 

Photographie : Michel Johner

Afficher cette actualité

« La médaille de la Ville a été pensée pour honorer les femmes et les hommes dont l’engagement pour Saint-Raphaël est exceptionnel. Des personnes qui peuvent être des modèles par leur détermination, leur courage, leur altruisme. Cette médaille semble avoir été pensée pour vous, cher Georges Noutsos ». C’est ainsi que Frédéric Masquelier a brossé en quelques lignes de discours, la figure d’un homme exemplaire chez qui l’engagement n’est pas un vain mot !

 

Chaque année, 3500 enfants défavorisés, hospitalisés ou handicapés de l’Est-Var, reçoivent un jouet grâce à l’association raphaëloise « Un Noël pour chaque enfant », un pilier de l’association locale fondé par Georges Noutsos en 1995. Collecte de jouets, tri, lavage, réparation, reconditionnement et préparation des futures distributions ponctuent l’activité annuelle de cette dynamique association de bénévoles. Un ensemble d’actions auquel la Ville apporte son soutien depuis 26 ans, sous la forme d’une subvention et de la mise à disposition d’un entrepôt de 500 m² dans la rue Châteaudun.

 

 

Une équipe de bénévoles soudée autour de Georges Noutsos

 

Après avoir rappelé son engagement dans l’Education nationale, le premier magistrat a salué le dévouement et le caractère combatif de Georges Noutsos. Des qualités mises au service d’autrui par un homme « qui a fait le choix d’être tourné vers les autres et plus particulièrement vers les enfants » en soudant autour de lui, grâce à sa personnalité, toute une équipe de bénévoles et en premier lieu sa femme, Marie-Thé, totalement associée à son action.

 

Des milliers d’enfants et de familles concernés au fil du temps

 

Frédéric Masquelier, a par ailleurs souligné sa volonté de renforcer cet effectif grâce au soutien de jeunes raphaëlois qui, dans le cadre de la bourse au permis de conduire mise en place par la Ville, pourront, en s’impliquant 100 heures dans une association à but caritatif, bénéficier d’une somme de 900€ pour le financer. « Imaginiez-vous recueillir ces milliers de jouets ? Imaginiez-vous que vous alliez changer le Noël des enfants malades ? Des enfants dont les parents sont dans le besoin ? Des enfants hospitalisés, handicapés ? » s’est félicité le maire en soulignant combien l’association de Georges Noutsos contribue à soutenir des milliers de familles confrontées à la précarité.

 

Une action caritative menée en étroite collaboration avec la Ville

 

Une cérémonie doublement festive et remplie d’émotion ce 22 juin, car marquée par le 74e anniversaire de Georges Noutsos ! Très ému par toutes ces marques de sympathie, il a chaleureusement remercié l’assistance. « C’est un grand honneur pour moi et ma famille de recevoir la médaille de la Ville. Je voudrais y associer toute l’équipe de l’association sans qui rien n’aurait pu se faire, ainsi que les élus de la Ville qui nous soutiennent depuis 26 ans ». Une magnifique action collaborative qui, au fil des décennies, a illuminé le visage de milliers d'enfants ! La cérémonie s’est achevée par le traditionnel verre de l’amitié.

 

Association « Un Noël pour chaque enfant »

110 rue de Châteaudun (sous le marché République)

E-mail : assosnoel@gmail.com - Tél : 06 61 90 80 96 – 06 20 33 71 90

 

 

Photographie : Service communication

Afficher cette actualité

Visite surprise de Frédéric Masquelier et de son adjointe aux sports, Ginette Cifre, ce jeudi soir à la salle De Sio, où le premier magistrat a pu s’enquérir de la bonne santé actuelle (140 licenciés) de l’une des plus anciennes sections de l’ASSR (Association Sportive de Saint-Raphaël), celle du tennis de table. « Vous voulez essayer monsieur le maire ? », lui ont lancé les jeunes asséristes. « Volontiers » leur a rétorqué le premier magistrat qui, bien qu’adepte de la petite balle blanche sur les greens de Valescure, a paru bien à l’aise avec l’orange des pongistes.

 

 

Des jeunes joueurs passionnés par leur sport, qui s’entrainent 3 à 4 fois par semaine minimum, et qui n’ont pas hésité à faire l’impasse sur le match de coupe du Monde France-Pérou afin de ne pas rater une seule séance d’entrainement. Un club convivial et familial qui fait la fierté de son président, Gérald Martin, et de son président d’honneur qui est toujours pratiquant assidu, André Ribes (87 ans). Un contraste évident avec le plus jeune licencié de la section qui n’a lui que… 7 ans.

 

 

Photos : service communication.

Afficher cette actualité

Présidée par Frédéric Masquelier, et en présence du procureur de la République du Var, Ivan Auriel, l’assemblée plénière du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) s’est tenue dans la salle du conseil de l’Hôtel de Ville. Elle a permis aux différents acteurs de faire un large tour de table sur les problématiques rencontrées sur le terrain. Trois thèmes distincts ont été portés à l’ordre du jour de cette réunion : la prévention famille ; la sécurité routière et les transports ; la cellule de veille et de prévention de la délinquance.

 

Pour le 1er point, la prévention famille, l’accent a été mis cette année sur la relation parents/ados. Comment apporter une aide concrète aux familles dans la gestion de certaines crises ? Plusieurs pistes ont été évoquées dont certaines sont déjà en place comme l’accompagnement individuel que favorise, entre-autre, le CCAS de la ville.

 

Le 2e point touche la sécurité routière. Le maire a souhaité que les actions déjà entreprises depuis septembre 2017 soient encore renforcées. Faire baisser l’accidentologie sur les routes de la commune est une priorité même si, à Saint-Raphaël, le comportement des conducteurs est, dans l’ensemble, plutôt satisfaisant et citoyen. Là encore, l’accent est mis sur les seniors piétons et les 2 roues motorisées qui, selon le constat de la commissaire divisionnaire de Fréjus / Saint-Raphaël / Draguignan, Béatrice Fontaine, ont été les plus touchés par ce fléau lors de l’année écoulée.

 

3e point abordé : l’efficacité du rappel à l’ordre, du réseau vigilance citoyenne (plus de 300 adhérents) et de la prise en charge des personnes en grande vulnérabilité. Sur ce dernier sujet, Frédéric Masquelier vient de faire voter une subvention importante aux « Amis de Paola » pour aider cette association dans son travail au quotidien. Il a également été question de la mise en place prochaine des 12 premières caméras de protection (avant fin 2018) et de la brigade de l’environnement déjà opérationnelle.

 

Au final, procureur de la République, commissaire de police, bailleurs sociaux et responsables de l’Education Nationale s’accordent tous sur un point : Il fait bon vivre à Saint-Raphaël et dans ses quartiers même si la vigilance reste toujours de mise.

 

Photo : service communication

Afficher cette actualité

« Je suis convaincu que la dynamique de l’individualisme gagnera toute la planète, quelles que soient les conjonctures idéologico-politiques », c’est en substance le message que le philosophe et sociologue Gilles Lipovetsky, observateur incontournable de la société contemporaine depuis 30 ans, a délivré ce 19 juin, au Palais des congrès, lors d’une conférence à laquelle se sont rendus quelque 400 Raphaëlois. Un décryptage des diverses facettes de l’individualisme qui métamorphosent notre société, un regard nuancé sur ses aspects positifs et négatifs à la portée de tous et au-delà des caricatures. Captivant.

 

 

« Votre force, Gilles Lipovetsky, est de savoir interconnecter les éléments de notre modernité pour lui donner du sens et pour nous permettre de mieux la comprendre », s’est félicité le maire, Frédéric Masquelier, lors de son discours d’ouverture. Car c’est une véritable radiographie du phénomène sociétal le plus fondamental de cette seconde moitié du XXe siècle à laquelle s’est attelé le conférencier durant plus d’une heure : L’individualisation du rapport au monde, à soi, aux institutions collectives, présente partout et dans tous les groupes sociaux. 

 

 

Une société organisée par la dynamique de l’individualisation

 

Après une analyse de notre société marquée par l'effondrement des anciens modèles, des idéaux sacrificiels et rigoristes du modernisme, Gilles Lipovetsky a décrypté ses paradoxes, ses glissements et ses impacts sur l’éducation, la famille, le religieux, la condition féminine, la consommation ou encore les grandes institutions collectives. Une perte de sens laissant place à une revalorisation du présent dont chacun veut aujourd’hui jouir autant que possible.

 

 

 

 

Du positif dans l’individualisme

 

Pointant les dangers de l'hyperindividualisme, Gilles Lipovetsky s’est cependant refusé à l’assimiler à une déchéance de toutes les valeurs, soulignant la persistance d'un tronc commun de valeurs partagées. « Notre tâche c’est la responsabilisation des hommes pour faire reculer l’individualisme irresponsable. Un individualisme qui reconnait des limites à sa propre existence, qui reconnait que des principes doivent guider les hommes. Le meilleur investissement pour nous en prémunir c’est l’éducation.  Il y a énormément de positif dans l’individualisme, c’est ça l’impératif du XXIe siècle ! ». La conférence s’est conclue sur cette note positive suivie d’un échange de questions/réponses avec le public, et d’une séance de dédicaces de ses ouvrages.

 

 

Les prochains RDV des Conférences de 18h59

 

Le 12 septembre, c’est au politologue Pascal Perrineau que reviendra l’honneur de poursuivre le cycle de ces interventions avec une conférence portant sur « La recomposition de la vie politique », puis le 27 septembre, le directeur général d'IPSOS, Brice Teinturier interviendra à son tour sur la thématique de « L’opinion publique ». Une nouvelle occasion offerte à tous de mieux comprendre notre monde et ses évolutions !

 

 

 Retour en vidéo sur la page Facebook de la Ville

 

Photographies : Marlene Kuhn-Osius

Afficher cette actualité

Enseigner des techniques performantes de self-défense dans le respect du cadre légal, telle est la philosophie que prône Jacques Lebrun, instructeur expert dans la gestion des conflits verbaux et physiques, au sein de la DP Académie. A la tête de ce club, qui compte 66 licenciés âgés de 15 à 70 ans, James Selmi, adepte d’une défense ciblée et éthique. C’est accompagné du président de la fédération internationale, Americo Fernandes Da Silva, qu’il est venu rencontrer le maire, Frédéric Masquelier. 

 

Un enseignement ciblé et cadré

 

 

Apprendre à se dégager d’une mauvaise situation avec simplicité et rapidité, c’est tout l’art de l’enseignement délivré à la salle Paci au travers de cours, de mise en situation et d’ateliers proposés de septembre à juin. Un apprentissage de différentes techniques de combat et de défense présenté au maire, qui offre de travailler son physique tout autant que son mental. Cet été, l’occasion sera donnée à chacun de le découvrir lors d’une démonstration publique proposée par la Ville, le samedi 11 août à l’esplanade Delayen (18h). Et à tous ceux tentés par l’expérience, de participer en septembre à 2 séances gratuites d’essais au club, dans le partage et la convivialité !

 

Pour en savoir plus : www.selfdefense83.com

 

Photographie : service communication

Afficher cette actualité

Le 18 juin 1940, le général de Gaulle lançait depuis Londres, sur les antennes de la BBC, un appel à la résistance. Message qui allait soulever un immense espoir parmi ceux et celles qui refusaient la défaite. Quatre jours seulement après la débâcle militaire, cet homme, alors inconnu du grand public et fraichement promu général de brigade, appelait à continuer la lutte contre l’occupant. Un discours rassembleur qui allait permettre à tous ces hommes et femmes qui rejetaient la capitulation et la collaboration, de poursuivre le combat contre l’ennemi.

 

Ce 18 juin 2018, dans toutes les communes de l’hexagone, on célébrait cet « appel » comme le symbole de la grandeur de la France, celle qui a su dire non à l’occupation, à l’humiliation et au mépris de ses valeurs les plus sacrées. Porteur du discours de madame la secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées, madame Genviève Darrieusecq, Frédéric Masquelier a présidé la cérémonie raphaëloise qui s’est tenue square Bir Hakeim, en présence de nombreuses personnalités.

 

Retour en images sur la Page Facebook de la Ville

 

Photo : service communication

Afficher cette actualité

A l’heure où Frédéric Masquelier a engagé une grande étude pour relancer le commerce de proximité en centre-ville (les premiers résultats sont attendus pour septembre), Addict Paris, salon de coiffure situé rue Amiral Baux, a semble-t-il trouvé sa solution : l’abonnement. C’est tout simple mais encore fallait-il y penser, on ne paye plus à la coupe ou au brushing mais au mois. Suivant la formule choisie, on peut y venir une ou deux fois tous les 30 jours, voire en illimité si on prend la formule la plus élevée.

 

« Le concept est né il y a 3 ans maintenant et la franchise compte désormais plus de 40 salons sur l’ensemble du territoire », déclare Haïfa Hakim, la gérante de l’établissement raphaëlois qui a reçu la visite du maire et de Stéphane Iseppi, adjoint au commerce et à l’artisanat… « Sur Saint-Raphaël, 4e salon de la marque ouvert, on a fait le choix de s’installer en centre-ville, contrairement aux autres magasins de l’enseigne. En moins de 2 ans d’existence, on a déjà plus de 400 abonnés, dont une grande majorité d’hommes ».

 

Photo : service communication

Afficher cette actualité

Son nom ne vous évoque peut-être pas grand-chose si vous n’êtes pas un spécialiste de la géométrie différentielle et de la topologie, mais Sir Michael Atiyah, anobli par la reine d’Angleterre en 1983 pour ces travaux, est l’un des plus éminents mathématiciens de la planète. Ex-professeur des prestigieuses universités d’Oxford,  Cambridge ou Princeton ; ancien président de la Royal Society, puis de la Royal Society of Edinburgh ; Sir Atiyah cumule les distinctions et les récompenses dont la plus belle de toutes, la médaille Field’s (équivalent d’un prix Nobel de mathématiques), lui a valu cette renommée mondiale. Il a également reçu le prix Abel, conjointement avec le professeur Singer avec lequel, en 1963, il a démontré le théorème de l’indice (qui porte aujourd’hui son nom).

 

A l’occasion de son passage à Saint-Raphaël, Frédéric Masquelier, a souhaité recevoir Sir Atiyah en mairie d’honneur, en présence d’élèves du lycée Saint-Exupéry. Il était accompagné du Professeur Joseph Kouneiher, autre éminent mathématicien.

 

 

« Vous faites partie de ce que l’on appelle les « grands hommes ». Vous êtes, en fait, un mathématicien, un géomètre, un topologue, un analyste et un révolutionnaire qui a chamboulé les mathématiques du XXe siècle grâce aux liens que vous avez su créer entre ces matières. Une nouvelle fois, je tiens à vous dire à quel point je suis heureux et fier de vous recevoir ici, dans notre mairie d’honneur, en présence de ces collégiens et lycéens raphaëlois, accompagnés de leurs professeurs. Cette soirée est l’occasion d’un échange interculturel et intergénérationnel entre de jeunes esprits et une intelligence telle que la vôtre, Sir», a souligné Frédéric Masquelier.

 

Le Maire a profité de cette occasion pour rappeler la création d’un conseil municipal des jeunes et des enfants qui permet de développer l’élan citoyen et de transmettre les valeurs de la République.

 

Photographies : Marlene Kuhn-Osius

Afficher cette actualité

A l’occasion de la présence à Saint-Raphaël du général d’Armée Jean Cot (CR), venu remettre les insignes de chevalier dans l’ordre national de la Légion d’Honneur au capitaine Trapinaud, Frédéric Masquelier a tenu à recevoir personnellement ce grand militaire français. Il s’est entretenu avec lui sur différents sujets. Grand officier de la Légion d’Honneur, le général Cot a commandé la FORPRONU en ex-Yougoslavie entre 1993 et 1994. Rappelé en France à la demande du secrétaire général des Nations unies de l’époque, M. Boutros-Ghali, le général avait fait valoir ses droits à la retraite.

 

A 84 ans, Jean Cot, désormais conférencier et écrivain, est aussi connu pour son livre « Dans l’œil du cyclone » où il narre son expérience à la tête de la FORPRONU lors d’un conflit des Balkans aux multiples visages.

 

Photo : Michel Johner

Afficher cette actualité

340 dictionnaires seront remis cette semaine par Frédéric Masquelier aux élèves des 9 écoles élémentaires de la commune. Un instant fort convivial mais aussi solennel, qui marque les derniers pas des enfants dans leur petite école de quartier avant le grand saut vers le collège. Une étape que le premier magistrat a souhaité accompagner dès ce mardi dans les établissements du Dramont, Boulouris et des Tasses : « Ce dictionnaire sera votre ami et vous donnera confiance dans votre parcours. Il vous apprendra les bons mots et le bon langage, c’est un outil indispensable au savoir. C’est « le livre par excellence, tout l’univers par ordre alphabétique » comme l’écrivait Anatole France. Une belle occasion d’échanger également sur de nombreux sujets avec les enfants, comme leur avenir…

 

Retour en images sur la Page Facebook de la Ville

 

Photographie : Service Communication.

Afficher cette actualité

Rogers, porteur d’une maladie extrêmement rare contre laquelle ses parents ont organisé le combat depuis sa naissance, était reçu ce 12 juin par le maire, Frédéric Masquelier. Une manière pour la Ville de l’encourager dans sa lutte quotidienne et pour ses parents, de présenter l’association qu’ils ont créée en son nom il y a 20 ans, « Les petits anges de la vie ».

 

Favoriser la recherche médicale nationale et internationale et améliorer la connaissance de la pathologie appelée « dysplasie osseuse avec retard », tel est le but poursuivi par Violette et Ange Abitbol, les parents de Rogers, à travers leur association. Reconnu auprès des chercheurs et meilleurs spécialistes mondiaux comme souffrant d’une maladie génétique orpheline handicapante, Rogers, qui soufflera prochainement ses 25 ans, se désespère de recevoir un traitement qui le sortira de cet enfer… Sensibilisée à son combat, la Ville a attribué une subvention exceptionnelle de 600€ à son association en regard de l’intérêt social que représente son action.

 

Pour en savoir plus sur l’association : http://www.lespetitsangesdelavie.fr/

 

Photographie : Service communication

Afficher cette actualité

Reçus en mairie par Frédéric Masquelier, Marc Vitelli et son épouse Anne-Laure sont venus présenter les activités proposées par leur jeune (2016) mais dynamique association. Comme son nom l’indique, la « Line Dance Story » offre à sa cinquantaine de licenciés actuels la possibilité de pratiquer la danse en ligne, comme c’était le cas dans les années 60 avec le Madison, ou plus récemment, avec l’arrivée du phénomène « Country » au début des années 2000. Pour l’heure basée à la salle du Togo à Agay, la « LDS » affiche régulièrement complet ou presque à chacun de ses entrainements :

« La seule chose dont nous aurions réellement besoin monsieur le maire, c’est d’une salle de spectacle plus grande pour nos manifestations, notamment pour nos stages techniques nationaux ou nos différentes animations où il n’est pas rare de regrouper en même temps plus de 200 danseurs ».

 

Le Colisée aux Raphaëlois…

 

Réponse du premier magistrat : « Je peux d’ores et déjà vous annoncer une bonne nouvelle. Dès le 1er janvier 2019, vous pourrez bénéficier des créneaux de salle dont vous avez besoin pour ces opérations ponctuelles grâce à la transformation du Colisée. Il est temps que les Raphaëlois se réapproprient leur espace public et que ce bâtiment, fermé depuis trop longtemps, serve enfin à la population raphaëloise. Guillaume Decard est en charge du dossier, les choses devraient avancer très vite désormais ».

 

Une excellente nouvelle que les responsables de la « LDS » ont accueillie avec joie. Champion national de Master Team en 2018 (équivalent du titre de champion de France de danse en ligne), la Team « LDS » devrait prochainement trouver, pour ses spectacles, un écrin à la dimension de son talent. Une équipe « LDS » que les amateurs de cette discipline, faute de grande salle adéquat sur Saint-Raphaël, voient régulièrement évoluer en extérieur, lors des commémorations franco-américaines du 8 mai et du 15 août par exemple.

 

LDS : www.linedancestory.com

 

Photo : service communication

Afficher cette actualité
12/06/2018 - 13:55

En opposition au jeu provençal, où la règle des 3 pas pour les tireurs et du pas décalé pour les pointeurs est de rigueur, la pétanque se pratique entre 6 et 10 m en gardant les deux pieds dans le cercle (d’où l’expression pieds tanqués). Né à la Ciotat en 1910, ce sport désormais planétaire, est l’un des plus pratiqués en France avec près de 500.000 licenciés. C’est pour le faire découvrir aux jeunes raphaëlois, en l’occurrence aux élèves de l’école des Tasses, que le président de l’Estanque de Boulouris, Denis Campos, a organisé dimanche un tournoi en doublette (1 enfant et 1 adulte).

 

Un moyen très ludique de faire naitre des vocations chez ces Raphaëlois en herbe et pourquoi pas, d’assurer une relève pour ce club qui compte 200 sociétaires. Cette première a réuni une cinquantaine d’équipes que le maire Frédéric Masquelier, son premier adjoint, Pierre Cordina et l’adjoint au quartier de Boulouris, Jean-François Debaisieux sont venus saluer. Les 3 meilleurs de ce tournoi sont, dans l’ordre, Grégoire Giron, Titouan Vighetti et Léo Turpin-Paquette.

 

 

Photos : Marlène Kuhn-Osius

Afficher cette actualité

Une grande cérémonie présidée par Frédéric Masquelier s’est déroulée ce dimanche 10 juin en souvenir de l’Armée d’Afrique, ses prestigieux combats, ses sacrifices, notamment lors de la Grande Guerre. Créé le 1er mars 1832, le 1er Régiment de Chasseurs d’Afrique a lié son histoire à celle de la France, sur son sol et à travers le monde, chargeant sans répit et inscrivant victoires après victoires sur son étendard : Isly, Balaklava, Solferino, San Pablo Del Monte, Extrême-Orient, Madagascar, Maroc, Flandres, Uskub, Montbelliard, Tubingen.

 

Dissous en 1963, le régiment est recréé le 1er janvier 1998 à Canjuers, où il reprend les missions de formation, de perfectionnement et d’évaluation du 1er régiment de Chasseurs / CPCIT, pour les unités blindées et antichar de l’armée de Terre. Toujours en tête, le 1er Régiment de Chasseurs d’Afrique n’a jamais failli à sa devise : Ubique Primus – Partout Premier.

 

 

Suite aux honneurs rendus à l’étendard, le ravivage de la Flamme du souvenir, les allocutions, il a été procédé à un dépôt de gerbes par Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël, Charles Marchand, adjoint au maire de Fréjus, le lieutenant-colonel Van Den Bogaerde, représentant le colonel de Kermanguy, chef de Corps du 1er Régiment de Chasseurs d’Afrique. Philippe Michel-Kleisbauer, député du Var. Françoise Dumont, première vice-présidente du Conseil Départemental, Guillaume Decard, conseiller départemental. Alain Illich, Charles Maguin et Roger Carpentier pour le Comité du Souvenir Français. Abdelkader Benhabreuche, accompagné de Houcine Rahal et Owen Euxen, pour les Harkis de Fréjus-Saint-Raphaël.

 

La cérémonie qui se tenait au mémorial national de l’Armée d’Afrique, jardin Beau Rivage, s’est conclue par la minute de silence, l’hymne national et le chant des Africains.

 

Photographies : Marlène Kuhn-Osius

Afficher cette actualité

Frédéric Masquelier a officiellement lancé jeudi matin au Palais des Congrès de Saint-Raphaël les 41e rencontres de l’Association Nationale des Cadres Communaux de l’Action Sociale (ANCCAS). Devant plus de 250 congressistes venus de toute la France, le premier magistrat a rappelé les liens étroits qui unissent les CCAS et leurs communes de tutelle dans les actions qu’elles mettent en œuvre contre l’exclusion sous toutes ses formes. Un rôle prépondérant notamment en matière de prévention santé, de service aux familles et aux personnes âgées. « Lieux d’écoute, d’information, de partage et d’accès aux droits, le CCAS est devenu un repère pour des individus aux profils toujours plus variés : personnes âgées, familles monoparentales, jeunes, travailleurs pauvres, personnes dépendantes, chômeurs et bénéficiaires de minima sociaux. Les profils se diversifient et le rôle des CCAS se développe et se réinvente chaque jour », a souligné le premier magistrat avant de laisser la parole au président de l’ANCCAS, M. Guihomat. Se déroulant sur trois jours, ce congrès a été ponctué de plusieurs tables rondes sur les thèmes du « Territoire » ou du « Marketing de la question sociale » ainsi que des moments d’échanges et de convivialité.

 

 

 

 

 

 

Photos : service communication et Marlène Kuhn-Osius.

Afficher cette actualité

Frédéric Masquelier a tenu à féliciter Viviane Marino lors de son passage au Dojo JPS. La Raphaëloise vient en effet de décrocher en mai dernier à Lyon son… 7e titre de championne de France (master). Une prouesse pour cet ex-élève de Jean-Pierre Sicot (et désormais de son fils David) qui, à 71 ans, s’entraine encore 5 à 6 fois par semaine. Une performance pour cette athlète qui a découvert ce sport à 54 ans seulement : « Je cherchais simplement un sport pour me défendre en cas d’agression ».

 

 

Photo : service communication.

Afficher cette actualité

51 représentations dans les disciplines du théâtre, danse, musique, cirques et spectacles visuels, la nouvelle saison Aggloscènes devrait ravir un large public tant l’éclectisme et la qualité de la programmation sont grands. En prime : de belles surprises et de savoureuses nouveautés.

 

« Cette année encore, le théâtre, l’humour, la danse et les concerts seront à l’honneur. Des têtes d’affiches aux pépites qu’il faut impérativement découvrir, toute l’équipe de la programmation d’Aggloscènes s’est mobilisée pour nous offrir une saison superbe, ici, au théâtre le Forum ou au Palais des congrès de Saint-Raphaël » s’est félicité, hier soir, Frédéric Masquelier, lors de son discours d’ouverture devant une salle comble, en présence de Lucie Roncheri, présidente du conseil d’administration du théâtre le Forum. Tout en saluant « une saison chargée en émotions, riche et variée, révélatrice de l’attractivité et du dynamisme de notre territoire ».

 

 

Abonnements et billetterie

Les abonnements ouvriront le 8 juin à 21h00 sur www.aggloscenes.com et en billetterie le 16 juin à 8h30 au Forum, puis le 19 juin au Centre culturel. Enfin, les places individuelles seront en vente le 23 juin dès 12h30 dans tous les points de vente.

 

 

 

Photographies : Michel Johner.

Afficher cette actualité

Offrir une voix, un espace d’expression et une visibilité à des artistes plasticiens locaux, tel est le propos des Rencontres du Safranié, un évènement bimestriel qui présente des œuvres exposées au sein de 7 ateliers municipaux installés au cœur de la vielle ville. Début juin, les amateurs d’art ont pu y découvrir le travail d’artistes talentueux, en présence de Pierre Boule, adjoint à la culture, représentant le maire, Frédéric Masquelier, qui s’est rendu à la manifestation pour assurer l’ensemble des artistes du soutien de la Ville.

 

 

Les nombreux lieux d’exposition raphaëlois témoignent de la volonté municipale de sensibiliser le grand public à toutes les formes de langage artistique. Pour ces 33e rencontres du Safranié, la peinture, la sculpture, le modelage, le dessin, la photographie et l’aquarelle étaient représentées. L’occasion pour chacun d’aller librement à la rencontre d’artistes dans une ambiance festive, et de réunir artistes et public autour d’un évènement fédérateur qui donne à voir et connaître toute la richesse et la diversité de talents locaux. Un accompagnement qui témoigne d’une volonté municipale d’être au côté de tous les acteurs de la culture, en valorisant leur pluralité. Une autre manière de montrer les ressources du territoire sur le plan des pratiques artistiques !

 

 

Les artistes exposés : Michele Auderson (peinture) ; Thérèse Rouault (sculpteuse et modelage) ; Claudine Rouzaud (travaux sur porcelaine) ; Marie Donneve (dessins au fusain) ; Darrell Marriott (photographies) ; Brigitte Cappella (aquarelles) ; mais aussi les travaux des élèves de l'Atelier d'Emma Picq ainsi que ceux de l’atelier de Mireille Bruc.

 

 

Photographie : Marlene Kuhn-Osius

Afficher cette actualité

Frédéric Masquelier a reçu ce matin les directrices et directeurs des écoles maternelles et élémentaires de la commune, afin d’échanger sur la préparation du budget scolaire 2019. L’occasion de partager également sur l’implication de chacun envers les enfants, sujet tenant particulièrement à cœur au maire, comme les enseignants ont pu le constater, lundi soir, lorsque le premier magistrat s’est engagé auprès d’eux et des parents pour dénoncer la fermeture d’une classe à l’école de Valescure ; Frédéric Masquelier rappelant que « le temps de l’école maternelle est fondamental pour poser les bases de l’apprentissage, et cela ne peut être fait dans des classes surchargées ». Plus généralement, le Maire a souligné qu’il souhaitait mettre en avant tout ce qui est rattaché à la jeunesse ; le Conseil Municipal des Jeunes traduisant cette volonté.

 

Afficher cette actualité

Le maire a une nouvelle fois apporté son plein et entier soutien aux parents d’élèves de la maternelle de Valescure, ce lundi soir, en allant à leur rencontre lors d’une journée symbolique de mobilisation. Le premier magistrat a ainsi pu dialoguer avec la cinquantaine de parents présents ainsi qu’avec le responsable du syndicat des instituteurs du SNU IPP présent, Frédéric Roger.

 

« Je suis pour une égalité et une équité dans les écoles de la République. Autant je suis favorable au dédoublement des classes dans les zones prioritaires, autant j’estime que cela ne peut se faire au détriment des autres écoles ». Des propos fortement salués par l’assistance qui a apprécié que l’édile soit à ses côtés.

 

« Saint-Raphaël l’insoumise »

 

« Derrière cette fermeture de classe, il y a autre chose. Le choix de l’Etat de favoriser les métropoles au détriment des petites et moyennes communes. C’est pour cela qu’il faut que nous soyons unis pour faire entendre notre voix. En nous alliant avec la communauté d’agglomération de Draguignan et celle de Cannes sur ce genre de décisions administratives, nous pourrions peut-être faire changer les choses ».

 

Et de conclure : « S’il le faut, nous déposerons un recours, mais plus de 30 élèves par classe en maternelle, c’est inacceptable ».

 

 

Un courrier à l’inspecteur d’Académie

 

Dans un courrier envoyé le 1er juin à l’inspecteur d’Académie, le maire réaffirmait sa totale opposition à la fermeture de cette classe, argumentant notamment, qu’en aucun cas « « il ne peut être considéré que l’effectif prévu dans cette école, à la rentrée de 2018, serait de 110, ainsi que les services de l’Académie l’ont estimé à tort. A ce jour, le nombre d’élèves déjà inscrits est de 115, dont 36 en petite section, 42 en moyenne section et 37 en grande section. A ce chiffre, il est raisonnable d’ajouter 4 à 5 inscriptions complémentaires durant la période estivale, outre les demandes de dérogations ».

 

La décision définitive sur cette fermeture sera prise le 14 juin.

 

Photographies : Service communication

Afficher cette actualité

Le 27 mai 1943, Jean Moulin présidait à Paris la séance inaugurale du Conseil national de la Résistance dont le rôle fut de favoriser sur le plan local le rapprochement des forces résistantes et de préparer la prise du pouvoir lors de la Libération. Autorités civiles, militaires et associations patriotiques se sont réunies devant la stèle du préfet Jean Moulin en commémoration de ce soixante-quinzième anniversaire.

 

« Nous sommes réunis, en ce dimanche 27 mai, pour honorer la mémoire d’un de ces grands hommes qui ont fait la Nation française, pour honorer l’un de nos héros, pour honorer Jean Moulin » a déclaré le maire, Frédéric Masquelier, lors de son discours avant de poursuivre : « se souvenir de Jean Moulin, c’est se souvenir d’un homme qui a été prêt à mourir pour sa Nation, d’un grand patriote, d’un homme de courage et détermination. Se souvenir de Jean Moulin, c’est un devoir, qu’il faut transmettre de génération en génération pour mieux comprendre notre histoire, pour plus ne jamais avoir à la revivre. »

 

 

Pour que la flamme de la Résistance ne s’éteigne jamais

 

Exemple d’unité dans l’épreuve, la Résistance demeure une source d’admiration et un exemple pour toutes les générations. Jean-François Debaisieux, adjoint en charge des Affaires patriotiques et militaires a rappelé lors de la lecture du message de Madame le secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées qu’ « attachés aux valeurs humanistes, à la dignité humaine, à la liberté, à l’égalité et à la fraternité, nous devons faire vivre encore et toujours l’esprit du 27 mai 1943 pour que la flamme de la Résistance ne s’éteigne jamais ». 

 

Autorités civiles et militaires ont ensuite procédé au traditionnel dépôt de gerbes.

La cérémonie s’est conclue par la minute de silence, la sonnerie aux morts, l’hymne national, et le salut aux porte-drapeaux.

 

 

Photographies : Marlene Kuhn-Osius

Afficher cette actualité

90 logements dont 63 vendus en accession libre et 27 en locatifs sociaux répartis en 3 copropriétés, le projet des Jardins de Madeline rassemble bien des atouts : architecture contemporaine soignée, intégration à son environnement boisé, appartements connectés offrant des surfaces généreuses, piscine… le tout à proximité de nombreux services : centres commerciaux, établissements scolaires, stade nautique, équipements sportifs.

 

« En regardant le projet, on peut être fiers de l’image de la ville qu’il projette. Il allie beauté et qualité de vie, modernité et cadre naturel, dans un quartier prisé. Les Jardins de Madeline révèlent deux fondements de notre politique du logement : des résidences de qualité qui tirent sans cesse Saint-Raphaël vers le haut et des logements sociaux bien intégrés sur la commune qui définissent notre vision du vivre-ensemble » a déclaré Frédéric Masquelier lors de la pose de la 1ère pierre, ce lundi 28 mai, à Boulouris.

 

450 logements sociaux sur les 3 prochaines années

 

Convaincu de la nécessité de proposer des logements pour aider les jeunes travailleurs à s’installer, protéger les plus précaires ou aider les personnes aux petites retraites, le maire a cependant réaffirmé sa position contre le quantitatif prôné par l’Etat : « Ma vision du social ressemble à ce que l’on fait ici avec des logements bien intégrés et non stigmatisants. La solution ne passe pas par une production standardisée de faible qualité, mais par une réflexion sur chaque nouveau projet afin d’intégrer 25 à 50% de logements locatifs sociaux de qualité. La Ville va continuer dans ce sens et quelque 450 logements sociaux seront en processus de construction au cours des trois prochaines années ».

 

La pose de la 1ère pierre a été effectuée par Frédéric Masquelier, en présence notamment de Patrick Alary, directeur Grande Région Arc Méditerranéen de chez Bouygues Immobilier, Hubert Voglimacci, président de Erilia, bailleur social, Jan-Pascal Clément architecte du projet.

 

Photographie : Marlène Kuhn-Osius

Afficher cette actualité

Comment préserver notre liberté et nos choix à présent que notre quotidien est toujours plus dépendant du numérique et des objets connectés ? Quelle relation devons-nous établir avec eux et quelle place leur accorder ? Tel était le propos de la Carte Blanche donnée à Roger-Pol Droit et Monique Atlan, ces 25 et 26 mai, à laquelle se sont rendus plusieurs centaines de Raphaëlois. Une conférence passionnante qui s’est prolongée le lendemain par une table-ronde et des rencontre-dédicaces avec les écrivains Franck Thilliez et Bernard Werber et le physicien Etienne Klein.

 

Dans un monde en pleine mutation, il est parfois difficile de faire la part entre ce qui relève de la science et de la pure fiction. Pour démêler le vrai du faux, Roger-Pol Droit et Monique Atlan se sont entourés des romanciers Franck Thilliez et Bernard Werber, ainsi que du physicien Etienne Klein, dans le cadre d’une table ronde. « En tant que maire, je suis heureux et fier qu’une telle journée puisse exister chez nous. Vous rencontrer aujourd’hui, ici, est un privilège, un honneur que je suis ravi de partager avec les Raphaëlois » s’est félicité Frédéric Masquelier.

 

Un évènement de haut vol

 

« Comment vivre en bonne intelligence artificielle ? », c’est le fil conducteur qu’ont suivi Roger-Pol Droit et Monique Atlan lors d’une conférence mettant l’accent sur les révolutions numériques qui bouleversent aujourd’hui notre société. Une réflexion sur notre capacité à accepter ces mutations, à comprendre ce mouvement, à l’envisager comme irrémédiable ou pas, le tout, au regard des avancées de la science et de la pensée philosophique. Une photo du monde et ses dérives qui a soulevé de nombreuses questions dans le public.

 

A la rencontre de personnalités passionnantes

 

Franck Thilliez et Bernard Werber, tous deux appartenant à un mouvement d’auteurs intégrant la science dans leurs écrits, ont contribué à éclairer la thématique de ce débat dans le cadre de deux rencontres dédicaces. Ils ont notamment partagé avec le public leur intérêt pour les diverses avancées scientifiques venant nourrir l’intrigue de leurs romans. Une exposition consacrée au travail de vulgarisation de la science de la dessinatrice Marion Montaigne a complété l’évènement qui a attiré plus de 1000 personnes sur les deux jours.

 

Retrour en images sur la Page Facebook de la Ville

 

Gilles Lipovetsky le 19 juin

 

La prochaine conférence de 18h59 sera donnée le 19 juin par Gilles Lipovetsky. Philosophe, membre du conseil d’analysé de la société, il interviendra sur la thématique de « l’individualisme contemporain ». Comme pour Jean-Michel Jeanneney, Dominique Schnapper et « Carte Blanche », l’entrée de cette conférence qui se tiendra à l’espace congrès du Palais des congrès est gratuite, sur réservation.

 

 

Photographie : Michel Johner

Afficher cette actualité

Dans le secteur privé comme dans le secteur public, toute forme de harcèlement est un délit puni par la loi. Sujet tabou, les victimes ont souvent du mal à en parler ou même à se faire entendre. Ce 24 mai, le maire, Frédéric Masquelier, rencontrait Khemissi Makabrou, président de l’association dracénoise Le cap, qui accompagne et informe de leurs droits les personnes faisant l’objet de harcèlement au travail.

 

Qu’elle soit fonctionnaire titulaire, contractuelle ou stagiaire dans le secteur public, toute victime de harcèlement moral, peut bénéficier de la protection de la loi. C’est avec la volonté de mettre en place une politique de prévention et de protection des salariés municipaux contre ce type de comportement, que Frédéric Masquelier s’est entretenu avec Khemissi Makabrou. Le harcèlement moral sévissant dans de nombreux milieux professionnels, le premier magistrat a souhaité que l’ensemble des employés municipaux de la Ville puisse eux aussi disposer du service d’un médiateur si besoin.

 

Un projet de convention à l’étude

 

Une mesure de déontologie qu’il souhaite mettre prochainement en place à travers la signature d’une convention avec l’association. A noter que cette dernière qui collabore déjà avec plusieurs municipalités varoises a signé, en mars dernier, une convention avec le sous-préfet du Var et le directeur de la Sécurité publique afin de mettre en place des permanences juridiques destinées à écouter, informer et accompagner les femmes victimes de violence aux commissariats de Draguignan et de Fréjus.

 

Photographie : Michel Johner

Afficher cette actualité

Après l’instauration des conseils de quartier du Dramont et de Boulouris en novembre dernier, puis Valescure et Agay en février, et compte tenu du succès rencontré par ces instances, la municipalité poursuit son initiative d’expression démocratique par le centre-ville (nord et sud). Deux nouveaux conseils de quartier ont été mis en place, ce mercredi 23 mai, et leurs conseillers désignés, en présence de Frédéric Masquelier, porteur du projet, et de Pierre Cordina, premier adjoint au maire.

 

 

Des commissions thématiques

 

Le premier magistrat a présenté les objectifs des conseils de quartier ainsi que les attentes de la commune auprès des conseillers qui ont fait part à leur tour de leur motivation. A la suite, le premier adjoint a proposé la création de 3 commissions sur les thématiques suivantes :

 

  • 1ère commission : qualité de vie, animations, nuisances sonores, propreté.
  • 2e commission : stationnement, circulation, sécurité.
  • 3e commission : travaux, réaménagement, urbanisme.

 

Les conseillers de quartier du secteur nord

 

  • Hector Rosa, Philippe Chevalier, Jean-Pierre Humbert, Joseph-Daniel Darmon, Olivier Soler, Brigitte Del Vitto, Michel Fibiani. 2 nouvelles personnes viendront renforcer ce secteur.

 

Les conseillers de quartier du secteur sud

 

  • Marie-Claude Siri, Jacques Intem, Gérard Esquerre, Brigitte Grolleau, Laurent Cordillot, Jacques Moussouris, Lucia Bonnal, Jacqueline Baque, Gérard Athalakian, Laurent Bonhomme.

 

La mise en place des conseils de quartier du centre-ville se poursuivra lors d’une réunion restreinte en juin prochain.

 

Photographie : Marlène Kuhn-Osius.

Afficher cette actualité

Une quarantaine de harpistes en provenance de tout le département était réunie ce 22 mai à la salle Felix Martin, pour un concert caritatif organisé et parrainé par le Club service féminin Inner-Wheel autour du conservatoire de Saint-Raphaël et de l’association Glissando. L’occasion pour les spectateurs de découvrir tout le dynamisme de cet instrument à corde dans un programme musical aux rythmes vénézuéliens et cubains.

 

 

« En une soirée, vous réunissez trois sujets qui me sont particulièrement chers : le social, le culturel et l’animation de la ville. Une soirée qui anime notre territoire, met en valeur ses atouts culturels, le tout dans une optique caritative. » s’est félicité le maire, Frédéric Masquelier, venu assister à ce programme réunissant musiciens professionnels, professeurs et élèves des conservatoires de la région dont la benjamine était âgée de 6 ans.

 

Des partenariats gagnants au profit des plus fragiles

 

Donné au profit de l’Institut Médico Educatif « Les jardins d’Asclépios », le concert, encadré par Claire le Fur, professeur de harpe au conservatoire de Saint-Raphaël, a mis en lumière le nouveau partenariat que ce dernier a noué avec l’Inner-Wheel dans l’organisation de concerts caritatifs. A noter que le club service apporte également sa contribution financière à des élèves méritants, en vue de les aider à poursuivre leurs études au sein du Conservatoire.

 

 

Photographies : Marlene Kuhn-Osius

Afficher cette actualité

Deux cérémonies se sont tenues ce dimanche pour maintenir le souvenir des équipages des bombardiers B24 abattus par la Flack allemande en mai 1944, le premier au-dessus de l’Estérel, le second à hauteur du Cap Roux. La commémoration du sacrifice de vingt aviateurs de la 15e Air Force venus libérer la France du joug ennemi, la rage au coeur. Autorités civiles et militaires, associations patriotiques, se sont rassemblés 74 ans après pour un dépôt de gerbes aux stèles de l’Oratoire et du Col de Belle Barbe.

 

 

 

Le dépôt de gerbes

 

Suite à la lecture sur les deux sites des noms des aviateurs américains morts aux combats, il a été procédé à un dépôt de gerbes par Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël, Catherine Roubeuf, conseillère régionale et adjointe au maire, le lieutenant-colonel Jean Morelli, président du Celap, Guillaume Decard, conseiller départemental, Charles Maguin, représentant le Comité du Souvenir Français de Saint-Raphaël, accompagné de Madame Ginou, représentant l’association des Anciens combattants franco-américains du Var. Les cérémonies se sont conclues par la sonnerie aux Morts, la minute de silence et les hymnes américain et français.

 

 

Photographies : Marlène Kuhn-Osius.

Afficher cette actualité

A l’initiative de Frédéric Masquelier, la première cérémonie de la citoyenneté s’est tenue ce samedi 19 mai, en salle du conseil municipal, en présence de 32 jeunes Raphaëlois en âge de voter et d’agir désormais sur les décisions de leur ville, de leur territoire, de leur pays et de l’Europe. 48 parents ont assisté à cet événement qui a fait de leurs enfants des acteurs de la vie démocratique à part entière.

 

 

« Aujourd’hui, j’ai souhaité faire de la jeunesse l’un des axes majeurs de ma mandature » a expliqué le premier magistrat lors de la cérémonie. « J’ai voulu développer de nouveaux services comme celui d’une bourse au permis, renforcer les aides pour trouver un emploi saisonnier mais aussi mieux vous entendre en mettant en place les conseils municipaux des enfants et des jeunes. J’ai souhaité transformer le BIJ en une véritable maison de la jeunesse avec davantage de services pour tous. Cette politique, c’est ensemble que nous devons la poursuivre car, comme l’écrivait Victor Hugo : « la jeunesse est le sourire de l’avenir ».

 

Désormais, la Ville pense l’avenir avec ses jeunes citoyens, leurs idées, leurs envies, leurs actions et leur donne la possibilité d’agir et de s’exprimer lors notamment des conseils de quartier. Evolution du territoire, sécurité, culture, animations, sport… autant de sujets qui sont devenus les leurs et dont ils vont pouvoir s’emparer. Et le maire de conclure : « Soyez en fiers, soyez en dignes et donnez raison à Socrate : « Rien n’est trop difficile pour la jeunesse ».

 

Remise du livret du citoyen

 

Chacun des 32 jeunes a reçu un livret du citoyen qui a été pensé par la Ville de Saint-Raphaël pour transmettre aux jeunes adultes tout le savoir fondamental leur permettant d’exercer leur devoir de citoyen. La Ville souhaite que ce guide aiguise leur curiosité pour la chose publique et les accompagne dans leur engagement. Ce livret est un outil pédagogique qui leur  permettra de mieux comprendre la définition et le fonctionnement des institutions de la République Française.

 

 

Photographie : M.E.

Afficher cette actualité

Rare sont les personnes qui ont eu une vie aussi riche que celle de Gérard Patoux. Plus rares encore sont celles qui font l’unanimité autour d’elles. Pour Gérard c’était le cas. Décédé brutalement en début d’année, l’ancien président de l’association raphaëloise « Bateaux et gréements de tradition », aura voué sa vie à sa famille et à sa passion : la mer. Le maire Frédéric Masquelier lui a rendu hommage au cours d’une émouvante cérémonie.

 

Entré à l’école des Mousses de Brest à 15 ans, Gérard aura d’abord navigué sur tous les océans du globe en tant que marin, avant d’intégrer la gendarmerie maritime en 1968. Toulon, Bastia, la Réunion, la Guyane, Cherbourg, ses ports d’attaches ne manqueront pas. Il profitera de son passage à la Réunion pour créer une antenne de la SNSM.

 

Une retraite vouée à la restauration des gréements anciens

 

En 2010, c’est à Saint-Raphaël qu’il décide de prendre sa retraite. Immédiatement, il adhère au Club Nautique. Il s’y distingue grâce à ses qualités de charpentier de marine et son amour inconditionnel pour les bateaux anciens. C’est à ce titre qu’il intègre « Bateaux et gréements anciens » et qu’il restaure, avec une poignée de passionnés comme lui, plusieurs vieux pointus dont le plus ancien date de 1926. Grâce à ce travail de restauration, l’association obtiendra d’ailleurs le label « Bateau d’Intérêt Patrimonial ».

 

Une plaque en sa mémoire au Club Nautique

 

Pour que son nom, son travail et son implication dans la vie maritime locale ne soient jamais oubliés, Frédéric Masquelier a souhaité qu’une plaque commémorative soit posée dans la salle du 1er étage du Club Nautique qui portera désormais son patronyme. Une cérémonie en présence du premier magistrat, de la veuve et des enfants de Gérard, de Ginette Cifre, adjointe aux sports, et de ses très nombreux amis.

 

Photo : Marlène Kuhn-Osius.

Afficher cette actualité

« Je suis très heureux de vous rencontrer monsieur le maire. Comment la Chambre de Commerce et d’Industrie du Var peut-elle aider votre commune ? », déclarait Jacques Bianchi,le Président de la 8e CCI de France lors d’une visite de courtoisie chez le premier magistrat raphaëlois.

 

Réponse de Frédéric Masquelier : « Je le suis tout autant que vous monsieur le président. Nous avons besoin de partenaires forts à nos côtés comme le sont la Région, le Département ou la CCI. Il n’y a que comme cela que nous pourrons faire entendre notre voix face aux grandes métropoles et prévoir, grâce à vos études et vos compétences, les mutations du commerce demain ».

 

De quoi poser des bases saines d’une collaboration dont l’un des objectifs majeurs est l’intérêt général du commerce de proximité. Au train où évolue les technologies, quels types de commerce seront encore d’actualité dans 20 ou 30 ans ? Lesquels disparaîtront inévitablement dans un avenir proche ? Des questions qui demandent dès aujourd’hui réflexion afin d’aider et d’accompagner tous les acteurs de l’économie locale à passer ce prochain cap.

 

Photo : service communication

Afficher cette actualité

« Au cœur du commerce », telle est la devise de l’Association du Renouveau du Commerce Raphaëlois (ARCOR). Et qui dit cœur, dit battement. Pour imprimer celui-ci, Jean Grolleau, le président de l’association, et son équipe, ont mis en place une série de mesures destinées à animer le commerce sur Saint-Raphaël. Forte de 167 adhérents, chiffre qui devrait grossir d’une quarantaine d’unités supplémentaires cette année avec l’adhésion d’une partie des commerces de Santa-Lucia, l’association a prévu une dizaine d’actions ou journées à thème d’ici la fin de l’année. Ceci venant s’ajouter aux opérations déjà organisées comme la braderie d’hiver, un loto, ou le road show F1, initié par la Ville, auquel s’est logiquement jointe l’ARCOR.

 

Une animation bénéfique pour tout le commerce

 

« Je remercie monsieur Masquelier pour son écoute, sa réactivité et sa compréhension à nos problèmes. Depuis septembre, l’animation de la Ville est très bénéfique pour le commerce raphaëlois. Ce n’est pas un sentiment, c’est un constat ».

 

Ce à quoi le premier magistrat a répondu : « Il est logique que la Ville soit derrière ses commerçants et qu’elle les aide du mieux qu’elle le peut. Comme vous le savez, la problématique des communes de notre importance, c’est de redonner toute son attractivité au centre-ville. En tant que Ville touristique, nous avons des atouts que les autres n’ont pas forcément, mais cela n’est pas suffisant. C’est pourquoi nous avons lancé une étude, via le cabinet AID, qui va nous permettre d’apporter les meilleures solutions possibles à vos problèmes ». Et de reprendre :

 

Le oui pour principe, le non pour exception

 

« Tous les paramètres doivent être pris en compte. L’évolution du commerce en ligne, les heures d’ouverture des magasins, le sens de circulation et la piétonisation de certaines rues, le type d’activité des commerces, bien distinguer les animations culturelles des animations commerciales, l’accueil dans les commerces, le pouvoir d’achat des clients, etc. Tout ceci s’inscrit dans une approche globale du problème où il faut y inclure la sécurité, le stationnement ou encore de bonnes relations avec la région ou le département pour organiser des manifestations d’importance comme dernièrement avec la venue de la F1 à Saint-Raphaël ».

 

Et de conclure : « A Saint-Raphaël, le oui doit être un principe, le non une exception qui doit être justifiée. Les services de la Ville sont donc là pour vous aider mais c’est aussi à vous d’être force de proposition ».

 

Principales animations à venir :

 

« 4 sourires pour les croisiéristes », la braderie d’été (14 au 19 août), défilé de mode (dernière semaine d’août), la Journée Nationale du Commerce de Proximité et l’élection de Miss commerce (en octobre), un Black Friday (fin novembre), le petit train touristique (pendant les périodes de vacances), etc.

 

 

Photo : service communication

Afficher cette actualité

A l’invitation de Frédéric Masquelier, Michael Rieger, maire de Sankt Georgen, a participé à la cérémonie commémorant la victoire des Alliés sur le IIIe Reich, libérant ainsi l’Allemagne du joug nazi. Une initiative qui renforce un peu plus la longue amitié unissant nos deux villes et à laquelle le premier magistrat d’Outre-Rhin a été particulièrement sensible.

 

C’est à l'initiative du Comité de jumelage de Saint-Raphaël, et de son président Sébastien Michel, que différents rendez-vous avaient été fixés avec la délégation allemande comprenant, outre Michael Rieger, professeurs et lycéens : réception de bienvenue, cérémonie commémorative, devoir de mémoire sur le site du débarquement de Provence au Dramont, dîner, le séjour s’est admirablement conclu par un concert au Jardin Bonaparte.

 

 

45 ans d’amitié sur fond de construction européenne

 

« Aujourd’hui, nous sommes réunis Français et Allemands dans une commémoration commune du 8 mai 1945 et nous nous félicitons de la fin de ce dernier conflit entre nos deux nations qui se sont affrontées trois fois » expliquait Frédéric Masquelier lors du dîner à la mairie d’Honneur. « Cette situation aurait pu encore durer des décennies, des siècles sans la force des Pères fondateurs de l’Europe. Car la force de Jean Monnet, de Robert Schuman, de Konrad Adenauer ou de Charles de Gaulle a d’abord été de comprendre qu’il fallait sortir de ce système mortifère.Il fallait avoir le courage de se réconcilier, de tourner cette page de l’histoire. Sankt Georgen et Saint-Raphaël partagent depuis plus de 45 ans des moments de convivialités et de partages. Des moments qui participent d’une meilleure connaissance de l’autre, d’une meilleure compréhension »

 

 

Une symbolique forte

 

Ce 8 mai a également été marqué par un événement hors norme en front de mer : le road show Renault Formule 1 qui devait rassembler 25 000 personnes, grâce, notamment, à la présence de Nico Hülkenberg. Une symbolique forte que Frédéric Masquelier ne manquait pas de relever : « En ce jour de commémoration du 8 mai 1945, le pilote allemand court à Saint-Raphaël sur une voiture française et le maire de Sankt Georgen vient de déposer, à mes côtés, une gerbe au pied du monument aux Morts ».

 

 

 

Un beau chapitre de l’amitié franco-allemande qui se poursuivra le 11 novembre prochain, comme s’en satisfait déjà le maire de Saint-Raphaël : « Nous nous verrons pour célébrer le centenaire de la fin de la Grande Guerre. Nous associer pour ces commémorations, c’est nous associer pour dire ensemble plus jamais ça. Plus jamais de conflits entre la France et l’Allemagne. Nous sommes deux nationsliées par un destin commun, celui de faire de l’Europe un continent de paix, de bonheur et de prospérité ».

 

 

Photographies : Michel Eisenlohr et Marlène Kuhn-Osius.

Afficher cette actualité

En lice pour le Final Four de Coupe d’Europe et conforté à la 5e place du championnat Starligue, le Saint-Raphaël Var Handball vient d’être honoré à travers trois de ses joueurs par Frédéric Masquelier qui a remis la Médaille de la Ville à Raphaël Caucheteux, Adrien Dipanda et Daniel Sarmiento.

 

La Médaille de la Ville a été pensée pour récompenser ceux qui font vivre la ville, ceux qui contribuent à son rayonnement, à son attractivité et à son dynamisme. Raison pour laquelle le premier magistrat a souhaité récompenser les joueurs émérites du SRVHB, représentant naturellement l’ensemble de l’équipe : « Le Saint-Raphaël Var Handball devient une équipe incontournable sur la scène nationale et européenne, et pour nous, c’est une grande source de fierté » s’est félicité le maire. « Vous contribuez à faire connaître Saint-Raphaël aux quatre coins du pays et du continent. Cette année vous avez fait parler de la Ville en Croatie, en Suède, en Espagne et en Allemagne ». Une aura qui rejaillie sur les effectifs du club enregistrant une croissance de 10% en un an, avec 400 licenciés de tous âges.

 

3 champions d’exception

 

Détermination, ambition, travail, patience, humilité, solidarité, esprit d’équipe… autant de valeurs fondamentales incarnées par nos 3 champions d’exception : Raphaël Caucheteux, meilleur buteur de tous les temps de la ligue nationale de handball, avec plus de 1 500 réalisations, a rejoint l’équipe de France cette année. Adrien Dipanda, leader de la défense tricolore, affiche 4 titres de champion de France avec Montpellier. Il est médaillé de bronze des derniers championnats d’Europe, médaillé d’argent des JO de 2016 et médaillé d’or au dernier championnat du monde avec l’équipe de France. Daniel Sarmiento, élu meilleur joueur du championnat d’Espagne en 2009, qu’il remporte à 6 reprises avec le FC Barcelone, a pleinement contribué à la deuxième participation consécutive du SRVHB en demi-finale de ligue EHF. Historique pour le club Raphaëlois !

 

Photographie : Service Communication.

Afficher cette actualité

16,2 km et 500 m de dénivelés, voilà ce qui attendait les 250 participants partis à l’assaut du géant de l’Estérel, motivés par une seule cause : « courir pour un aveugle », organisée à l’initiative du Lions Club Saint-Raphaël-Fréjus. Un événement hors norme qui permet à l’association de lever des fonds pour mener à bien ses missions caritatives. A noter que le vainqueur de l’épreuve est Stéphane Valenti. Un beau succès sous le soleil dont le départ a été donné au vieux-port par Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël, ville dynamique et sportive par excellence.

 

Photographie : Marlène Kuhn-Osius.

Afficher cette actualité

Alors qu’autorités civiles et militaires, les associations patriotiques, célébraient la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie, 24 élus du Conseil municipal des jeunes ont participé avec émotion à la cérémonie, organisée par la Ville au square du Souvenir Français. Un moment fort de citoyenneté qui a permis à ces jeunes âgés de 14 à 21 ans de procéder au devoir essentiel de mémoire.

 

 

Autant d’adolescents pour qui s’impliquer dans la vie raphaëloise est un privilège et un honneur. L’une d’entre eux, Lucie Anglade, a participé au dépôt de gerbes aux côtés de Frédéric Masquelier et du maire de Sankt Georgen, Michael Rieger.

 

Organe représentatif de la commune, le Conseil municipal des jeunes a pour objectif de faire remonter les souhaits des jeunes raphaëlois et de soumettre des projets. Les jeunes élus se réuniront en séances plénières et en commissions thématiques : sports et loisirs, citoyenneté et environnement, culture et animations, solidarités.

 

Photographies : Marlène Kuhn-Osius.

Afficher cette actualité

« Il n’y a pas de commerce en forme quand la ville est malade et il n’y a pas de ville en forme quand le commerce est malade ». Cette phrase de Robert Rochefort, citée par Frédéric Masquelier, résume à elle seule le bienfondé de la réunion organisée ce vendredi soir au Palais des congrès. Une réunion où le maire avait invité les commerçants de la Ville pour un grand débat sur les orientations à prendre afin de dynamiser le commerce de proximité à Saint-Raphaël.

 

« Je crois que l’interaction entre la vitalité de la ville et la vitalité de son commerce est en effet indéniable » a souligné le premier magistrat. « Saint-Raphaël est une ville attractive qui fait preuve d’une réelle vitalité. Près de 70 commerces de proximité pour 1000 habitants, elle est la 3e ville de PACA la plus dynamique, derrière Cannes et Antibes ».

 

Des solutions existent !

 

Spécialiste des stratégies de territoires et du développement économique et commercial, l’observatoire A.I.D. va accompagner la Ville dans cette réflexion.

 

« L’objectif est de parvenir, après une phase de diagnostic à définir, un plan d’actions pour la revitalisation et le développement du commerce, des services et de l’artisanat. Un plan pour diversifier et améliorer notre offre, pour rendre nos commerces plus accessibles, plus attractifs et répondre aux attentes des consommateurs. Un plan pour faire vivre ce centre-ville, pour l’animer, le dynamiser », a poursuivi le maire.

 

Une intervention qui a trouvé un large écho auprès des quelque 200 commerçants venus participer à ce débat.

  

Photos : Michel Eisenlohr

 

 

Afficher cette actualité

Voulu par Frédéric Masquelier, le conseil municipal des jeunes a été installé ce samedi 14 avril à l’Hôtel de Ville. Un instant solennel au cours duquel 36 adolescents âgés de 14 à 21 ans ont reçu des mains du maire l’écharpe tricolore, avant qu’ils ne signent la charte d’engagement. Impliqués dans la vie de la cité, ils représenteront tous les jeunes de la commune.

 

« Merci de vous impliquer dans cette mission. Grâce à vous, c’est la première fois qu’est tenu un conseil municipal des jeunes à Saint-Raphaël », relevait Frédéric Masquelier, lors de la cérémonie. « Vous serez un véritable organe représentatif. Vous êtes les mieux à même de nous dire ce que les jeunes raphaëlois peuvent souhaiter, ce que nous pourrions faire ou améliorer, ou nous soumettre des projets, que nous puissions échanger avec vous. En tant que maire de Saint-Raphaël, je souhaite que vous soyez impliqués et fiers d’être ici. Le sens de ce conseil municipal des jeunes, c’est que vous vous sentiez pleinement appartenir à Saint-Raphaël. Nous sommes heureux de vous avoir, merci de votre présence ». Un beau moment d’émotion pour les jeunes, mais aussi pour leurs parents présents en salle du conseil municipal.

 

Les jeunes élus se réuniront en séances plénières et en commissions thématiques : sports et loisirs, citoyenneté et environnement, culture et animations, solidarités. Leur prochain rendez-vous se concrétisera par une journée d’intégration où chacun apprendra à mieux connaître ses camarades au cours de différentes activités.

 

Photographie : Michel Johner.

Afficher cette actualité

Avec pour objectif de développer davantage le mécénat pour créer de grands événements culturels sur Saint-Raphaël, le premier magistrat a reçu ce lundi 9 avril les principaux partenaires de la Ville. Le discours a été direct, le maire parlant de mécénat gagnant-gagnant à l’heure où les budgets sont contraints mais où les animations doivent se développer pour satisfaire le public et apporter plus de notoriété à la commune.

 

C’était le sens de cette soirée organisée à l’hôtel de ville : montrer aux entreprises locales l’intérêt pour elles de se lancer dans le mécénat. Que peut-on gagner lorsque l’on est mécène ? demandait sans détour Frédéric Masquelier aux quarante entrepreneurs présents : « Votre mécénat doit aller au-delà de la pose de votre logo sur une affiche ou un programme. Il faut que vous soyez valorisés et reconnus pour ce que vous faites. Et puis, il y a l’intérêt fiscal : sur 100 euros vous avez 60% de déductibilité et la Ville peut mettre 25% de prestations en nature (affichage, publicité). Pour qu’un mécénat marche bien et soit dynamique, il faut que vous y trouviez un avantage ».

 

Aucune économie sur le budget des animations

 

Tout en rappelant qu’1 million d’euros d’économies avait été réalisé sur le budget de la Ville, le maire s’est expliqué sur celui de la culture : « Nous ne ferons aucune économie sur le budget des animations car je souhaite que la Ville reste animée. Le budget de la culture est de 6 millions d’euros, celui des animations de 1,2 millions d’euros. C’est sur les 4,8 millions d’euros que nous en ferons. Cette année nous avons maintenu toutes les manifestations et créé de grands événements : « Les Conférences de 18h59 », « Les Rendez-vous de l’Avenir », « Les Jeudis Live ». Il s’agit de développer une offre de qualité avec des personnalités de renom qui apporteront de la notoriété à la ville ».

 

Un Club des Mécènes

 

Cette soirée n’était que le premier pas dans une suite annoncée de rencontres, d’échanges et d’affaires, organisés au sein du Club des Mécènes qui devrait prochainement voir le jour, à l’initiative de la municipalité. Une proposition largement applaudie par les entrepreneurs, pour lesquels être fiers de sa ville c’est s’investir pour elle.

 

 

Photographie : Service Communication.

 

Afficher cette actualité

Déjà forte de 1 410 membres, Saint-Raphaël Accueil Loisirs procédait ce samedi, au centre culturel, à l’accueil de 52 personnes ayant fait le choix de la cité du Lion de mer et de son territoire exceptionnel. De nouveaux Raphaëlois également séduits par le dynamisme de l’association et ses multiples animations, permettant à tous de tisser de belles amitiés. Une cérémonie à laquelle s’est joint Frédéric Masquelier qui a félicité les membres pour la qualité de l’accueil réservé à chacun et du lien social ainsi créé.

 

Juin 2018, un tournant pour l’association

 

Outre la célébration du 40e anniversaire de l’association, le 29 juin prochain, un événement d’importance fera date : après 18 ans au service de Saint-Raphaël Accueil Loisirs, dont 4 à la trésorerie et 14 en tant que présidente, Thessy Meynard passe le flambeau. C’est Anny Moulin, actuelle secrétaire, qui prendra la relève. Une page se tourne mais l’esprit reste !

 

Avant que le verre de l’amitié ne soit partagé, les nouveaux arrivants ont reçu entre autres cadeaux, le livre de la Ville, « Saint-Raphaël, un jardin d’Eden sur la mer ».

 

Photographie : Michel Eisenlohr.

Afficher cette actualité

Combien de vies sauvées ? Combien d’interventions dans des conditions plus que périlleuses pour aller secourir des plaisanciers en difficulté ? 29 hommes et 4 femmes composent actuellement les 4 équipages de la station Estérel de la Société Nationale du Sauvetage en Mer (SNSM).

 

Tous de véritables professionnels dans leur domaine, bien que bénévoles. Plongeur, scaphandrier, infirmier, radio, mécanicien, commandant de bord… chacun amène son savoir, son expérience, son temps libre. Pour le simple sourire d’un marin en détresse une fois celui-ci en sécurité à terre.

 

 

Depuis 1991…

 

Pourtant, depuis sa création par l’Amiral Chevalier en 1991, aujourd’hui président d’honneur, l’antenne raphaëlo-fréjusienne a multiplié les interventions. Des simples, des compliquées, des dangereuses, des anodines, sur une mer d’huile ou fortement agitée, de jour comme de nuit, à chaque appel du CROSS Med, la Station Estérel répond présent.

 

« Dernièrement, nous avons dû secourir un couple sur un voilier, le mat du bateau s’est cassé net. Dans sa chute, il a heurté la femme et lui a brisé la jambe. Le mat, bien immergé, était resté accroché au voilier et empêchait quasiment tout mouvement de celui-ci. Coincé ainsi au large et avec une personne assez sérieusement blessée à bord, il y avait urgence », témoigne l’un des bénévoles de la SNSM. « En un temps record, nous avons ramené tout le monde en sécurité à terre ».

 

Victor Hugo et Platon

 

Frédéric Masquelier a tenu à saluer ces hommes et ces femmes au cours d’une réception en Mairie d’honneur. Citant quelques vers de Victor Hugo : « Je m’appelle solitude, je m’appelle inquiétude, et mon roulis couvre à jamais des navires, des voix, des chansons, des rires ensevelis », le premier magistrat a ainsi souligné : « En quelques mots, ce grand homme a résumé tous les dangers de la mer. Des dangers qui sont connus depuis des millénaires car déjà Platon en parlait. Aujourd’hui, je tiens à rendre hommage à une association qui ne peut pas faire disparaitre les dangers de la mer, mais sait nous aider à y faire face. Une association d’utilité générale ». Le premier magistrat a ensuite remis la médaille de la Ville de Saint-Raphaël au président Philippe Perrin (il sera remplacé par Roland Clémence dans quelques jours).

 

Photos : service communication.

Afficher cette actualité

Coordinateur des cérémonies du débarquement de Provence en 2017 avec le service des affaires militaires de la Ville, l’attaché naval adjoint des Etats-Unis en France, Chris Lepore, rendait une visite de courtoisie à Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël, ce jeudi 5 avril, en salle du conseil municipal. L’occasion d’évoquer ce haut fait historique qui a noué des relations durables entre nos deux nations.

 

La cérémonie a été ponctuée par la remise de la Médaille de la Ville à l’attaché naval qui était accompagné pour la circonstance de Jarrod Fowler et Georges S. Baron, membres de l’ambassade américaine à Paris.

 

Photographie : Michel Johner.

Afficher cette actualité

« Aujourd’hui, nous sommes réunis pour saluer un homme dont les vertus sont incontestables et dont l’engagement doit nous inspirer », c’est ainsi que le premier magistrat a débuté son discours pour retracer la carrière exemplaire de Thierry Forneris, adjudant-chef de sapeur-pompier professionnel du centre de secours de Saint-Raphaël. En retraite depuis 2 mois, c’est en présence de sa famille, de ses collègues et de représentants du conseil municipal qu’il s’est vu remettre la Médaille de la Ville, par Frédéric Masquelier, ce 5 avril.

 

Un héros du quotidien…

 

C’est sous des applaudissements nourris que ce « chef d’équipe charismatique qui a participé à toutes les interventions importantes du Var ces dernières années » comme le faisait observer le maire, a reçu les honneurs à la villa les Asphodèles. Après avoir dressé le portrait d’un homme « qui a marqué le centre de secours de Saint-Raphaël par ses actes, son engagement, son dévouement même », il a souligné toute l’abnégation dont ce dernier a fait preuve au cours de ces 38 années au service de la commune et de ses habitants, bien souvent au détriment de sa vie familiale : « Le don de soi, l’altruisme, le courage dont vous avez su faire preuve durant toute votre carrière est une preuve d’héroïsme du quotidien. (…)  C’est tout une famille qui est récompensée à travers vous ».

 

Au service de la population

 

Père de de trois enfants, deux fois grand père, Thierry Forneris est également impliqué auprès de la jeunesse raphaëloise depuis 2014. A ce jour, il a formé quelque 1700 élèves dans les différents établissements scolaires du département aux divers comportements qui sauvent (IPCS) une action préventive organisée par le Service Départemental d'Incendie et de Secours du Var. « Cette formation auprès des plus jeunes, vous avez su la faire avec cœur et avec talent et nous vous en remercions », le félicitait chaleureusement Frédéric Masquelier. Un hommage que l’adjudant-chef a reçu avec humilité et partagé avec ses hommes : « J’ai passé de grands moments au sein de la caserne de Saint-Raphaël,  nous avons la chance d’avoir de très bons pompiers au service de la population ». La relève est déjà là, assurément !

 

Photographie : Service communication

Afficher cette actualité

La formation, tout au long de la vie des agents publics, est un droit qui garantit à tous une évolution professionnelle et statutaire tout en assurant un service public de qualité aux administrés. Présidant le comité technique, lors de la séance du 29 mars, Frédéric Masquelier a souligné que « la formation permanente est à la fois un vecteur de promotion sociale pour les agents et un outil de modernisation de l’administration  qui doit toujours mieux servir les usagers ».

 

Elaborés par le service des Ressources Humaines de la Ville, à partir des entretiens d’évaluation, les plans de formation doivent répondre aux besoins des agents et aux attentes des employeurs publics locaux. Ce droit s'exprime de différentes façons tout au long  de la carrière des agents. La loi n° 84-594 du 12 juillet 1984, modifiée en profondeur par la loi du 19 février 2007, détermine les différents types de formation offerts aux agents territoriaux.

 

Elle distingue d’une part les formations statutaires obligatoires qui interviennent en début de carrière ou dans le cadre de l’adaptation aux emplois occupés et, d’autre part, les formations facultatives organisées à l’initiative de l’agent ou de son employeur. La loi du 19 février 2007 rappelle aux collectivités territoriales l’obligation d’élaborer un Plan de Formation. Un plus dont bénéficient directement la population raphaëloise dans son ensemble !

 

Photographie : Service Communication.

Afficher cette actualité

Accueillis en salle Félix Martin par la Ville pour leur réunion annuelle, administrateurs, dirigeants et sociétaires de la banque se sont entretenus sur les orientations et les décisions capitales à prendre, les défis à relever pour développer des offres novatrices, tout en s’appuyant sur la force d’un réseau d’agence privilégiant la relation au client. Pionnier de la bancassurance, le Crédit Mutuel est aussi un mécène culturel incontournable.

 

« Avec des initiatives audacieuses comme les vôtres, il est fort à parier que le Crédit Mutuel continuera son développement et s’installera toujours plus dans nos paysages » a déclaré le maire en ouverture d’assemblée. « Votre banque a compris l’importance de bien s’ancrer sur le territoire, ce que vous avez su faire en vous associant aux mondes de la musique avec cette phrase qui marque : « Le crédit Mutuel donne le La ». A ce titre, la Ville est en train de développer son réseau de mécènes et nous serions ravis de voir nos liens se resserrer en la matière ».

 

Photographie : Michel Johner.

Afficher cette actualité

« Vos actions sont très utiles aux Raphaëlois. Elles viennent en complément des nôtres, voire agissent au-delà de nos domaines de compétence. Merci pour ce que vous faites depuis des années. Votre investissement auprès des autres est considérable. Une ville qui se veut dynamique ne peut l’être qu’avec l’aide du monde associatif, et plus particulièrement avec des associations « club service » comme la vôtre ».

 

 

C’est en ces termes que Frédéric Masquelier a accueilli Mme Monserrat-Cordier, présidente de l’Inner-Wheel, ainsi que les membres de son bureau. Une rencontre informelle où ces dames ont présenté au premier magistrat leurs actions phares passées et à venir pour 2018.

 

Pour rappel, ces démarches ont toutes pour but d’aider, soit d’autres associations caritatives comme, par exemple, le Bercail (foyer d’hébergement) ou Libellule (qui vient en aide aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer), soit en faisant directement des dons comme dernièrement à l’hôpital Bonnet pour le service qui s’occupe de l’autisme.

 

Pour cela, ces dames au nombre de 24 cette année, s’impliquent dans de nombreux projets afin de récolter des fonds. Le nerf de la guerre. Elles n’hésitent pas à multiplier les opérations de tout type. Tournoi de bridge, sorties en voiture de prestiges, concert salle Félix Martin, braderies d’été et d’hiver, etc. Le point d’orgue de ces actions étant le « Prix Harmonie » qui depuis 13 ans maintenant, récompense 5 élèves méritant du conservatoire à rayonnement communal.

 

Photo : service communication.

Afficher cette actualité

Venant récompenser les citoyens les plus illustres de la cité de l’Archange, la Médaille de la Ville a été remise par Frédéric Masquelier à l’un des acteurs incontournables de la vie culturelle et associative raphaëloise, Pierre Nicolini. « Je vous remercie de ce que vous faites pour faire vivre l’histoire de notre territoire, pour faire vivre son identité, de contribuer autant à l’animation de la ville et à son rayonnement » a déclaré le premier magistrat lors de la cérémonie donnée en mairie d’honneur, ce 27 mars, en présence de la famille et de nombreux amis.

 

A 88 ans, Pierre Nicolini peut se targuer d’avoir mis sa vie au service des autres avec altruisme. Son implication dans le tissu associatif local est totale et débute à l’âge de 14 ans au Groupement Philatélique, dont nous venons de célébrer les 90 ans. Suivront en tant que fondateur ou membre actif : l’Omnium Cycliste Raphaëlois, l’Aéro-Club (modèles réduits), le Ciné-Photo-Club, le Club Alpin, le Cercle Historique d’Archéologie de la Méditerranée à l’origine du musée archéologique, l’Amicale des Raphaëlois, la Commune Libre des Templiers ou encore la Rafelenco, tout en exerçant son métier de maître artisan maçon, appris avec son père au lendemain de la guerre.

 

« Je tiens à partager cette Médaille de la Ville avec tous les bénévoles des associations locales » a modestement déclaré le collectionneur détenteur de milliers d’objets, documents, affiches, cartes postales… venant enrichir les expositions de l’agglomération, notamment celle de la médiathèque municipale. Gageons qu’une partie de ce fonds exceptionnel sera présenté lors de l’événement que la Ville prépare sur l’histoire de Saint-Raphaël en juin 2019.

 

Photographie : Michel Johner.

Afficher cette actualité

La fin de vie représente un sujet complexe qui suscite aujourd’hui de nombreuses interrogations. La loi Leonetti du 22 avril 2005, relative aux droits des malades et à la fin de vie, renforcée par la loi du 2 février 2016, créant de nouveaux droits à cet égard, invitent chacun d’entre nous à réfléchir, à s'informer et à dialoguer. C’est dans cet esprit que Frédéric Masquelier a rencontré le docteur Renaud Leenhardt, médecin au sein de l’EHPAD l’Hermitage et président du conseil presbytéral de l’église protestante unis de France pour l’Est Var, accompagné de Marc Heriard conseiller presbytéral, du pasteur Stefano Mercurio, ainsique de Patricia Hauteur, conseillère municipale, à l’initiative de cette rencontre.

 

« Nous nous proposons d’organiser une conférence sur la thématique des soins palliatifs et de l’euthanasie abordée d’un point de vue éthique », expliquait le docteur Renaud Leenhardt. C’est le cardiologue et ancien ministre Jean Leonetti, très impliqué dans les questions d'éthique et instigateur de la loi éponyme, qui conduirait cette conférence avec le Pasteur Marcel Manoël, président du conseil d'administration des Diaconesses de Reuilly, mobilisé en faveur de la délivrance de soins palliatifs de qualité.

 

Une invitation à s’informer, réfléchir, dialoguer

 

« C’est un débat dont on parle beaucoup dans les medias, cette conférence vise à susciter une réflexion auprès des personnes », ajoutait ledocteur Renaud Leenhardt. Aussi attaché à donner un espace de parole à tous qu’à encourager le grand public à s’emparer de sujets complexes, le premier magistrat a évoqué son intérêt pour cette thématique qui pourrait venir enrichir le nouveau cycle des Conférences de 18h59, instauré par la Ville depuis janvier dernier. « Dans le cadre de la laïcité, chacun doit pouvoir s’exprimer et trouver sa place, je veux permettre l’expression de chacun » concluait-il.

 

Photographie : Service communication

Afficher cette actualité

Saint-Raphaël s’est associée à l’hommage national rendu ce jour,  suite aux attaques terroristes survenues vendredi dernier dans l’Aude, faisant quatre morts et seize blessés.

 

Le discours de Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël, prononcé ce mercredi sur le  parvis de l’Hôtel de Ville.

 

Mesdames, Messieurs, Chers compatriotes,

 

Je vous remercie d’être présents aussi nombreux pour ce moment d’hommage. Vous le savez lors des attaques terroristes de vendredi dernier : quatre personnes sont décédées, seize autres ont été blessées, et de nombreuses personnes resteront marquées par la peur ressentie ce jour-là.

 

Face à la barbarie, face au fanatisme, nous devons être unis.

 

Unis pour garantir que la mémoire collective oublie le nom du fanatique et ne retienne que les noms des victimes enlevées à leur famille en dehors de toute justice, de manière aussi violente que cruelle.

 

Nos pensées aujourd’hui sont donc dirigées vers les familles de

  • Monsieur Jean Mazières, viticulteur à la retraite.

Abattu lâchement alors qu’il était le passager du véhicule volé par le terroriste. Nous pensons également au conducteur qui lutte actuellement contre la mort.

 

  • Monsieur Christian Medves, chef de la boucherie du supermarché.

Il venait de fêter ses cinquante ans auprès de sa femme et de ses deux enfants.

 

  • Monsieur Hervé Sosna, retraité du secteur du bâtiment.

Il venait simplement faire quelques achats au supermarché quand la vie lui a été brutalement ôtée.

 

  • Monsieur le colonel Arnaud-Beltrame.

Il est mort en héros de la nation, en héros de la condition humaine après avoir essayé de désarmer le fanatique.

 

Son sacrifice n’efface pas la douleur.

Son sacrifice n’efface pas le sang ni la mort.

Mais son sacrifice a réaffirmé les valeurs fondamentales qui nous unissent, celles de la compassion et celle de l’altruisme, celle du don de soi et de la défense de la liberté et de la vie.

Son sacrifice  nous rappelle, aussi, que chaque jour des hommes et des femmes se battent pour défendre notre patrie, nos valeurs.

 

Ces combats pour la justice et la liberté, nous unissent tous.

Ces combats nous rappellent que la France est un grand peuple dont l’histoire est écrite par des grands hommes, des hommes de courage, des hommes de bravoure.

Ces combats nous donnent foi en l’avenir, foi en l’humanité.

 

Alors je vous remercie d’être venus si nombreux dans ce moment de deuil national ; d’être venus si nombreux pour rappeler notre unité dans ces moments douloureux trop fréquents et que nous risquons encore de revivre.

 

Je vous remercie à présent de bien vouloir marquer une minute de silence.

 

Photographies : Service Communication.

Afficher cette actualité

Nouvellement élu à la tête de la prud’homie de pêche, Patrick Martins est venu se présenter à Frédéric Masquelier, accompagné des 2e et 3e prud’hommes, ce lundi 26 mars. L’occasion d’évoquer avec le maire les projets envisagés ainsi que les spécificités d’un métier que les 18 pêcheurs de la prud’homie locale exercent par passion. La prud’homie gère l’activité des patrons pêcheurs armés aux petits métiers, des Issambres au Trayas.

 

Patrick Martins s’est voulu concret lors de sa rencontre avec le premier magistrat en présentant un projet pour faire vivre le vieux-port et son marché des pêcheurs : la tenue d’un marché provençal composé de maraîchers bios et d’un producteur d’huitres et de moules. Parmi les initiatives aussi proposées, l’animation du port le soir de la Saint-Pierre avec bal et feu d’artifice.

 

Le cantonnement de pêche du cap Roux et la question sensible de sa surveillance ont également été débattus, la prud’homie étant pour un renforcement des contrôles et l’interdiction de prélèvement dans cette zone protégée. Des arguments entendus par le premier magistrat, sensible à la conservation du site, lieu de reproduction des espèces assurant une bonne gestion des pêches dans le secteur.

 

Marché des pêcheurs

Vieux-Port - Ouvert tous les jours de 8h00 à 12h00.

 

Stationnement
Parking Kennedy : Première ½ heure gratuite.

 

Photographie : Service Communication.

Afficher cette actualité

« Inaugurer un collège est un privilège rare pour un maire. Inaugurer un collège exceptionnel dans un tel environnement est un privilège unique ». C’est en ces termes que Frédéric Masquelier s’est exprimé ce vendredi soir lors de l’inauguration du tout nouveau collège de l’Estérel dont les travaux ont débuté au mois de janvier 2017.

 

Un chantier colossal de 20 000 000 d’euros qui va permettre d’accueillir sur plus de 7000 m2 quelque 800 élèves répartis sur 35 classes dont 13 spécialisées. Un établissement ultra-moderne, agréable à vivre, mais aussi énergiquement performant grâce à ses 500 m2 de panneaux photovoltaïques. Premier collège du Var à produire plus d’électricité qu’il n’en consomme.

 

« Merci à vous monsieur le président du Conseil départemental, cher Marc Giraud, d’avoir réalisé un tel investissement sur Saint-Raphaël. Je sais que mieux que beaucoup d’autres, vous avez compris que lorsque la jeunesse réussit, c’est tout le département qui réussit. Merci aussi à vous Françoise Dumont, vice-présidente du conseil départemental, ainsi qu’à vous Guillaume Decard, car je sais que vous avez beaucoup œuvré pour la réussite de ce projet dont les premiers bénéficiaires vont être les jeunes raphaëlois. Surtout en cette période difficile où les finances publiques et les investissements se rarifient ».

 

 

Une coopération public-privé efficace

 

Et de souligner également l’excellente coopération public-privé sur ce projet : « Je tiens à féliciter le constructeur, l’exploitant, le responsable de la construction et de l’entretien de ce magnifique bâtiment qu’est EIFFAGE, ainsi qu’à son représentant, M. Frion, président de Cologen. Vous avez su proposer un collège qui se fond totalement dans ce paysage. C’est un bâtiment moderne, exemplaire en matière de consommation énergétique et totalement fonctionnel. Soyez remercié, vous êtes un exemple de ce que la bonne coopération public-privé peut offrir. Un équipement remarquable prêt en temps et en heure ».

 

Et de poursuivre son discours : « Mes derniers remerciements iront à l’ensemble de l’équipe éducative pour son implication dans ce projet, pour n’avoir jamais baissé la garde malgré les 2 déménagements en 18 mois. Ce collège va continuer à gagner en attractivité. Avec ce nouvel outil, mais aussi grâce au partenariat historique avec le CREPS de Boulouris, vous permettrez à nos futurs champions d’avoir une éducation adaptée à leur rythme hors normes dans 2 sections sportives d’exception, golf et natation ».

 

Priorité à la jeunesse

 

Avant de conclure : « Vous le savez, j’ai souhaité faire de la jeunesse la 1re priorité de ce mandat. Comme le président du Conseil départemental, je suis certain que cette priorité donnée aux enfants est la seule qui permette de mener une réelle politique ambitieuse pour toutes les générations. Une politique qui va permettre de construire demain, la seule aujourd’hui possible. Abraham Lincoln a un jour déclaré « Si vous trouvez que l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance ». Vous nous permettrez de ne pas faire l’essai et d’être fier de pouvoir investir dans ce domaine primordial qu’est l’éducation. Je conclu en partageant ma fierté de vivre dans une ville, dans un département, qui offrent de pareilles conditions d’apprentissage à nos enfants ».

 

 

Photo : Michel Johner.

Afficher cette actualité

Le maire a reçu ce jour à l’hôtel de ville le Grand Maître du Grand Orient de France, Philippe Foussier. Ce dernier était accompagné de Renée Frégosi, directrice de recherche en science politique à l’université Sorbonne Nouvelle, Ari Sebag, secrétaire général de la Ligue Internationale contre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA), Amine El Khatmi, président du Printemps républicain, élu municipal à Avignon.

 

Cette rencontre précédait une conférence publique organisée conjointement par le Grand Orient de France et la LICRA dans le cadre des Chantiers de la République sur le thème « Face aux extrémismes et aux intégrismes, la République ! » qui se déroulait ce jour à 18h, au centre culturel. Au cours de cet échange, le maire Frédéric Masquelier a réaffirmé son soutien aux valeurs républicaines et humanistes. Il a également renouvelé sa volonté de lutter contre toute forme d’extrémisme, de racisme et d’antisémitisme et appelle à « l’unité républicaine » face à la montée des intégrismes.  A ce titre, le maire a toujours considéré qu’il fallait fuir les discours simplistes et expliquer la complexité du monde. C’est ce qui est notamment fait à travers les cycles des « Conférences de 18h59 », à l’instar de celle que donnera Dominique Schnapper, sociologue, ce lundi 26 mars au palais des congrès, sur le thème « Forces et faiblesses de la démocratie ».

 

Photographie : Service Communication

Afficher cette actualité


Ce 20 mars, le quintuple champion du monde de natation rencontrait Frédéric Masquelier à l’hôtel de Ville pour présenter son projet de stage de natation en direction des jeunes nageurs. Un temps de perfectionnement encadré par 4 entraineurs diplômés, cet été, au Stade Nautique, pour bénéficier de toute l’expérience d’un athlète de haut niveau !

 

« Ce n’est pas un stage pour apprendre à nager mais pour se perfectionner » a expliqué Camille Lacourt fort d’un palmarès et d’une notoriété qui force le respect, « il vise à donner des outils pour aller plus loin. En une semaine, il y a moyen de les faire progresser». Deux sessions d’une semaine seront proposées, l’une en juillet, l’autre en août, à 48 jeunes nageurs licenciés de la Fédération Française de Natation s’entraînant en club.

 

Entraînements et rencontres avec le champion

 

Ces stages se dérouleront autour d’activités au Stade nautique comprenant 2 entraînements par jour complétés de rencontres et de temps de partage avec Camille Lacourt, ainsi que de visites de la ville et d’activités ludiques et sportives (canoë-kayak, plage, accro branche…). Une manière de progresser dans le domaine de la nage et de s’enrichir du savoir-faire et des conseils du champion, tout en passant une agréable semaine de vacances ! Un projet qui entre parfaitement dans la politique menée par la municipalité en direction de la jeunesse, comme le faisait observer le maire : « Je souhaite que l’on s’occupe davantage des jeunes, c’est une chance pour eux de rencontrer un champion du monde ! ».

 

Avec une fréquentation journalière moyenne de 600 personnes tous secteurs confondus (scolaires, centres de loisirs, creps, clubs, associations diverses, stages extérieurs, public…), ce sont près de 200 000 personnes qui fréquentent le Stade nautique chaque année, dont 75 sélections ou clubs nationaux mais également internationaux qui sont accueillies pour des stages d’une semaine, en général pendant les vacances scolaires.

 

 

Photographie : Service communication

 

Afficher cette actualité

Véritable service municipal de proximité, la Maison des Droits était officiellement inaugurée le 24 novembre 2016. Après 15 mois d’activité, le bilan s’avère aussi positif qu’encourageant. Ce 19 mars, Frédéric Masquelier, à l’initiative du projet, réunissait l’ensemble des partenaires, associations et professionnels du droit pour dresser le bilan de cette première année de fonctionnement.

 

7215 accueils physiques et téléphoniques ont été enregistrés au sein de cette structure conçue comme un outil de centralisation des droits au service des concitoyens. En collaboration avec ses 20 partenaires (associations et professionnels du droit), la structure propose un ensemble de médiations civiles, familiales et commerciales dans une parfaite complémentarité de services. Une action soldée par quelque 2194 rendez-vous délivrés gratuitement aux justiciables raphaëlois !

 

 

Une diversité dans l’accès au droit

 

En complément de cette aide concrète aux problématiques juridiques les plus récurrentes du quotidien, un cycle de rencontres a été initié, en janvier 2017, en direction du grand public et des professionnels du territoire. 9 conférences gratuites animées par les partenaires de la Maison des Droits ont ainsi été proposées dans les domaines du droit contractuel ou de la consommation, de la famille, de la propriété, de la copropriété ou encore du travail, ainsi qu’un cycle de 12 rencontres « information/formation » qui a réuni quelque 150 participants.

 

De nouveaux partenaires rejoignent la Maison des Droits

 

Au cours de l’année 2017, de nouveaux partenaires ont rejoint la structure : le SPIP (Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation) ainsi qu’une consultante en droit du travail. D’autres partenariats sont également en cours de signature à la plus grande satisfaction du Maire qui a chaleureusement remercié l’ensemble de ces personnes pour leur implication et la qualité de leur professionnalisme au service des raphaëlois. A noter que la prochaine rencontre du cycle de conférences se déroulera sur la thématique « l’assemblée générale en copropriété », le 26 avril.

 

Maison des Droits

287, Avenue de Valescure

Du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 13h30 à 17h

Tel : 04.94.40.40.20

maisondesdroits@ville-saintraphael.fr

 

Photographies : Michel Johner

Afficher cette actualité

« Nous sommes réunis aujourd’hui pour l’inauguration d’un nouveau service public, le crématorium de Saint-Raphaël. Je suis particulièrement fier d’inaugurer cet équipement qui sera utile à des centaines de familles raphaëloises », a déclaré Frédéric Masquelier en préambule de son discours, ce 16 mars, devant un parterre de quelque 150 officiels et invités.

 

Acte fondateur d’un service public de proximité, la création de cet équipement était très attendue par un grand nombre de concitoyens sur l’agglomération et le centre Var. « La crémation fait l’objet d’une croissance particulièrement importante dans la région », faisait observer le premier magistrat, « aujourd’hui, c’est plus d’une personne sur deux qui la choisit. La crémation a connu une augmentation exponentielle au cours des quarante dernières années. En 1980, seules 1% des personnes la choisissait ». Une profonde mutation sociétale que la Commune a souhaité accompagner pour que les familles n’aient plus à se rendre jusqu’à Vidauban.

 

 

 

Les Crématoriums de France opérateur de ce nouveau service

 

Ils sont 38% au plan national et 50 à 60% dans les grandes agglomérations à avoir choisi cette pratique funéraire. « Un enjeu important pour les collectivités territoriales de pouvoir répondre à ce besoin et d’accompagner ce développement » soulignait à son tour, Xavier Thoumieux, co-président avec Thierry Gisserot de la société des Crématoriums de France, délégataire pour 20 ans de l’établissement. « Ce lieu appartient à la Commune et à ses habitants » a-t-il ajouté, « même si nous en sommes dépositaires et gestionnaires. C’est dans cet esprit que nous souhaitons travailler et avancer pour le plus grand bien des familles ».

 

Un projet parfaitement intégré dans le tissu local

 

Frédéric Masquelier a remercié l’ensemble des acteurs, entreprises locales et personnes, qui ont participé à l’élaboration de cet établissement, ainsi que les professionnels des sociétés de pompes funèbres locales qui seront ses partenaires. Il a également salué les personnels de l’Etat civil de la Ville qui accompagnent les familles endeuillées dans leurs démarches administratives avec professionnalisme et empathie. « Nous avons voulu mettre la famille au cœur du projet, de l’architecture et du cérémonial avec le souci permanent de la sérénité comme fil conducteur » a ajouté le maire, « nous avons souhaité créer un écrin reposant qui permette aux familles endeuillées d’accompagner l’être disparu et une architecture qui soit propre au recueillement ».

 

Le crématorium ouvre ses portes dès aujourd’hui avec un accueil des premières cérémonies à partir de mercredi. A ce jour, il est en mesure de répondre, annuellement, aux besoins de 150 familles mais sa conception prévoit de pouvoir assumer une croissance des demandes de crémation, ses locaux techniques ayant été configurés en ce sens. La salle de cérémonie a été conçue pour accueillir jusqu’à 120 personnes.

 

LE CREMATORIUM EN 3 CHIFFRES

 

Photographies : service communication

Afficher cette actualité

S’il est des amitiés sincères, celle qui lie Saint-Raphaël à la commune de Sankt Georgen ne fait que se renforcer, s’approfondir et se renouveler au fil des années. Comme le veut la tradition, c’est le maire, Frédéric Masquelier, qui a accueilli une délégation de 18 élèves allemands et français en salle du Conseil municipal, respectivement accompagnés de leurs professeurs de langue et des représentants des deux comités de jumelage.

 

Sébastien Michel, président du comité de jumelage raphaëlois, a ouvert la cérémonie, ce 16 mars, en rappelant les liens qui unissent les deux communes depuis plus de 4 décennies. Comme le soulignait le premier magistrat, en s’adressant aux jeunes lycéens, « ce jumelage est une belle réussite (…) et l’occasion de nous unir, symboliquement, le 8 mai prochain, pour commémorer ensemble la victoire du 8 mai 1945 sur le totalitarisme et la barbarie nazie. Michael Rieger, le maire de Sankt Georgen, viendra à cette occasion à Saint-Raphaël. L’avenir, c’est vous qui le construisez. On prend toujours beaucoup de plaisir à s’ouvrir et connaître la culture de l’autre, vous êtes la jeunesse, c’est vous qui portez cet idéal européen. »

 

 

Zoran Josipovic, « le plus raphaëlois des Allemands »

 

Zoran Josipovic, secrétaire du comité de jumelage de Sankt Georgen, mais aussi « le plus raphaëlois des Allemands », comme le soulignait avec humour son homologue français, pour y venir depuis 11 années avec ses élèves, a vivement remercié l’assistance : « Merci de nous accueillir comme chaque année aussi chaleureusement dans cette superbe ville de Saint-Raphaël, pour promouvoir la rencontre de la jeunesse ! » Un échange scolaire qui rencontre chaque année un vif succès auprès des élèves des deux communes, logés en famille d’accueil, tout heureux de découvrir leurs beautés et intérêts respectifs.

 

 

Des livrets de coupons de réduction offerts aux Raphaëlois

 

La cérémonie s’est achevée par la traditionnelle remise de cadeaux, côté allemand, par des livrets de coupons de réduction pour les Raphaëlois souhaitant séjourner en Forêt-Noire, à retirer à l’accueil de l’Hôtel de Ville et des mairies annexes. De nombreuses attractions et activités y sont proposées pour tous les goûts et à prix réduits (sport, culture, gastronomie), ainsi qu’un « Museumpass » offrant d’accéder gratuitement à ses 8 musées. Une manière de développer de nouveaux liens amicaux et économiques entre les deux communes !

 

L’ouverture à la culture française encouragée

 

Côté français, 2 abonnements permettant d’accéder à l’offre numérique de la médiathèque ont été offerts à nos amis allemands, l’un pour son lycée, l’autre pour sa bibliothèque municipale qui dispose d’un espace francophone. L’occasion de pouvoir consulter la presse française et d’accéder à une offre jeunesse particulièrement riche. Par ailleurs, le Prix de la ville de Saint-Raphaël sera décerné à un bachelier méritant du Lycée allemand, lui offrant de venir séjourner dans notre commune au cours de l’été et d’occuper un emploi saisonnier à l’Office de Tourisme. Dans l’attente, les jeunes allemands profiteront encore de leur séjour en terre Raphaëloise jusqu’au 21 mars, entre cours au lycée Saint-Exupéry et un joli panel de sorties culturelles et sportives !

 

Photos : Service communication

Afficher cette actualité

Convié à l’assemblée générale de la Caisse Locale de Crédit Agricole par le président du conseil d’administration, Christian Besserer, le premier magistrat a souligné l’importance de ces moments d’échanges, permettant de parler de sujets essentiels, en dressant le parallèle avec les conseils de quartier, lieux de démocratie participative pour améliorer les prises de décisions et mieux connaître les attentes de chacun.

 

« Né dans une France encore majoritairement agricole, en 1885, le Crédit Agricole a connu de nombreuses mutations : du développement dans tous les pays, à son introduction en bourse et son rapprochement avec le Crédit Lyonnais, la banque a dû prendre des décisions toujours plus importantes ces dernières années » relevait le Maire. « Les défis aujourd’hui sont toujours plus importants, entre une financiarisation croissante de l’économie et l’avènement de nouveaux acteurs souhaitant révolutionner le monde bancaire. Devant tous ces sujets, il faut oser, devancer, anticiper, avoir confiance en l’avenir et savoir être audacieux. C’est comme cela que le Crédit agricole restera le Crédit Agricole : une institution qui a su s’adapter, se développer, tout en restant une valeur de confiance et d’avenir ».

 

 

Une intervention qui a été particulièrement appréciée par les sociétaires rassemblés pour l’occasion au Palais des congrès, ce mercredi 14 mars. Pour mémoire, nous rappelons que la Caisse Locale de Crédit Agricole est, notamment, partenaire du Saint-Raphaël Var Handball et du Festival des Jazz.

 

Photographies : Michel Eisenlohr.

Afficher cette actualité

L’enjeu de faire de Saint-Raphaël une ville toujours plus belle, plus accueillante et plus attractive pour les habitants, les touristes et les entrepreneurs, a conduit la municipalité à créer une brigade de l’environnement pour répondre aux incivilités nuisant à notre cadre de vie privilégié. Présentée au dernier conseil municipal, la délibération a été signée ce jour par Frédéric Masquelier.

 

« Un certain nombre de comportements ne sont plus acceptés concernant les déjections canines, les tags, l’affichage sauvage et illégal, le jet de mégots, de papiers et de chewing-gum ou encore les infractions au règlement des collectes d’ordures ménagères et le dépôt sauvage d’encombrants. C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité qu’il y ait des agents dédiés à une fonction de prévention, d’information et de répression dans ce domaine ».

 

3 missions clés

 

Sous l’autorité du pôle municipal « sécurité publique et qualité de vie », la brigade de l’environnement a 3 missions principales : la prévention des comportements inciviques et l’information auprès de l’ensemble des usagers de la voie publique ; la surveillance des différents quartiers de la commune et l’intervention rapide en cas de survenance d’un manquement aux exigences environnementales ; la valorisation de l’espace public par le constat des incivilités et la mise en œuvre immédiate d’actions résolutoires.

 

Verbaliser les contrevenants

 

Cette brigade de terrain est constituée de deux agents municipaux assermentés qui seront identifiables grâce à leur uniforme spécifique. Ils seront à même d’engager des procédures amiables en vue de faire cesser les infractions, comme par exemple l’évacuation des déchets par le contrevenant, voire de verbaliser en cas de réitération.

 

Cette action menée conjointement par la police municipale et le service environnement « vise à faire évoluer les comportements qui constituent des incivilités et représentent un coût pour la Ville, dans la mesure où tout ceci nécessite d’investir des dépenses supplémentaires de propreté » a précisé le premier magistrat.

 

Photographie : Michel Johner.

Afficher cette actualité

Active depuis 45 ans, l’association Copernic propose de multiples animations et initiations liées à l'astronomie. Forte de 53 membres passionnés par cette discipline autour de laquelle ils partagent connaissances, savoirs et expériences, son nouveau président, Michel Perrino, est venu à la rencontre du maire pour lui présenter deux projets actuellement à l’étude, particulièrement éducatifs et pédagogiques.

 

Faire découvrir l’astronomie au grand public

 

Le premier projet consiste en une exposition à grande échelle de notre système solaire, dans un parcours initiatique et culturel ouvert à tous. Le second, l’accueil cet été du SpaceBus, un espace d'exposition mobile aménagé en station spatiale qui parcourt les routes de France pour faire découvrir l’astronomie au grand public. L’occasion pour l’association Copernic d’étudier avec le maire leur faisabilité et de s’assurer du soutien de la Ville pour leur mise en œuvre.

 

Photographie : Service communication

Afficher cette actualité

« J’ai une admiration sans borne pour Saint-Exupéry, son univers a éclairé ma vie dès l’enfance. Un humaniste profondément passionnant, un héros, un grand pilote aussi courageux qu’audacieux, une forme de génie français. Je ne cesse de militer pour que son œuvre soit étudiée en classe comme il le mérite. Une œuvre qui parle au cœur de chacun, une magnifique philosophie et un regard sur le monde plein de tolérance. Nous l’aimons pour toutes ces raisons, et c’est pour cela qu’il réunit autant de personnes ce soir à Saint-Raphaël » C’est ainsi que l’écrivain, journaliste et ancien présentateur du journal de 20 heures, s’est exprimé devant le public raphaëlois, ce 23 février, à la salle Félix Martin, au cours d’une soirée dédiée au célèbre écrivain et pilote de l’Aéropostale.

 

 

Celui que chacun connait sous l’acronyme de PPDA, est venu partager avec le public raphaëlois sa passion pour l’œuvre et la vie d’Antoine de Saint-Exupéry, l’une des personnalités françaises les plus fascinantes du XXe siècle. Après une rencontre avec le maire, puis une dédicace de son deuxième ouvrage dédié à l’écrivain « Saint-Exupéry, le cartable aux souvenirs », au Musée archéologique où une exposition lui est actuellement consacrée jusqu’au 13 avril, Patrick Poivre d'Arvor a rejoint la salle Félix Martin pour une soirée en hommage à ce héros national.

 

Sur les traces du célèbre écrivain et pilote de guerre

 

« Depuis le 2 février la Ville s’est mise aux couleurs de Saint-Exupéry, j’en suis particulièrement fier et heureux » expliquait en préambule Frédéric Masquelier, au sujet de l’exposition qui a déjà enregistré plus de 2000 visiteurs ! « Notre ville est étroitement liée à lui par un lien historique avec la famille d’Agay. Saint-Exupéry aimait Saint-Raphaël, et Saint-Raphaël aimait, aime et aimera toujours Saint-Exupéry. La beauté intemporelle de son écriture, la modernité de ses propos et de ses pensées, la profondeur de ses récits et l’émotion qu’il savait mieux que quiconque véhiculer explique cet attachement ».

 

 

Une recherche de longue haleine entre ciel et mer

 

 

La soirée a débuté par la projection du documentaire « Une maison un écrivain » réalisé par Bruno Ulmer et commenté par Patrick Poivre d'Arvor, consacré au Château de Saint-Maurice de Rémens, la maison et le royaume de l'enfance d'Antoine de Saint-Exupéry. Puis une table ronde a réuni son neveu, François d’Agay, et les personnes qui ont œuvré à la recherche de son épave dans les eaux marseillaises. Une prise de parole étayée d’un reportage retraçant la minutieuse enquête menée par ces hommes durant 30 ans, pour aboutir à la découverte de l’épave et apporter la preuve qu’il a été abattu par la chasse allemande.

 

 

Le mystère Saint-Exupéry élucidé

 

Autant d’analyses et de révélations évoquées par Luc Vanrell plongeur, photographe et explorateur sous-marin, qui a trouvé l’épave du P-38 de Saint-Exupéry et Bruno Faurite, co-fondateur de l’association Espace Saint-Exupéry. « Une grande aventure humaine à la hauteur de Saint-Exupéry, durant laquelle nous avons travaillé sous son ombre tutélaire » faisait observer Luc Vanrell. Une passionnante enquête également relatée en image, qui a levé le mystère sur les circonstances de sa mort et redonné sa juste place à ce héros national et cet homme d’engagement. Une soirée en forme de vibrant hommage qui a plongé le public Raphaëlois sur les traces du plus célèbre pilote écrivain de guerre ! 

 

Photographies : Service Communication

Afficher cette actualité

Le premier magistrat s’est rendu ce matin à l’école maternelle de Valescure pour rencontrer l’équipe éducative et les parents d’élèves. Il a réaffirmé sa totale opposition à la fermeture éventuelle d’une classe et a appelé chacun à se mobiliser. La décision définitive sera connue en juin.

 

« Je manifeste mon opposition à la fermeture d’une classe à l’école maternelle de Valescure, parce qu’il y a une appréciation erronée du nombre d’élèves, dans la mesure où nous avions indiqué un effectif de 127 élèves alors que le chiffre retenu par l’inspection d’Académie serait de 110 élèves ; étant précisé que le seuil de fermeture a été fixé à 115. C’est donc notre premier motif de contestation. D’autre part, on ne peut pas dédoubler le nombre de classes dans les zones prioritaires et surcharger les classes dans les autres secteurs géographiques : les enfants ont droit à la même qualité d’éducation, c’est la raison pour laquelle je suis opposé à la fermeture de cette classe, comme au désengagement de l’Etat dans les services publics, ici à Saint-Raphaël. »

 

 

Alors que le 20 février, la municipalité apprenait par voie de presse la potentielle fermeture d’une classe maternelle de Madame Hubert à Valescure, Frédéric Masquelier faisait immédiatement connaître son opposition à cette mesure, rappelant que l'école maternelle est fondamentale pour poser les bases de l'apprentissage et doit se dérouler dans les meilleures conditions,  dans des classes les moins peuplées possibles : « L'État doit trouver d'autres pistes pour financer sa politique d'éducation prioritaire, la fermeture des classes et le nivellement par le bas ne sont pas des options ».

 

Une position affirmée ce vendredi 23 février, où le premier magistrat est venu à la rencontre des enseignants et des parents d’élèves de l’école maternelle de Valescure pour leur faire part de son soutien mais aussi de la teneur de son entretien avec l’inspecteur d’Académie, Jean-Luc Raynal : « Je lui ai expliqué que nous étions une ville en pleine croissance et qu’il fallait être cohérent avec la politique du logement social affiché par l’Etat. Ce n’est donc pas par la fermeture de classes que nous attirerons les familles à venir s’installer à Saint-Raphaël. C’est en examinant le dossier que j’ai découvert qu’il y avait une appréciation erronée de la situation et pourquoi il ne tenait pas compte des chiffres transmis. 27 élèves par classe, c’est déjà beaucoup en maternelle. La fermeture d’une classe ne peut pas se faire au préjudice des autres classes ».

 

 

Une possible marge de manœuvre

 

Suite à cet entretien, l’inspecteur d’Académie faisait savoir au maire que sa décision serait prise en juin prochain. D’ici là, Frédéric Masquelier a demandé à chacun, enseignants et parents à manifester leur opposition par une pétition, afin que la classe de Madame Hubert soit maintenue, la décision finale n’appartenant pas à la commune. Toutefois, les parents sont invités à procéder à l’inscription de leurs enfants comme habituellement, dès le mois de mars : des inscriptions qui confirmeront les chiffres avancés par la Ville. La rencontre s’est conclue par une note particulièrement positive de la part du maire : « J’ai cru comprendre que l’inspecteur d’Académie avait une petite marge de manœuvre sur ce dossier. Ce qu’il faut, c’est que nous fassions partie de cette marge de manœuvre. Pour nous, l’enjeu est là ! »

 

Pour rappel, l’école maternelle de Valescure compte cinq classes dont une avec deux élèves en situation de handicap.

 

Photographies : Service Communication.

Afficher cette actualité

Afin de poursuivre la forte dynamique enclenchée l’automne dernier avec les commerçants du centre-ville et des quartiers, la municipalité organisait lors des fêtes de fin d’année un concours de la plus belle vitrine de Noël. Ouvert à l’ensemble des commerces et restaurateurs, l’animation avait pour thème « Noël traditionnel à Saint-Raphaël ». L’occasion de développer encore plus l’attractivité de la Ville et d’accompagner son développement économique et touristique.

 

« Nous voulons avoir une approche holistique du commerce et de l’artisanat raphaëlois » expliquait le maire lors de la remise des prix, ce mercredi 21 février, en salle du conseil municipal. « Les spécificités sont nombreuses et révèlent un centre-ville et des quartiers à l’activité dynamique et de qualité. Pour aller dans ce sens, une réflexion est portée sur certains aménagements, notamment de la place Coullet, sur le stationnement, ses tarifs et le nombre de jours gratuits. Nous vous aiderons autant que nous le pourrons. Avec vous, je souhaite une ville toujours plus attractive, toujours plus belle et toujours plus animée ».

 

La mobilisation a été le maître-mot des nombreux commerçants participants au concours, dont les prix ont été remis par Frédéric Masquelier, Pascal Bacchi représentant la CCI du Var, Hilario Aznar, directeur du casino Barrière, Jean Grolleau, président de l’Arcor :

 

  • Prix de la Ville de Saint-Raphaël : Centre commercial des Golfs et son représentant, Ludovic Lemaire. Lots : campagne de communication sur les supports de la Commune, le Lien, site Internet, page Facebook, panneaux numériques.
  • Prix CCI du Var : Studio Fleurs, Patricia Normand (Valescure). Lots : atelier performance pour deux personnes au choix parmi le programme du 1er semestre 2018, et deux places en accès VIP pour un match de handball du SRVHB se déroulant au cours du 1er semestre 2018.
  • Casino Barrière : Yogurt Factory, Alexandre Coquant (esplanade du Continental). Lots : soirée repas pour deux personnes avec apéritifs et tickets de jeux.
  • A.R.C.O.R. : Les Hommes d’Abord, Jean-Pierre Aguesse (esplanade du continental). Lots : cotisation ARCOR 2018 offerte et lots surprises.

 

La grande braderie d’hiver des commerçants se poursuit jusqu’au 24 février, en centre-ville et dans les quartiers.

 

Photographie : Michel Johner.

Afficher cette actualité

Nous apprenons, aujourd'hui, par voie de presse, la potentielle fermeture d'une classe maternelle à Valescure.

 

Cette fermeture d'une classe, je m'y oppose totalement.

 

Le temps de l'école maternelle est fondamental pour poser les bases de l'apprentissage. Ce temps doit se dérouler dans les meilleures conditions et donc dans des classes les moins peuplées possibles.

 

S'il est tout à fait légitime de vouloir dédoubler les classes en zone prioritaire, cela ne doit pas amener à doubler les classes ailleurs. Il en va de l'égalité et de l'avenir des jeunes.

 

L'État doit trouver d'autres pistes pour financer sa politique d'éducation prioritaire, la fermeture des classes et le nivellement par le bas ne sont pas des options et j'invite les parents d'élèves à faire savoir leur opposition à cette fermeture.

 

Le Maire
Frédéric Masquelier

Afficher cette actualité

Le 29 janvier, le public raphaëlois assistait au premier rendez-vous des Conférences de 18h59. Un cycle de conférences gratuites qui trouveront leur aboutissement les 23, 24 et 25 novembre prochains dans un festival intitulé : « Les rencontres de l’avenir et de l’intelligence ». Une première édition se déroulant au Palais des congrès et dont l’économiste et essayiste Nicolas Bouzou est un acteur clé. Venu à la rencontre de Frédéric Masquelier, à l’initiative de ce projet, les deux hommes se sont entretenus autour de la préparation de ce grand évènement consacré à la thématique de l’avenir. La promesse d’un temps de découverte unique, ouvert à tous les raphaëlois, en compagnie de grands témoins et acteurs de notre temps dans les domaines de la sociologie, la philosophie, la santé, la politique, l’économie ou encore l’art !

 

Photographie : Service Communication

Afficher cette actualité

Les manifestations organisées par « Les Amis de la Langue Française » ont trouvé un bel écho en la personne du maire, lors de la visite de leur présidente, Béatrice Reiss, ce mercredi 14 février. Une satisfaction pour l’association qui se voit associer aux « Conférences de 18h59 », événement organisé avec succès par la Ville, depuis janvier.

 

Entretenir le goût de la langue de Molière

 

Cette nouvelle collaboration vient brillamment s’ajouter aux activités menées conjointement avec la Médiathèque (conférences, débats, rencontres avec des personnalités) et la classe d’art dramatique du Conservatoire municipal, dans le cadre d’un partenariat avec le cinéma Le Lido. Avec la volonté de s’ouvrir à un plus large public, l’association continue d’œuvrer dans l’esprit de son fondateur, José Giron, un artisan soucieux d’entretenir le goût de la langue de Molière. Autant d’initiatives vivement encouragées par Frédéric Masquelier. 

 

Le programme des conférences

 

Les Amis de la Langue Française : alf83700@outlook.fr 

 

Photographie : Service Communication.

Afficher cette actualité
15/02/2018 - 17:03

Après un premier single dénonçant le harcèlement sous toutes ses formes, « Elle s’éloigne du monde », repris tout l’été dernier par plus d’une cinquantaine de radios FM, la jeune raphaëloise Ambre Rapp revient en ce début d’année avec une reprise très personnelle de Creep de Radiohead.

 

La jeune artiste, toujours pensionnaire du collège Alphonse Karr (3e), est actuellement en plein tournage d’un clip qui aura pour décor Agay et sa rade. Très attachée à ses racines raphaëloises, c’est elle qui a fait le choix du lieu. Un petit film d’une quinzaine de minutes, réalisé par Sébastien Giammarinaro, patron de Roswell Motion Pictures, mondialement connu pour ses nombreuses réalisations publicitaires pour de grandes marques françaises et étrangères. Un coup de pouce que ce spécialiste des effets spéciaux cinématographiques a souhaité offrir à la carrière d’Ambre après l’avoir entendu chanter lors de l’Eurovision Junior 2017 de San Remo, où la raphaëloise avait terminé 2e (25 pays présents).

 

Ambre que l’on pourrait également retrouver dès l’année prochaine sur les petits écrans. Elle pourrait se laisser tenter par l’aventure "The Voice" en 2019 quand elle aura atteint ses 16 ans.

 

Photo : service communication.        

Afficher cette actualité

Il y a 20 ans, l’association Aria Chant et Rythme voyait le jour. A sa tête, Daniel Aggery s’y lançait corps et âme avec la volonté de faire rayonner à travers elle le nom de Saint-Raphaël. Pari gagné pour ce coach vocal dont l’école a formé au chant près de 1000 élèves en loisir et suscité les vocations de 42 d’entre eux qui en ont fait leur métier !

 

Avec 160 adhérents dont une trentaine de juniors et quelque 500 sympathisants, l’association jouit d’une longévité et d’une vitalité qu’a saluée Frédéric Masquelier, distingué par son président du titre de membre d’honneur. « Pour la Ville, je souhaite la qualité dans tous les domaines et des spectacles tout public pour offrir une diversité aux Raphaëlois » a souligné le maire, et de préciser concernant les talents prometteurs de l’association : « Pour quelques élèves, à la fois méritants et rencontrant des difficultés financières, la Ville pourra apporter un coup de pouce ». Un soutien dont s’est félicité Daniel Aggery.

 

Des partenariats prestigieux

 

Parrainée par Bruno Berberes, directeur de casting de l’émission « The Voice », l’association a su se renouveler et nouer des partenariats prestigieux avec de grandes figures et décideurs du monde de la musique (Richard Cross, Dove Attia…). Elle propose aujourd’hui une  master class permettant de travailler à la fois le chant, le théâtre et la danse. Encadrée par une équipe pédagogique de 6 professeurs, l’école est actuellement à pied d’œuvre dans la préparation de 4 spectacles qui se dérouleront entre avril et mai au Centre culturel, dont le traditionnel de fin d’année, le 2 juin, au Palais des congrès.

 

Aria Chant et Rythme

213 rue de la Soleillette

Tel : 06 13 59 73 36

Site : www.ariachant.com

 

 

Photographie : Service communication

Afficher cette actualité

Dernier quartier de la ville à avoir tenu conseil, Agay, et ses quartiers associés, le Trayas et Anthéor, étaient au centre de toutes les discussions ce jeudi 8 février à la salle du Togo. Une halle polyvalente où les retardataires ont dû se tenir debout tant la mobilisation a été forte pour assister à ce grand exercice de démocratie participative, souhaité par le maire Frédéric Masquelier.

 

Echanges, points du vue, petits problèmes ou grands chantiers, aucune question n’a été éludée par le maire lors de cette soirée. Un premier magistrat qui a pu compter sur le travail réalisé en amont par les conseillers de quartiers fraichement élus pour apporter des réponses aux attentes de ses administrés, mais aussi sur celui d’Yvonne Zucco, adjointe déléguée au quartier d’Agay, d’Anthéor et du Trayas. Egalement mobilisés pour cette soirée d’échanges, Béatrice Fontaine, commissaire divisionnaire en charge du secteur de Fréjus/Saint-Raphaël/ Draguignan, MM. Chabert et Geisler, adjoints à l’environnement et à l’urbanisme, ainsi que différents directeurs des services de la ville, qui ont pu, soit répondre directement aux habitants, soit leur fixer un rendez-vous pour tenter de résoudre leur problème. Trois thèmes majeurs ont ainsi été déclinés.

 

 

La délinquance en baisse…

 

Pour aborder le sujet de la sécurité, c’est Béatrice Fontaine qui a dressé le bilan de l’année écoulée. Les chiffres concernant les cambriolages (8) et les faits de délinquance (79) sont en baisse. La principale préoccupation restant l’insécurité routière, et particulièrement les excès de vitesse (1934 en 2017 sur l’ensemble du territoire communal). Autres points noirs évoqués, les stationnements anarchiques ou sauvages, les aménagements routiers, ou encore l’épineux problème de la mise à l’eau des bateaux sur la rivière Agay.

 

« On ne peut sérieusement pas vous promettre que nous allons tout résoudre du jour au lendemain. Certains dossiers le seront sur du court terme, d’autres sur du moyen ou du long terme. Vous savez que l’Etat, par différentes mesures, nous impose de faire des économies et c’est ce qui va définir la rapidité de nos actions. Ce que je peux d’ores et déjà vous annoncer comme mesures concrètes, c’est qu’un nouveau radar pédagogique sera mis en place dès le 12 février afin de responsabiliser un peu plus certains conducteurs. Nous avons également décidé de transformer l’ancien stade en parking gratuit et d’instaurer des zones bleues pour faciliter le stationnement. Voilà le type d’actions qui peuvent rapidement être mise en place sans que cela ne grève le budget de la commune » a déclaré Frédéric Masquelier.

 

 

Un urbanisme maîtrisé, un cadre de vie préservé et une propreté accrue

 

Deuxième volet abordé, l’urbanisme, l’environnement et le cadre de vie. Là encore, le maire a souhaité insister sur le fait qu’il n’était pas question de faire tout et n’importe quoi sur la commune et notamment en matière de logements sociaux. Il a également insisté sur le fait d’améliorer la qualité de l’accueil fait aux touristes, ce qui passe par une propreté accrue des plages et des lieux publics.

 

Pour un regroupement des activités…

 

Dernier thème de la soirée, les loisirs, la culture et l’animation. Là aussi, quelques annonces de la part du premier magistrat. La création d’un terrain de beach-volley sécurisé, le club enfants sur la plage, le retour des feux d’artifice en aout pour 2018 et du corso fleuri en 2019, une charte de la vie nocturne, le retour des concerts à Saint-Raphaël, ainsi que le souhait de regrouper toutes les activités liées aux sports nautiques sur un seul endroit de la plage. Des mesures chaudement accueillies par l’assistance.

 

 Retour en vidéo sur la Page Facebook de la Ville 

 

Photographies : Michel Johner.

Afficher cette actualité

« Ce que vous faites dans votre club est un travail remarquable et notamment auprès des jeunes. J’y suis d’autant plus attaché que nous mettons en place à Saint-Raphaël un conseil municipal des enfants et un conseil municipal des jeunes où vos élèves seront les bienvenus. Pour ceux d’entre-vous qui ont plus de quinze ans, il faudra évidement postuler car vos idées, vos préoccupations, vos attentes nous intéressent. C’est important d’avoir des jeunes dans une ville car c’est l’avenir de celle-ci et je vois qu’ici il y a une très belle jeunesse » a déclaré Frédéric Masquelier lors de l’assemblée générale du club de boxe de l’AJSR (Association des Jeunes Sportifs Raphaëlois) qui fête cette année ses 23 ans d’existence.

 

Une image positive de la ville…

 

Et le premier magistrat de reprendre : « Je vous félicite également pour le gala de boxe que vous organisez chaque année parce que cela participe au rayonnement de la ville. Cela représente un millier de personnes sur place mais des milliers de téléspectateurs dans toute la France grâce à CANAL + qui diffuse cette soirée. Bravo également à vos champions qui ont tant brillé en 2017. Le sport c’est l’école de la vie. Il récompense le travail et le mérite et il place tout le monde sur un même pied d’égalité. Merci à vous tous pour tout ce que vous faites. On sent bien que dans ce club il y a un très bel état d’esprit et c’est ce qui lui donne une âme ».

 

Les chiffres pour 2017…

 

Une âme et bien plus encore. Plus de 300 licenciés : un chiffre qui ne cesse de grossir saison après saison. 40% de licenciées féminines : certainement un record pour un club de boxe dans l’hexagone. Un doyen (actif) qui a fêté cette année ses 82 ans, et le plus jeune, seulement 3 printemps. Plus de 200 licenciés qui ont moins de 17 ans, 7 combattants pros (dont 3 champions et 1 vice-champion d’Europe en 2017) et 12 combattants amateurs (niveau national). 45 compétitions pro et amateur où les boxeurs de l’AJSR ont été engagés en 2017. Du travail et des partenariats avec les autres associations de la ville.

 

Voilà en quelques chiffres ce qu’a représenté le club du président Michel Sitza lors de l’année écoulée. Le travail de toute une équipe de bénévoles que Frédéric Masquelier a tenu à souligner et qui s’articule autour d’un homme, l’âme véritable de ce club, Badri Rouabhia.

 

Photographie : service communication

Afficher cette actualité

Rendez-vous était donné aux amateurs d’art, ce 2 février, dans un parcours à travers les ateliers de la rue du Safranié. Une mise en lumière du travail de 12 artistes qui, en toute générosité et simplicité, ont présenté leurs œuvres au public Raphaëlois. Le maire, Frédéric Masquelier, est venu à la rencontre de ces hommes et femmes aux multiples talents.

 

 

Le temps d’une soirée, les artistes des ateliers de la rue du Safranié ont accueilli le travail de collègues qu’ils apprécient et souhaitent mettre en lumière. Organisée en partenariat avec la Ville, cette manifestation se veut avant tout riche de diversité, avec la présentation d'artistes de tout horizon et de toute sensibilité. Offrir un espace d’exposition identifié et créer l’effervescence en mutualisant les lieux, les moyens et la notoriété des occupants des ateliers de la rue Safranié pour promouvoir d’autres artistes, tel est le concept de cet évènement. Autant de leviers mobilisés par la municipalité pour soutenir la création locale et sensibiliser le public à tous les langages de l’art !

 

 

Les artistes mis à l’honneur : Alexis Calvié pour sa performance de street art sur le M.U.R ; Gaëlle Rougy (peintures/céramiques/rakus), Clo Rouzaud (peintures et dessins) ; Nicole Provençal (sculptures et modelages) ; Arco (peintures et fusain) ; Martine Sorin Morales (sculptures/ Céramiques) ; Corinne de Battista, Claudie Lenzi, Genviève Martin, Sophie Menuet, Joyce Penelle, Fabrice Violante (dessins, peintures, créations).

 

Photographies : Michel Johner

Afficher cette actualité

Le maire de Saint-Raphaël a rencontré le maire du Lavandou et président du Syndicat des communes du littoral varois Monsieur Gil Bernardi ce mardi. Ils ont échangé sur les grands enjeux des villes côtières et notamment sur les règles fixées par l'Etat en matière de logement social et difficilement transposable à notre littoral. Les deux élus ont également échangé sur l'avenir des territoires varois face au développement des métropoles de Nice et Toulon.

 

Photographie : Service Communication

Afficher cette actualité

C’est autour d’un délicieux repas que l’association a fêté ses deux décennies d’existence, ce samedi 3 février, au village de vacances « Les mas de l’Estérel ». Une soirée où de nombreux convives se sont rassemblés pour l’occasion, en présence de Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël, Yvonne Zucco, adjointe déléguée aux quartiers d’Agay-Anthéor-Le Trayas.

 

Organisé par la dynamique présidente-fondatrice d’Anthéor Convivialité, Monique Serrano, l’anniversaire a permis aux membres et à leurs amis de se retrouver afin de partager un instant qui restera gravé dans leur cœur : « Déjà 20 ans » constatait avec émotion la présidente. « Grâce à vous, ces années sont passées très vite et grâce à votre fidélité, l’association est en parfaite santé ! » Une belle longévité qui a été particulièrement saluée par le maire.

 

Deux maîtres-mots : l’entraide et l’amitié

 

« Anthéor Convivialité » a pour vocation de donner aux Anthéoriens l’occasion de mieux se connaître, de se retrouver et de s’entraider en cas de besoin, en toute amitié. L’association anime, outre des dîners et soirées dansantes, un club de tarots tous les mercredis et vendredis après-midi, salle Gargis, à Agay.

 

Anthéor Convivialité

Présidente-fondatrice : Monique Serrano.

476 Boulevard des Mimosas.

Anthéor. 83530 Agay.

Site Internet : https://antheor.fr/loisirs/association-antheor-convivialite/

 

Photographie : Michel Johner

Afficher cette actualité

Il y a 20 ans, un patron pêcheur marseillais ramenait dans ses filets la gourmette d’Antoine de Saint-Exupéry. Ce bijou, surgi des profondeurs, a permis d’élucider la disparition de l’aviateur survenue le 31 juillet 1944. Présentée au musée archéologique, dans le cadre d’une exposition qui lui est consacrée, une foule de visiteurs a fait le déplacement, ce 2 février, pour la découvrir  exposée au centre de la nef de l’église Sant Rafèu  et percer enfin le secret de la disparition de ce héros universel !

 

C’est une personnalité au parcours extraordinaire, mais aussi un homme d’amitié et de fraternité que le maire, Frédéric Masquelier, a évoqué dans son discours. Une exposition marquant « un temps d’union autour d’un des héros de cette ville, d’une de nos fiertés communes. Un aviateur, un reporter, mais également un écrivain, un illustrateur, un poète et un philosophe. Sans cesse, il nous guide, nous éclaire ».

 

Jusqu’au 13 avril, plongez au cœur d’un destin héroïque

 

 

A travers une muséographie épurée, le public est invité à découvrir des panneaux explicatifs sur sa dernière mission, des vues sous-marines, des vestiges, ainsi que des objets lui ayant appartenus et quelques documents manuscrits sur ses missions aériennes. L’occasion pour chacun de plonger au cœur de la personnalité d’un homme d’engagement, d’action et de réflexion, auquel son neveu, François d’Agay, a rendu un émouvant hommage : «  Il a fait toute la guerre et y a engagé sa vie, totalement. Ce n’était pas pour la gloire dont il se fichait éperdument, mais pour combattre un nazisme triomphant dans lequel l’Europe avait disparu. Dans ce combat, il n’a pas vu venir l’avion qui le poursuivait et il est mort. Mais il nous a laissé son œuvre universelle. »

 

A vos agendas !

 

Patrick Poivre d’Arvor viendra dédicacer son livre « Saint-Exupéry, le cartable aux souvenirs » le vendredi 23 février, à 17h30 au Musée archéologique. Une rencontre exceptionnelle s’en suivra autour de l’écrivain, ainsi que des auteurs de l’ouvrage « Saint-Exupéry, révélations sur sa disparition », salle Félix Martin à 18h30. En partenariat avec le Musée et la Société pour l’œuvre et la mémoire de Saint-Exupéry, la médiathèque propose parallèlement une exposition qui retrace les vies multiples et l’œuvre de Saint-Exupéry, depuis sa naissance jusqu’à sa tragique disparition, à l’espace José Giron du Centre culturel, jusqu’au 28 février. Programme complet sur : www.ville-saintraphael.fr

 

Le saviez-vous ?

 

« Le Petit Prince » est le livre le plus lu au monde auprès la Bible et le Coran ! Après la guerre, une plaque a été posée sur le phare de la Baumette à Agay pour rendre hommage à Saint-Exupéry, mort pour la France et le lycée de Saint-Raphaël porte son nom. Une fontaine dédiée au Petit Prince a par ailleurs été élevée dans le quartier de la Bastide à Agay et une stèle au plateau Notre Dame porte un médaillon à son effigie.

 

Retour en images sur la page Facebook de la Ville

 

Photographie : Michel Johner

Afficher cette actualité

La forte mobilisation enregistrée en novembre dernier, lors des premiers conseils de quartiers du Dramont et de Valescure, s’est confirmée pour la réunion de Boulouris, de ce 1er février. Une belle séquence de démocratie participative, plébiscitée par les boulourissiens qui ont fait part de leur aspiration à conserver la qualité de vie de leur quartier auprès de Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël, en présence, notamment de Pierre Cordina, premier-adjoint, Jean-François Debaisieux, adjoint délégué au quartier de Boulouris, Béatrice Fontaine, commissaire divisionnaire.

 

« Dans ces conseils de quartier que nous avons mis en place l’année dernière, la parole est bien entendu libre et chacun peut intervenir comme il le souhaite pour développer une opinion, à laquelle nous apporterons une réponse » a précisé le maire, salle Blondelet. « Un suivi sera fait concernant les observations formulées et les résidents pourront constater dans le temps les engagements pris. »

 

La sécurité à l’ordre du jour

 

La sécurité a été le premier thème abordé lors de ce premier conseil de Boulouris. En matière de cambriolages, la commissaire-divisionnaire Béatrice Fontaine s’est félicitée de leur baisse notable sur le quartier, grâce au dispositif « Vigilance Citoyenne » mis en place par la Ville. Bien que le secteur ne soit pas particulièrement accidentogène, il a été précisé que les forces de police seraient pointilleuses sur les contrôles routiers.

 

Urbanisme et cadre de vie…

 

Sur l’urbanisme, Frédéric Masquelier a exprimé sa volonté de moins densifier Boulouris, de limiter en hauteur et d’exiger 50% d’espaces verts pour toutes nouvelles constructions, afin de préserver le caractère résidentiel du quartier. A propos du respect du cadre de vie, cher aux boulourissiens, une « brigade de l’environnement » est actuellement mise en place par la Ville. Elle sera chargée de verbaliser les incivilités de chacun, et une campagne de sensibilisation à la propreté suivra. Autre sujet soulevé : la pose de la fibre. Le premier magistrat a pu annoncer que la moitié de la commune était déjà fibrée et que Boulouris le serait d’ici début 2020 ; le déploiement étant en cours par l’opérateur Orange.

 

Le conseil s’est conclu par un instant de convivialité, durant lequel chacun a continué de débattre de façon fort constructive. Le prochain conseil de quartier se tiendra à Agay, le 8 février prochain, à 18h00, salle du Togo.

 

 Retour en images sur la Page Facebook de la Ville

 

Photographie : Michel Johner.

Afficher cette actualité

La quatrième édition du Téléthon dramontois-agathonien de décembre est un franc succès. La satisfaction est d’autant plus grande pour René Zucco, président du Cercle, que les dons sont en augmentation de 15% par rapport à 2017.

 

 

5 600 euros : c’est le montant des gains récoltés lors de la quatrième édition en faveur de l’AFM-Téléthon, engagée auprès des parents et des malades, menant un combat sans relâche contre des maladies génétiques, rares et lourdement invalidantes.

 

130 : c’est le nombre de bénévoles, des 12 associations participantes à l’événement, ayant coopéré avec entrain aux activités et animations proposées : marche, accrobranches, pétanque, babyfoot géant, danses, épreuves de français, yoga…

 

L’attachement aux associations de quartiers : c’est le sentiment exprimé par Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël, qui a également félicité l’engagement désintéressé des bénévoles, lors de la remise symbolique du chèque de 5 600 euros à René Zittel, responsable local de l’AFM-Téléthon, ce 23 janvier, salle du Togo, à Agay. 

 

Photographie : Michel Eisenlohr.

 

Afficher cette actualité

Mutation du secteur de la presse, évolution du numérique, déontologie, fake news, communication municipale, relation avec les élus... mercredi 24 janvier, Frédéric Masquelier a partagé ses convictions et réflexions sur la réalité de la presse aujourd’hui et marqué ses vœux de trois engagements. Trois mesures, concrètes et pragmatiques, signes d’une volonté de collaboration fructueuse et pérenne.

 

« Je suis particulièrement attaché à la diversité des médias et notamment au niveau local, c’est pourquoi cette année nous avons voulu que vous soyez les plus nombreux possible. Tous les médias et supports locaux sont concernés. Vous tous ici, vous participez de la vie démocratique du territoire et de sa vitalité, et je tenais à vous remercier » a-t-il déclaré en saluant le travail réalisé par chacun de ses représentants.

 

 

Les 3 engagements de Frédéric Masquelier à la presse

 

Donner de la matière : « Je m’engage à vous fournir de la matière, continuer à faire de Saint-Raphaël un territoire d’actions, de dynamisme pour qu’il y ait toujours des évènements, pour que le territoire soit toujours vivant ».

 

Maintenir les insertions presse et médias : « Autant que possible nous allons les diversifier et ce malgré les contraintes financières ubuesques qui pèsent sur la ville. Certes ce n’est pas un don, mais c’est une manière de rappeler que la communication dans vos médias est importante pour nous ».

 

Etre toujours plus disponible : « Je le serai à titre personnel pour répondre à vos questions, à des entretiens et venir dans vos studios. Je le serai pour vous informer de nos actions, être toujours plus précis et réactif. Plus vos médias seront regardés et écoutés, plus notre territoire rayonnera, plus notre démocratie fonctionnera. Par ces engagements, j’espère que nous pourrons, ensemble, débuter au mieux cette nouvelle année. C’est mon vœu le plus cher ».

 

Photos : Michel Eisenlohr

Afficher cette actualité

Frédéric Masquelier, accompagné de Pierre Cordina, son 1er adjoint, et de Jean-François Debaisieux, adjoint au quartier de Boulouris, a reçu ce mercredi à la mairie d’honneur des Asphodèles les nouveaux conseillers du quartier de Boulouris. Ceci afin de préparer la réunion publique qui se tiendra jeudi 1er février (18h00), à la salle Blondelet.

 

Après le Dramont et Valescure, et en attendant Agay le 8 février, c’est au tour de Boulouris et de ses habitants de débattre avec leurs élus des problèmes spécifiques à leur quartier. Une première prise de contact qui va permettre un déroulement plus fluide de cette nouvelle démarche de démocratie citoyenne souhaitée par la municipalité.

 

Réunion publique du quartier de Boulouris : jeudi 1er février à la salle Blondelet (18h00), en présence du maire Frédéric Masquelier, de Jean-François Debaisieux, adjoint au quartier de Boulouris et de nombreux élus.

 

Retrouvez tous les renseignements sur les Conseils de quartiers :

 

Photo : service communication.

Afficher cette actualité

Répondant à l’invitation Ginette Cifre, présidente d’ALISS (Association des Locataires des Immeubles de Saint-Sébastien), Frédéric Masquelier a partagé la galette des rois avec les habitants de Saint Sébastien.

 

Des mesures qui font mouche

 

L’occasion pour le premier magistrat de rappeler à quel point il était attaché au bien-être de l’ensemble de ses administrés, et plus particulièrement à celui de la jeunesse locale. Lors de sa prise de parole, il a énuméré quelques-unes des nouvelles mesures qu’il souhaite mettre en place très rapidement sur Saint-Raphaël, notamment la création d’une académie de football, d’un conseil municipal des enfants et d’un conseil municipal des jeunes.

 

Pour un meilleur cadre de vie

 

Des propos qui ont réjoui l’association qui a pour devise " Prévenir, agir avant, agir ensemble pour l’amélioration de notre cadre et qualité de vie".  D’autant que la population de Saint-Sébastien, forte de près de 500 personnes (dont plus de 250 adhérents pour ALISS), a tendance à fortement rajeunir depuis une dizaine d’années. Depuis plus de 25 ans ALISS s’est donnée pour mission d’améliorer le cadre de vie et l’environnement du quartier ; de proposer des sorties culturelles ou sportives ; de lutter contre l’isolement des seniors ; de resserrer les liens entre nouveaux arrivants et anciens.

 

Photos : Michel Johner

Afficher cette actualité

Depuis ce 20 janvier, la Ville présente « Constellations » du photographe Franck Pourcel. 120 clichés qui sont une véritable invitation au voyage en Méditerranée, d’Ulysse aux migrations actuelles. Une grande Odyssée qui glorifie l’humain, unique source d’inspiration de l’artiste. Après Marseille, Paris et le Danemark, Saint-Raphaël s’approprie cette exposition qui souligne la qualité et la richesse de l’offre culturelle de la Ville, comme l’a rappelé Frédéric Masquelier lors du vernissage.

 

Franck Pourcel donne à voir un travail subjectif, humain et sensible sur une Méditerranée contemporaine et diverse, à partir de laquelle les gens deviennent des héros de l’ordinaire : « L’humain est toujours au centre de ma création artistique », explique le photographe. « Je ne peux pas créer sans rencontrer les gens, sans aller vers eux ». L’exposition retrace également l’Odyssée d’Ulysse qui fait partie de ces mythes fondateurs de notre culture, de notre identité : « Un de ces mythes qui nous unissent, qui nous relient avec nos voisins, avec nos parents, avec nos enfants. Un de ces mythes intemporels qui font du lien et de l’unité » devait souligner le premier magistrat.

 

 

Une exposition adaptée à tous les publics

 

Toute une mythologie réinventée, dont chaque élément, chaque ligne imaginaire, forme des « Constellations ». L’exposition est le fruit d’un partenariat noué entre Saint-Raphaël et le Fonds Régional d’Art Contemporain (FRAC). Elle est animée par une série d’ateliers pour le jeune public et fait l’objet de visites guidées, d’un happening musical, d’une conférence et d’un atelier en présence de l’artiste. L’événement est le reflet d’une politique culturelle, dynamique et diversifiée, adaptée à tous les publics. Le vernissage s’est déroulé en présence, notamment de France Paringaux, chargée des projets « hors les murs » du FRAC.

 

 

« Constellations »

Centre culturel, salle d’exposition Raphaël

Jusqu’au samedi  24 mars

Entrée libre, du mardi au samedi, de 14h00 à 18h00

Programme complet sur l'agenda

 

Photographies : Michel Johner

Afficher cette actualité

En pré-retraite ou en retraite, l'important est d'anticiper son bien-être ! Il n’est jamais trop tard pour débuter une remise en forme, maintenir une vie sociale et amicale comme en témoignent les 75 adhérents de ce tout nouveau concept de pratique sportive, initié et piloté par le service Education Jeunesse de la Ville. Un premier bilan convivial organisé autour d’une galette des rois réunissait ce 19 janvier l’ensemble des membres autour du maire, Frédéric Masquelier, et de l’adjointe aux affaires scolaires, Catherine Roubeuf, venus féliciter et encourager cette belle initiative !

 

Proposé depuis le 2 octobre, le Pass Silver est un nouveau service de la Ville permettant aux seniors actifs de 60 ans et plus, résidant sur la commune, de pratiquer librement deux activités sportives délivrées en cours collectifs (voire trois, suivant les disponibilités). Encadrés par des animateurs diplômés d’Etat, ils peuvent s’adonner à 10 types d’activités,  depuis la randonnée pédestre, le longe-côte/aquagym mer ou le longe-côte/paddle et kayak, en passant par la gym cardio fitness, l’activité raquettes, ou encore la marche nordique, le Krav Maga, le Pilates…

 

Une offre sportive qui répond à la demande et a trouvé sa place

 

Comme l’expliquait une adhérente « ici, on se retrouve dans la bonne humeur avec des personnes de notre âge, actives et dynamiques, en étant encadrés par des animateurs à l’écoute. Il n’y a pas d’esprit de compétition ». Si ce n’est peut-être celui du tarif qui, lui, demeure très compétitif, avec une cotisation annuelle modeste de 100 euros ! « C’est important que le sport puisse être aussi un loisir », faisait observer le maire, « le sport santé tend à se développer. Saint-Raphaël enregistre plus de 11.000 licenciés sportifs, tous âges confondus. C’est aussi un moyen de créer du lien, lorsqu’on sait que seul 10% des personnes qui vivent à Saint-Raphaël sont natives de la commune ».

 

71% de présence aux activités quotidiennes 

 

Après seulement 12 semaines d’existence, le bilan de fréquentation est éloquent. 205 inscriptions ont été enregistrées sur les 10 activités proposées. Un concept majoritairement plébiscité par les femmes à 68% contre 32% pour les hommes, la moyenne d’âge étant de 65 ans. Alors que 30% de ce panel a choisi la pratique de 2 activités, 70% en ont choisi 3 ! « Ils ont une forme incroyable, une véritable bonne humeur qu’ils nous transmettent avec une énergie positive » ont fait observer d’un ton admiratif les animateurs qui encadrent habituellement les enfants. « Aujourd’hui, on n’est plus vieux à 60 ans, c’est fini. Garder la forme n’est plus une question d’âge ». Vous l’aurez compris, nul besoin de jouir d’une condition d’athlète pour rester jeune de corps et d’esprit et… courir vous inscrire !

 

Renseignements et inscriptions :

Accueil de Loisirs de l’Estérel – 1022 boulevard de l’Aspé

Tél. : 04 94 83 78.21

Mail : pass-silver-sports@ville-saintraphael.fr

Site : www.ville-saintraphael.fr/pass-silver-sports

 

Photographie : Michel Johner

 

Afficher cette actualité

En ce début d’année, Frédéric Masquelier a présenté ses vœux de santé, de bonheur et de réussite aux personnels des services d’urgence qui, le 31 décembre, étaient mobilisés pour maintenir une continuité de service en terme de sécurité et de santé auprès des Raphaëlois.

 

Réunis à la mairie d’honneur, ce 18 janvier, les corps de la police nationale et municipale, celui de la gendarmerie, des pompiers, ainsi que les membres du corps médical et paramédical ont été chaleureusement remerciés pour leur action par le premier magistrat. La fin de l’année étant également celle des bilans et des projets, Frédéric Masquelier a partagé sa vision des services publics et les fondements de son programme politique, « l’ordre comme base de toute chose, le progrès comme but et l’amour comme principe. C’est ce qui nous permet de vivre ensemble et dans chacune de vos missions vous contribuez à ces trois aspects ».

 

Egalité, adaptabilité et continuité

 

Le premier magistrat a par ailleurs évoqué les grands principes du service public, « l’égalité c’est la base de toute chose, (…) l’adaptabilité c’est notre devoir, (…) la continuité, la raison pour laquelle nous sommes réunis aujourd’hui ». Il a également rappelé les contraintes financières et les exigences qui pèsent sur ce dernier, sécurité, modalité d’intervention, responsabilité médicale…

 

Secours et protection aux usagers

 

« Concrètement, vous protégez, secourez les citoyens et garantissez leur meilleure prise en charge possible, 24h/24, 365 jours par an, le 1er mai, les dimanches, le jour de Noël et le 31 décembre » s’est félicité le maire, « vous le faites pour l’intérêt du service, au détriment de votre vie familiale et personnelle ». Une mobilisation souvent invisible ou trop méconnue des usagers, et un effort particulier de chacun de ces femmes et de ces hommes que Frédéric Masquelier a tenu à saluer.

 

« Vous avez rendu possible, comme les autres, cette soirée du 31 décembre. Merci d’incarner les valeurs du service public, d’assurer les droits fondamentaux de tous les citoyens, de garantir notre santé, notre sécurité, le meilleur service d’urgence, tous les jours et toutes les nuits ». Une continuité de service qui fait la fierté de la Ville etune cérémonie qui s’est conclue autour du verre de l’amitié.

 

 

La réunion s’est déroulée en présence de : Pierre Cordina, premier adjoint au maire, Françoise Dumont, vice-présidente du conseil départemental, Catherine Roubeuf, Conseillère régionale, madame la commissaire divisionnaire Béatrice Fontaine représentant la police nationale ; Jean-Jacques Prette pour la police municipale ; les lieutenants Bouzaboune et Seonnet pour le corps des pompiers ; le lieutenant Jean-Bernard Oudin pour la gendarmerie et M. Leseigneur, les docteurs Jammes, Paul ainsi que Karine l’Hôte.

 

Photographie : Michel Johner

Afficher cette actualité
18/01/2018 - 08:40

Répondant à l’invitation du Rotary club de Saint-Raphaël et de son président Helmut Kuhrt, Frédéric Masquelier était présent à l’hôtel « Najeti » de Valescure pour une réunion de réflexion sur les actions que peuvent mener conjointement sur Saint-Raphaël l’association caritative et la Ville. Présents depuis 90 ans sur la commune, le Rotary de Saint-Raphaël est très engagé dans de nombreuses initiatives comme, récemment, le financement d’un logiciel spécifique de pédopsychiatrie afin de faciliter l’apprentissage de la lecture aux enfants autistes en soin à l’hôpital Bonnet.

 

Après avoir félicité les Rotariens pour leurs différents engagements nationaux et locaux et réaffirmé le soutien de la commune à l’association, le premier magistrat leur a proposé de s’associer à une mesure que la Ville tient à mettre en place rapidement et qui vise particulièrement la jeunesse raphaëloise : le permis de conduire.

 

Aider la jeunesse raphaëloise

 

« La bourse au permis de conduire consiste à contribuer très largement à l’obtention du permis de conduire pour tout jeune qui offrira une centaine d’heures de son temps libre à une association caritative. Je n’ai pas souhaité que cette mesure soit associée aux résultats scolaires comme on a pu le voir dans certaines villes qui ont mis ce dispositif en place car trop restrictive, trop élitiste. Il y a d’autre façon d’être méritant qu’en étant bon à l’école même si, pour en bénéficier, il faudra remplir toutes les conditions que nous éditerons prochainement dans une charte destinée à cet effet » et de reprendre :

 

« Cette mesure va servir aux associations tout autant qu’aux jeunes qui vont y souscrire. Les associations car elles ont toujours un cruel besoin de bénévoles. Aux jeunes car, outre l’aspect financier de l’opération (aux alentours de 900 euros tout de même), ils bénéficieront d’une reconnaissance certaine de leurs aînés pour leur implication. Et c’est vrai que la jeunesse, dans notre pays, a besoin de reconnaissance tout autant que d’écoute. Cette mesure ira de pair avec la création des conseils municipaux des enfants et des jeunes qui seront prochainement  créés à Saint-Raphaël ».

 

A coup sûr une piste à suivre pour les futures actions du Rotary club Saint-Raphaël…

 

Photo : service communication

Afficher cette actualité

Ce jeudi 11 janvier, dans un Palais des congrès bien trop étroit pour accueillir une assemblée nombreuse – 2000 personnes étaient présentes - Frédéric Masquelier a présenté ses vœux pour 2018 à la population raphaëloise. Des vœux qui se résument en trois points, contenus dans la phrase d’Auguste Comte : « L’amour pour principe, l’ordre pour base et le progrès pour but ». Trois thèmes chers au premier magistrat, développés tout au long de son discours.

 

 

 

L’ordre

 

Premier de ces trois sujets évoqués : « L’ordre c’est en premier lieu la sécurité. C’est la première des libertés et le premier des droits. La Ville peut vous offrir beaucoup de services. Culture, sport, éducation,… mais rien de cela n’aura de valeur si nous n’offrons pas la sécurité. A Saint-Raphaël, nous savons que nous pouvons compter sur une police municipale mobilisée, qualifiée, formée et en nombre suffisant pour assurer la sécurité des Raphaëlois. Après Cannes, Saint-Raphaël est la ville de France la plus équipée en police municipale par rapport à sa population ». Un hommage appuyé aux femmes et hommes de la police municipale qui œuvrent au quotidien pour le bien-être de tous.

 

Pour Frédéric Masquelier, la notion d’ordre c’est aussi le civisme : « On doit le retrouver dans la discipline de chacun. Dans le domaine de la sécurité routière pour qu’il y ait moins de victimes sur les routes. Dans le domaine de l’environnement pour qu’il n’y ait plus de mégots, de papiers ou de déchets par terre. Pour qu’il n’y ait plus d’encombrants déposés n’importe où n’importe quand. Nous avons décidé de déployer dès ce début d’année une police de l’environnement. Il faut être ferme avec ceux qui ne respectent délibérément pas les règles de vie commune car il n’y a pas de vie commune sans respect ».

 

« Je refuse d’augmenter les impôts »

 

 

Et de poursuivre sur le sujet : « L’ordre c’est faire en sorte que l’administration soit organisée de manière la plus efficiente, la plus cohérente et la plus à même de rendre le meilleur service possible aux Raphaëlois. Les deniers publics sont de plus en plus rares. Les baisses de dotation de l’Etat, la non-compensation des missions transférées ou encore la suppression de la taxe d’habitation ou le transfert de la gestion du stationnement sont autant de recettes en moins pour les collectivités. Des recettes que le comptable de l’Etat nous propose de compenser en augmentant les impôts. Je m’y refuse. J’envisagerai toutes les sources d’économies avant de songer à une augmentation d’impôts, notamment en mettant en place dès ce début d’année un plan d’administration qui vise à toujours plus d’évaluation de nos actions, de rationalisation de nos dépenses ».

 

 

Le progrès

 

Si l’ordre est le socle indispensable à la vie en société, il faut un but pour avancer. Pour Frédéric Masquelier, c’est le progrès : « Concrètement, le progrès vise à faire grandir la ville, à la rendre toujours plus attractive, toujours plus animée. Le progrès à Saint-Raphaël c’est toujours offrir plus de culture pour plus de vie, plus de dynamisme. 2018 sera encore l’occasion d’une très belle saison culturelle ponctuée par les grands rendez-vous que sont le festival des jazz et le festival du rire. Nous voulons également créer un événement structurant qui marque un territoire et qui fait parler de nous au-delà de notre région. Nous l’avons baptisé «  les rendez-vous de l’avenir ». 

 

« Les rendez-vous de l’avenir »

 

Pendant trois jours, de nombreux intellectuels : des philosophes, des économistes, des sociologues, des romanciers viendront à Saint-Raphaël autour du président de l’événement, l’économiste Nicolas Bouzou. Cette année, nous allons accueillir Erik Orsenna, Luc Ferry, Dominique Reynié, Alain Bauer et beaucoup d’autres. Nous allons également dès cette année proposer un grand événement autour du livre, un événement présidé par Roger-Pol Droit et Monique Atlan ».

 

Le sport également : « Le progrès, c’est poursuivre notre politique sportive dont nous pouvons être fiers. 101 associations, 59 sports représentés et près de 30% des Raphaëlois licenciés dans un sport. Aujourd’hui, la ville est celle qui présente le deuxième plus grand nombre d’infrastructures sportives par habitant de toute la région PACA. Nous aurons le plaisir d’accueillir au mois de mai les championnats de France de natation, ce qui représente plusieurs milliers de nuitées et une exposition médiatique qui complétera celle dont bénéficie le handball tout au long de l’année. Nous allons, aussi, poursuivre le projet du réaménagement de l’espace Roland Garros en y transférant les tennis Baudino où nous y ferons un projet d’aménagement maitrisé en y conservant, notamment, les parkings existants. Nous construirons une salle dédiée au judo».

 

Sans omettre le volet économique, le véritable poumon d’une commune : « Le progrès passe par le développement économique. Dans une période où la mondialisation est incontrôlée, où les commerces de proximité sont concurrencés par ceux en ligne qui ne contribuent jamais à l’effort national en plaçant leur argent dans des paradis fiscaux, mon rôle est de garantir le dynamisme et l’attractivité de la ville et de son commerce. Il n’y a pas de commerce en forme quand la ville est malade et il n’y a pas de ville en forme quand le commerce est malade ».

 

 

« Un conseil municipal des enfants et un conseil municipal des jeunes »



 

Ou encore la démocratie : « La démocratie ne consiste plus à donner son avis une fois tous les six ans et à ne plus être consulté. Elle a besoin de citoyens actifs. Nous allons donc poursuivre le développement des conseils de quartiers. Parallèlement, nous allons mettre en œuvre un conseil municipal des enfants et un conseil municipal des jeunes. Des instances représentatives où ces derniers évoqueront les sujets qui les concernent ainsi que leur vision de l’espace public ».

 

Et l’environnement : « Le progrès à Saint-Raphaël, comme ailleurs, cela doit se faire avec raison. Il ne faut pas bouleverser l’équilibre de la ville. Il ne faut pas densifier les espaces résidentiels. Il ne faut pas construire tous azimuts des logements sociaux qui ne seraient pas convenablement intégrés. Continuer à construire des logements, bien sûr, c’est un besoin, mais à un rythme plus soutenable, sans densifier les quartiers qui n’en ont pas la possibilité, sans vendre les terrains de sport pour faire des logements».

 

 

L’amour

 

Avant de conclure ses vœux par le troisième et dernier thème, l’amour : « L’amour et ses déclinaisons, l’amitié, la recherche du bonheur, la fraternité sont partout. Ces périodes de fin d’année sont souvent des périodes où l’on prend les bonnes résolutions. Où l’on se tourne vers l’avenir. Mais je n’apprendrai à personne qu’elles sont aussi la période où l’on se rend le plus compte « qu’un seul être vous manque et tout est dépeuplé ». Cette année la France a perdu plusieurs de ses héros, de ses grands hommes. Toutes ces disparitions nous rappellent combien l’amour est partout, combien il existe un besoin de vivre la vie.

Il passe, notamment, par le besoin de reconnaissance que j’ai souhaité exprimer aux sapeurs-pompiers, aux personnes décorées au péril de leur vie et aux membres du comité communal des feux de forêts ainsi qu'aux sauveteurs en mer. Ce besoin d’espérance et de vie passe par le rappel de grands événements qui ont fait notre histoire, et pour lequel les commémorations sont à chaque fois l’occasion de nouveaux moments de communion.

 

 

« Un besoin d’espérance et de vie »

 

 

 

Simone Veil a déclaré un jour une phrase pleine d’optimisme qui doit nous servir de guide : « Vous savez – disait-elle – malgré un destin difficile, je suis, je reste toujours optimiste. La vie m’a appris qu’avec le temps, le progrès l’emporte toujours. C’est long, c’est lent, mais en définitive. Je fais confiance ». Cela doit nous donner de l’allant pour affronter l’avenir. C’est de cela dont je voulais vous parler. De ma foi dans le progrès, de ma confiance dans l’avenir et dans cette nouvelle année 2018 ».

 

Retour en images sur la Page Facebook de la Ville

 

 

Photographies : Michel Eisenlohr, Michel Johner

Afficher cette actualité

Ce 10 janvier, une grande tombola était organisée à la Maison des associations, au profit de la toute jeune association raphaëloise « Toucher Détente Relationnel » qui intervient auprès des personnes âgées accueillies en gérontologie ou en soins palliatifs, à l'hôpital Bonnet et à l’Unité de Soins de Longue Durée (USLD) les Mûriers. A l’invitation de sa présidente, Le maire, Frédéric Masquelier, est venu présenter ses vœux et encourager l’action de ces femmes et hommes de cœur, mobilisés en faveur des plus fragiles d’entre nous.

 

Accompagner et améliorer le quotidien des seniors en institution publique ou privée, telle est le crédo de cette association fraichement créée en septembre 2017. Sa présidente, Sylvie Prieto, titulaire d’un diplôme universitaire « pratique de soins palliatifs », formée aux techniques de « massage toucher-détente » y délivre, gratuitement, des massages doux et relaxant, sources de bienfaits physiologiques, psychiques et physiques. Des interventions entièrement financées grâce aux dons recueillis par son association, à l’image de cette tombola à laquelle les commerçants de Saint-Raphaël, Fréjus et Puget-sur-Argens se sont associés en offrant quelque 115 lots mis en jeu !

 

Une convention signée avec l’hôpital

 

Les massages favorisent la relation d’aide au malade en apportant un bien-être immédiat, dont l’hôpital Bonnet peut désormais faire profiter ses patients. Une convention a en effet était signée en ce sens avec l’association, permettant à Sylvie Prieto d’y dispenser ses soins dans les différents services, les jeudis après-midi.

 

Un accompagnement par le massage

 

 

Particulièrement soutenue par les membres de son association, issus majoritairement du milieu médical, Sylvie Prieto défend une approche douce et bienveillante du patient. « Nos membres sont extrêmement dévoués et impliqués » confit-elle reconnaissante, « c’est aussi grâce au personnel de l'usld que j’ai pu réussir mon intégration auprès des personnes âgées ». D’autres opérations de sensibilisation à la gérontologie et aux soins palliatifs seront organisées dans l’année. Dans l’attente, chacun peut soutenir l’association en devenant l’un de ses membres bienfaiteurs !

 

Composition du bureau : présidente  Sylvie Prieto, Trésorier François Prieto, secrétaire Claudie Cottin. Sabine Antoine, Christie Bonolo, Laurence Boulon, Emmanuelle Castillo ; Christian Lefter, Cynthia Rossi.

 

Association Toucher Détente Relationnel

sylvie.prieto@icloud.com

06 63 81 87 50

 Page Facebook de Toucher Détente Relationnel

 

Photographie : Michel Johner

Afficher cette actualité

Dans le cadre du développement économique de la ville et du commerce de proximité que soutient la municipalité, Frédéric Masquelier, ainsi que plusieurs de ses adjoints, étaient présents ce mardi soir à l’agence immobilière « Coté Demeure » pour le lancement officiel d’un tout nouveau magazine baptisé « Cocoon ». Cette revue destinée à la promotion de la ville et de son patrimoine immobilier, vante la qualité de la vie à Saint-Raphaël, parle de ses différents points forts, met en avant le savoir-faire des entreprises locales du BTP. Une initiative saluée par le premier magistrat de la commune qui a rappelé le rôle majeur que tient l’immobilier sur la ville : « A Saint-Raphaël on vit bien, on n’a pas de problème d’insécurité. On bénéficie d’un environnement remarquable et on a un réel dynamisme économique. C’est cela qui fait que l’immobilier ici se porte bien. C’est un secteur qui vit grâce au dynamisme de la Ville ».Du donnant-donnant où tout le monde sort gagnant.

 

 

Photo : Michel Eisenlohr.

Afficher cette actualité

Un nombre d’adhérents en augmentation, un excellent rapport financier, le Cercle Dramontois a affiché sa bonne santé et son esprit de convivialité lors de son assemblée générale du 6 janvier, à la satisfaction de son président, René Zucco. 208 adhérents, 18 animations phares (fête patronale, repas, conférences, concerts, lotos, sorties…) l’association reste fidèle au maintien des traditions et au lien social entre les dramontois. Un beau bilan pour le Cercle qui, en novembre prochain, fêtera ses 10 ans d’existence et d’engagement au service des autres !

 

 

Photographies : Michel Eisenlohr

 

Afficher cette actualité

 

Une première réussie pour le maire qui adressait, ce mercredi 10 janvier, au Palais des congrès, ses vœux de santé, de bonheur et de réussite au personnel communal, venus nombreux. Une cérémonie particulièrement conviviale qui a débuté par un bilan de l’action municipale, dressé par Laurent Régné, directeur général des services, et s’est conclue par la remise de la médaille du Travail à 31 employés communaux, nourrie par de chaleureux applaudissements.

 

Après avoir eu une pensée pour tous les agents qui traversent des moments difficiles, Laurent Régné a salué l’engagement du personnel municipal pour la qualité du service rendu aux Raphaëlois : « 2018 sera une année active d’efforts et d’innovations dans tous les domaines. Nous savons où nous allons et pourquoi nous agissons. Nous pouvons ensemble aborder avec enthousiasme et détermination cette nouvelle année ».

 

 

Relever les défis qui s’imposent à la Ville

 

Pour ce premier exercice, Frédéric Masquelier a souhaité préciser sa vision de la ville et du service public sur le long terme : défis à relever en matière de finances, de fiscalité, d’urbanisme, d’environnement, de sécurité, d’économie, d’action sociale, mais aussi du positionnement de la communauté d’agglomération face aux grandes métropoles.

 

« Ces défis sont particuliers, ici à Saint-Raphaël, mais vous avez pris l’habitude de bien faire » relevait le premier magistrat, en s’adressant au personnel. Puis de souligner : « Cet esprit nous permet d’avoir une police municipale sans pareille en France, de présenter l’un des meilleurs niveaux d’équipements sportifs sur la Région, de proposer une politique culturelle dynamique, de penser une politique enviée à destination des familles et des plus fragiles ».

 

Faire toujours mieux avec toujours moins de moyens

 

Cette ambition affichée par le premier magistrat s’appuie sur des pistes de réflexion simples, comme mettre en place des modes de projets opérationnels, encourager l’initiative et les comportements vertueux, réduire les dépenses et simplifier les démarches pour les citoyens, justifier l’usage des deniers publics, ou encore favoriser l’investissement productif sur le fonctionnement.

 

Un plan d’administration pour les trois prochaines années

 

Depuis plusieurs mois, cadres et agents ont élaboré un plan d’administration qui fixe les objectifs de l’action municipale pour les trois prochaines années. « Ce plan rappelle notre seule préoccupation, toujours répondre au mieux aux attentes des citoyens et toujours le faire en optimisant notre action. Il nous permet de continuer à améliorer notre action sans avoir recours à une augmentation des impôts locaux » a précisé le maire.

 

« Tous ces projets, c’est ensemble que nous allons les porter, c’est-à-dire qu’ils vont concerner chacun d’entre vous » déclarait Frédéric Masquelier en conclusion à son discours. « Ensemble, c’est aussi avec moi et l’ensemble du Conseil municipal car vous pourrez compter sur notre engagement et ma détermination absolue. Je mettrai toute mon énergie pour réussir cette ambition commune. Je vous souhaite une très belle année 2018, pleine de réussite et de fiertés ; une année où nous allons relever tous les défis avec succès ».

 

 

Les médaillés du Travail

 

A l’occasion des vœux au personnel, le maire a procédé à la remise de la médaille du Travail aux employés suivants :

 

Argent (20ans)

AMBROGIO Josette - ARHAB Gisèle -BANOVIC Emmanuel – BELARADJ Khédidja – BERMEJO Véronique – BUTARD Claire – CHARLES Laurent – DA CRUZ Sandrine – FALCO Valérie – LE BERRE Alain – MIRANDA Carole - PLANELLS Annie – RIVAS Maria – RIVIERA Sabrina

 

Vermeil (30ans)

BIALET Françoise – ESKENASI Joëlle – GARGIS Richard – HEIDET Michelle – LENSI Pascale – NOBILI Sara –  RAVOTTI Véronique – RIBERO Nathalie – SASSETTI Elisabeth –TACCHINI Philippe – ZOUAK Djalfa

 

Or (35 ans)

ALBISSER Eric – CORDINA Jean-Jacques – DELL’ANNO Joël – SARRE Jean-Claude – MASSON Christiane –  PIANTON Martine – 

 

Photographies : Michel Johner.

Afficher cette actualité

« Dans certaines villes, les habitants sont invités à déposer leurs sapins dans des enclos barriérés, situés en quelques points choisis de la commune. A Saint-Raphaël nous avons opté pour une collecte en porte-à-porte de manière à faciliter la vie des administrés, en leur évitant de se déplacer » a expliqué Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël, à l’initiative de cette opération d’ampleur sur la ville.

 

Une première sur Saint-Raphaël

 

Une grande collecte sélective des sapins de Noël a été organisée ce 9 janvier sur l’ensemble de la commune, en partenariat avec le Groupe Pizzorno Environnement, acteur phare du territoire, œuvrant pour le développement durable. C’est la première fois qu’une telle initiative est prise sur Saint-Raphaël pour valoriser les déchets verts. Au total, 1 048 conifères ont été collectés, représentant un poids de 9,26 tonnes.

 

 

Transformés en compost

 

Suite à la collecte en ville et dans les quartiers, les résineux ont été acheminés à la déchetterie municipale : « Broyés, ces sapins seront ensuite recyclés par le biais de la filière végétaux et transformés en compost » a précisé Eric Ruffini, directeur d’exploitation de Pizzorno Environnement, dont 80 personnes sont dédiées à la collecte et à la propreté sur Saint-Raphaël.

 

Une action pour laquelle s’est largement mobilisée la population raphaëloise, en déposant dès hier soir ses sapins aux points de collecte des ordures ménagères. Une opération qui favorise la démarche environnementale dans laquelle est engagée la Ville depuis de longues années.

 

Photographies : Michel Eisenlohr

Afficher cette actualité

Dans la grande tradition des bains du jour de l’An, plusieurs centaines de personnes se sont jetées dans la grande bleue, ce 30 décembre, en rade d’Agay, au départ de la base nautique. Bonnets de Noël vissés sur la tête et rires de rigueur, les inconditionnels ont apprécié une eau à 14°, avec la satisfaction du défi relevé. Une 18e édition au cours de laquelle les courageux baigneurs ont été chaleureusement félicités par Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël. Organisée par le Comité d’Animation d’Agay, avec Estérel Kayak 83, la manifestation a réconforté les nageurs avec un chocolat chaud et des gourmandises, le tout en musique. Un beau moment de partage pour célébrer cette fin d’année 2017 !

 

Retour en images sur la page Facebook de la Ville

 

 

Photographie : Michel Johner.

 

Afficher cette actualité

Outil juridique et opérationnel, la convention triennale liant la Ville de Saint-Raphaël et les services de l’Etat a été reconduite ce 27 décembre, en salle du conseil municipal. Un acte particulièrement important qui fixe le rôle central de la police municipale aux côtés de la police nationale. Une complémentarité et une coordination dont chacun des partenaires s’est félicité lors de la signature.

 

Avec 1 policier municipal pour 1 000 habitants, Saint-Raphaël se positionne à la deuxième place des villes les plus équipées de France, après Cannes. Un niveau de sécurité que Frédéric Masquelier entend bien maintenir : « C’est un chiffre très significatif qui nous permet d’avoir une présence sur le terrain afin d’accomplir des missions importantes avec la police nationale, notamment concernant le partage d’informations. Je me félicite de la qualité de la relation entre la Ville et les services de l’Etat ».

 

Baisse notable de la délinquance

Le sous-préfet, Philippe Portal, a relevé pour sa part l’esprit de confiance qui règne entre les deux forces de police : « C’est essentiel si nous voulons faire face à la lutte contre la délinquance au quotidien, et mettre en œuvre des moyens de prévention efficaces ». Dans son intervention, le procureur de la République, Ivan Auriel, a tenu à souligner « la baisse notable de la délinquance sur le territoire raphaëlois » grâce au travail mené par les polices nationale et municipale : « Un service public de proximité dont le fonctionnement est particulièrement satisfaisant sur Saint-Raphaël ».

 

 

Un dispositif renforcé

La Municipalité va compléter en début d’année son dispositif de sécurité existant avec les premières cessions du rappel à l’ordre (mesure instituée pour renforcer les pouvoirs du maire en matière de prévention de la délinquance, n’entraînant pas de poursuites pénales ou judiciaires) ainsi qu’avec la mise en place d’un grand plan d’action spécifique de lutte contre l’insécurité routière, suite aux remontées d’informations des conseillers de quartiers.

 

La convention a été signée par Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël, Pierre Portal, sous-préfet du Var, Ivan Auriel, procureur de la République de Draguignan, en présence de Pierre Cordina, premier adjoint et référent du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD), Béatrice Fontaine, commissaire-divisionnaire, Jean-Jacques Prette, directeur de la Police municipale de Saint-Raphaël.

 

Photographies : Service Communication.

Afficher cette actualité

Arbres monumentaux incandescents au Jardin Bonaparte, Rois mages en images sur la Basilique, les illuminations et les projections ont été inaugurées ce vendredi soir par Frédéric Masquelier, dans le cadre de « Noël à Saint-Raphaël ». Des instants féeriques qui ont réuni en centre-ville plusieurs milliers de personnes, émerveillées par la qualité des animations proposées par la Ville.

 

Les deux temps forts des animations de ces fêtes ont démarré ce soir au plus grand bonheur du public, conquis par la lumière, les couleurs, l’onirisme et la poésie composant ces événements, l’ensemble étant accompagné de riches partitions musicales.

 

Un arbre à papillons et des Rois mages

Au Jardin Bonaparte, ce sont les arbres incandescents de François Fouilhé qui émerveillent, avec l’Arbre à Papillons, haut de 12m, entouré de plantes lumineuses géantes, se positionnant comme autant de phares sur la Méditerranée. Sur la Basilique, ce sont les projections de Damien Fontaine, lesquelles, pour ce Noël, nous proposent un conte-spectacle tout à fait approprié sur le thème des Rois mages.

 

Deux magnifiques animations offertes à tous, qui permettent à Saint-Raphaël, ville lumière par excellence, d’étendre son rayonnement et d’enchanter petits et grands.

 

Le Jardin de Lumières : du 22 décembre 2017 au 7 janvier 2018. De 9h00 à 20h00. Entrée gratuite.

 

Projections Basilique : les 22, 27, 28 décembre 2017 et les 2, 3 janvier 2018. 3 projections entre 18h30 et 19h30. Gratuit.

 

Photographie : Michel Eisenlhor.

Afficher cette actualité

Après Valescure et Agay, Frédéric Masquelier était ce jeudi soir au Dramont pour y présenter ses vœux aux habitants du quartier. Dans une salle polyvalente qui affichait complet pour la circonstance, Danielle Dublanc a ouvert la soirée en dressant le bilan de l’année écoulée, avant de donner la parole au maire. Ce dernier a d’abord évoqué l’histoire du Dramont en introduction de son discours des vœux. Un riche passé et un extraordinaire patrimoine qui ont largement contribué à la renommée de la cité du Lion de mer à travers le temps.

 

« Le Dramont, c’est tout d’abord un riche passé. Il a traversé tous les âges de l’époque gallo-romaine où il était au cœur de l’intensité du commerce maritime de la région à la seconde guerre mondiale où l’on sait le rôle capital qu’il a joué dans la libération de la France. Le Dramont, c’est également le XIXème siècle où il est l’un des témoins du développement économique de la ville et du pays avec notamment l’ouverture des carrières de porphyre. Pour sourire, on se rappellera  qu’on fêtera cette année le cinquantenaire de l’utilisation des pavés du Dramont lors des évènements de mai 68 à Paris »

 

 

Le présent

 

Frédéric Masquelier a poursuivi son discours en parlant du présent du Dramont, et notamment le rôle majeur que tiennent les conseils de quartiers et la vie associative dans son ensemble. Des outils désormais indispensables au développement et l’équilibre d’une commune, mais aussi véritables gardiens des racines, des valeurs et de l’identité de ce petit coin de Saint-Raphaël. Pour preuve, certaines mesures demandées lors des premiers conseils de quartiers ont déjà porté leur fruit et améliorent le quotidien des habitants du Dramont.

 

L’avenir

 

Citant Jaurès et Luc Ferry, le premier magistrat a ensuite présenté son programme pour 2018 : « Nous allons travailler à un nouveau schéma touristique dont le but est de renforcer les atouts de la ville et de mieux recevoir notamment les touristes internationaux. Nous allons mettre en place une brigade de l’environnement dont le but est de mieux préserver notre Ville contre les comportements inciviques. Nous allons adopter une charte de la vie nocturne et du commerce de proximité pour que l’animation de la ville soit renforcée tout en restant contrôlée et encadrée »

 

Et de poursuivre : « Nous allons mettre en place un conseil municipal des enfants et des jeunes, pour mieux être à l’écoute de leurs besoins, de leurs souhaits. Nous allons aussi accompagner les jeunes dans la réussite au code et au permis de conduire. Un accompagnement que l’on réservera aux jeunes les plus méritants qui donnent de leur temps pour l’intérêt général et la ville. Et tout cela, nous allons le faire sans augmentation d’impôts. Uniquement en cherchant à renforcer les partenariats extérieurs et en faisant des économies de fonctionnement dès 2018 ».

 

 

Photographies : Michel Johner

Afficher cette actualité

Chaque année, les équipes du Centre Communal d’Action Sociale organisent un arbre de Noël à l’attention des enfants des structures de la petite enfance, autour d’un temps fort très apprécié des familles. À cette occasion, quelque 545 participants étaient rassemblés, ce 20 décembre, lors d’une soirée festive au Palais des congrès.

 

 

Réunis pour un pur moment de convivialité, parents et enfants ont assisté à un conte musical, « Le bonnet du père Noël a disparu ». Une création des agents du service petite enfance, mise en scène et interprétée par leurs soins, faisant appel aux registres du théâtre, de la danse, du chant et du mime. Un spectacle aussi festif que magique qui a déroulé ses surprises pour le plus grand bonheur des 0/3 ans.

 

 

Une mobilisation des personnels saluée par le maire

 

A cette occasion, Frédéric Masquelier est venu présenter ses meilleurs vœux aux jeunes parents aux côtés de Christine Marenco, adjointe déléguée à l’action sociale municipale et aux solidarités. Une manifestation qu’ils ont tous deux chaleureusement saluée en soulignant l’engagement, le dévouement et la mobilisation de l’ensemble des personnels au service de la petite enfance. « Je voulais vous souhaiter la bienvenue pour ce Noël des crèches  et remercier le personnel du CCAS pour le spectacle qui vous est présenté, et pour leur action tout au long de l’année » a déclaré le premier magistrat.

 

 

 

Un accompagnement au quotidien des jeunes générations

 

Frédéric Masquelier a ensuite souligné toute l’importance de disposer à Saint-Raphaël de structures tournées vers la petite enfance pour soutenir les familles au quotidien et accompagner les nouvelles générations, source de dynamisme pour la Ville. 327 enfants sont en effet accueillis chaque jour au sein des huit crèches administrées par le CCAS. « Je vous souhaite par avance d’excellentes fêtes de Noël en famille à Saint-Raphaël et d’ores et déjà une excellente année 2018 ! » La manifestation s’est clôturée par un chant de Noël repris en chœur par l’assistance, une distribution de friandises et la visite surprise du Père Noël pour la plus grande joie des bambins ! A noter la présence du sénateur Georges Ginesta venu saluer l’ensemble des personnels et assister à cette manifestation chère à son cœur.

 

 

 

Photographies : Michel Johner

Afficher cette actualité

Créée en septembre dernier, la nouvelle école dispense sur Saint-Raphaël un enseignement personnalisé et complet à ses élèves dans les domaines de la coiffure, maquillage et onglerie. Une formation diplômante qui fera d’eux des professionnels recherchés, dans un secteur en plein recrutement. La direction a reçu le plein soutien de Frédéric Masquelier, qui s’est félicité de l’installation d’une nouvelle entreprise sur la ville, en présence de Stéphane Iseppi, adjoint délégué à l’Artisanat, Commerce et Tourisme.

 

Avec 15 ans de métier dans la coiffure et pour passion l’enseignement, Sophie Pavlian a choisi de se lancer avec ambition dans un projet qui se donne pour mission d’offrir des formations qualifiantes (CAP et BP) débouchant sur un emploi ; la coiffure représentant le deuxième employeur en France. Les formations délivrées s’adressent aussi bien aux post bacs qu’aux sorties de 3e des collèges, mais aussi à certains adultes ayant choisi d’opérer une reconversion professionnelle.

 

De sérieux atouts

 

Pour répondre aux exigences du milieu de la coiffure, cette école agréée dispose de sérieux atouts : enseignement personnalisé, professeurs en lien avec le monde professionnel, apprentissage des nouvelles techniques et tendances sur de véritables modèles, reproduction à l’identique d’un atelier technique, participation des élèves aux concours nationaux, dont ceux proposés par l’Oréal. Autre point défendu par la direction pour une meilleure formation : moins de 20 élèves sont accueillis par classe.

 

Académie de la Beauté 

Sophie Pavlian (directrice)

447 boulevard Jean Moulin

acbeaute83@hotmail.com

www.academiedelabeaute.fr

Sur Facebook

 

Photographie : Service Communication.

Afficher cette actualité

C’est par Agay que se poursuivait le cycle des cérémonies des vœux de quartiers, ce 19 décembre. Un moment de convivialité auquel se sont rendus en nombre les habitants, offrant à Frédéric Masquelier de réaliser un tour d’horizon des actions menées en 2017 et de se projeter vers l’avenir.

 

C’est Yvonne Zucco, adjointe en charge des quartiers d’Agay, Anthéor, Le Trayas, Identité et traditions locales, qui a ouvert la soirée. Après avoir dressé le bilan des travaux, actions phares et manifestations culturelles et sportives qui s’y sont déroulées en 2017, l’adjointe a chaleureusement remercié et félicité l’ensemble des personnes et des services municipaux qui ont apporté leur aide technique, logistique et administrative.

 

Un quartier au passé prestigieux et au présent dynamique…

 

La parole a ensuite été laissée au premier magistrat, Frédéric Masquelier qui, en préambule, a rappelé le riche passé et la beauté de ce quartier maintes fois immortalisé par des écrivains et peintres célèbres. Il a par ailleurs salué la vitalité des associations sportives et culturelles, celle du Comité d’animations ainsi que le travail des huit représentants du quartier d’Agay qui, aux côtés d’Yvonne Zucco, oeuvrent à la valorisation de ce patrimoine commun.

 

 

…. confronté à de nouveaux enjeux

 

Frédéric Masquelier a souligné l’importance de préserver cette attractivité sur l’ensemble du territoire Raphaëlois avec un ensemble de mesures ciblées et adaptées : un PLU plus contraignant ; un niveau d’équipement, notamment sportif, toujours plus dynamique ; une politique touristique repensée ; le maintien d’une offre de service performante en direction des familles et des seniors…

 

 

Une politique d’investissement raisonnable, mise en place dès 2018

 

 

Face aux contraintes économiques et financières auxquelles la Ville est aujourd’hui confrontée à l’échelle nationale et locale, la Municipalité va mettre en œuvre, dès 2018, un plan pluriannuel d’investissement. Un plan d’administration ambitieux, rendu possible par une limitation des coûts de fonctionnement de la Ville, visant à limiter le recours à l’emprunt, pour proposer toujours plus de services aux usagers raphaëlois tout en continuant à développer et faire rayonner la ville.

 

 

La jeunesse avenir de Saint-Raphaël

 

Frédéric Masquelier a par ailleurs souligné sa volonté de renforcer l’écoute et l’accompagnement des jeunes se traduisant, en autre, par le développement d’un conseil municipal des enfants et des jeunes, et la valorisation des sujets les plus méritants : aides au financement du permis de conduire, proposition de stage en fonction du carnet scolaire, parrainage au sein des entreprises… « Développer ce territoire, ensemble, c’est le vœu que je formule devant vous et je sais que nous le partageons » a-t-il déclaré en conclusion avant d’inviter l’assistance à partager le verre de l’amitié.

 

Photographies : Michel Johner

Afficher cette actualité

C’est avec un immense plaisir que Frédéric Masquelier a prononcé, ce lundi 18 décembre, son premier discours des vœux dans les quartiers. Un exercice qu’il a réservé à Valescure, secteur de la ville qui lui est particulièrement cher. Une salle comble de 400 personnes, une allocution ciselée, la cérémonie a été chaleureusement applaudie par une assistance satisfaite du bilan tiré et des perspectives projetées.

 

Après que Corinne Violot, conseillère municipale déléguée au quartier de Valescure, ait brossé les atouts indéniables du quartier, ses golfs, ses centres commerciaux, son cadre de vie incomparable, Frédéric Masquelier a rendu hommage aux résidents et, notamment, à ceux qui ont choisi de s’engager dans le conseil du quartier, lieu d’expression et de démocratie participative, ainsi que dans le dispositif « Vigilance Citoyenne », grâce auquel l’insécurité a baissé.

 

 

Un urbanisme raisonné

 

Avec un quartier où il fait bon vivre, l’urbanisme a été l’un des deux sujets fondamentaux sur lesquels le premier magistrat s’est positionné : « Construire des logements, c’est un besoin pour une ville attractive et vivante comme Saint-Raphaël mais cela ne doit pas se faire sans raison et en déséquilibrant tout un quartier, toute une ville. Que l’on mette des quotas de logements sociaux, je peux l’entendre. Que ce quota doive être atteint en urgence, je ne le comprends pas. Que ce quota ne tienne pas compte de la réalité du foncier disponible, je ne le comprends pas non plus. Nous avons doublé le nombre de logements sociaux en 15 ans. Nous limiterons nos objectifs à 150 logements par an sur 3 ans. Nous allons en même temps veiller à la préservation de l’environnement et du cadre de vie en adoptant un PLU plus contraignant ».

 

Aucune hausse d’impôts locaux

 

Avec la nouvelle réforme fiscale que les communes doivent affronter, il serait tentant pour la Municipalité d’augmenter les impôts, comme le préconise le trésorier de l’Etat. Une hausse que Frédéric Masquelier refuse catégoriquement d’appliquer : « Cette hausse des impôts locaux, je m’engage, devant vous à ne même pas la considérer, en l’état actuel. Ma priorité est d’envisager toutes les sources potentielles d’économies, à commencer par une baisse de la dépense publique. Nous allons travailler sur un budget toujours mieux contrôlé qui réfléchit aux besoins, aux attentes des citoyens et à la meilleure façon d’y répondre. Il s’agira de se concentrer sur l’investissement innovant et utile. Ceci nous permettra de conserver nos marges de manœuvre, et de continuer, comme par le passé, d’investir intelligemment pour l’avenir ».

 

 

C’est en délivrant ses vœux et en citant Georges Clémenceau, que le maire a conclu son discours, faisant siens les mots du Tigre : « Il faut savoir ce que l’on veut. Avoir le courage de le dire. Et ensuite, une fois qu’on l’a dit, avoir le courage de le faire ». La cérémonie s’est conclue par de chaleureux applaudissements avant que ne soit partagé le verre de l’amitié, en présence du sénateur Georges Ginesta, de nombreux élus et de la population valescuroise.

 

Photographies : Michel Eisenlohr.

Afficher cette actualité

Près de 500 enfants de familles défavorisées ont bénéficié de la générosité des donateurs de l’association caritative, toujours prêts à se mobiliser pour la bonne cause. Chansons, spectacles, cadeaux et friandises, tout était réuni ce samedi 16 décembre pour faire de la salle Paci le théâtre d’un Noël solidaire et chaleureux, qui a reçu l’entier soutien de la Ville.

 

 

Le ravissement des bambins était complet. La magie de Disney a une fois encore opéré, avec les chansons magnifiquement interprétées par Laetitia Fernandes, et la grande parade de Mickey, Minnie, Donald, Blanche Neige et leurs amis. Parfaitement orchestré, le spectacle a suscité la joie et l’adhésion du jeune public, mais aussi de leurs parents, avant que ne soient distribués les jouets, près de 500.

 

 

 

 

L’hommage du maire à Georges et Marité Noutsos

 

Parce qu’ils portent l’association à bout de bras depuis 26 ans, Georges et Marie-Thé Noutsos ont reçu un bel hommage de la part du premier magistrat : « Sans vous, ce Noël ne serait pas. Je tiens également à saluer la soixantaine de donateurs que vous avez fédérés autour de vous, et qui œuvrent dans la discrétion mais avec efficacité pour offrir ce moment aux enfants. C’est ce que je souhaitais pour ces fêtes, que le regard soit tourné vers l’autre, avec générosité ».

 

 

Le maire a ensuite souhaité de très belles fêtes de Noël à chacun, en présence de nombreux adjoints, des partenaires et des familles, ainsi que de la marraine de l’association, Isabelle Barbero.

 

Photographies : Michel Johner.

Afficher cette actualité

Grand amateur de sport, le maire Frédéric Masquelier, ainsi que son adjointe aux sports Ginette Cifre, étaient présents ce samedi aux championnats de France hiver de Nationale 2. Une compétition qui se déroulait ces 15, 16, et 17 décembre au stade nautique Alain Chateigner. Le premier magistrat a profité de son passage pour encourager la vingtaine de nageurs et nageuses du Saint-Raphaël Natation (SRN) engagés dans cette épreuve nationale. Mais il a surtout félicité la toute jeune Marine Nectoux pour son superbe chrono lors de la finale du 100m NL.

 

Du haut de ses 13 printemps seulement, la jeune athlète du SRN tient déjà la comparaison avec des filles bien plus âgées qu’elle. Pour preuve, non contente d’avoir battu le record de France de la discipline des moins de 13 ans en 58’’64, record qu’elle détenait déjà, la jeune nageuse locale s’est classée 4e du temps scratch. Ce qui en dit long sur le potentiel énorme de Marine, elle qui était ce week-end la plus jeune de ces championnats.

 

Des encouragements de la part du premier magistrat d’autant plus justifiés que dans la foulée de ce premier record de France, Marine en a remis une couche dimanche matin en se classant 3e du 200m dos toutes catégories, établissant un nouveau record de France des moins de 13 ans en 2’07’’40.  Si ça ce n’est pas de la graine de champion…

 

 

Photographie : Service Communication

Afficher cette actualité

Toute l’ambiance de Noël est venue envelopper le village sur la mer, ce samedi 16 décembre, où pléthore d’animations attendaient les plus jeunes mais aussi leurs parents. Calèche, poneys, magicien, jeu gonflable, spectacles, stands de produits gourmands et de décoration, Boulouris Animation a redoublé d’imagination pour offrir à chacun un beau moment de partage. Des festivités inscrites dans le programme de « Noël à Saint-Raphaël », auquel s’est joint Frédéric Masquelier, particulièrement satisfait d’échanger avec tous.

 

 

 

20 ans au service des autres

 

En marge des animations ludiques et commerçantes qui se sont conclues par deux magnifiques spectacles pour les familles sur l’esplanade Saint-Jean, Boulouris Animation célébrait ses 20 ans d’existence. L’occasion pour Mariel Marani, sa présidente, de rendre hommage à l’ensemble de ses prédécesseurs et pour le maire, de féliciter l’engagement de ses membres : « C’est important pour une ville d’avoir des associations, comme la vôtre, qui sont des relais pour la Ville et animent les quartiers avec beaucoup d’élan. Je veux également rendre hommage aux bénévoles qui passent des heures incalculables au service des autres, faisant parfois d’importants sacrifices personnels ».

 

 

Avant qu’un moment de convivialité ne soit partagé, Frédéric Masquelier a échangé ses bons sentiments avec l’assistance, en ayant une pensée particulière, en cette période, pour les plus démunis. Tout un état d’esprit partagé, notamment par Pierre Cordina, premier adjoint, Jean-François Debaisieux, adjoint délégué au quartier de Boulouris, et Stéphane Iseppi, adjoint délégué à l’Artisanat, Commerce et Tourisme.

 

 

Photographies : Michel Johner

Afficher cette actualité

Très attentif à tout ce qui touche à l’économie locale, Frédéric Masquelier, accompagné de Stéphane Iseppi et d’Alfred Geisler, est venu féliciter, ce jeudi matin au quai Nomy, les gérants de l’établissement « Giorgio », pour l’investissement dont ils ont fait preuve lors de l’agencement de leur boutique. Une échoppe haut de gamme, située en bord de mer, où l’on trouve toutes sortes de spécialités italiennes de bouche… Cet établissement de qualité reflète la bonne santé du commerce de proximité et l’attractivité de notre commune.

 

Photographie : Michel Eisenlohr

Afficher cette actualité

Election de son président et de son vice-président, le premier conseil d’administration de la Régie des Ports, sous la nouvelle mandature, s’est tenu en mairie ce 28 novembre. Un temps fort qui a également permis d’entériner les tarifs 2018, suite aux avis favorables de l’ensemble des conseils portuaires.

 

Hausse de fréquentation

 

Sur les 5 ports que compte la cité du Lion de mer, 4 sont gérés par la Régie (Vieux-Port, Santa Lucia, Boulouris, Agay) pour un total de 2 300 postes d’amarrage et de mouillage (ancres à vis). Santa Lucia enregistrant une hausse de fréquentation de 5% et le Vieux-Port de 13 %. Des chiffres positifs contribuant au développement économique de Saint-Raphaël, que la Régie n’a pas manqué d’inscrire à son bilan.

 

Outre l’approbation des tarifs 2018, 16 autres délibérations étaient inscrites à l’ordre du jour, notamment les questions relatives à la gestion du domaine public portuaire, au budget, aux ressources humaines et aux délégations de compétences concernant le directeur. Suite à l’élection de Frédéric Masquelier en tant que président, la vice-présidence est revenue à Daniel Darmon.

 

Les 8 membres du conseil d’administration sont : Frédéric Masquelier, Daniel Darmon, Josiane Chiodi, Christian Bourbier, Alfred Geisler, Gérard Marty, Jean-Pierre Meynet, Christian Ubbizzoni.

 

 

Photographie : Service Communication

Afficher cette actualité

A l’invitation de Frédéric Masquelier, l’ambassadeur du Royaume-Uni a participé à la cérémonie des Trophées du sport, après avoir tenu une conférence auprès de la communauté britannique du Var sur le Brexit. L’occasion pour Matthew Lodge de donner un discours au Palais des congrès sur les liens franco-britanniques à travers le sport, et pour les deux hommes, d’échanger cordialement sur de nombreux sujets, notamment, sur l’avenir de l’Europe.

 

Un début de carrière chez les Royal Marines

 

Matthew Lodge a débuté sa carrière en tant qu’Officier chez les Royal Marines, en 1986, avant de rejoindre, en 1996, le Ministère des Affaires Etrangères et du Commonwealth. Depuis mars 2007, Matthew Lodge est nommé Ministre Plénipotentiaire et Ambassadeur Adjoint à l’Ambassade de Grande-Bretagne. Il a été affecté à Bagdad, en Afghanistan, en Finlande puis au Koweït avant d’être nommé, au printemps 2017, Ministre Plénipotentiaire à l’Ambassade Britannique à Paris. A ce titre, il est l’Ambassadeur du Royaume-Uni et d’Irlande du Nord auprès de l’UNESCO dont le siège est à Paris.

 

Une association britannique comptant plus de 550 membres

 

C’est au titre de cette fonction, qu’il a été invité par l’association des britanniques du Var. Formée en avril 1998, cette association, qui recoupe plus de 550 membres, propose de nombreuses actions pour fédérer la communauté des anglophones vivant dans notre département.  En l’église Saint-John l’évangéliste de Saint-Raphaël, plusieurs dizaines de britanniques étaient réunis hier pour entendre les propos introductifs de Matthew Lodge sur le Brexit et ses conséquences mais aussi, et surtout, pour poser leurs questions et partager leurs inquiétudes sur cette sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne.

 

Photographie : Michel Johner.

Afficher cette actualité

Frédéric Masquelier recevait la semaine passée à la mairie d’honneur les représentants du conseil du Dramont, afin de préparer la réunion publique de leur quartier qui s’est déroulée ce mercredi 8 novembre au bureau municipal dramontois.

 

Il a reçu mercredi les représentants de Valescure. Une première prise de contact entre élus et délégués qui devrait permettre un déroulement fluide de cette nouvelle démarche de démocratie citoyenne souhaitée par la municipalité et son maire.

 

Les conseils de quartier d'Agay et Boulouris seront organisés après la période des voeux.

 

Réunion publique du quartier de Valescure : jeudi 16 novembre à 18h, salle des Veyssières, en présence du maire Frédéric Masquelier, de Pierre Cordina, premier adjoint en charge de la coordination des conseils de quartiers, de Corinne Violot, conseillère municipale déléguée au quartier de Valescure et des Conseillers de quartier.

 

 

Photo : service communication

Afficher cette actualité
08/11/2017 - 14:23

La Ville donne à découvrir actuellement au Centre culturel trois artistes emblématiques de l’abstraction. Une exposition interactive à laquelle ont été initiés les petits Raphaëlois qui deviendront, à leur tour, médiateurs auprès de leurs parents. Une initiative soutenue par le maire qui est venu à la rencontre des bambins, ce mercredi 8 novembre.

 

 

Présentée par la Ville, par l’intermédiaire de son service culturel, la nouvelle création d’Artesens immerge le public dans l’art abstrait avec trois références de « l’action painting » du XXe siècle, que sont Jackson Pollock, Hans Hartung et Pierre Soulages. Des artistes qui ont commencé à mettre les toiles au sol, puis à jeter la peinture dessus, à la gratter, à la brosser, à lui donner du relief et de la lumière.

 

Trois installations interactives et sensorielles

 

Artesens créée des expositions interactives et sensorielles pour générer des émotions chez le public. Le visiteur découvre tactilement la transposition en relief du tableau guidé par un commentaire audio, puis il écoute la composition sonore électroacoustique créée spécialement par des musiciens autour de chacune de ces peintures. Ensuite il produit des sons avec un outil virtuel en simulant le geste du peintre. Cette interaction amène à ressentir plus intensément l’oeuvre : les couleurs, les traces, les traits, les signes et les formes de ces peintures abstraites.

 

 

 

Ce qu’en disent Chloé et Ismaël…

 

Sept ateliers conçus par Artesens complètent les trois installations et invitent le public scolaire à la créativité, par le biais d’outils et manipulations pédagogiques ludiques, pour mieux comprendre le travail des artistes. A 6 ans, Chloé a beaucoup aimé : « J’ai essayé de recréer un tableau et j’y suis arrivée» nous confie fièrement le bout de chou. Muni de sa brosse, à la manière de Soulages, Ismaël confirme : « C’est facile de refaire les dessins ! »

 

 

 

A l’attention de tous les publics, l’exposition se poursuit jusqu’au 6 janvier 2018.

 

Consultez les dates des médiations  « JEUNE PUBLIC » et « ADULTE »

 

SUR INSCRIPTION TÉL : 04 98 11 89 11

 

Exposition l’Art du geste

Centre culturel

Salle d’exposition Raphaël

Entrée libre, du mardi au samedi, de 14h00 à 18h00.

 

Photographies : Service Communication.

Afficher cette actualité

1 500 références, 1 286 m² de vente et 47 emplois créés, l’enseigne nationale lance son vaisseau amiral sur la cité du Lion de mer, démontrant combien Saint-Raphaël est attractive pour les investisseurs. Une preuve supplémentaire du dynamisme et de l’attractivité de la ville qui, dès ce mercredi 8 novembre, profitera à tous les Raphaëlois.

 

« Il n’y a pas de commerce en forme quand la ville est malade et il n’y a pas de ville en forme quand le commerce est malade ». Cette formule de l’économiste Robert Rochefort, Frédéric Masquelier l’a faite sienne lors de l’inauguration du supermarché, ce mardi 7 novembre. « A ce titre, l’ouverture aujourd’hui, à Saint-Raphaël, de ce Lidl unique en France est un signe de la prospérité et du dynamisme de son commerce ».

 

Une offre favorable au pouvoir d’achat des ménages

 

Aussi, le premier magistrat soutient-il l’installation de cette nouvelle offre pour les consommateurs qui est une nouvelle liberté pour chacun et bonne pour le pouvoir d’achat des ménages : « Si les consommateurs acquièrent leurs courses alimentaires moins chères, ils pourront libérer du pouvoir d’achat pour d’autres secteurs comme le loisir, par exemple ».

 

 

Le maire lève les inquiétudes des commerçants de proximité

 

Alors que l’Insee prouve qu’il manquait à Saint-Raphaël deux supermarchés, l’implantation du Lidl vient donc pallier un manque et offrir un nouveau choix aux Raphaëlois. L’institut souligne également qu’il n’y a pas de lien entre présence de supermarchés et vitalité du commerce de proximité : « Saint-Raphaël est la troisième ville de PACA en termes de commerce de proximité. Elle se situe juste derrière Antibes et Cannes, deux villes qui ont plus de supermarchés que Saint-Raphaël. Ce commerce de proximité continuera à être dynamique si la ville continue de l’être ».

 

 

Dans la grande tradition, le ruban inaugural a été coupé par Frédéric Masquelier et Malik Niang, directeur régional Lidl, en présence de nombreux élus de la Ville, et de toutes les équipes de l’enseigne.

 

Photographies : Service Communication et Thierry Lavernos

Afficher cette actualité

Afin de préparer les réunions publiques des conseils de quartier, Frédéric Masquelier a tenu à recevoir en premier lieu, à la mairie d’honneur des Asphodèles, les représentants du quartier du Dramont. Un choix logique puisque ce sont les Dramontois qui vont inaugurer, le 8 novembre prochain, cette démarche de démocratie participative souhaitée par la municipalité. Suivront ensuite les réunions des trois autres quartiers de la Ville, Valescure, Agay et Boulouris. Pour accompagner cette démarche nouvelle, la Ville ouvre, sur son site internet, une rubrique spécialement dédiée à l’actualité de ces conseils :

 

         

Les deux premières réunions publiques

 

Quartier du Dramont : mercredi 8 novembre à 18h, bureau municipal du Dramont, en présence du Maire Frédéric Masquelier, de Pierre Cordina, Premier Adjoint, chargé de la Coordination des conseils de quartiers, de Danielle Dublanc, adjointe déléguée au quartier du Dramont et des Conseillers de quartier.

 

Quartier de Valescure : jeudi 16 novembre à 18h, salle des Veyssières, en présence du Maire Frédéric Masquelier, de Pierre Cordina, Premier Adjoint, chargé de la Coordination des conseils de quartiers, de Corinne Violot, conseillère municipale déléguée au quartier de Valescure et des Conseillers de quartier.

Afficher cette actualité

Thomas Zucco, qui a succédé cet été à Christian Carillo à la tête du XV intercommunal, a été reçu par Frédéric Masquelier. Une visite de courtoisie tout autant que de travail puisque le nouveau patron du CARF a pu évoquer avec le premier magistrat la politique mise en place par sa nouvelle équipe. Plusieurs sujets ont pu être abordés, dont le plus problématique de tous, la surexploitation actuelle du stade Eugène Rossi, qui freine le CARF dans sa croissance.

 

Avec près de 400 licenciés, et avec pour seule solution de repli le terrain stabilisé de la base nature qui n’est pas aux normes pour accueillir des matchs, les Carfistes sont à l’étroit sur leur pré de Valescure.

 

« Malgré une pression immobilière qui se fait de plus en plus forte sur Saint-Raphaël, je me refuse à transformer un terrain de sport en autre chose qu’un terrain de sport. Au contraire. J’ai demandé aux différents services de la Ville concernés de voir ce qu’il était possible de faire pour répondre à vos besoins, mais aussi à ceux des autres associations qui rencontrent les mêmes problèmes », a déclaré le maire avant de reprendre :

« Des projets sont déjà à l’étude et devraient voir le jour très prochainement. Mais d’autres solutions sont également envisageables car pour moi, le sport sur Saint-Raphaël est du domaine du prioritaire, notamment quand il s’agit des jeunes, voire des très jeunes ».

 

Une bonne nouvelle, pas seulement pour le CARF, qui devrait faire bien des heureux.

 

Photographie : Service Communication

Afficher cette actualité
30/10/2017 - 11:52

Petite fille de bientôt deux ans, Sarah souffre d’une malformation cérébrale, ainsi que de crises d’épilepsie. Sensible à sa condition et au combat mené par ses parents, le Lions Club « Vallée d’Argens » mène actuellement une campagne de récolte de dons afin d’aider financièrement cette famille. Une démarche à laquelle le maire s’est montré sensible.

 

Actives dans leurs missions au service de l’enfance, les lionnes de la « Vallée d’Argens » ne ménagent pas leurs efforts pour venir en aide à ceux qui souffrent de maladies incurables, et trouver des idées originales pour réaliser ses actions. Ainsi, ont-elles imaginé, édité et mis à la vente un calendrier de l’Avent, dont les bénéfices iront soutenir « Les Petits Pas de Sarah ». L’association créée par les parents de la petite pour subvenir à ses nombreux soins médicaux.

 

Aider ceux qui font plus que les autres

 

« Chaque fois que nous pourrons vous aider, nous le ferons » devait déclarer Frédéric Masquelier, lors de la visite des membres en mairie. Et de préciser : « Le tissu associatif est essentiel et vous allez chercher le meilleur chez chacun de nos concitoyens. J’aiderai toujours les gens qui font plus que les autres, pour les autres ! »

 

L’entrevue du 26 octobre a également permis au club de présenter son nouveau bureau qui se compose de : Hélène Desvignes, présidente ; Armande Durand, trésorière ; Anne-Marie Hocquet, chef de protocole ; Marcelle Combe, vice-présidente. 

 

Pour acheter le calendrier de l’Avent

Courriel : helene-83@wanadoo.fr

Sur Facebook : https://www.facebook.com/lionsclubfrejussaintraphaelvalleedargens/

 

 

Photographie : Service Communication.

Afficher cette actualité

« Nous savons ce que nous vous devons. En cette année 2017, l’une des plus désastreuses en matière d’incendies depuis 1970, je ne peux que rendre hommage à votre détermination et à votre bravoure qui ont permis de préserver des flammes une large partie de l’Estérel ». C’est en ces termes que Frédéric Masquelier s’est adressé aux sapeurs-pompiers du Var et aux membres du Comité Communal des Feux de Forêts (CCFF), présents ce jeudi matin, à la mairie d’honneur des Asphodèles.

 

Mieux que quiconque, le premier magistrat sait à quel point l’action de ces forces de l’ombre a été décisive durant cet été particulièrement destructeur. Plus de 500 hectares partis en fumée dans le seul département du Var. 122 feux dont 45 de forêts. Sans parler, dans le cas des sapeurs-pompiers, des 3860 sorties déjà réalisées depuis janvier, soit 300 de plus qu’en 2016, année déjà record, et bien plus que sur la totalité de 2015.

 

« C’est pourquoi, avec l’ensemble de mes adjoints, je tenais à vous féliciter et plus encore, à vous remercier. Votre action est primordiale. Elle est une priorité pour notre territoire et quand une action est une priorité, elle doit l’être dans toutes ses dimensions, y compris dans la dimension budgétaire. Sur ce point, vous pouvez compter sur mon soutien ».

 

Déjà 17 ans de bénévolat pour le CCFF

 

Avant de souligner plus particulièrement le travail de la cinquantaine de bénévoles du CCFF, comité fondé en 2000 par MM. Jean Giraud d’Agay, Henri et Marcel Laugier.

 

« Par votre action de surveillance des sites, votre capacité à détecter les départs de feux et à donner l’alerte le cas échéant, en apportant soutien logistique et assistance mais aussi en assurant des missions de prévention, vous êtes des acteurs clefs de la lutte contre les incendies, de la protection du joyau qu’est l’Estérel ».

 

Le capitaine Dossetti, les lieutenants Bouzaboune et Seonnet, l’adjudant-chef Bergondi, l’adjudant Vallauri, le sergent-chef Micallef, les sergents Paille et Schwechler, le caporal-chef Marzi, ainsi que monsieur Frigerio qui représentait le CCFF, ont reçu la médaille de la Ville en remerciement de leur implication lors des incendies de cet été.

 

Photos : Michel Johner

Afficher cette actualité

« Monsieur le maire, en matière de sécurité, Saint-Raphaël est une ville où il fait bon vivre. Les chiffres sont là pour le confirmer». C’est ce que Béatrice Fontaine, commissaire divisionnaire en charge du district de Saint-Raphaël - Fréjus - Draguignan a souligné lors de la visite de Frédéric Masquelier, ce mardi, au commissariat central de la rue Triberg.

 

Une visite de courtoisie, comme il est d’usage d’ailleurs après une élection locale, tout autant que de travail, puisque le maire, accompagné pour la circonstance de son premier adjoint, Pierre Cordina, a pu converser longuement avec madame Fontaine sur tous les thèmes ayant un lien direct avec la sécurité des Raphaëlois.

 

Une rencontre très instructive puisqu’elle a surtout permis de mettre l’accent sur certaines améliorations qui peuvent être mises en place rapidement afin d’aider le travail de la police nationale. Le premier magistrat, extrêmement attentif sur ces sujets, s’est d’ailleurs déclaré très favorable à une coopération encore plus accrue entre les forces de l’ordre municipale et celles de l’Etat.

 

Si les rôles de chacun restent bien définis, il n’en demeure pas moins que le but final est commun : respect de la loi et bien-être et sécurité pour les administrés de la commune. Le meilleur exemple étant le CLSPD (Conseil Local de Sécurité Prévention de la Délinquance), exemplaire dans le département, où les fonctionnaires de l’Etat (Police nationale, Préfecture du Var, Parquet de Draguignan) travaillent de concert avec ceux de la Ville et d’autres partenaires locaux pour des résultats très significatifs.

 

 

Une première rencontre officielle qui s’est terminée par un tour des différents services où les agents rencontrés ont pu expliquer à Frédéric Masquelier l’essence de leurs missions au quotidien.

 

Photographies : Michel Johner

Afficher cette actualité

Avec un ordre du jour fourni, le conseil d’administration du Centre Communal d’Action Sociale s’est réuni ce 24 octobre, en présence de son président de droit, Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël. Le premier magistrat s’est déclaré heureux de siéger parmi l’instance représentative, avant de remercier chacun pour son implication dans les actions mises en place.

 

L’action sociale et les solidarités sont l’un des piliers de la politique municipale de Saint-Raphaël. Le maire souhaite aujourd’hui un Centre Communal d’Action Sociale encore plus engagé, centré sur la prévention et les familles, et par lequel seront davantage développés les valeurs et les principes d’égalité, de qualité et d’accessibilité.

 

Une représentation de l’ensemble de la population

 

Les familles, enfants, parents et grands-parents, les personnes retraitées, handicapées, ainsi que le secteur de l’insertion sont représentés au sein du conseil d’administration qui, lui-même, repose sur une représentation de la société civile. Il est composé pour moitié de membres du conseil municipal élus en son sein et de membres nommés par le maire, parmi des personnalités œuvrant dans le champ social. Il se réunit une fois par mois.

 

Les membres du conseil d’administration présents, ce  24 octobre, étaient : Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël, président de droit du conseil d’administration, Christine Marenco-Druhen, vice-présidente, adjointe au maire, déléguée à l’action sociale et aux solidarités, Nathalie Viteau, conseiller municipal, Gérard Cohen, conseiller municipal, Pierre Boule, conseiller municipal, Nadine Malard, conseiller municipal. Parmi les membres nommés : Alain Chiodi, Edwige Poquet-Gaillard, Philippe de Cintaz, Michel Esterle, Thessy Meynard, Colette Pitol-Laugier, Gérard Bonnal.

 

Photographie : Service Communication.

Afficher cette actualité

Elue lors de la Journée Nationale du Commerce de Proximité organisée par la Ville, en collaboration avec l’Arcor, Louise Taisne a été reçue par Frédéric Masquelier, ce 23 octobre. Une visite de courtoisie qui nous permet de mieux faire connaissance avec l’égérie des commerçants raphaëlois.

 

Native de Saint-Raphaël, brillante étudiante en 3e année de droit, la jeune femme de 21 ans est particulièrement honorée d’ouvrir le carnet de bal des « Miss Commerces Saint-Raphaël ». A plus d’un titre : sa maman est elle-même commerçante, et représenter la profession est donc vécu comme un bonheur pour cette agathonienne d’1,80m.

 

Présente aux événements organisés par la Ville

 

C’est en toute convivialité que le premier magistrat s’est entretenu avec Louise, tenant à la remercier pour son implication dans la vie raphaëloise et lui proposer de participer aux grands événements organisés par la Ville. Au vu de son cursus universitaire, Frédéric Masquelier lui a également fait l’offre de travailler, l’été prochain, au service juridique de la commune, en tant que saisonnière.

 

Une offre qui n’a pas manqué d’intéresser la ravissante Miss qui, en attendant, va rayonner de tout son charme et son diadème sur la cité de l’Archange.

 

Photographie : Service Communication.

Afficher cette actualité

A l’occasion de la traditionnelle « Coupe du Président » organisée par le Golf Tennis Club de Valescure ce dimanche, Jacqueline Baqué, la présidente du GTCV, a profité de la remise des prix de cette compétition pour féliciter l’une des figures montantes du club, Emie Peronnin. Une jeune raphaëloise qui vient de remporter les internationaux de France.

 

Une belle performance que n’a pas manqué de saluer Frédéric Masquelier : « Je tiens à vous féliciter pour votre victoire. Gagner ces internationaux, c’est une sacrée performance. Vous êtes une parfaite ambassadrice pour le GTCV».

 

Emie qui devrait d’ici peu obtenir sa carte de joueuse professionnelle. Après quatre ans passés à étudier aux Etats Unis et diplôme de « marketing et management » en poche, elle ne rêve que d’une chose : intégrer le circuit « Pro ».

 

Photo : service communication.

Afficher cette actualité

1 301 membres et 40 ans d’existence, Saint-Raphaël Accueil-Loisirs peut se targuer d’être la plus importante association de la commune en terme d’adhérents. Une force et un dynamisme qui lui permettent de répondre aux attentes des nouveaux arrivants ayant faits le choix de la cité de l’Archange. Un engagement au service des autres qui été salué par Frédéric Masquelier lors de l’assemblée générale.

 

Lecture et approbation du rapport moral, financier et d’activités, vote du conseil d’administration, ont composé l’ordre du jour d’une assemblée générale qui s’est déroulée en toute convivialité au Centre culturel, ce 19 octobre, en présence du premier magistrat : « La gestion de votre association est absolument remarquable. Je voulais vous féliciter pour la qualité de l’accueil que vous délivrez à chaque nouvel arrivant, et pour l’ensemble des activités que vous proposez. Vous créez du lien social et tissez des amitiés depuis quatre décennies maintenant. La Ville sera toujours présente à vos côtés pour accompagner vos initiatives ».

 

Des paroles qui ont particulièrement touché l’assistance, notamment, Thessy Meynard dont la présidence prendra fin en juin 2018, après 14 ans de bons et loyaux services. Une date qui sera également marquée par la célébration du 40e anniversaire de l’association qui permet à chacun de ses membres de s’épanouir dans le domaine des loisirs, culturel ou sportif, dans le cadre privilégié qu’est Saint-Raphaël.

 

Outre le maire, Frédéric Masquelier, étaient présents Pierre Cordina, premier-adjoint, et Jean-François Debaisieux, adjoint délégué au quartier de Boulouris.

 

Photographies : Service Communication.

Afficher cette actualité

Une réunion portant sur l’avancement des travaux du crématorium  était organisée, ce 18 octobre, en mairie, à la demande de Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël, avec l’ensemble des acteurs du projet. Un point général d’étape sur un équipement attendu par un grand nombre de concitoyens sur l’agglomération et le centre Var.

 

Acte fondateur d’un service public de proximité attendu, la livraison du futur crématorium de Saint-Raphaël est d’ores et déjà prévue pour la fin 2017. Officiellement lancés par la pose de la première pierre en janvier dernier, les travaux de ce chantier d’envergure sont aujourd’hui en cours de finalisation.

 

Approuvé par le conseil municipal en décembre 2013, le projet a été porté à son terme avec rapidité. Après la procédure de délégation de service public conduite durant l’année 2014,  La Société des Crématoriums de France, futur délégataire, a effectué les études environnementales nécessaires ainsi que l’étude d’impact au cours de l’année suivante. Les autorisations administratives (enquête publique, arrêté préfectoral d’autorisation, permis de construire) ont ensuite occupé les acteurs du projet jusqu’à la fin de l’été 2016, avant que ne soient lancées les consultations des entreprises.

 

Un calendrier respecté

 

A ce jour, le gros œuvre et le second œuvre sont terminés et 80 % des équipements techniques ont été posés, dont l’appareil de crémation. Les travaux de voirie et réseaux sont en cours d’achèvement, ne restent plus que les aménagements intérieurs à réaliser. Le mois de janvier sera consacré aux tests de fonctionnement, à l’obtention des autorisations administratives et autres certificats de conformité, pour une première mise en service programmée en février 2018.

 

 

Création d’un comité d’éthique

 

Afin que chacun puisse accéder au service de crémation sans restriction ou favoritisme, un comité d’éthique, présidé par la Ville et géré par le délégataire, sera par ailleurs mis en place. Composée d’opérateurs funéraires, d’associations cultuelles, d’associations d’aide à l’accompagnement de fin de vie ou du deuil, cette instance veillera à un ensemble de règles de  conduite garantissant le service et le respect dû aux familles. A noter qu’un contrat de concession a été attribué pour une durée de 20 ans à La Société des Crématoriums de France, a compté de la mise en service de l’équipement. Au terme de ce contrat, la Commune se prononcera sur la mise en place d’une gestion directe ou déléguée.

 

Quelques chiffres

 

L’investissement initial, supporté par le délégataire, s’élève à 2,9 millions d’euros (gros œuvre, second œuvre, voirie et réseaux divers, aménagements paysagers, équipements techniques, matériel d’exploitation). Construit sur un terrain de 2.478 m² attenant au cimetière de l’Aspé, pour une superficie de 360 m², l’édifice dispose d’un appareil de crémation doté d’une ligne de traitement et de filtration des fumées aux normes 2018, d’une salle de 113 m² pour l’accueil des familles, d’un lieu dédié pour la dispersion des cendres, d’espaces verts paysagers et d’un parking de 41 places.

 

 

Etaient présents à la réunion : Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël ; Pierre Cordina, premier-adjoint ; Roland Germain, adjoint aux travaux ; Laurent Régné, Directeur Général des Services. Crématorium de la métropole de Nice Côte d’Azur : Mounira Achour (directrice) ; Julien Hanoka (DGA développement et relations collectives). Funacap Groupe : Pierre Aubert (responsable d’opérations). La société des Crématorium de France : Bertrand Desmazières (PDG) ; Guegan Franck (directeur des opérations) ; Architecte DPLG : Frédéric Pasqualini.

 

 

 

Photographies : Service Communication, Infographie : Cabinet d'architecture Pasqualini

Afficher cette actualité

67 élèves du Lycée Saint-Exupéry se sont rendus, au Palais des congrès pour assister à une pièce historique : « La louve ». Une œuvre nominée deux fois aux Molières 2017, portant sur le règne de François 1er. L’occasion pour les jeunes de découvrir les coulisses de l’histoire de France en cette période de la Renaissance, mais aussi de rencontrer en toute convivialité le premier magistrat, Frédéric Masquelier, venu assister à cette représentation. 

 

Photographie : Michel Eisenlohr

Afficher cette actualité

Humanistes et engagés, les membres du Lions Club Doyen Saint-Raphaël Fréjus mènent depuis 63 ans des actions d'intérêt général à l’échelle locale, nationale et internationale. Reçu en mairie, le club service est venu présenter son nouveau bureau.

 

Pour cette première rencontre, Frédéric Masquelier a tenu à rassurer la délégation sur la continuité du soutien de la Municipalité envers les actions menées : « Je m’inscris totalement dans la succession de Georges Ginesta. Vous servez les autres bénévolement et cela a un effet positif ». Des initiatives qui consistent à organiser des opérations de levée de fonds au profit des œuvres sociales du club, pour lesquelles le concours de la Ville est précieux !

 

L’assurance d’une continuité de soutien de la Ville

 

L’aide apportée par la Ville se traduit concrètement par la mise à disposition de salles municipales ou de moyens techniques et humains sur les manifestations, à l’image de l’ascension du Mont-Vinaigre dont les fonds récoltés permettent l’achat de chien pour aveugles. Parmi la trentaine d’opérations menées par le club service : l’installation pour cette rentrée d’une boîte à livres, sur le jardin Bonaparte. Le principe est simple : chacun peut apporter des livres et en emprunter d’autres gratuitement. Une initiative destinée à promouvoir la lecture, reposant sur la notion de partage. A noter également le super loto du 10 novembre, organisé au Palais des congrès, au profit des œuvres sociales du club.

 

Encourager les collaborations avec la jeunesse

 

Frédéric Masquelier a par ailleurs souligné l’importance d’associer le plus possible la jeunesse raphaëloise aux manifestations organisées par les associations : « je crois beaucoup à l’intergénérationnel, c’est quelque chose qu’il faut développer. Il faut s’ouvrir, créer des liens et des passerelles, ne pas hésiter à donner aux jeunes des responsabilités pour qu’ils se sentent valorisés, c’est très important ». 

 

Le bureau 2017 : président : Marc Bertrand ; vice-président et chef du protocole : Chantal Arnaud ;  trésorier : Franck Sellah; secrétaire : Patricia Ferraioli; Pdt Effectifs de club : Christian Dardanne. Golf-Hôtel de Valescure - 55, avenue Paul l’Hermite. Tél. : 04 94 52 85 00.

 

Photographie : Service Communication

Afficher cette actualité

C’est à l’occasion du congrès national de l’association des membres de la Légion d’honneur, Décorés au Péril de Leur Vie (DPLV), que Frédéric Masquelier a procédé, ce jeudi 12 octobre, à la remise de la Médaille de la Ville au général Nicolas Bernard, ainsi qu’au général Francis Tosi, en reconnaissance de leur engagement et de leurs sacrifices pour la France dans le passé.

 

Fondée le 27 janvier 1927 par le capitaine d’Hartoy, l’association des Décorés au Péril de Leur Vie, étendard de la Légion d’honneur,  a choisi Saint-Raphaël et son Palais des congrès pour célébrer son 90e anniversaire. Un événement auquel le premier magistrat a souhaité s’associer afin d’honorer deux hommes d’exception dont la bravoure n’a d’égale que le don de soi.

 

C’est avec une réelle émotion que le premier magistrat s’est adressé aux deux généraux, en mairie d’honneur : « Vous avez mis en péril votre vie pour sauver la nôtre, pour lui donner du sens. Risquer sa vie pour une cause, pour défendre des valeurs, pour sauver une autre vie, ne peut que susciter de la reconnaissance, de l’admiration. C’est un honneur et une fierté de vous accueillir à Saint-Raphaël ».

 

 

Une marque d’estime qui a été reçue avec fierté par le général de Corps aérien Nicolas Bernard, président de l’association des DPLV, comptant 3 000 membres, et le général Francis Tosi, engagé de longue date sur le territoire de la communauté d’agglomération de Fréjus-Saint-Raphaël et le territoire varois. La réception s’est poursuivie par la remise de la Médaille DPLV au premier magistrat et un moment de convivialité partagé par l’assistance, venue nombreuse.

 

Photographies : Adeline Lebel.

Afficher cette actualité

C’est lors de la première réunion d’adjoints de la nouvelle Municipalité qu’ont été présentés, le 6 octobre, les 4 directeurs récemment recrutés par la Ville, sur des services stratégiques. Il s’agit de Philippe Bridoux-Martinet à la Communication, Xavier Guyard à l’Urbanisme, Christine Bourbon aux Finances et Laurent Courtehoux au Bâtiments. Les plus vives félicitations leurs ont été adressées par le maire et les élus avec lesquels ils seront amenés à travailler quotidiennement.   

                                                          

Photographie : Michel Eisenlohr.

Afficher cette actualité

Fort de 680 licenciés, chiffre à la hausse depuis deux ans, le Cercle de Boulouris est une association où la bonne humeur est de rigueur. C’est même une obligation si l’on souhaite intégrer ce cercle très ouvert qui propose à ses adhérents pas moins de 28 activités différentes. Ici, pas de barrière sociale ou culturelle. C’est l’état d’esprit qui prime et rien d’autre. D’ailleurs la devise de ce cercle créé en 1980 n’est-elle pas « l’entraide par l’amitié ». C’est ce que le président Jean-Baptiste Miquel a tenu à rappeler à la centaine d’adhérents présents lors de l’assemblée générale de l’association où ce dernier a annoncé la création de 4 nouvelles activités (la Gym Pilâtes, l’aquagym, la marche nordique et l’atelier création bijoux). Une AG qui s’est déroulée au Centre culturel en présence de Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël, et de son adjoint délégué au quartier de Boulouris, Jean-François Debaisieux.

 

« C’est primordial pour une ville d’avoir des associations qui soient des relais solides pour contribuer au lien social, notamment avec la venue de nouveaux arrivants. Il y a un chiffre qu’il faut connaitre. Vous n’avez que 10% des gens qui vivent à Saint-Raphaël qui y sont nés. C’est donc une commune où l’apport de personnes extérieures est important. Des gens qui deviennent Raphaëlois de cœur à qui, votre association, offre un accueil de qualité avec un large panel d’activités » a déclaré le premier magistrat après avoir souligné l’excellente gestion des finances de l’association.

 

Le maire s’est ensuite volontiers prêté au jeu des questions-réponses pendant près d’une heure avec les adhérents présents. Deux thèmes ont particulièrement retenus l’attention de l’assistance. Celui des transports en commun pour lequel Frédéric Masquelier a indiqué que certaines améliorations, notamment au niveau des horaires, allaient être apportées d’ici peu. Et l’autre concernant le développement de la fibre optique sur la commune, confié à l’opérateur Orange, qui a promis un raccordement total au réseau pour l’ensemble des quartiers fin 2020.

 

Photo : service communication

Afficher cette actualité

9 salariées de l’établissement de retraite ont eu l’honneur de recevoir la Médaille du travail, en récompense de leurs 20, 30 et 40 ans de bons et loyaux services. Des employées modèles qui ont passé la plus grande partie de leur vie active à cette institution gérée par l’Association Arménienne d’Aide Sociale depuis 1959. Une cérémonie à laquelle s’est associé le maire, en présence de messieurs Touhadian, directeur de l’association, Meldonyan, directeur général, ainsi que madame Revel, directrice de l’Ehpad.

 

Résidents et personnels se sont également retrouvés, ce vendredi 6 octobre, dans le salon de réception pour honorer les 9 récipiendaires de la Médaille du travail. Un événement particulièrement important pour la direction du Home qui a renouvelé sa confiance et son estime à ses employées, dont la plus ancienne est entrée au sein de l’établissement en 1978.

 

C’est dans une ambiance extrêmement chaleureuse que Frédéric Masquelier a procédé à la remise des médailles : « Cet instant récompense la qualité et le sérieux de votre travail. Vous évoluez dans un établissement à finalité sociale où l’attention aux autres est essentielle, notamment envers les personnes âgées que vous accompagnez avec beaucoup d’humanité. Je tenais à être présent à vos côtés afin de vous remercier au nom de toute la Ville ». La cérémonie s’est poursuivie, comme il se doit, par le verre de l’amitié.

 

Les récipiendaires

Grand Or – 40 ans : Nicole Slagmulder, Maria Cristina.

Vermeil – 30 ans : Marie Geron, Nevarte Tachdjian, Véronique Petit et Anne Gonthier.

Argent – 20 ans : Hélène Laudicina, Bernadette Rivalière et Paquerette Rigonot.

 

 

Photographie : Michel Eisenlohr.

Afficher cette actualité

Visite de courtoisie de Philippe Portal, sous-préfet de Draguignan, à Frédéric Masquelier, nouveau maire de Saint-Raphaël, ce 6 octobre, à la Mairie d’Honneur. Un premier rendez-vous de travail pour échanger sur tous les dossiers importants de la Ville, dont ceux du logement et de la sécurité, des thèmes chers au premier magistrat. 

Afficher cette actualité

Elu à une très large majorité ce vendredi 29 septembre, Frédéric Masquelier a fait ses premiers pas de maire dans les locaux de la police municipale. Une visite pour rappeler le soutien de la Municipalité envers ses agents et rappeler combien la sécurité des Raphaëlois reste une priorité pour la Ville.

 

 

Se félicitant de la qualité de la relation établie avec la police municipale, son directeur, Jean-Jacques Prette, et ses agents, Frédéric Masquelier a délivré un message de confiance : « Il n’y aura pas de rupture et nous garderons le même cap. C’est important de conserver l’état d’esprit qui a été établi de longue date avec les élus. Je souhaite que vous vous sentiez toujours bien dans le cadre de vos fonctions. Il y aura bien sûr des adaptations et de nouvelles missions car le monde change. Monsieur Pierre Cordina, nouveau premier-adjoint, ancien commissaire divisionnaire, m’assistera dans cette mission. C’est pour moi l’occasion de rendre hommage à la police. Je tiens à vous remercier de ce que vous faites pour la ville et les Raphaëlois ».

 

 

 

Frédéric Masquelier est ensuite allé à la rencontre des personnels du Centre Communal d’Action Sociale, du Conservatoire et de l’Hôtel de Ville.

 

Retrouvez la vidéo sur la page Facebook de la Ville

Photographies : Michel Eisenlohr

Afficher cette actualité

Suite à la démission de Georges Ginesta, élu sénateur le 24 septembre dernier, le conseil municipal a procédé au vote du nouveau maire, ce vendredi 29 septembre, sous la présidence de son doyen, Gérard Cohen. Une élection conforme au scrutin qui a permis à Frédéric Masquelier d’être élu maire de Saint-Raphaël, à une très large majorité, pour toute la durée du mandat, par 31 voix contre 8 bulletins blancs.

 

Sitôt prise sa fonction, sous les applaudissements de l’assemblée et du public, le maire a exprimé sa satisfaction et ses remerciements, avant de prononcer son discours d’investiture dans lequel il a rappelé la qualité de l’action de son prédécesseur et s’est engagé à garder le cap en matière de sécurité, de culture, de sports et de développement de l’attractivité de la ville avant de préciser sa vision du monde et de la fonction. 

 

Frédéric Masquelier a ensuite fait procéder au vote des adjoints, la liste de la majorité obtenant 31 voix contre 8 blancs.

 

 

Dépôt de gerbe

 

Comme de tradition, le premier acte public du maire et du conseil municipal a été de déposer une gerbe au monument aux morts, square du Souvenir Français, en présence de la population raphaëloise. Une cérémonie hautement symbolique, dédiée au devoir de mémoire.     

 

Photographies : Michel Eisenlohr.

Afficher cette actualité

MICRO-FOLIE SAINT-RAPHAEL

 

SAINT-RAPH.INFO

 

WEBCAMS

RECHERCHE

MAGAZINE

CONNEXION

Le site internet "ville-saintraphael.fr" est géré par la Direction de la Communication de la Ville de Saint-Raphaël.

L'animation éditoriale et les mises à jour du site sont assurées par le Webmaster du service Communication en liaison avec l'ensemble des directions de la Ville.

Ce site web est la troisième version du site de la ville réalisée par Net Invaders avec la collaboration de Grapho.

Cliquez ici pour lire les mentions légales